Portrait de Saint-Pol-Roux (ca 1895)

Portrait photographique de Saint-Pol-Roux non signé et non daté, probablement réalisé à la fin du XIXe siècle. Tirage photographique noir et blanc contrecollé sur carton (10 x 15 cm). Provenance : don René Rougerie.

Malheureusement, contrairement à d’autres portraits posés réalisés chez des photographes professionnels comme celui-ci figurant dans notre exposition virtuelle, ce tirage ne comporte aucune mention du nom du photographe ou de l’adresse de son studio. Aussi la datation ne peut-elle être qu’approximative. Saint-Pol-Roux y semble âgé d’une trentaine d’années entamée et arbore une coiffure qu’on ne retrouve pas sur d’autres photographies connues. Cette coupe de cheveux, à bien des égards surprenante, pourrait-elle coïncider avec celle que Paul-Napoléon Roinard évoque dans son discours, non prononcé, du houleux banquet du 2 juillet 1925 ? Il serait bien difficile de l’affirmer, aussi laisserons-nous le lecteur en juger après avoir pris connaissance de l’anecdote reproduite sous le portrait.

Portrait photographique de Saint-Pol-Roux (ca 1895) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

[…] Je n’oublierai jamais le séjour à Bruxelles où sous l’hospitalière sauvegarde de notre tout dévoué camarade Victor Groulard, nous vécûmes des heures difficiles et mouvementées.

Vous aviez, alors, publié les premiers Reposoirs de la Procession et votre célébrité se répandait malgré votre exode en Brabant quand tout à coup éclata dans le Mercure de France le manifeste du fameux Harcoland.

Ce manifeste sous un pseudonyme mystificateur nous révélait l’idéoréalisme de St-Pol-Roux le Magnifique, aussi nous l’avons magnifiquement fêté et sacré votre Harcoland que nous baptisâmes dans la mousse d’un fort copieux champagne, sous l’effigie et les vivantes espèces de certain garçon coiffeur, artiste capillaire rencontré tout à propos pour la cérémonie.

À l’écart de nos fréquents et pénibles soucis diurnes, notre faux Harcoland surgissait soudain devant nous comme investi des fantastiques splendeurs d’un Soleil de Minuit.

Paul-Napoléon Roinard, “Saint-Pol Roux : Souvenirs d’une époque littéraire”, La Mouette, n° 93, septembre 1925.

Si la coupe de cheveux arborée par le poète sur son portrait fut l’œuvre de ce “garçon coiffeur, artiste capillaire”, alors il faut dater le cliché du printemps 1895. Saint-Pol-Roux, Amélie et leurs deux enfants avaient en effet fui Paris, les créanciers et le durcissement de la répression contre les anarchistes, pour se réfugier à Bruxelles au tout début du mois de mars. Ce même mois parut au Mercure de France, l’article “Daniel Harcoland” signé Carolus Tigell – écrit par le poète et recopié par l’ami Charles Gillet. Malgré l’accueil de quelques-uns de ses confrères, comme Roinard, également exilé, et le “dévoué camarade Victor Groulard”, publiciste, – auquel il dédiera “Devant du linge étendu par ma mère, au village” -, Saint-Pol-Roux ne goûtera guère la capitale flamande et s’exilera dans la forêt du Val de Poix à partir de juin.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search