d’Edouard Guillaumet (1887)

Carte-télégramme autographe non datée signée du poète Édouard Guillaumet (1866-1905) adressée à « Monsieur Paul Roux / 19 rue Turgot / Paris ». Le poète vécut au 19, rue Turgot entre 1885 et 1889 ; il conservera, pour signer ses œuvres, son nom de baptême jusqu’à la fin de l’année 1887[1]. Par ailleurs, il est probable que Guillaumet, qui n’accéda à la majorité que le 8 mai 1887, s’était installé au 20, rue de Verneuil, aux alentours de cette date. Une lettre sienne écrite à Catulle Mendès le 30 août 1887, insérée dans l’exemplaire de La Chanson de l’Homme ayant appartenu à ce dernier[2], fut également adressée du 20, rue de Verneuil. Nous en déduisons que cette carte-télégramme doit dater de la fin du printemps ou du début de l’été 1887, Saint-Pol-Roux passant la fin de la saison estivale à Marseille. 1 page (10,8 x 13 cm).

Carte-télégramme d’Edouard Guillaumet à Saint-Pol-Roux (1887) [r°] – © Coll. Mikaël Lugan

Saint-Pol-Roux et Édouard Guillaumet se connurent certainement au temps de La Pléiade (1886), ses principaux fondateurs ayant noué amitié quatre ans plus tôt avec le jeune homme. En effet, Guillaumet, né le 8 mai 1866, fils du peintre orientaliste Gustave Guillaumet (1840-1887), était scolarisé, durant l’année 1882-1883, en classe de rhétorique au lycée Fontanes, où il avait pour condisciples Rodolphe Darzens, Georges Michel (futur Éphraïm Mikhaël), Pierre Quillard, André Fontainas, René Ghilbert (futur René Ghil), mais aussi Stuart Merrill, André-Ferdinand Hérold, Georges Van Ormelingen (futur Georges Vanor), c’est-à-dire nombre des protagonistes qui allaient prendre part à l’essor du Symbolisme. Guillaumet participa d’ailleurs activement à la pré-histoire immédiate du mouvement, puisque, avec les camarades précités et quelques autres, il fonda, âgé d’à peine seize ans, Le Fou, « journal littéraire paraissant tous les lundis », l’organe des lycéens de Fontanes. Cette petite revue, devenue introuvable, vécut le temps de douze livraisons, du 26 février au 4 juin 1883. Guillaumet, sous les pseudonymes de Mauguillet ou de Roland Furieux fut le rédacteur en chef des sept premières avant de céder sa place à l’ami Vanor. Dans ses « Souvenirs sur le Symbolisme », Stuart Merrill se souvient de l’aventure du Fou et du rôle joué par Guillaumet :

Le Fou ! En reste-t-il à l’heure actuelle une seule collection ? C’était un menu journal lithographié de quatre pages, dirigé d’abord par Édouard Guillaumet, puis par Georges Vanor, qui s’appelait alors Van Ormelingen. Ce qui achevait de donner un petit air hollandais à cette mémorable gazette, c’était le nom redoutable de notre lithographe : Schouster-Van Hommeslager. Je crois que nous lui devons encore de l’argent.

Je me rappelle fort bien que Le Fou s’illustrait de chansons de Darzens, de sonnets de Quillard, de poèmes en prose de Bonin, de barcarolles de votre serviteur. René Ghil y insérait des vers brûlants à l’adresse de Mlle Marguerite Ugalde, qu’il avait vue aux Nouveautés et qu’il adorait de loin, oh ! de bien loin ! Éphraïm Mikhaël s’y distingua par une « Ballade à la concierge de mon cousin », laquelle avait offensé sa jeune dignité de poète. Quant à Guillaumet, il rédigeait à lui seul la moitié du journal, car il était d’une fécondité inépuisable. Quand il descendait de classe, il avait coutume de me demander d’un air fier : « Devine combien j’ai fait de sonnets en deux heures ? » Moi qui, pendant ce laps de temps, avais péniblement accouché d’un quatrain, je hasardais : « Un sonnet et demi ? » — « Non, mon vieux, dix-sept[3] ! »

L’hyperactivité littéraire de Guillaumet sans doute était-elle incompatible avec les études comme en témoignent les appréciations obtenues par le lycéen au cours de cette année 1882-1883 : « Trop de soubresauts. / Trop bavard pour réussir autant qu’il pourrait. Histoire et géographie, ce n’est pas un élève sérieux. / Mathématiques, nul[4]. » Voilà qui ne dut pas paraître bien sérieux à Guillaumet père et qui fut peut-être la cause d’une poursuite de scolarité dans un lycée de Grenoble… dont une lettre de Catulle Mendès à Édouard Lockroy nous apprend qu’il s’échappa :

Il paraît que le petit Guillaumet s’est évadé de son lycée à Grenoble ; mais le plus étonnant c’est qu’on le cherche à Bruxelles, parce que j’y suis. […] Pour ce qui est du petit Guillaumet, — que j’ai vingt fois flanqué à la porte, malgré mon admiration pour son père & à cause des mauvais vers dont il m’abreuvait, & à cause aussi de l’argent qu’il m’empruntait, — je suppose qu’il est tout tranquillement en train de prendre des bocks dans les brasseries à femme du quartier latin, & on le trouvera à la cigarette si on ne le trouve pas au café Médicis[5].

