de Georges Lecomte (15 février 1909)

Carte pneumatique autographe signée du romancier et dramaturge Georges Lecomte (1867-1958) qui avait été élu l’année précédente Président de la Société des Gens de Lettres, adressée à Saint-Pol-Roux. 1 page (11 x 14 cm).

Le pneumatique est adressé à “Monsieur Saint-Pol Roux / 13 Rue de Bagneux / E. V. / 6ème“. Le cachet de la poste indique la date du 15 février 1909.

Pneumatique de Georges Lecomte [r°] – Coll. Mikaël Lugan

Ce courrier du Président de la SGDL s’inscrit dans les démarches qui suivirent le banquet de La Dame à la faulx (6 février 1909). Une pétition réclamant que fût représentée à la Comédie Française la tragédie de Saint-Pol-Roux et qui récolta plus de 300 signatures devait être remise à son administrateur, Jules Claretie, par le poète accompagné d’une délégation d’écrivains réunie par Gustave Kahn. Un premier rendez-vous fut pris le vendredi 19 février, mais un empêchement de Georges Lecomte obligea Saint-Pol-Roux à le reporter au lundi suivant. Cette fois, c’est un deuil de l’administrateur qui le retarda encore. Finalement, c’est le mercredi 24 février que fut remise à Claretie, au Café de la Régence, la pétition. Ce dernier l’accepta et demanda au Magnifique de retoucher son drame pour qu’il fût jouable en quatre heures. Ce travail allait occuper Saint-Pol-Roux plusieurs mois, ce qui laissa le temps à l’administrateur de la Comédie Française de rétablir le comité de lecture. Ce même comité de lecture qui refusera la pièce le 18 novembre 1910, après une lecture de plus de cinq heures.

Pneumatique de Georges Lecomte [v°] – Coll. Mikaël Lugan

82 rue du Ranelagh

Lundi, 1 heure

Mon cher ami,

Bien volontiers. J’estime que c’est mon devoir. Et c’est un devoir que je remplirai avec conviction et plaisir.

La seule chose que je vous demande c’est que le rendez-vous du Café de la Régence soit fixé à 5 h 3/4, parce que tous mes jours de la semaine sont terriblement encombrés déjà. Sur un mot de Kahn, Claretie nous attendra aisément vers cette heure-là, car il ne quitte guère son cabinet avant 6 h 1/2.

Je crois que la présence de plusieurs poètes fera sur son esprit l’impression la meilleure. Il serait donc bon que Kahn pût faire venir avec Richepin, Régnier et Léon Dierx.

Votre bien amicalement dévoué

Georges Lecomte

***

Autres documents en relation :

Bibliographie :