de René de Berval (20 juillet 1940)

Lettre autographe signée de René de Berval (1911-1986) adressée à Saint-Pol-Roux. Carte de correspondance des prisonniers de guerre (Kriegsgefangenenpost) internés en Allemagne. Mobilisé à la déclaration de guerre, René de Berval avait été fait prisonnier probablement lors de la bataille de France et interné dans le Stalag II-B, près d’Hammerstein (Rhénanie) ; son numéro de prisonnier était le 63929. Datée “20 juillet 1940” (cachet de la poste : “29.7.40”). 1 page (14,5 x 22 cm). Contrecollé : le feuillet orange des “règles concernant la correspondance avec les prisonniers de guerre”. Adresse du destinataire, de la main de Berval, indiquée sur la carte-lettre : “Monsieur Saint-Pol-Roux / Président de l’Académie Mallarmé / Camaret-sur-mer (Finistère) / Manoir de Cœcilian / (Frankreich).” Cachet de la poste indiquant la date de réception : “18 – 8 – 40”.

Lettre de René de Berval (20 juillet 1940) [recto] – Coll. Mikaël Lugan

Très jeune, René de Berval quitte Nice, sa ville natale, et s’installe à Paris où il fréquente les milieux littéraires. Il collabore à quelques périodiques, notamment à la Revue parlée qui paraît sous l’égide de l’Association des jeunes auteurs français, et au sommaire de laquelle son nom voisine avec ceux de Jean Follain et Eugène Guillevic. En juillet 1937, il participe à la deuxième “Exposition de poésie contemporaine”. C’est peut-être à cette occasion qu’il entre en relations avec Saint-Pol-Roux. L’année suivante, il devient l’organisateur de l’Exposition, publie un “Hommage à Villiers de l’Isle-Adam” au Mercure de France, collabore aux Nouvelles littéraires et à Marianne. Il fait paraître, dans cette dernière, le 20 juillet 1938, un bel article sur “Saint-Pol-Roux le Magnifique” qui prouve qu’en plus d’avoir rencontré l’auteur de La Dame à la faulx à Paris il lui a rendu visite à Camaret. Il lui dédie quelques-uns des poèmes qui composent sa plaquette Les ruines du temps (éd. Sagesse, “Les feuillets de Sagesse”, coll. anthologique, n° 76). Saint-Pol-Roux s’était pris d’affection pour le jeune poète et en fit, sans succès, son candidat deux années de suite pour le prix de l’Académie Mallarmé. René de Berval organisa, à l’occasion de ce qui devait être le dernier séjour du Magnifique à Paris, un dîner en son honneur à la brasserie Lipp. Cassilda et André Rolland de Renéville, Roger Lannes, Charles Vildrac, Henri Charpentier, Léon-Paul Fargue, Claude Sernet, Fernand Marc, Jean Follain et Divine figuraient parmi les convives.Lorsqu’il écrivit cette lettre du Stalag, René de Berval ignorait tout du drame qui s’était joué quelques semaines plus tôt au Manoir. Nous ignorons si Saint-Pol-Roux lui répondit mais s’il le fit les nouvelles qu’il lui donna ne durent pas réconforter le jeune prisonnier. Divine lui envoya, après la mort du poète, la dernière photo connue de lui, prise le 17 ou 18 juillet 1940, après y avoir collé quelques cheveux de son père.

Peu après la Libération, René de Berval s’installa à Saïgon où il dirigea la revue France-Asie ; il publia, dans le numéro du 15 mars 1947, un fac-similé de “La Maison Cassée” de son vieil ami ; puis il partit vivre à Tokyo où il fit paraître, en japonais, ses Souvenirs (Paris 1930 nen-dai : ichi-shijin no kaisou, traduits Midori Yajima, éd. Iwanami shoten, coll. “Iwanami shinsho, Tokyo, 1981), cinq ans avant sa mort. Entre temps, il était devenu un spécialiste reconnu du Bouddhisme auquel il s’était converti.

Lettre de René de Berval (20 juillet 1940) [v°] – Coll. Mikaël Lugan

20-7-40. Mon doux, cher et vénéré Maître, que je suis heureux de pouvoir, au prix de quelles difficultés ! vous pouvoir enfin ! adresser ce mot, unique jusques à quand ? Je ne puis, malheureusement, vous donner aucun détail en ce qui me concerne, sinon que ma santé est fort mauvaise : les heures que j’ai vécues ces derniers mois ont été terribles. Elles ont provoqué en moi une blessure qui ne se refermera jamais. Si le physique est en piteux état, mon moral ne vaut guère mieux : je suis totalement effondré par la précipitation, la rapidité de tous ces tragiques événements. J’essaie d’écrire… Je ne puis plus le faire. C’est, d’ailleurs, la chose dont je souffre le plus avec celle d’avoir, en même temps que toutes mes affaires, perdu mes papiers. J’y avais la matière d’un livre entier ! Et les lettres, toutes mes lettres, les vôtres, en particulier, si belles que vous m’adressiez ? Je ne perds néanmoins pas courage. Il nous faudra – et nous le ferons – remonter le courant, quelque dur qu’il soit. Une chose m’aiderait à supporter les heures pénibles que je traverse : des lettres d’amis. Écrivez-moi longuement, en détail, ce que vous faites, quels sont vos projets et vos réalisations. Dites-moi l’état de votre chère santé et celle de Divine. Et surtout, ne m’oubliez pas et gardez-moi toujours une place dans votre cœur. Je vous embrasse tous deux très tendrement, René de Berval.