à Alfred Vallette (20 septembre 1891)

Lettre autographe signée, adressée à “Mon cher ami”, le directeur du Mercure de France, Alfred Vallette (1858-1935). Bien que simplement datée “dimanche matin”, le contenu permet d’avancer que la lettre fut écrite le 20 septembre 1891. 2 pages (11,2 x 17,4 cm).

Suite à l’ Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret, d’abord publiée en feuilleton dans L’Echo de Paris tout au long du premier semestre, puis éditée en volume, au mois de septembre, chez Charpentier, enquête qui avait montré l’éclatement du mouvement littéraire contemporain et les rivalités au sein même du “groupe” symboliste, Saint-Pol-Roux, dont le Magnificisme avait été raillé par les chroniqueurs et certains de ses camarades, entreprit de lancer un appel à “la trêve” des hostilités inter et intra-générationnelles, réclamant une critique juste et bienveillante. L’article, principal sujet de cette lettre à Vallette, paraîtra en tête du Mercure de France d’octobre.

Lettre à Alfred Vallette (20 septembre 1891) [r°] – Coll. Mikaël Lugan

dimanche matin

Mon cher ami,

Je vous renvoie les Epreuves[1] incontinent.

Nonobstant les changements çà et là, je n’ai pas prêté à une ligne en plus.

Cela s’équilibre bien.

Lorsqu’il m’est arrivé de mettre : un peu plus espacé, c’est que, par une correction plus haut ou plus bas, une ou deux lignes étaient gagnées dans la page.

A la place de la phrase : “Je n’en veux pas davantage…” celle de la feuille volante peut tenir, étant donné que plus bas encore je rature la ligne inutile : “Tous y passent…” Si, malgré cela, il manquait une ligne au typo, vous pouvez la lui procurer en déléaturant les prénoms Henri, Jean et Paul aux noms de Régnier, Moréas, Adam[2].

J’ai reçu hier l’article du Temps que Gallois vous avait envoyé pour moi[3]. Merci !

Ma patte va mieux[4] : je vais donc enfin pouvoir encore calligraphier des vers incompréhensibles.

L’ami Randon est de retour depuis hier soir 10 h.

Cordialement  Saintpol[5].

Gallois m’incite à un abonnement. Puis-je, comme Mercurien, obtenir à 0,20f au lieu de 0,30f. Si oui, je m’abonne. Si non, nenni[6] !

Lettre à Alfred Vallette (20 septembre 1891) [v°] – Coll. Mikaël Lugan

[1] Il s’agit des épreuves de l’article, “La gent irritable – La Trêve” qui paraîtra en tête du Mercure de France, n° 22, d’octobre 1891 (p. 193-196). Le poète avait confié à Gabriel Randon, dans une lettre datée du 18 septembre : “Vallette m’a demandé un article pour le prochain numéro. Je le lui ai torché voilà deux jours.”

[2] Les noms des trois symbolistes ne furent finalement pas amputés de leur prénom.

[3] L’article en question est très certainement celui sur “Les jeunes poètes” qu’Anatole France donna au quotidien le 16 septembre et où il définissait Saint-Pol-Roux : “un néo-parnassien chez qui le sentiment du beau s’allie d’une façon singulière au goût du joli. Il est ingénieux et compliqué au-delà de toute imagination. Son langage se perd en euphémismes tourmentés. Ses strophes plus bizarres encore que magnifiques sont d’une coloration amusante et fine, mais il faut les relire plusieurs fois pour les comprendre, et encore certains endroits sont-ils, comme disent les scoliastes, tout à fait désespérés.”

[4] Saint-Pol-Roux s’était grièvement brûlé la main le 6 septembre, comme nous l’apprend une lettre à Randon : “C’est une boîte de Suédoises qui m’a éclaté dans la paume droite : une vraie cartouche.” (lettre du 14 septembre 1891)

[5] Ces deux dernières lignes ont été ajoutées dans la marge gauche de la deuxième page. Gabriel Randon (1867-1933), futur Jehan-Rictus, l’un des plus proches amis de Saint-Pol-Roux à cette époque, venait de passer quelques semaines en Normandie.

[6] Ces dernières lignes ont été ajoutées dans la marge gauche de la première page. Alfred Gallois avait créé Le Courrier de la Presse en 1889, proposant à ses abonnés de leur adresser les coupures de toutes les publications périodiques (journaux et revues) mentionnant leur nom ou tout autre sujet les intéressant. Saint-Pol-Roux contracta un abonnement qu’il interrompit au premier trimestre 1895. Voir la lettre à Alfred Gallois (17 janvier 1900).