Carte postale d’Amélie à Divine Saint-Pol-Roux (16 janvier 1920)

Carte postale autographe adressée par Amélie Saint-Pol-Roux à sa fille Divine, de Camaret le 16 janvier 1920. Le recto de la carte représente le couple Saint-Pol-Roux, deux jeunes femmes assises et une petite fille – peut-être Divine ? – devant la façade ouest du Manoir. La carte fut éditée par la société parisienne Guilleminot, Bœpfslug et Cie probablement vers 1910. Amélie a écrit au verso, à l’encre noire, dans le sens vertical, et achevé sur le bord droit du recto. 2 pages (14 x 9 cm).

Carte postale autographe d’Amélie à Divine (16 janvier 1920) [r°] – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Après-guerre, l’état de santé d’Amélie, qui ne s’est pas remise du décès de Cœcilian, s’est aggravé. Elle doit rester souvent alitée et subir de nombreuses ponctions. Les crises fréquentes de son épouse conduiront le poète, dont la situation financière est des plus précaires, à envisager cette même année de vendre le Manoir pour s’installer sous des cieux plus cléments et plus propices au rétablissement de sa compagne. Faute d’acquéreur, Saint-Pol-Roux ne pourra déménager et Amélie mourra le 4 novembre 1923. Cette carte est l’un des rares témoignages écrits d’Amélie dont l’orthographe un peu fautive nous rappelle qu’elle était une jeune couturière montmartroise lorsque le poète la rencontra durant l’été 1891.

Carte postale autographe d’Amélie à Divine (16 janvier 1920) [v°] – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Vendredi 16 jan[vier]

Ma bien chère Divine,

Comme no[us] sommes heureux de te savoir si bien chez Tante Marie et Oncle Vincent[1][,] aussi sois bien aimable avec eux et tes mignonnes cousines[2], j’espère que l’indisposition de Jeannette[3] na [sic] pas durée [sic].

Aujourd’hui et hier il fait un soleil splendide et pourtant je crois bien que j’ai attrappée [sic] la grippe, ce sont ces grands vents des jours derniers.

Léon nous dit qu’il est fatigué[,] je pense que ce n’est rien.

Embrasse bien pour nous Grand Maman[4], Tante Marie et Oncle Vincent[,] Jeanne et la jolie petite Marcelle[5], qui te gâte tant, embrasse aussi tous tes oncles[,] tantes[,] cousins[.]

Donne aussi nos amitiés a [sic] la bonne sœur qui te raconte des histoires et Léon[.] Je t’embrasse bien fort.

Ta Maman qui t’aime.

[1] Divine, en ce début d’année 1920, séjournait alors à Marseille chez son oncle Joseph-Vincent Roux (1832-1932), frère cadet du poète, et sa tante Marie.

[2] De l’union, contractée le 18 juin 1898 à Marseille, entre Joseph-Vincent Roux et Amélie Marie Césarine Peyrard, naquirent deux filles : Jeanne Baptistine Euphrasie Marie, le 9 juin 1899, et Marcelle Eugénie Augusta Alice, le 15 octobre 1900.

[3] Jeanne, fille aînée de Joseph-Vincent et Marie Roux. Elle épousera le 7 mars 1928 Georges Dussaud qui, après la mort de Joseph Roux aîné, sera nommé en 1931 administrateur de la Société Générale des Tuileries de Marseille.

[4] Marie Euphrosine Roux, née Lieutaud (1838-1930), la mère de Saint-Pol-Roux.

[5] Marcelle, la fille cadette de Joseph-Vincent et de Marie, devait épouser le 31 janvier 1920, à Marseille, Robert Théodore Meiffren, avec qui elle s’était fiancée quelques mois plus tôt. C’est sans doute pour assister à leur mariage que Divine fit le voyage de Camaret.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search