à Gabriel Alphaud (6 décembre 1924)

Lettre adressée à Gabriel Alphaud (1879-1952), directeur de Comœdia, datée « Manoir de Cœcilian, 6 décembre ». 1 page (21,9 x 28,5 cm).

Saint-Pol-Roux était abonné au quotidien, spécialisé dans l’actualité théâtrale et culturelle, depuis sa création en 1907. Comœdia fit toujours preuve d’hospitalité pour le poète et milita, après le banquet de La Dame à la faulx (6 février 1909) pour que la grande tragédie idéoréaliste fût représentée à la Comédie-Française. Gabriel Alphaud avait pris les rennes du journal après la mort, le 20 mai 1922, de Georges Casella, son précédent directeur.

La lettre de Saint-Pol-Roux, reproduite ci-dessous, réagit à un entrefilet paru le jeudi 4 décembre 1924 en troisième page du quotidien, entrefilet annonçant : « Il est question d’ouvrir une souscription en faveur du poète Saint-Pol Roux. » Ce dernier envoya une rectification deux jours plus tard.

Lettre de Saint-Pol-Roux à Gabriel Alphaud (6 décembre 1924) – Coll. Mikaël Lugan

Manoir de Cœcilian
6 décembre

Mon cher Directeur, une note du 4, en « Comœdia », me désole infiniment : « Il est question d’ouvrir une souscription en faveur du poète S.-P.-R. ». Comme on avait parlé çà et là d’une pétition d’amis à mon sujet pour la promotion Ronsard, il est manifeste que votre courriériste a confondu… Je me permets de vous adresser une aussi brève et discrète que possible « prière d’insérer » qui mettrait les choses au point pour la tranquillité de mon cœur.
En très dévouée gratitude pour toutes vos bienveillances

Votre vieil abonné
Saintpolroux

Saint-Pol-Roux,
Camaret

Saint-Pol-Roux espérait en effet être promu chevalier de la légion d’honneur lors de la « promotion Ronsard » qui devait être décernée, cette année-là, par le ministre de l’Instruction publique François Albert. Dès le mois de septembre, il s’en était ouvert à Renée Hamon et André Antoine, estimant qu’il pouvait apparaître, « par le caractère de son art et par l’apport de ses idées […] un des plus authentiques continuateurs du Maître ». Une telle déclaration mériterait sans doute qu’on s’y arrête, la filiation pouvant a priori sembler purement opportune ; mais il faudrait y consacrer un article qui n’a pas sa place ici. Contentons-nous simplement de rappeler que la revue fondée, à l’aube du symbolisme, avec Pierre Quillard, Rodolphe Darzens et Ephraïm Mikhaël, s’intitula La Pléiade ; que c’est à la Renaissance qu’il compara, dans sa lettre à Huret, l’ère intellectuelle et artistique qui s’ouvrait en cette fin de dix-neuvième siècle ; qu’il fut – et resta – un immense lyrique, moins dans son acception romantique peut-être que dans son acception, justement, ronsardienne.

Gabriel Alphaud réagit prestement au courrier du poète puisque le mardi 9 décembre 1924, paraissait dans Comœdia ce nouvel entrefilet :

La pétition en faveur de Saint-Pol-Roux

Ce n’est pas « souscription » que voulait dire une récente note publiée ici même, mais « pétition » d’amis en faveur de Saint-Pol-Roux à l’occasion d’une prochaine promotion littéraire. Nous rectifions volontiers un mot qui aura pu surprendre le poète.

La rectification, pas plus que les amicales signatures, ne permirent à Saint-Pol-Roux d’obtenir le ruban espéré cette année-là.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search