Saint-Pol-Roux en Père Noël (25 décembre 1909)

Photographie du photographe brestois Émile Adolphe Jotté-Latouche (1864-1931) représentant le poète Saint-Pol-Roux costumé en Père Noël arrivant en barque sur le quai de Camaret le 25 décembre 1909. Tirage photographique noir et blanc collé sur carton et légendé par Divine Saint-Pol-Roux : “Le Poète Saint-Pol-Roux en père Noël arrivant en barque à Camaret en 1909” (17 x 23 cm). Provenance : don René Rougerie.

À l’aube de ce 25 décembre 1909, les Camarétois purent découvrir, affiché sur les murs de leur ville, un célestogramme azur annonçant l’arrivée, ce même jour, du Père Noël. L’auteur n’était autre que Saint-Pol-Roux, qui aux alentours de trois heures de l’après-midi fit son apparition, vêtu d’une houppelande bleue et le visage masqué par une longue barbe, sur le quai camarétois, devant une nuée d’enfants et de parents émerveillés venus l’espérer. Quatre ans après son installation au Manoir, perché sur la “montagne”, le poète donnait à cette occasion la première manifestation publique de son attachement aux Camarétois et à leur ville.

Photographie d’E. Jotté-Latouche : Saint-Pol-Roux en Père Noël (25 décembre 1909) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

La Dépêche de Brest, sous la signature d’Albert Mauger – peut-être un prête-nom du poète lui-même -, rendit compte de cette extraordinaire journée dans son édition du mardi 28 décembre 1909. Nous en extrayons un passage que pourrait parfaitement illustrer la photographie reproduite ci-dessus :

Saint-Pol-Roux en Père Noël – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer

Tout à coup, c’est une formidable explosion de clameurs et une ruée générale vers le bord du quai.

On vient d’apercevoir là-bas, sur la mer, doublant le sillon du château Vauban, une barque et, à l’arrière de cette barque, les yeux puissants des écoliers ont vite fait de découvrir… qui ?

Lui !… le Père Noël !…

Eh oui donc, le bon Papa Noël debout, appuyé sur une palme, sa longue barbe blanche se détachant sur l’azur des flots qu’éclaire un soleil d’été.

On dirait que le soleil veut voir aussi.

– Vive le Père Noël !…

Assurément, ces acclamations formidables parviennent aux oreilles du voyageur deux fois millénaire, encore loin cependant, car on le voit agiter sa palme.

L’effet est simple et grandiose, et dans quel incomparable décor !

Peu à peu s’avance la barque, et elle fait bien, car si elle devait tarder trop, la marmaille serait très capable de se précipiter à sa rencontre à la nage.

Je jette un coup d’œil sur le quai. À ce moment, il éclate du monde, des grappes humaines occupent les fenêtres, les bateaux amarrés aux organeaux ont aussi leur contingent de curieux, tous agitant des branches.

– Vive le Père Noël !…

L’instant prend une allure solennelle.

Un frisson d’art passe sur la multitude. La simplicité biblique de cet avènement émeut violemment les femmes, qui volontiers se signeraient. Devant les frémissements des bébés tendant leurs menottes, les sceptiques eux-mêmes subissent la grandeur du tableau ; et si quelques mauvaises langues s’apprêtaient à médire, sans nul doute sont-elles rentrées déjà dans leur taupinière.

Sans savoir de façon absolue, on pressent toutefois que cette barque porte un cœur qui doit chérir Camaret jusqu’à l’adoration.

Maintenant, on distingue davantage, et l’on peut reconnaître, entre une poupée et un tambour, un beau polichinelle de soie brimbalant ses bras au rythme des avirons et dominant la hotte d’or du Père Noël, toujours droit à la poupe de la barque, qui répond par des gestes très anciens aux très jeunes vivats de la terre.

– Vive le Père Noël !

BibliographieBulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 9-10 (Saint-Pol-Roux collaborateur de La Dépêche de Brest), octobre 2019, p. 32-40.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search