de Charles Gillet (19 décembre 1930)

Lettre dactylographiée, avec signature autographe et ajout manuscrit au crayon sur la marge gauche de la deuxième page, adressée par Charles Gillet (1872-1934) à Saint-Pol-Roux le 19 décembre 1930. 2 pages (21 x 27 cm).

Charles Gillet fut l’un des plus anciens amis du poète, et probablement le plus fidèle. Ils s’étaient rencontrés à Montmartre en 1890. Onze ans les séparaient, mais les deux hommes partageaient un même idéal poétique, fréquentant les cafés de la Butte où les rejoignaient les bons camarades Alexandre Kieffer, Jules Méry et Gabriel Randon, qui ne signait pas encore Jehan Rictus. « Soleils d’argile », le premier poème qu’il publia dans le programme du Théâtre d’Art du 21 mai 1891 accompagnant la représentation donnée au bénéfice de Verlaine et Gauguin, Gillet le dédia naturellement à Saint-Pol-Roux. Ce dernier lui ouvrit, deux ans plus tard, les portes du Mercure de France qui reproduisit dans son numéro de septembre 1893 « Nuptiale », un autre de ses poèmes. Charles Gillet, dédicataire de « La Mésaventure des yeux », poème en prose des Reposoirs de la procession (1893), fut le complice de l’affaire Harcoland, servant de « secrétaire anglais » au Magnifique afin que Vallette ne reconnaisse pas son écriture, et signant à sa place, d’un pseudonyme transparent pour nous, Carolus Tigell, l’article présentant « Daniel Harcoland » dans le Mercure de France (n° 64, mars 1895). Ayant embrassé la carrière industrielle comme secrétaire d’une grande société minière, il abdiqua toute ambition littéraire sans pour autant abandonner la poésie et ses amis poètes. Il fut, comme le rappelle la lettre que nous révélons ci-dessous, un indéfectible soutien pour Saint-Pol-Roux, lui apportant régulièrement son secours financier. Gillet, tout au long de sa vie, continua d’adresser à son ami ses vers ; et le Magnifique, qui avait dédié à Gillet un des sonnets, « La Gloire », publiés dans Les Nouvelles littéraires du 25 février 1933, s’entremit auprès de Jean Royère pour que quelques-uns de ses vers parussent dans Le Manuscrit autographe, mais la revue était déjà moribonde, et Saint-Pol-Roux dut se tourner vers Alfred Vallette qui accueillit, quarante ans après « Nuptiale », de nouveaux poèmes de Gillet dans le Mercure de France du 1er mars 1934. Ce fut probablement l’un des derniers bonheurs de Charles Gillet, déjà affaibli par la maladie qui devait l’emporter à 63 ans le 23 décembre de la même année. Quelques mois après sa mort, sa fille Geneviève et son gendre, l’avocat Jean Jacquinot, réunirent l’œuvre poétique de cet orphée modeste, qui composait des vers dans l’ombre de glorieux amis, en un recueil de Poèmes qu’édita Jean Crès en 1936. Saint-Pol-Roux en rédigea la préface, qui est un bel hommage à ce « frère idéal ».

Lettre tapuscrite de Charles Gillet à Saint-Pol-Roux (19 décembre 1930) [p. 1] – © Coll. Mikaël Lugan

19 décembre 1930

Mon très vieux frère,

J’ai encaissé les deux mille francs. Mais pourquoi cette hâte à me rembourser et cette priorité que tu me donnes ? Je n’ai donc pas su me faire comprendre lorsque je te demandais de prendre ton temps, au moins jusqu’à l’embellie en Bourse ? Peut-être ces deux mille francs là t’en coûtent-ils cinq mille ? Sais-tu bien — tu m’excuseras de me tresser ce laurier tardif — qu’en te faisant ces avances je ne comptais pas le moins du monde en voir jamais le retour ? Car je ne savais pas que, du chef maternel, une imprévue fortune pût t’advenir[1] ; et quant à celle qui tient à l’infortunée vie de ta belle-sœur je ne la voyais tienne que vers la fin du monde[2]. C’est donc une heureuse surprise pour moi de voir, par le témoignage de relative aisance que tu me fournis, que tes plus gros ennuis d’argent sont finis. Tes effusions reconnaissantes me font aussi du bien : mais ne les exagère pas ; car, en te prêtant la main dans de damnés moments, je n’ai pas voulu faire plaisir à toi tout seul mais aussi à ce qui reste de jeune dans mon vieux cœur. Cependant, j’ai placé cinquante mille francs, ou davantage, dans la poche des amis — et tu es le seul qui pense à moi. Sois béni pour le réconfort que tu m’apportes dans mes amertumes.

Il faut absolument que tu te dispenses de vendre tes actions à cette heure intempestive[3]… Tu me dis que tu perds cent mille francs : je pense que c’est virtuel, et seulement par comparaison sur le papier des cours d’aujourd’hui avec les cours réels — mais que tu n’as pas réalisé une telle perte. Attends pour vendre, je t’en prie. La fin de la crise n’est pas encore en vue, tu t’y ruinerais sans raison… Et d’abord, si mes prières sont vaines, lis bien ici la défense de me retourner quoi que ce soit sur ce que tu restes me devoir avant que la hausse revenue te permette de céder une partie de tes actions avec bénéfice. Je serais fâché que tu n’en tiennes pas compte.

Tu t’inquiètes de la répercussion sur moi du désastre universel… Pauvre ami ! Depuis deux ans mon métier m’a rapporté juste de quoi m’acheter une vieille guitare pour aller chanter dans les cours et ma tire-lire éventrée coule à flots. Mais je n’en suis pas encore à deux mille, ni même à dix mille francs près et il reste sur la planche assez du pain promis à notre vieillesse. Ne t’en fais donc pas pour nous…

Je te vois menacé de grosses dépenses encore, pour la réparation du manoir[4] notamment. As-tu réussi à emprunter sur tes actions ? Sinon donne-moi les renseignements, je chercherai par ici.

