Carte postale : Portrait de Saint-Pol-Roux par Pierre Vaillant (ca 1905)

Carte postale reproduisant en médaillon un portrait de Saint-Pol-Roux par le peintre Pierre Vaillant (1878-1939). L’éditeur de la carte postale n’est pas précisé, pas plus que la date d’émission ; l’étude du portrait semble avoir été réalisée durant la période roscanvéliste ou les premières années camarétoises du poète aux alentours, donc, de 1905 (9 x 14 cm).

La rencontre de Saint-Pol-Roux et de Pierre Vaillant est difficile à dater, mais se situe probablement dans les premières années du siècle. Le peintre, né à Chartres, s’était épris, à la sortie de l’École des Beaux-Arts de Paris, du Finistère et de Camaret en particulier. Admirateur et ami de Charles Cottet, c’est peut-être par l’intermédiaire de ce dernier, ou lors d’un de ses séjours à l’Hôtel de la Marine de Rosalie Dorso, qu’il se lia avec le poète. Dans ses souvenirs, Édouard Schneider rappelle que Vaillant fut un intime du Boultous :

Mais que de soirées réconfortantes et allègres ! Saint-Pol décidait soudain de se livrer à quelque petit jeu. Serrés autour de la table, l’hôtesse, le poète, la famille, Tonton Pierre l’ami peintre, les fidèles de passage attendaient le signal. Il fallait, cela va sans dire, que la bonne Da désertât sa vaisselle. La précieuse fourmi devait être de la fête ! Divine, sauvageonne, se pressait contre son bras, quand elle ne cachait pas sa farouche petite tête dans son tablier. Et la réjouissance d’exploser ! Un soir, c’était le concert-devinette. Chacun figurait avec ses mains et sa bouche l’instrument de son choix, ayant mission d’enchaîner, sous peine d’un gage, l’air commencé par son voisin et dont telle mesure, surprise au passage, se confondait avec la première de quelque air célèbre. Tant d’autres inventions encore ! Et Tonton Pierre de dévider son répertoire dont Dominique Bonneaud et Vincent Hyspa faisaient presque tous les frais. Tous s’esclaffaient, reprenaient aux refrains. Dame Lili, ravie de voir revivre tout-à-coup les célébrités de la Butte, entrait dans le concert avec truculence. Saint-Pol faisait chorus, la face illuminée, jouant de quelque violon imaginaire. Et l’on faisait honneur à cette Louise sans les « droits » de quoi le Boultous aurait eu ses jours comptés. Je sautais aussitôt sur le tabouret du piano, et tous de hurler « Voilà l’plaisir, Mesdames, voilà l’plaisir ».

Carte postale : Portrait de Saint-Pol-Roux par Pierre Vaillant (ca 1905) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Vaillant réalisera d’autres études représentant le poète à cette période et, à la fin de sa vie, peindra un portrait de Saint-Pol-Roux qu’il offrira à ce dernier. Le Magnifique rendra un ultime hommage au peintre dans une lettre adressée à sa veuve le 19 mai 1939 :

Pierre, par ses œuvres si sensibles, persistera dans la Mémoire. Il fut un rare artiste toujours en quête d’anoblir sa grave personnalité, et je lui sais un gré infini d’avoir daigné laisser l’image de son vieux poète affectueux et reconnaissant.

Bibliographie :

  • Édouard Schneider, “Saint-Pol-Roux dans sa vie et dans sa légende”, Le Mois suisse, n° 32, 1941, p. 55-88.
  • Saint-Pol-Roux, lettre à Madame Pierre Vaillant (19 mai 1939), Mer Arts Culture, n° 4, été 1989.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search