à Paul Reboux (1er juillet 1931)

Brouillon d’une lettre adressée à l’écrivain Paul Reboux (1877-1963), datée « Manoir de Cœcilian, 1er juillet 1931 ». 1 page (21,1 x 26,7 cm).

Célèbre pour ses recueils de pastiches littéraires, A la manière de…, écrits en collaboration avec Charles Müller, Paul Reboux eut une carrière prolifique, s’adonnant à tous les genres, au journalisme et même à la peinture. Ce ne fut pas un intime de Saint-Pol-Roux, mais il lui consacra un bel article dans Paris-Soir (samedi 20 juin 1925, p. 1), quelques jours avant que n’éclatât le scandale du banquet de la Closerie des Lilas ; en voici les dernières lignes :

Enrichi de l’hommage des aînés et de l’admiration des jeunes, Saint-Pol-Roux, ce Marseillais qui fut un peu selon le mot de Camille Mauclair, « le Monticelli des Lettres françaises », est une grande figure littéraire de ce temps. Le pays d’Armor, où il était allé passer quelques jours, en excursionniste, l’a retenu comme s’il eût reconnu en lui un poète digne de s’entretenir avec la tempête et les nuées. Là-bas, sa truculence de Méridional s’est assagie. Sa pensée s’est amplifiée. Il est devenu, sans perdre la richesse de son verbe, un philosophe. Et sa gloire se façonne plus sûrement de jour en jour, isolée et robuste à l’image des menhirs, seuls compagnons de son auguste solitude.

Il n’est toutefois pas question de littérature ou de philosophie dans la lettre présentée ici. Saint-Pol-Roux confie à la bienveillance de Reboux le destin d’une jeune modiste brestoise, Lina Monteille, élue l’année précédente Reine de sa ville, et montée à Paris pour y travailler. Il s’agit là d’une lettre de recommandation que le poète donna certainement à la jeune fille avant son départ pour la capitale, et dont elle ne devait faire usage qu’en cas de problème. Rien ne dit donc que Paul Reboux la lût. Ce dernier était le fils de Caroline Reboux (1837-1927), célèbre créatrice de chapeaux qui coiffèrent bien des têtes célèbres, filiation qui le désignait naturellement comme éventuel protecteur de Lina Monteille.

Brouillon de lettre à Paul Reboux – Coll. Mikaël Lugan

Manoir de Cœcilian

1 juillet 1931

Mon cher Maître, le Solitaire de Camaret frappe à votre cœur : il va s’ouvrir, il s’ouvre, il est ouvert. Voici. Ma toute jeune camarade Madem Lina Monteille (regardez, elle est gracieuse au point qu’elle que Brest en fit sa « Reine » lors de la venue récente du président Doumergue[1]), donc Lina, sage petite bretonne modiste de 19 ans, est partie, comme on dit ici travailler en Paris. Je lui ai me suis permis de lui conseiller, si jamais se dressait un / la gênait / l’arrêtait un obstacle, de s’adresser au cœur qui s’est ouvert là-haut, lui assurant que ce cœur ouvrirait sans nul do / à son tour / aussitôt / à son tour quelque maison enchanté salon de modes où gagner honnêtement s / son talent lui assurerait à l’ouvrière jolie d’honnêtes possibilités. Qu’elle vienne à vous / Que Lina se présente aujourd’hui, c’est que manifestement qu’hier l’obstacle a dû jouer. Mais voyez comme tout s’enchaîne et s’inspire ! Je ne l’adresse à vous qu’en la pensée première de votre regrettée Maman[2] qui dirigeait si bellement d’artistiques firmes de modes, je ne me trompe point, n’est-ce pas ? Vous comprendrez tout de suite que vous recommander Mademoiselle Monteille c’est la mettre sur un chemin qui doit vous être familier, mais c’est davantage encore la mettre placer sous la sainte protection de votre Maman la mémoire maternelle. Avant qu’il ne se referme, je prie votre cœur de sourire d’excuser le vieux poëte qui si délibérement vous confie l’aurore de la petite Majesté de Brest et d’agréer sa vive / très vive reconnaissance / en vous adressant offrant le haut témoignage de sa profonde reconnaissance.

Affectueusement votre

SPR

Adresse

S – P – R

Camaret

[1] Le président de la République Gaston Doumergue s’était rendu à Brest le 9 octobre 1930. Quelques jours plus tôt, le 27 septembre, le comité des fêtes de la ville avait procédé à l’élection de la reine de Brest, titre remporté par la jeune Lina Monteille.

[2] La modiste Caroline Reboux (1837-1927).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search