Saint-Pol-Roux lisant au déjeuner du Goéland (21 décembre 1939)

Photographie de Saint-Pol-Roux, en train de lire un poème, prise le 21 décembre 1939, lors du déjeuner réunissant les membres du jury du prix de poésie du Goéland au restaurant Gadby de Rennes. Tirage photographique noir et blanc (13 x 9 cm) non signé. Provenance : don René Rougerie.

Un après la parution du premier numéro du Goéland, “feuille de poésie et d’art”, Théophile Briant prit l’initiative de fonder un prix de poésie que Saint-Pol-Roux accepta de présider. Le jury, après une première sélection de manuscrits, se réunissait en décembre pour délibérer et élire le lauréat. Le Magnifique présida les trois premières éditions de 1937, 1938 et 1939. Ce 21 décembre 1939, seuls cinq membres du jury étaient présents à Rennes : Germaine Beaumont, Théophile Briant, Jean des Cognets, Yves Nat et Saint-Pol-Roux. Léon Bocquet, Jacques Dyssord et René Martineau, empêchés, avaient voté par correspondance ; quant à Patrice de La Tour du Pin, mobilisé à la déclaration de guerre, il avait été fait prisonnier par les Allemands deux mois plus tôt.

Photographie : Saint-Pol-Roux lisant au déjeuner du Goéland (21 décembre 1939) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Après Louisa Paulin, lauréate 1937, et Jules-René Thomé, lauréat 1938, c’est André Chardine, pour son manuscrit de Murmure des morts, qui recueillit, au deuxième tour, la majorité des suffrages ce 21 décembre 1939. Alain Borne et Robert Delahaye se partagèrent le prix du meilleur poème.

Document en lien : Le Jury du Prix du Goéland 1939

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search