à Joris-Karl Huysmans (15 avril 1891)

Brouillon de la seule lettre connue de Saint-Pol-Roux à Joris-Karl Huysmans (1848-1907), conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal, sous la cote Ms Lambert 28 (55). – 3 pages (17,3 x 11 cm).

Le texte de la lettre reçue par le romancier a été publié pour la première fois dans : Jean Jacquinot, “En marge de l’enquête sur l’évolution littéraire, de Jules Huret. Saint-Pol-Roux et J.-K. Huysmans”, Bulletin de la Société J.-K. Huysmans, 41e année, t. IX, n° 54, [10 mars] 1968, p. 85-90.

Brouillon de lettre de Saint-Pol-Roux à Huysmans (p. 1) – Coll. Mikaël Lugan

Brouillon de lettre de Saint-Pol-Roux à Huysmans (p. 2-3) – Coll. Mikaël Lugan

Le texte de la lettre finalement envoyée respecte les corrections portées sur ce brouillon, qui fut sans doute le seul. En voici la transcription :

Cher monsieur,

l’Écho de Paris, honoré de votre Là-Bas[1] d’ébène aux prunelles de braise, me parvient (tardivement) au puéril village[2] où je roule mon rocher de méditations.

Recueillez ici ma gratitude pour l’indulgent souvenir que vous daignez témoigner à mes petites choses du Mercure de France[3]. Votre sentence m’est un lingot de joie[4].

Foncièrement justes les diatribes de votre interwiew !..

En parcourant les divers champs interrogés par M. Huret, n’êtes-vous pas chagrin devant la disette d’oboles esthétiques ? Pas assez d’épis, trop d’ivraie, ce me semble.

Ah ! si le règne de mon silence ne devait se prolonger quelques mois encore, et si l’on avait sondé mon obscurité, peut-être eussé-je dévoilé Jérusalem à l’inquisiteur de Babylone[5].

Ô Maître, absolvez-moi vite de cette audace, – et voici ma main dans la vôtre.

Saintpolroux

15 avril 91

Saint-Henry

[1] Le roman de Huysmans avait commencé à paraître en feuilleton dans L’Écho de Paris le 17 février 1891. Il se poursuivra jusqu’au 20 avril.

[2] Saint-Pol-Roux séjournait alors à Saint-Henry, son village natal, où il rédigeait son manifeste du Magnificisme, espérant bien se faire à son tour interroger par Jules Huret.

[3] Le poète avait dédié son poème en prose « Nocturne », publié dans le Mercure de France, n° 13, de janvier 1891, à Huysmans.

[4] Lors de l’entretien qu’il accorda à Jules Huret, pour son Enquête sur l’évolution littéraire, et qui parut le 7 avril 1891 dans le quotidien, Huysmans avait reconnu : « Le Mercure de France a quelques tempéraments, je vois là un M. Saint-Pol-Roux et un M. Remy de Gourmont qui ont, évidemment, quelque chose dans le ventre. »

[5] Saint-Pol-Roux, ayant habilement manœuvré pour que Huret s’intéresse à lui et à ses idées, enverra au journaliste sa longue lettre-manifeste le 19 mai. Elle sera publiée les 17 et 18 juin dans L’Écho de Paris.