Portrait de Cœcilian en uniforme légendé par le poète (1914-1915)

Photographie de Cœcilian, fils aîné de Saint-Pol-Roux, posant en uniforme. Tirage sépia contrecollé sur carton, datant probablement de 1914, annoté et légendé par le poète après la mort de son fils le 4 mars 1915 (10 x 14,5 cm). Provenance : don René Rougerie.

Cœcilian, devançant l’appel, s’était engagé au 141e régiment de ligne le 18 juin 1913 et avait rejoint le front dès la déclaration de guerre. Soldat de première classe, le 15 juillet 1914, il fut nommé caporal le 25 août puis sergent le 10 octobre. Le 3 mars 1915, alors qu’il participait à l’assaut de Vauquois, Cœcilian fut blessé mortellement. D’après le capitaine Combalot, qui rédigea un rapport en vue de lui obtenir une citation, il avait eu le temps de s’écrier : “Cela m’est égal de mourir puisque c’est pour la Patrie ! … Nous aurons la Victoire quand même !… Vive la France !”. Ce sont ces dernières paroles que Saint-Pol-Roux inscrira en tête du portrait. Transporté à l’hôpital de Verdun, le fils aîné du poète mourait le lendemain à l’âge de 22 ans. Le 27 mars, le général Sarrail signait sa citation à l’Ordre de l’Armée, et l’attribution, à titre posthume, de la croix de guerre.

Portrait photographique de Cœcilian en uniforme, légendé par Saint-Pol-Roux (1914-1915) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Ton âme généreuse a raison, mon fils, dévoue-toi, sans calcul, presque sans le savoir, dévoue-toi, en être spontané qui offre un geste noble à la Beauté, fût-ce au gré de l’instinct : c’est agir en poète.

Or, brave petit sorti de moi, j’ai voulu que ton acte ignoré restât dans un de mes livres, afin que sa sublime ingénuité lui portât bonheur et le fit durer peut-être, – afin aussi que son souvenir te protège et te conseille plus tard, mon fils bien-aimé, oui, plus tard, alors que, pantelant, tu hésiteras, comme chaque homme à son tour, entre les lâchetés humaines et les sacrifices divins !

Saint-Pol-Roux, “Cœcilian le sauveteur”, De la colombe au corbeau par le paon, Mercure de France, 1904.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search