de Jehan-Rictus (18 juillet 1907)

Lettre autographe signée du poète Jehan-Rictus (1867-1933), pseudonyme de Gabriel Randon de Saint-Amand, à Saint-Pol-Roux, 18 juillet 1907. 4 pages (11,6 x 18 cm).

Où s’étaient donc rencontrés, Saint-Paul Roux, qui n’avait pas encore mis la dernière touche à son pseudonyme, et Gabriel Randon, qui ignorait encore qu’il deviendrait Jehan-Rictus ? Était-ce dans l’appartement du Boulevard Saint-Michel de Leconte de Lisle ou dans celui, sis 17, rue Claude Bernard, de Louis Pilate de Brinn’Gaubast ? À moins que dans quelque taverne montmartroise. En tout cas, on retrouve leurs deux noms aux sommaires de la seconde Pléiade, dirigée par Brinn’Gaubast, et du Moderniste de G.-A. Aurier, éphémères petites revues de l’année 1889, dont les rédactions, à un ou deux noms près, identiques, devaient donner naissance au Mercure de France. Les deux hommes devinrent rapidement amis, et suffisamment pour que Saint-Pol-Roux mît Randon dans la confidence de la croisade magnifique et qu’il le chargeât de manœuvrer, avec Jules Méry, l’autre mercenaire du Magnificisme, auprès d’Huret. Le jeune poète écrivit notamment, le 12 avril 1891, une lettre au journaliste de l’Écho de Paris afin de lui souffler le nom de son aîné et de l’inciter à l’interroger dans le cadre de l’Enquête sur l’Évolution littéraire. Bien qu’en service commandé, Randon ne mentait pas sur l’admiration qu’il portait au Magnifique, plus expérimenté, et dont l’œuvre et les théories eurent quelque influence sur ses premiers essais poétiques. Il travaillait alors, depuis deux ans, à un long poème en vers réguliers, La Dame de Proue, et il en soumettait régulièrement l’avancée à son ami, en quête d’appréciations. Saint-Pol-Roux l’encourageait à poursuivre : « Parachevez fortement votre magnifique Dame de proue. Chaque jour davantage apprivoisez la Vaillance, demain il faudra la déshabiller ainsi qu’une Fille afin d’agenouiller les hostiles et mériter la palme » (lettre du 3 avril 1891) ; et à en conserver l’intitulé, que Randon, un temps, avait pensé modifier : « Maintenez ce titre qui me produit l’effet d’une magnifique queue de paon faisant la roue » (lettre du samedi 25 avril 1891). Sans doute, le théoricien de l’idéoréalisme voyait-il en cet essai l’œuvre d’un disciple acquis à ses préceptes, car on reconnaît aisément dans les vers qui nous sont parvenus l’empreinte de certains poèmes et des théories du relief énoncées par Saint-Pol-Roux. Malheureusement, La Dame de Proue demeura inachevée et ne parut que fragmentaire dans des petites revues. Lorsque Gabriel Randon trouva enfin sa voix et se fit Jehan-Rictus, il se détourna naturellement de son tutélaire ami ; leur correspondance devint plus lointaine puis se raréfia, et l’auteur des Soliloques du Pauvre jugea, à partir de 1898, assez sévèrement le Magnifique, dans plusieurs pages de son Journal quotidien, tout aussi sévèrement qu’il jugeait ses œuvres de jeunesse. On regrettera que le poète des Doléances n’ait commencé à le rédiger qu’à partir de l’année 1898, alors que ses relations avec Saint-Pol-Roux se sont déjà distendues. Le premier carnet du Journal quotidien (21 septembre 1898 – 26 avril 1899) a été publié par Claire Paulhan, établi et annoté par Véronique Hoffmann-Martinot, en 2015. On se reportera également aux travaux de Philippe Oriol : Jehan-Rictus, l’homme et l’œuvre, thèse de doctorat, sous la direction de Louis Forestier, Paris 4, 1995 ; et Jehan-Rictus, la vraie vie du poète, Éditions universitaires de Dijon, 2015.

