Amélie Saint-Pol-Roux devant le Manoir (ca 1905-1906)

Portrait d’Amélie Saint-Pol-Roux posant devant l’entrée du Manoir du Boultous. Tirage photographique noir et blanc. Nom du photographe non précisé, sans date [ca 1905-1906] (12,5 x 17,5 cm). Provenance : don René Rougerie.

Véritable Montmartroise, Amélie Bélorgey – comme on le voit sur cette photographie – était une femme élégante. Dans ses souvenirs, Édouard Schneider fait un portrait de l’épouse du poète, à peu près contemporain de la photographie : “Mon cœur battit à rompre devant tant de grâce farouche et alerte. Lili Saint-Pol-Roux possédait une beauté chaude et violente. Ses cheveux bouclés tombant sur le front l’associaient au masque d’Antinoüs, le splendide adolescent. Ses larges épaules s’évasant d’un buste gracile inspiraient un sentiment de brûlure tropicale. Et pourtant Lili n’était qu’une Parisienne pur-sang, de la Butte. Car je ne tardai pas à entendre son histoire. De concert avec le poète, elle me la conta sans la moindre réserve. J’avais en face de moi la Montmartroise qui compta parmi les trois ou quatre filles les plus exquises du Paris d’entre 1890 et 1900. Bien plus ! La vivante beauté qui riait devant mes yeux était la Louise de Charpentier en personne, et le piano qui s’ouvrait là tout à côté de la table, celui-là même sur lequel le maître populaire avait composé l’opéra dont Saint-Pol avait anonymement écrit le texte.”

Portrait photographique d’Amélie Saint-Pol-Roux posant devant le Manoir du Boultous (ca 1905-1906) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

Bibliographie : Édouard Schneider, “Saint-Pol-Roux dans sa vie et dans sa légende”, Le Mois suisse, n° 32, 1941, p. 55-88.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search