de Frances Louise Stevenson (28 février 1918)

Lettre dactylographiée signée de Frances Louise Stevenson (1888-1972), maîtresse et secrétaire particulière de David Lloyd George (1863-1945), premier ministre britannique. Papier à en-tête du “prime minister / 10, Downing Street / Whitehall, S. W. 1”.. Datée “February 28th. 1918” (28 février 1918). 1 page (11,8 x 18,5 cm). Enveloppe conservée (13,3 x 10,8 cm), adressée à “M. Saint-Pol-Roux, / Camaret-sur-mer / Finistère” ; l’adresse a été rayée et une rectification manuscrite a été ajoutée : “42 rue Denfert Rochereau / Paris 5e.” L’enveloppe et la lettre ont été perforées, sans doute par Divine, pour être rangées et conservées dans un classeur.

Lettre de Frances Louise Stevenson (28 février 1918) [enveloppe] – Coll. Mikaël Lugan

En décembre 1917, Saint-Pol-Roux, poursuivant ses réflexions sur le conflit mondial qui l’avait intimement éprouvé, avait adressé plusieurs longues lettres, dans lesquelles il développait ses idées de poète visant à mettre fin une fois pour toutes à la guerre, à d’éminentes personnalités étrangères : à Edison, à Woodrow Wilson, le président des États-Unis, au Premier Lord de l’Amirauté britannique (sans doute Eric Geddes). Il avait, en outre, envoyé des copies – ce que nous apprend le document reproduit ici – de certaines de ces lettres aux dirigeants des pays alliés. Voici un extrait qui donnera un aperçu de la teneur de ces courriers :

Lorsque, dès août 1914, j’entrevoyais dans le sous-marin et l’avion les deux facteurs caractéristiques de la guerre ouverte, je me demandais déjà quelle pourrait devenir pour nous la palpitation secourable au cas présumable d’une paralysie toujours à craindre. Et, lorsqu’après la Marne, devant la stabilisation par les tranchées, je préconisais parmi mes intimes la “forteresse mouvante” et le “cheval-canon” – les idées de Wells m’étaient inconnues et me le sont encore – je pensais à la possibilité du mouvement libérateur. Car c’est le mouvement, expression de vie et d’offensive, qu’il sied de cultiver pour triompher de l’adversaire et de la mort. Hélas, nous dûmes nous cristalliser dans une héroïque stagnation et davantage concéder le mouvement à la matière, collaboratrice sous espèces d’engins qui ne sont, à vrai dire, que notre forme dans l’informe et notre mouvement dans l’immobilité. C’était travestir la méthode française en méthode prussienne, par quoi se glaceraient bientôt nos valeurs assaillantes.

(A ces débuts, j’émettais déjà une théorie du mouvement des choses par le concours de l’homme y intériorisé, mens agitat molem, théorie de la grande forteresse ou pour mieux dire de toute notre ligne fortifiée en quelque sorte sectionnée en morceaux, chaque morceau abritant sous sa carapace un ou plusieurs combattants, et ces carapaces propulsées animalement ou automatiquement devenant une multiplicité de petits fortins vivaces, mobiles, se ruant. A cette théorie, j’adjoignais celle du “cheval-canon”, soit une cavalerie canonnière métallisée, ubiquitale, déplacée suivant une irréparable asymétrie, armée d’après la formule du maximum-minimum, cavalerie-canonnière qui, avant la consolidation consommée de la ligne allemande, eût infailliblement bouté l’envahisseur hors des frontières. Mais on préféra se cuirasser dans l’immouvement, se terrer. C’était dans le mouvement qu’il fallait se retrancher : la tranchée qui marche ainsi que la forêt de Macbeth.)

(“Lettre à son Excellence M. Woodrow Wilson”)

Il est probable que les destinataires n’attachèrent pas grande importance aux visions et aux intuitions du poète – auquel pourtant l’avenir allait donner raison – mais Lloyd George, au moins, prit la peine de demander à sa secrétaire d’en remercier Saint-Pol-Roux par courrier.

Lettre de Frances Louise Stevenson, secrétaire particulière de Lloyd George (28 février 1918) – Coll. Mikaël Lugan

February 28th. 1918.

Dear Sir,

The Prime Minister desires me to convey to you his thanks for the copy of your letter of December 1917 addressed to President Wilson, which you are good enough to send him.

Yours faithfully,

F. L. Stevenson.

M. Saint-Pol-Roux.

28 février 1918

Cher Monsieur,

Le Premier Ministre me demande de vous transmettre ses remerciements pour la copie de votre lettre de décembre 1917 adressée au Président Wilson, que vous avez eu la générosité de lui envoyer.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués,

F. L. Stevenson.

M. Saint-Pol-Roux.

Note. – Les lettres à Edison, Woodrow Wilson et au Premier Lord de l’Amirauté britannique ont été publiées dans : Saint-Pol-Roux, La Transfiguration de la guerre, texte établi par Gérard Macé, Mortemart, Rougerie, 1976.