à Léon Deschamps (24 janvier 1896)

Lettre autographe signée adressée à Léon Deschamps (1863-1899), directeur de La Plume, datée « Château d’Arville / à Poix / Province de Luxembourg / Belgique // 24 janvier [18]96 ». 1 page (11,4 x 18,2 cm). De l’ancienne collection de Jean-Louis Debauve (cachet au verso de la lettre). Cette lettre fut reproduite dans Ecrivains / Ecritures (manuel de graphologie appliquée à l’écriture des gens de lettres) de Christian Goth (Pierre Bordas et fils, 1990).

Ayant fui Paris pour la Belgique en mars 1895, Saint-Pol-Roux et sa famille s’étaient réfugiés dans la forêt des Ardennes luxembourgeoises où le poète, loin du tumulte de la ville et des tracas financiers, put se consacrer entièrement à l’écriture de La Dame à la faulx. C’est là qu’il fit la connaissance, à l’automne, du pâtre Verlaine, un cousin de l’auteur des Fêtes galantes, qui ignorait tout du génie littéraire de son parent. De cette rencontre, devait naître un texte, « Verlaine le pâtre », qui ne paraîtra que quatre ans plus tard dans un numéro de La Revue blanche (1er septembre 1900). Ce long poème en prose fut écrit en deux temps : la première partie, datée des « premiers jours de novembre 1895 », relate la rencontre entre le poète et le pâtre, et la révélation pour l’un comme pour l’autre de l’inattendue parenté ; la seconde, datée du « 12 janvier 1896 », ajoutée quatre jours après la mort de Pauvre Lélian, raconte l’annonce faite par Saint-Pol-Roux au pâtre Verlaine du décès de son cousin, récit que le Magnifique fait suivre de considérations sur le poète de Sagesse. Ces dernières feront l’essentiel de la réponse de Saint-Pol-Roux aux questions posées par La Plume à l’occasion du « Congrès des Poètes » qui devait élire le successeur du Prince des Poètes et dont les résultats paraîtront dans le n° 163 (1er février 1896) de la revue.  C’est probablement dans la première partie de « Verlaine le Pâtre » que le Magnifique trouva la matière de la « lettre exceptionnelle […] touchant la race des Verlaine » jointe au mot du 24 janvier 1896 envoyé à Deschamps, qui – malgré son retard à lui parvenir – la publia dans le même n° 163, sous le titre « Origine de la famille Verlaine »[1].

Lettre à Léon Deschamps
janvier (24 janvier 1896) – Coll. Mikaël Lugan

24 janvier 96

Mon cher Deschamps, vous adressant une lettre exceptionnelle vu l’inédit qu’elle comporte touchant la race des Verlaine, j’ose réclamer de votre obligeance qu’elle paraisse en son entier. Au cas, cher ami, où des raisons intérieures ne vous permettraient point cette exception en ma faveur, je compte sur votre bonne confraternité pour me retourner ici mes pages sans en extraire rien.

Toujours bien vôtre, et mes mains dans les vôtres

Saintpolroux

Château d’Arville

à Poix

Province de Luxembourg

Belgique

[ajout dans la marge :] 1 février / On me renvoie ma lettre sur Verlaine et ce mot que j’y avais joint. Faute d’un affranchissement suffisant. Je vous refais parvenir la chose. Suis-je encore à temps ? Sinon prière de me retourner ces pages que je tiens à garder pour un volume de notes. En tous cas, n’est-ce pas, cher ami, je réclame toujours de votre obligeance l’insertion entière.

[1] « En automne, le hasard me fit découvrir ici-même le Berceau des Verlaine, trouvaille que j’estime de valeur pour l’histoire désormais. Voici. Un camarade à moi – vieux pâtre paissant quotidiennement sa génisse et ses deux vaches devant ma demeure – me dit un jour s’appeler Verlaine. Je tressaillis. Nous causâmes. Il me conta sa race. Intrigué, je tentai des recherches. Bientôt je pus attester au pâtre belge qu’un grand poète de France était son parent à lui tout petit : ce qui le fit hennir de joie. Nouant alors ses sourcils comme s’il eût croisé les minces bras velus de sa mémoire, il sonda le loin pour à la longue en extraire une rencontre jadis, dans les environs, à Paliseul, chez le colonel Grandjean, avec un collégien de seize ans… / – Eh bien ce Paul oublié, dont vous m’apprenez la renommée, est mon « sous-cousin germain », déclare le pâtre d’Arville. / Résumons ses dires : Le bisaïeul de Pauvre Lélian, après avoir suivi les armées françaises en « chef de charriot », se fixa à Arville, venant de Braz, village voisin. Elu franc-fief par l’Abbé de Saint Hubert, conséquemment dispensé de la dîme de la gerbe, sa fonction consistait à assister en uniforme et sabre au clair aux grands-messes de l’Abbaye. De son mariage avec une Henrion naquirent Michel et Henri. Henri eut deux filles et un fils, le « capitaine du génie » père de Paul. Henri l’aïeul semble une anticipation du petit-fils : sa jeunesse est une constante hésitation entre la chapelle et le cabaret, avec parfois un panache de naïve folie. Au demeurant l’ensemble de ses ascendants contient en germe presque toutes les composantes de notre poète : esprit d’indépendance, culte de la patrie, mysticisme… Entre autres détails, la généalogie des Verlaine porte sept prêtres sur ses branches. / Un grand homme n’est en somme que l’apothéose de sa race. / Ces renseignements, et d’autres, neufs en partie pour lui, vu la scission lointaine de sa famille, j’allais les adresser à l’auteur de Sagesse, quand survint la Mort. / Ajoutons que, non loin d’Arville où se voit encore la maison patriarcale, on découvre une commune du nom de Verlaine. / Cordialement. / Saint-Pol-Roux. » (La Plume, n° 163, 1er février 1896, p. 122-123)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search