à un jeune poète non identifié

Brouillon, probablement incomplet, d’une lettre adressée par Saint-Pol-Roux à un jeune poète et auteur dramatique, non datée (ca 1891-1893). – 5 pages (17,3 x 11 cm). Le 5e feuillet propose une seconde version du feuillet 3.

Dans le n° 85 de Poésie présente (4e trimestre 1992, p. 27-29), René Rougerie a publié un autre état, sans doute antérieur, de ce brouillon de lettre. Qu’il existe plusieurs versions abondamment raturées d’une telle lettre témoigne du soin que Saint-Pol-Roux attachait à sa correspondance et de son souci d’exposer, le plus justement possible, ses théories auprès de ce jeune poète, à peine âgé de 18 ans et auteur d’une pièce intitulée L’Halluciné, qui lui avait demandé conseil.

Brouillon de lettre à un jeune poète (f. 1) – Coll. Mikaël Lugan

Brouillon de lettre à un jeune poète (ff. 2-3) – Coll. Mikaël Lugan

Brouillon de lettre à un jeune poète (f. 4) – Coll. Mikaël Lugan

Brouillon de lettre à un jeune poète (f. 5 [variante du f. 3]) – Coll. Mikaël Lugan

Dans la transcription de ce brouillon de lettre que nous donnons ci-dessous, nous avons mis entre crochets le texte du feuillet 3 et, en regard, indiquée par un // la version remaniée du feuillet 5.

Cher poëte,

que votre bienveillance pallie ma réponse tardive !

De banales circonstances m’onte dépossédéant de mon indépendance, furent la mère du silence – aujourd’hui rompu. Remarquez aussi que presque jamais rarefois je ne réponds.

J’ai lu vos sillons ensemencés de sympathie. Elle germerait certes, si ce n’était fait déjà.

Vous daignez vous tendre à mes conseils d’aîné. Ils vous sont acquis de par la fraternité, mais n’y veuillez attacher qu’un prix de seule sincérité.

Ce que par-dessus tout je conseille recommande à votre adole[sce]nce jouvence, c’est d’apprendre méticuleusement patiemment la Vie : géante nourrice au lait de science. « Ce lait, dit en substance un de mes personnages, sera blanc, rouge, vert, noir suivant les ris, les péchés, les douleurs… Tarissez les mamelles et lorsque, après le déluge des jours, vous aurez tu auras absorbé l’Arc-en-ciel, l’espérance de l’œuvre forte vous te sera cernotifiée par la Colombe. »[1]

Je voudrais que ma barbe fût une aile de cygne afin que cette ma parole eut la valeur d’une ancienne monnaie d’un vin cru d’il y a longtemps.

Soyez bon, capitalement.

Votre pauvreté, ne la blasphémez point. Elle est Ses loques dérobent une magicienne à la vue lointaine fertile.

« Les pauvres ne savent jamais rien » est-il affirmé dans la magnifique l’exquise Princesse Maleine[2]. Non pas, ami, les Sans-étoiles-dans-la-poche seuls savent bien. Le riche gambade, superficiel inconscient, sous le superficiel firmament d’or ; le pauvre cogite dans la ténèbre recueillie.

Concluez que la pauvreté est une cert science certaine quoique non cataloguée.

Et puis Enfin, le pauvre désire. Tout n’est-il pas là ?

Au deme surplus l’unique Richesse et véritable Richesse ne vous appartient-elle pas, de par la Poésie ? à vous, poëte ? le vigneron des Treilles Magnifiques ?

La Poésie vou

[Cultivez la Poésie dans son plus entier domaine. Traduisez le drame des pensées et des choses.] // Ah ! cultivez la Poésie dans son domaine entier ! Traduisez le drame des pensées et des choses.

[Voyez-en le geste ou le parfum, la parole ou la suggestivité, la simarre ou la muraille, comme aux exprimez-en surtout le l’essentiel papillon : mys l’âme.] // Voyez en le geste ou le parfum, l’expression ou la suggestivité, la simarre ou la muraille ; interrogez le drame des pensées et des choses ; exprimez-en surtout l’essentiel papillon : l’âme.

[La poésie Sa définition présente doit être : une chasuble sur une pensée.

C’est en Ou bien c’est l’art C’est encore, si vous voulez, l’art de capturer le gibier de l’insaisissable et de le servir vivant dans un festin.]

Offrez-nous Vendangez Dites le motif humain de l’homme sur la fondamentale orchestration de la nature[3]. Fuyez d’être un cérébral exaspéré. Allez à la Symphonie [illisible] ou latente et fuyez la cérébralité exaspérée pour le plaisir de l’être[4] !

Alors vous aurez vendangé la Magnificence éparse, visib apparente saisissable ou latente.

Mais Eh ! voilà bien des phrases…

J’eusse voulu relire votre excellente pièce pour en connaître utilement. Ma mémoire est si fragile ! Toutefois Du moins elle a gardé ceci que votre œuvre Halluciné contient une force incommune à votre âge… L’Halluciné À 18 ans, c’est une révélation. Mais Que ces compliments ne soient pas des grains {de courage, non} d’orgueil, jetés en vous !

Une critique : votre Âme se sépare un peu trop de son propriétaire possesseur. L’âme, cette présente aux os d’absence[5], ne divorce qu’à la mort déménage qu’au divorce de la mort. J’admets une idée représentant le Remords une facette de cette âme, etc… Mais l’Âme elle-même, c’est plus délicat. Car votre Henri raisonne avec son âme de psychiquement son Âme foraine. L’âme étant dehors, ses sens seuls peuvent converser avec la rôdeuse. Donc il serait juste que, son Âme se promenant, un souvenir de cette Âme un rien d’âme persistât en Henri, faite ce rien fait du souvenir deu l’âme et parfum de l’âme en maraude : une fièvre en un mot. C’est Indiquez donc cela À votre place, j’indiquerais cette nuance.

{Mais qu’elle soit}

[1] Nous ne sommes pas parvenus à identifier la pièce d’où Saint-Pol-Roux tire cette citation.
[2] La Princesse Maleine de Maeterlinck fut créée par Lugné-Poe aux Bouffes-Parisiens le 17 mai 1890 et rendue célèbre par l’article qu’Octave Mirbeau lui consacra dans Le Figaro le 24 août de la même année, et qui citait déjà cette phrase.
[3] On trouve une expression identique dans la réponse de Saint-Pol-Roux à l’enquête de Jules Huret sur l’évolution littéraire (L’Écho de Paris, 17 et 18 juin 1891) : “Ce qui occupera les hiératiques artistes de la Magnificence : l’essentiel motif de l’Humanité tramé dans l’ambiante et fondamentale orchestration de la Nature.”
[4] Cette critique de la “cérébralité” est également dans la réponse à Huret : “Les poètes sont imminents qui, prenant leur titre à sa primordiale acception, dévoileront leur propre Monde loyalement conçu par eux sans qu’ils ne soient anéantis dans une cérébralité exacerbée…”
[5] La métaphore figure dans le premier vers du poème “Pour l’éventail de l’Âme de Laurent Tailhade” servant d’épigraphe au “Cimetière des tombes délaissées” (Les Reposoirs de la procession, tome premier, Paris, Mercure de France, 1893).