à Jean des Cognets (21 août 1934)

Lettre autographe signée adressée à Jean des Cognets (1883-1961), “directeur de L’Ouest-Éclair“, datée du “Manoir de Cœcilian, 21 août 1934”. 1 page (21 x 27 cm). Provenance : ancienne collection Jean-Louis Debauve (cachet au verso).

Saint-Pol-Roux fut essentiellement fidèle à La Dépêche de Brest, qui, comme en témoigne notre Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 9-10, lui fut hospitalière trente années durant. Mais il lui arriva de collaborer ponctuellement à d’autres titres de la presse bretonne. Ainsi le poète avait-il donné le 22 septembre 1931 à L’Ouest-Éclair, le grand quotidien de Bretagne, un “Psaume du bercail”. Dans la lettre que nous reproduisons ci-dessous, Saint-Pol-Roux se proposait, trois ans plus tard, de récidiver en offrant au journal un “poème inédit”, et pas le moindre puisqu’il s’agissait de “Bretagne est univers“, le poème du Magnifique dont le titre et la phrase-refrain sont encore aujourd’hui les plus abondamment cités. Sans doute, ce texte contribua-t-il grandement à faire de Saint-Pol-Roux un “poète breton”.

Lettre à Jean des Cognets (21 août 1934) – coll. Mikaël Lugan

à Jean des Cognets

directeur de “l’Ouest-Éclair”

Manoir de Cœcilian

21 août 1934

Cher Maître et Ami, la Bretagne régnant présentement (Jacques Cartier[1]Nominoë-Redon[2], etc[3]…) il me vient à la pensée de vous offrir (à titre gracieux) cet hommage à la race bretonne[4], en vue de votre mercredi prochain[5], ou du suivant. Si vous daigniez l’accueillir, je solliciterais pour lui l’emplacement du “feuilleton” qui d’ordinaire occupe le rez-de-chaussée de votre numéro littéraire[6]. Placé en 4 colonnes – afin que ne soit pas étranglé ni soumis à de fréquents rejets l’alexandrin – mon poëme inédit occuperait pleinement lesdites colonnes, si vous aviez la bonté de vous en tenir à l’exacte disposition de mes pages équilibrées à dessein pour constituer un tout conservable. L’honneur que vous me feriez en m’accueillant, cher Maître et ami, irait tout droit à ma mère adoptive, – la Bretagne où je réside depuis bientôt quarante années.

Votre affectueux

Saintpolroux

Saint-Pol-Roux

Camaret-sur-mer

Finistère

Si accepté, prière d’en faire surveiller les épreuves, – et grand merci du fond du cœur.

SPR

[1] On fêtait cette année-là le quatrième centenaire de la découverte et l’exploration du Canada occidental par le Malouin Jacques Cartier.

[2] La célébration du onzième centenaire de la fondation de la ville de Redon et de l’indépendance de la Bretagne assurée par le roi Nominoë devait avoir lieu du 1er au 9 septembre 1934.

[3] Dans l’extrait de la lettre que Jean des Cognets publiera en tête du poème, cet “etc.” disparaît et se voit remplacé par deux célébrations supplémentaires : “de Penthièvre à Lamballe, bientôt de saint Guillaume à St-Brieuc”. Nous faisons l’hypothèse que ces ajouts sont du directeur littéraire du quotidien, d’autant que l’extrait présente d’autres variantes que nous signalons en note.

[4] Dans le journal, la phrase est réécrite et synthétise la suite de la lettre : “il me vient à la pensée d’offrir à L’Ouest-Éclair, le grand organe de ce pays d’Occident où je réside depuis 40 ans, cet hommage à la race bretonne, en un poème inédit : Bretagne est Univers.”

[5] La “page littéraire”, dirigée par Jean des Cognets, paraissait chaque mercredi en page 5 du quotidien.

[6] “Bretagne est Univers” ne paraîtra pas au rez-de-chaussée, à l’emplacement du feuilleton, mais sur les deux premières colonnes élargies pour la circonstance de la “page littéraire” de L’Ouest-Éclair du mercredi 29 août 1934.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search