de Jeanne Perdriel-Vaissière (16 janvier 1913)

Lettre autographe signée de Jeanne Perdriel-Vaissière (1870-1951), poétesse et romancière, datée du 16 janvier et adressée de Brest à Saint-Pol-Roux. 3 pages (12,2 x 16,9 cm). Dans la marge gauche de la première page, Divine a noté verticalement au crayon : “Lettre de Mme Jeanne Perdriel-Vaissière”. Saint-Pol-Roux a utilisé la quatrième page, laissée vierge par l’expéditrice, comme brouillon pour des notes au crayon qui serviront de conclusion à l’article sur “Jos. Leconte” à paraître dans La Dépêche de Brest du 23 janvier 1913 (voir Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 9-10).

Lettre de Jeanne Perdriel-Vaissière (16 janvier 1913) [p. 1] – © Coll. Mikaël Lugan

Saint-Pol-Roux avait certainement fait connaissance de Jeanne Perdriel-Vaissière à Brest au début du siècle. La poétesse y tenait dans son domicile du 13 rue Voltaire un salon fréquenté par de nombreuses personnalités du monde artistique et littéraire breton : Théodore Botrel, Anatole Le Braz, Charles Cottet, Jules Romains, Victor Segalen, etc. Jeanne Perdriel-Vaissière participa aux “Fêtes de la Victoire” du 11 août 1912 que Saint-Pol-Roux organisa pour célébrer la victoire camarétoise de 1694 sur la flotte anglo-hollandaise. Leur amitié perdura jusqu’à la mort du poète. Deux livres de Jeanne Perdriel-Vaissière comportant un envoi à Saint-Pol-Roux, sont conservés à la Médiathèque des Capucins : Celles qui attendent (Paris, Sansot, 1907) et C’est votre histoire (Paris, Plon, 1927) ; mais on sait que d’autres volumes figurèrent dans la bibliothèque du Manoir, notamment Et la lumière fut (Paris, Sansot, 1911) qui contient un poème intitulé “Au poète Saint-Pol-Roux pour la première communion de sa fille Divine”, et Feuillages (Paris, Messein, 1930). Voir notre “Essai de reconstitution de la bibliothèque de Saint-Pol-Roux” dans Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 7-8.

Lettre de Jeanne Perdriel-Vaissière (16 janvier 1913) [p. 2-3] – © Coll. Mikaël Lugan

16 janvier

Brest

Mon cher grand poète,

Quand votre dépêche m’est arrivée, j’étais toute occupée à de pénibles devoirs et loin de Brest pour quelques jours encore, les deux fêtes s’étant passées pour moi à aider à mourir un parent éloigné.

Pardonnez donc mon retard à vous dire merci de ces belles paroles rapides et recevez les vœux et tendresses de nous quatre[1] pour vous cinq.

J’ai ouï dire que vous allez vous rendre à Paris[2], hélas ! je n’irai pas vous y retrouver, malgré mon désir et les projets faits ; diverses raisons me retiennent au rivage armoricain, je les déplore en les subissant ! — ce sera pour 1914, espérons-le !

Ne faites-vous pas jouer vos pêcheurs de sardines[3] ? l’heure en sonne !

De tout cœur au poète,

Jeanne

[1] Jeanne Vaissière avait épousé le breton Eugène Perdriel en 1891. De leur union naquirent trois fils dont un mourut en bas âge.

[2] À notre connaissance, Saint-Pol-Roux n’effectuera aucun séjour à Paris au cours de l’année 1913.

[3] Titre d’une pièce de théâtre à laquelle Saint-Pol-Roux travailla de 1898 à 1903 et qu’il destinait à André Antoine. Ce projet fut à l’origine de son installation sur la Presqu’île de Crozon, le poète désirant se documenter sur la crise sardinière et ses conséquences sur les pêcheurs de Camaret.

Notes autographes de Saint-Pol-Roux sur la 4e page de la lettre de Jeanne Perdriel-Vaissière – © Coll. Mikaël Lugan

Avant de devenir des dieux, ces grands hommes furent de parfaits ouvriers, et c’est pourquoi l’Humanité les célèbre de toutes les forces de son amour, pour la foi radieuse joie / Joie Nouvelle qu’ils forgèrent [lui fondirent / saisirent / évoquèrent dans le brasier] firent jaillir du brasier de leur foi, et qu’ils formèrent sur l’enclume de leurs souffrances / angoisses et qu’ils trempèrent, pour leurs frères en douleurs, dans l’eau pure et claire / diaphane et ferme de leur espérance.

SPR

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search