d’Abel Faivre (fin janvier 1909)

Lettre autographe signée du peintre et caricaturiste Abel Faivre (1867-1945) à Saint-Pol-Roux, sd (fin janvier 1909). Papier à lettre au monogramme de l’artiste. 2 pages (17 x 23 cm).

Faivre rencontra peut-être le poète – son aîné de six ans – au collège Notre-Dame des Minimes de Lyon où le jeune Paul Roux était pensionnaire depuis 1872. Faivre n’y entra que trois ans plus tard, mais Roux ne quitta l’institution qu’en 1879 et put donc fréquenter le futur dessinateur pendant quatre ans. Le tutoiement témoigne en tout cas d’une intimité entre les deux hommes. Saint-Pol-Roux avait dédié « Pompiers de village », écrit en 1887 et recueilli dans De la colombe au corbeau par le paon, à Abel Faivre.

Saint-Pol-Roux, de retour à Paris, avait certainement envoyé à son ami un carton d’invitation pour participer au « Banquet de La Dame à la faulx » qui devait se tenir le samedi 6 février 1909 à la taverne Gruber.

Lettre d’Abel Faivre [r°] – Coll. Mikaël Lugan

Lettre d’Abel Faivre [v°] – Coll. Mikaël Lugan

***

Mon cher St-Pol-Roux,

J’ai le regret de ne pouvoir le 6 février – n’étant pas libre ce soir-là – me joindre à la foule d’élite qui va fêter ta magnificence.

Je t’envoie un souvenir bien amical, en m’associant de tout cœur à ta joie juste.

Abel Faivre

Paul n’est pas à Paris en ce moment. Je lui transmettrai dès son retour ton amicale pensée.

***

Si le peintre n’assista pas au banquet du 6 février, il joignit quelques jours plus tard sa signature à la pétition pour que La Dame à la faulx fût représentée à la Comédie Française.

Note : Le texte de la lettre a été reproduit dans le Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 3-4, décembre 2017, p. 103.

***

Autres documents en relation :