de Raymond Datheil (11 août 1932)

Carte autographe signée du poète Raymond Datheil (1902-1983) à Saint-Pol-Roux, datée “Le cap Ferret 11 août [1932]”. 2 pages (13,6 x 9 cm).

Carte de Raymond Datheil (11 août 1932) [r°] – Coll. Mikaël Lugan

Les relations épistolaires entre Saint-Pol-Roux et le jeune Raymond Datheil débutèrent au début de l’année 1930, quand ce dernier sollicita du premier, pour le second tome du “Cahier spécial de la Poésie” que préparait la revue Le Rouge et le Noir (1927-1932) dirigée par Henri Lamblin[1], un texte inédit. Saint-Pol-Roux lui adressa alors, en juin, le “Liminaire […] d’un livre absolument inédit : la Répoétique[2]“. Les problèmes de santé du directeur de la revue empêchèrent que cette livraison spéciale parût à la fin de l’année[3]. Avec l’autorisation de l’auteur, Datheil envoya alors le manuscrit à Jean Paulhan, qui le refusa : “J’aime ce texte, mais je ne peux faire ce que je veux à la N.R.F. Il y a André Gide, et ce n’est pas exactement ce qu’il aime.” ; puis à Jean Ballard, directeur des Cahiers du Sud, qui finit par le retourner à Datheil sans le publier. Et Saint-Pol-Roux récupéra son manuscrit au début de l’été 1932, écrivant à Datheil : “N’ayez, je vous en prie tendrement, aucune peine tant fut grande ma joie de retrouver la Répoétique que je croyais à tout jamais perdue dans les maelstroms de rédactions. […] Ne me croyez donc pas marri du refus çà et là. Aucune importance pour moi qui généralement ne veux pas collaborer.” Le 5 août, il lui annonçait : “Pour ce qui est de la Répoétique, Alfred Vallette m’ayant écrit aussi pour l’événement en question[4], j’eus la curiosité de la joindre à ma réponse. Il l’a immédiatement prise pour son plus prochain numéro du Mercure.” Et, en effet, le “Liminaire” de la Répoétique parut dans la livraison du 1er septembre 1932 du Mercure de France, la revue des temps symbolistes.

La carte de Raymond Datheil répond à la lettre que Saint-Pol-Roux lui écrivit le 5 août.

Carte de Raymond Datheil (11 août 1932) [v°] – Coll. Mikaël Lugan

Le cap Ferret 11 août,

Mon cher maître,

je vous adresse tardivement mes félicitations pour “le petit événement officiel” auquel vous faites allusion, et que j’aurais ignoré si un mien ami ne m’en avait fait part très récemment. Je suis simplement confondu par la lenteur de l’Appareil administratif à distinguer le génie au milieu du fatras servile de la gent littéraire. Mais tout ceci est sans importance. Même la distinction tardive n’est-ce pas ? Ce qui vaut mieux est la publication par le Mercure de votre Ré-poétique. Mais je suis déçu. J’avais espéré que vous eussiez consenti à le donner au Journal des Poètes[5]. Or on compte fort sur un inédit de vous. Je l’avais promis. Ne pourriez-vous nous réserver quelque chose. J’attache une très grande importance à cela. À défaut d’inédit, donnez un poème publié par un journal local.

Je prépare un papier sur vous que je vous soumettrai[6]. J’espère que votre santé est bonne. Et vos yeux guéris.

Croyez mon bon maître à mes sentiments fidèles

Votre Ray. Datheil

[1] Un premier “Cahier spécial de la Poésie”, publié sous la direction de Jean-Daniel Maublanc occupait l’intégralité du numéro d’avril-mai 1929.

[2] Les citations des lettres de Raymond Datheil, de Jean Paulhan et de Saint-Pol-Roux sont extraites de : Raymond Datheil, “Préface” in La Répoétique (Mortemart, Rougerie, 1971, p. 7-15).

[3] Un second et dernier “Cahier spécial de la Poésie” paraîtra finalement, toujours sous la direction de Jean-Daniel Maublanc, dans la livraison d’août 1932 de Le Rouge et le Noir, mais sans les textes recueillis par Datheil.

[4] “L’événement en question”, que mentionnera également Datheil, fait référence à l’attribution de la légion d’honneur à Saint-Pol-Roux le 14 juillet précédent.

[5] Datheil collaborait au Journal des Poètes depuis le début de l’année 1932. La revue belge, fondée par Pierre-Louis Flouquet, avait été créée l’année précédente. Saint-Pol-Roux exaucera le vœu de son jeune ami en offrant un poème inédit, bien que datant du séjour dans la Forêt des Ardennes : “Chasseur des Ardennes” paraîtra dans Le Journal des Poètes n° 12 du 26 février 1933.

[6] Nous n’avons pas retrouvé de texte de Datheil consacré à Saint-Pol-Roux au cours de cette période.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search