Lettre tapuscrite de Charles Gillet à Saint-Pol-Roux (19 décembre 1930) [p. 2] – © Coll. Mikaël Lugan

Et ce manoir démontable, jusques à quand, Seigneur, l’outre aux tempêtes va-t-elle se dégorger dessus ?

J’avais reçu aussi ta lettre du 26 Novembre[5] ; j’avais lu par Jean, dans la DÉPÊCHE, tes impressionnantes anticipations sur le port futur de Camaret[6] : et veuillent les techniques écouter tes voix… Et puis, merci de la DÉPÊCHE du 9 Octobre et de la BRETAGNE À PARIS du 8 Novembre, avec l’IMAGIER[7]. Et encore de l’hommage à la Comtesse[8], qui m’a ému aux larmes : ton tendre cœur s’est encore épuré ; il y a là une harmonie dans le respect, une « élégance » (oui) dans l’offrande, qui me font oublier tes merveilleuses fougues de jadis. Pourtant, je les retrouve en me rappelant ta vie en Ardennes, de 1895/1897, que tu me racontais place Monge. Je vois que le tendre souvenir t’en est resté, par ton TOAST aux combattants belges[9]. Hélène qui s’est montrée sensible à ton attention, et moi, nous sommes restés pantois devant tout cela d’émotion, devant une telle densité de l’esprit, une substance spirituelle à couper au couteau. Pourquoi tout cela est-il éparpillé ? Quand te reverra-t-on chez les livres ? Et ton poème aux PÊCHEURS BRETONS[10], as-tu trouvé le temps de l’usiner ? Moi je ne fais rien, sinon surveiller les affaires pour défendre le bien de la famille : tout mon temps y passe…

Je n’aime pas quand tu me parles de grippe. Dans le climat bouleversé où vous vivez, toi et Divine (pauvre Divine, malade aussi) je crains toujours un petit coup de pneumonie, et c’est sérieux quand on a, comme nous, quarante ans passés… Soigne-toi bien, soigne bien la chérie, et recevez tous les deux nos tendres vœux pour l’année qui monte au ciel. Ce n’est point chez nous une formule, vous le sentez, n’est-ce pas ? Nous vous aimons bien et si Dieu nous écoute, vous serez heureux. J’attendais pour répondre à ta précédente lettre, d’en avoir le temps d’abord (je suis toujours surmené) et puis que le moment soit venu de vous offrir nos souhaits EN PREMIER : car j’étais honteux de m’être laissé devancer l’an passé. Et voilà encore que tu me précèdes. Vas-tu essayer de me faire croire que c’est moi l’aîné de nous deux ? À mon âge on est susceptible sur ce chapître et j’entends bien garder mes droits de cadet, c’est-à-dire de te rendre mes devoirs avant que tu m’en donnes le signal. Mais je ne suis pas en colère, tu sais…

Charles

Pas le temps de me relire. Veve et Michel[11], venus en visite, voltigeaient autour de moi pendant que je pianotais la présente. Leur bi-babil a tout fait pour me troubler les idées. Si tu trouves ci-contre des fautes, erreurs et pourritures, mets-les au compte de ma postérité…

[1] Euphrosine Roux, née Lieutaud, mère du poète, mourut le 3 avril 1930.

[2] La veuve de son frère Victor, mort le 28 octobre 1926, avait conservé la jouissance des biens de son mari.

[3] Les effets de la crise financière et économique de 1929 transformaient la part d’héritage du poète placée en actions en peau de chagrin.

[4] Fort de ses récents héritages, le poète avait entrepris de lourds travaux de restauration du Manoir en cette année 1930, travaux qui se poursuivront dans les premières semaines de l’année 1931.

[5] La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet conserve une photocopie de la première page de cette lettre.

[6] Il s’agit certainement du discours que Saint-Pol-Roux prononça lors du « Congrès de la Presse de l’Ouest » et reproduit par La Dépêche le mardi 8 juillet 1930. Dans sa conclusion, le poète y prédisait : « Camaret deviendra la tête de Brest dès que les têtes officielles voudront bien y penser. Vous nous reviendrez dans le Camaret futur, au port agrandi jusqu’aux deux bras que l’un vers l’autre se tendront le Capucin et le Grand-Gouin, une passe au milieu, notre port actuel faisant dès lors office d’arrière-port et les grèves du Corréjou et de la Fraternité s’animant de quais, de hangars, d’ateliers et de docks. »

[7] « L’Imagier du Pont », écrit à l’occasion de l’inauguration, en présence du président Gaston Doumergue, du pont Albert-Louppe reliant les communes de Plougastel-Daoulas au Relecq-Kerhuon, est un hommage au sculpteur René Quillivic. La Dépêche de Brest le publia dans son édition du 9 octobre puis La Bretagne à Paris un mois plus tard.

[8] « Hommage à la comtesse de Rodellec du Porzic » parut dans La Dépêche de Brest du 21 novembre 1930.

[9] Il s’agit de « Toast à la Belgique » reproduit dans La Dépêche de Brest du 24 novembre 1930.

[10] Dans sa lettre du 26 novembre à Charles Gillet, Saint-Pol-Roux lui avait indiqué devoir travailler à « un poëme en faveur des Pêcheurs bretons » ; « Les pêcheurs de thons (complainte populaire) » avait paru quatre jours plus tard, soit le 30 novembre, dans La Dépêche de Brest. Tous les textes dont il est question dans cette lettre ont été recueillis dans le Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 9-10.

[11] Probablement sa fille Geneviève et son petit-fils Michel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search