Les relations entre le père et le fils durent être difficiles. À tel point que plusieurs journaux publièrent cette annonce du peintre à partir du 8 juin 1886 : « M. Gustave Guillaumet prévient qu’il ne paiera aucune dette contractée par son fils mineur, Édouard Guillaumet. » La bohème accaparait le jeune poète. La mort de Gustave, le 14 mars 1887, à seulement 47 ans, favorisa certainement son émancipation et ses desseins. L’héritage, en plus de régler ses dettes, lui permit de s’installer au 20, rue de Verneuil, et de publier à compte d’auteur au deuxième semestre de l’année 1887 : Tendresses, premiers vers (1882-1886) (Paris, Impr. de Bunel), Le Paria (poème dit par Mme Segond-Weber) et La Chanson de l’Homme (Paris, Lemerre, 1887). Il collabore également à La Jeune France de Paul Demeny, dont Émile Michelet, le préfacier du troisième recueil, est le rédacteur en chef. Et le 15 novembre 1887, il participe au banquet de la revue aux côtés, entre autres, de Villiers de l’Isle-Adam, Catulle Mendès, Léon Dierx, Carjat, Michelet, Darzens. Ses amis et ses maîtres, on le voit, sont à cette époque également ceux de Paul Roux. Les deux poètes fréquentent les mêmes cercles et partagent d’identiques préoccupations. On ne s’étonnera donc pas que Guillaumet dédiât « Rolla », un des poèmes de La Chanson de l’Homme, à Paul Roux[6]. Parmi les « choses nouvelles » dont Guillaumet disait, dans son télégramme, vouloir l’entretenir, devait-il être question du volume à paraître et de cette dédicace ?

Édouard Guillaumet, finalement, ne parvint pas à jouer un rôle de premier plan dans l’évolution littéraire et son œuvre poétique, quasi introuvable, n’a plus aujourd’hui qu’une valeur de témoignage. Son nom est surtout demeuré — du moins chez les spécialistes de l’histoire du Symbolisme — pour avoir été, avec Éphraïm Mikhaël, le témoin de Rodolphe Darzens lors du duel avorté qui opposa ce dernier, le 20 mai 1888, à Jean Moréas ; et — du moins chez les géographes et les historiens de la colonisation — pour être l’auteur de Tableaux soudanais (Paris, Ernest Flammarion, 1899), composés après une mission réalisée au Soudan, renouant à sa manière avec l’orientalisme de son père. Sa mort, le 19 janvier 1905, passa à peu près inaperçue.

Carte-télégramme d’Edouard Guillaumet à Saint-Pol-Roux (1887) [v°] – © Coll. Mikaël Lugan

Mon cher ami,

Je voudrais vous parler de choses anciennes et de choses nouvelles.

Vous serait-il possible de passer chez moi ce soir vers huit heures ?

Je vous serai très-reconnaissant de faire cela, car j’ai hâte de vous parler.

Pardonnez-moi de ne pas aller chez vous, mais il m’est impossible de sortir.

Votre bien dévoué

Édouard Guillaumet

20 Rue de Verneuil

[1] La première apparition de la signature « Saint-Paul Roux » date de la parution du conte, « La Grosse Femme », dans Le Petit Marseillais le 17 octobre 1887. Deux mois plus tard, le poète signera de ce même pseudonyme le livret de Sabalkazin.

[2] Exemplaire vendu par la librairie « La Jument Verte ». La notice est toujours consultable sur le site : https://librairiejumentverte.com/fr/archives/8002-la-chanson-de-l-homme.html.

[3] Stuart Merrill, « Souvenirs sur le Symbolisme », in Prose et vers (œuvres posthumes), préface d’André Fontainas, Paris, Albert Messein, coll. « La Phalange, 1925, p. 155-156.

[4] « Le Fou (1883) », in Jean-Michel Place et André Vasseur, Bibliographie des revues et journaux littéraires des XIXe et XXe siècles, tome premier, Paris, Éditions de la Chronique des Lettres françaises, 1973, p. 217.

[5] Lettre non datée mise en vente par la librairie « Trois Plumes ».

[6] Nous remercions M. Vincent Maisonnobe de nous avoir communiqué cette information.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search