Portrait de Divine en costume breton par G.-L. Arlaud (ca 1925-1930)

Portrait photographique de Divine Saint-Pol-Roux en costume breton réalisé par Georges-Louis Arlaud probablement dans les années 1925-1930. Tirage photographique noir et blanc signé sur papier (21 x 27 cm). Provenance : don René Rougerie.

De toute la famille du poète, Divine fut certainement la plus bretonne. Non seulement parce que, comme le rappelle un poème attendri de La Rose et les épines du chemin, elle naquit “au hasard du voyage” dans la chaumière de Roscanvel le 28 septembre 1898, mais surtout parce que – à quelques escapades près – elle grandit dans ce bout du monde, à Roscanvel puis à Camaret, élevée à la bretonne par Da, Françoise Le Gall, ensuite dans l’amitié de Rose Bruteller, la fidèle servante du Manoir qui fut rapidement de la famille.

Si, après plus de quarante ans de vie presqu’îlienne, sa blessure à la jambe et les difficultés de l’après-guerre la contraignirent à s’installer à Boulogne-Billancourt et à travailler à la BnF, elle conserva une profonde nostalgie de Camaret. De sorte que, faute de trouver la petite maison camarétoise dont elle rêvait, elle s’installa, les derniers lustres de son existence, dans un appartement de la rade de Brest d’où, par beau temps, l’on apercevait la montagne de Camaret et sur le balcon duquel venaient lui rendre visite ses chers goélands.

Photographie de G.-L. Arlaud ; Portrait de Divine Saint-Pol-Roux en costume breton (ca 1925-1930) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Or c’est ici, Divine, ici que tu naquis, au hasard du voyage, en une étable ancienne de Lanvernazal en Roscanvel, ici que tu naquis, ô ma fille, ô ma vie, que tu naquis vers la mamelle de ta mère, entre les bouches et les yeux de tes frères ravis.

Saint-Pol-Roux, “Roscanvel” (La Rose et les épines du chemin)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search