de l’abbé Grégoire Jaouën (31 juillet 1940)

Lettre autographe signée de l’abbé Grégoire Jaouën (1881-1952), recteur de Camaret depuis 1938, à Saint-Pol-Roux. Datée de “Camaret, 31 juillet [1940]”. 1 page (17,5 x 22,5 cm). Enveloppe conservée (12,2 x 9,6 cm), adressé à “Monsieur Saint-Pol-Roux, / 30, Rue Jean Jaurès, / Brest.” Au verso de l’enveloppe, l’auteur a inscrit : “G. Jaouën, Recteur de [la paroisse de] Camaret s/mer” (les mots entre crochets ont été ajoutés de la main de Divine). Cachet de la poste : “1er août 1940″.

Lettre de l’abbé Grégoire Jaouën (31 juillet 1940) [enveloppe] – Coll. Mikaël Lugan

Cette lettre fait suite à la précédente, publiée ici. Saint-Pol-Roux demeurait alors essentiellement à Brest, logeant chez des amis, afin de pouvoir rendre visite quotidiennement à Divine, hospitalisée ; mais il revenait régulièrement à Camaret inquiet pour son Manoir qui avait déjà été visité et cambriolé pendant son absence. La lettre du recteur Jaouën témoigne de l’attachement des Camarétois au poète et à sa fille.

Lettre de Grégoire Jaouën (31 juillet 1940) – Coll. Mikaël Lugan

Camaret, 31 juillet.

Cher monsieur Saint-Pol-Roux,

Cher Maître !

J’ai reçu hier le mandat de 400 francs dont vous m’aviez dimanche annoncé l’envoi prochain, et je vous en remercie.

J’aime à penser, après ce que vous m’avez dit au cours de cet entretien que j’aurais désiré prolonger, (mais vous vous souvenez en quelles conditions il avait lieu) que tout pour votre Divine tant aimée continue et continuera à aller pour le mieux, et que peu à peu elle souffrira moins de ce plâtre. Sachez que le petit mot si émouvant qu’elle m’écrivait a été écouté par l’assistance des trois messes avec une attention touchante et que tous, entrant dans les sentiments qui l’inspiraient, ont prié pour elle et pour vous. Que cette sympathie qui va de tous les cœurs Camarétois vers vous en votre lourde épreuve soit votre consolation à tous deux ! Mais revenez-nous vite !

Bien à vous dans les sentiments les meilleurs.

G. Jaouën

R r