à Alfred Vallette (8 avril 1913)

Lettre autographe signée adressée à “[s]on cher Ami”, le directeur du Mercure de France, Alfred Vallette, datée “Camaret, 8 avril 1913”. 2 pages (16,4 x 21 cm).

Cette lettre accompagnait le texte de la réponse à l’enquête menée par Jean Muller et Gaston Picard sur les Tendances présentes de la littérature française, réponse qui s’était égarée et, n’étant jamais parvenue aux enquêteurs, ne fut pas recueillie dans le volume publié au début de l’année chez l’éditeur Basset.

Lettre à Alfred Vallette (8 avril 1913) r° – © Coll. Mikaël Lugan

Camaret, 8 avril 1913

Mon cher Ami, Jean Muller et Gaston Picard m’ayant affirmé n’avoir jamais reçu ma réponse à leurs Tendances…, réponse que j’avais confiée à des marins avec prière de la jeter à la boîte de Brest, (ils ont dû boire les timbres !), je viens vous demander de vouloir bien accueillir cette lettre égarée en la considérant comme un article[x]. Si possible dans votre numéro du premier Mai[1], afin que ce ne soit pas trop éloigné de la parution du livre qui vient d’avoir lieu. Ladite épître devant figurer dans le prochain tome IV de mes Reposoirs de la procession[2], j’en avais gardé le double que je n’ai eu qu’à recopier pour Mercure.

Au cas toutefois où la chose ne vous paraîtrait pas insérable, veuillez me la retourner.

Vieilles amitiés à Rachilde et à vous.

Votre reconnaissant

Saintpolroux

Lettre à Alfred Vallette (8 avril 1913) v° – © Coll. Mikaël Lugan

[x] ce qu’elle est en réalité [note du poète ajoutée verticalement dans la marge gauche de la première page].

[1] Le texte ne paraîtra pas, comme espéré par le poète, dans la livraison du 1er mai mais, sous le titre de “Réponse périe en mer“, dans celle du 1er juin 1913. Vallette, par ailleurs, ne la fera pas figurer comme un article mais la publiera dans la “revue de la quinzaine” à la rubrique “Variétés” (p. 652-658) qui précédait la “Vie anecdotique” de Guillaume Apollinaire.

[2] Ce quatrième tome, peut-être Idéoréalités, ne parut pas et demeura à l’état de projet. Il existe dans les papiers du poète conservés à la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet plusieurs états de sommaires, qui prouvent que Saint-Pol-Roux avait souhaité, après guerre, enrichir ses Reposoirs de la procession d’au moins deux nouveaux recueils.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search