à Jean Ajalbert (24 juin 1915)

Brouillon dactylographié d’une lettre de Saint-Pol-Roux au romancier Jean Ajalbert (1863-1947), daté “Camaret, [jeudi] 24 juin 1915”. 1 page (21 x 27 cm).

L’amitié de Saint-Pol-Roux et Jean Ajalbert naquit sur les bancs de la faculté de droit au cours de l’année 1883. Ils firent leurs premières armes poétiques dans Le Parnasse (organe des concours littéraires de Paris) et restèrent liés même si leurs esthétiques divergèrent aux temps héroïques du symbolisme. Ajalbert, qui était aussi l’ami d’Antoine, partagea en 1892 le premier été camarétois de Saint-Pol-Roux.

La lettre que nous reproduisons ici – dans une version dactylographiée qui servit probablement de brouillon – est, à ce jour, le seul reliquat retrouvé d’une correspondance qui dut être abondante. Lettre émouvante où les trois amis de l’été 1892 sont réunis dans leur paternité endeuillée.

Brouillon dactylographié d’une lettre à Jean Ajalbert (24 juin 1915) – coll. Mikaël Lugan

Camaret, 24 Juin 1915

“Chacun son tour…”, m’écrit Antoine dont le fils aîné vient de mourir[1] des suites de blessures reçues à la Targette. Hélas oui, mon pauvre et cher ami, la douleur unifie les pères ; hier, aujourd’hui, demain… En dépit de la fierté qu’elle m’apportait, la mort de mon adoré Cœcilian[2] m’avait brisé le cœur et terrassé. C’est pourquoi je ne t’ai pas répondu. Il ne faut pas de faiblesses autour de la Sainte Gloire de nos admirables gosses. Auparavant, te l’avouerai-je, je n’avais pas osé t’écrire lors de la mort glorieuse de ton adoré à toi[3]… Mais mes pensées, nos pensées à tous ici, tu dus les sentir autour de toi. Faite de leur sang si pur, la Victoire de nos petits n’en sera que plus belle certes, mais tout de même, tout de même, pourquoi pas nous les vieux, pourquoi eux ?… Et mon cadet, le dragon, qui se trouve tous ces temps-ci dans l’horrible fournaise du Nord d’Arras…..

Puisque c’est ta fête aujourd’hui, je t’embrasse bien affectueusement – en la pieuse pensée de ton petit Charles.

Ton vieux

SAINTPOLROUX

Jeudi

[1] Le fils aîné d’André Antoine, Henri Adolphe, né le 11 mai 1884, était mort à Aubigny quelques jours plus tôt, le 20 mai 1915. Antoine en avertit son voisin camarétois deux ou trois semaines plus tard ; à l’annonce de cette nouvelle, Saint-Pol-Roux avait écrit à son ami le 20 juin : “Mon pauvre vieux, hélas oui chacun son tour ! Tous les trois nous participons de toute notre âme à ta grosse douleur. Par Herbreteau je savais ton brave Henri blessé une seconde fois, mais Herbreteau me présentait cette blessure comme guérissable, – et voilà ton noble enfant parti en héros !”

[2] Cœcilian, le fils aîné de Saint-Pol-Roux, était, lui, mort à Vauquois le 4 mars de cette même année.

[3] Charles Ajalbert était tombé à Clermont en Argonne le 28 novembre 1914 à l’âge de 18 ans.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search