La lettre que nous reproduisons, accusant réception des Féeries intérieures (Paris, Mercure de France, 1907) et en commentant certains poèmes, tempère néanmoins un peu la sévérité de Rictus envers son vieil et ancien ami.

Lettre de Jehan-Rictus (18 juillet 1907) [1] – Coll. Mikaël Lugan

Lettre de Jehan-Rictus (18 juillet 1907) [2] – Coll. Mikaël Lugan

Paris, ce 18 Juillet 1907

Mon cher Saint-Pol, je veux vous remercier de suite pour l’envoi des « Féeries Intérieures » (titre heureux) et pour la dédicace d’Hyde Park à l’anglo-saxon ou plutôt au Celte que je suis[1].

J’ai relu avec émotion votre immortel Pèlerinage de Ste Anne et quelques autres mirobolantes « féeries » où les yeux de l’âme comme ceux de la Chair trouvent un ravissement égal. Quelle délicieuse histoire que celle de Madame de Faverolles et de ses canetons ! C’est presque le Symbole de la Maman Française qui couve ses petits jusqu’à les étouffer, tandis que la Maman Anglaise ne craint pas de les voir naviguer – « Au revoir, tu nages à présent débrouille toi dans le vaste monde ! » – Un Français à 40 ans n’ira pas au théâtre, au café, n’épousera pas la femme qu’il aime, et s’il le fait n’osera pas éduquer ses enfants comme il lui plaît pour ne pas et ne jamais en aucune circonstance inquiéter ou contrarier sa mère. Yès !

Pour en revenir à votre Art et à votre livre j’ai retrouvé en vous comme toujours le Grand Ymaigier, le Tendre, l’Ingénieux, le Puéril aussi, et le profond Saint-Pol. Une doctrine amusante est celle du « fada ». Je la crois bonne pour le Midi, non pour le Nord : où tant d’habileté matoise se heurte à la clairvoyance glaciale et positive – « Fais le fada tant que tu voudras, disait l’angliche, je m’en fous : proclame si tu veux que tu tiens les ficelles du Polichinelle que je suis ; si cela te fait plaisir, je pourrais t’en dire autant et cela ne tire pas à conséquence ! »

Lettre de Jehan-Rictus (18 juillet 1907) [3] – Coll. Mikaël Lugan

Lettre de Jehan-Rictus (18 juillet 1907) [4] – Coll. Mikaël Lugan

Sur ce, à l’occasion, donnez moi de vos nouvelles et celles de votre maisonnée. Ne pourrais-je avoir une photo représentant votre manoir ? vu de loin par exemple ? En quoi est-il, en sardoine en chrysobéryl comme dans les poèmes de Mikhaël ou en graisse de cochon durcie comme il ne manquerait pas d’être dans Rabelais ?

Je me le représente un peu comme suit avec des vitraux contenant des dames Ildis, des Châtelaines aurorales, en un mot des gonzesses de choix qui se refusent à éplucher les carottes ou à repriser les gants d’arpions.

Lettre de Jehan-Rictus (18 juillet 1907) [détail : dessin du Manoir du Boultous]

Avec mes bons souvenirs à votre femme et aux petits (je ne connais toujours pas Divine), et mes remerciements renouvelés, croyez-moi mon cher Saint-Pol votre fidèle et affectueux

Jehan Rictus

50 R Lepic

Paris

[1] Dans son journal, à la date du 16 juillet 1907 (Cahier 48, B.N. N.a.fr. 16144, p.20), Rictus avait noté : « Lu (…) un livre de St. Pol Roux les Féeries intérieures que j’ai reçu hier. – Il y a de jolies pages là dedans et une légende tout à fait hors de pair : Le Pèlerinage de Ste Anne. Il m’a dédié une prose « Hyde-Park ».

Enfin Saint-Pol est un gracieux, galant et joli Poète qui a bien tort de vouloir s’enfler jusqu’à la grandiose philosophie et au Symbolisme héroïque et platonicien. »