de l’abbé Grégoire Jaouën (6 juillet 1940)

Lettre autographe signée de l’abbé Grégoire Jaouën (1881-1952), recteur de Camaret depuis 1938, à Saint-Pol-Roux. Datée du “6 juin” [sic] pour le “6 juillet 1940”. 1 page (17,5 x 22,5 cm).

L’abbé Jaouën avait succédé, à la paroisse de Camaret, au chanoine Joseph Bossennec décédé le 20 juin 1938. Saint-Pol-Roux fut très proche de ce dernier. Il avait participé activement, avec lui, à la collecte des fonds qui permirent la construction de l’église paroissiale du petit port breton ; et il lui dédia, quelques semaines après sa disparition, La mort du berger (Brest, André Broulet, 1938). Il entretint également de bonnes relations avec son successeur. La lettre présentée ici fut écrite par l’abbé Jaouën le samedi 6 juillet 1940, deux semaines après l’irruption du soldat nazi dans le Manoir du poète, l’assassinat de Rose Bruteller et la blessure par balle de Divine.

Lettre de l’abbé Grégoire Jaouën (6 juillet 1940) – Coll. Mikaël Lugan

Camaret, 6 juin.

Bien cher monsieur Saint-Pol-Roux,

Bien cher Maître,

Veuillez, je vous en prie, m’excuser de n’avoir pas plus tôt répondu au petit mot si émouvant que vous me transmettez de la part de votre Divine bien-aimée, mais j’espérais chaque jour qu’il me serait possible d’aller à Brest et de vous dire à tous deux combien profondément vous demeuriez en ma pensée amie. Demain, ce sera dimanche, et de la chaire de cette Église à la construction de laquelle vous avez apporté le meilleur de votre cœur, je lirai la lettre par laquelle votre fille exprime à la population de Camaret ses remerciements pour tous les témoignages de sympathie qu’elle en a reçus.

Dites-vous, Bien cher Maître, dites-lui que ma pensée, notre pensée – est avec vous, avec elle, accompagnée des vœux les plus fervents de santé, de retour au plus tôt.

Je suis bien vôtre à tous deux dans les sentiments les meilleurs.

G. Jaouën

r de Camaret.