de Jacques Maret (décembre 1934)

Lettre autographe signée de l’artiste et directeur de revue Jacques Maret (1900-1980) à Saint-Pol-Roux, non datée, mais écrite certainement en décembre 1934. 1 page (13,5 x 21 cm).

Artiste original de grand talent, Jacques Maret avait créé Les Feuillets inutiles, une revue singulière dont le premier numéro parut en février 1929. La publication, au très faible tirage (un peu plus ou un peu moins de cent exemplaires selon les livraisons), se présentait en feuilles sous carton à dessin sur le premier plat duquel étaient contrecollés l’étiquette de titre et le sommaire. Revue d’artiste et de poète – car Maret fut l’un et l’autre – elle vécut sa première vie jusqu’en décembre 1937 avant de renaître au début des années 1960.

Parmi ses collaborateurs, on trouve les noms de Pierre Albert-Birot, Audiberti, Jacques Baron, Jean de Bosschère, Jean Cassou, Pierre Drieu la Rochelle, Jean Follain, Louis de Gonzague Frick, Max Jacob, James Joyce, Gilbert Lely, Gisèle Prassinos, Ribemont-Dessaignes, Jean Rousselot, André Salmon, Georges Schéhadé, Michel Seuphor, Philippe Soupault, Tristan Tzara, etc.

Saint-Pol-Roux y collabora à deux reprises : il donna d’abord « Loup blanc », poème inédit composé lors de son séjour dans la Forêt des Ardennes en 1895, qui fut publié dans le n° 15 (20 septembre 1934) de la revue ; puis un sonnet « Quatorze fois quatorze », également inédit, daté « Paris, 1925 », probablement écrit quelques jours après le scandale du banquet du 2 juillet à la Closerie des Lilas, pour le n° 16 (5 janvier 1935) des Feuillets inutiles.

La lettre de Jacques Maret accuse réception de ce dernier poème qui commence par ce vers : « Pourquoi tant de faux pleurs sur ce poète méconnu ? » auquel fait allusion le directeur de la revue. L’originalité de ce sonnet est d’être écrit en vers de quatorze syllabes, mètre que Saint-Pol-Roux avait déjà employé dans La Dame à la faulx ; le titre du poème fait donc référence à sa structure : quatorze vers de quatorze syllabes.

Lettre de Jacques Maret (décembre 1934) – Coll. Mikaël Lugan

8 rue Léon Dierx Paris 15ieme

Cher monsieur

Merci, quatorze fois quatorze fois merci pour votre sonnet sur « le poëte méconnu ». Soyez assuré que la date n’en sera pas oubliée en le composant et acceptez mes excuses pour celle de « Loup blanc ».

En même temps que vos vers inédits votre lettre m’a fait très plaisir : c’est avec des encouragements de la qualité des vôtres que, ma femme et moi, sommes récompensés si tant est qu’il soit besoin que nous le soyons pour ce que nous essayons de faire avec persévérance.

Croyez, cher monsieur, aux témoignages de mon admiration et de ma jeune amitié.

Jacques Maret