Amélie et les enfants à Roscanvel (ca 1900)

Photographie représentant Amélie Saint-Pol-Roux, épouse du poète, et leurs trois enfants : Cœcilian (à gauche), Lorédan (à droite) et Divine (assise sur les genoux de sa mère). Ce portrait de famille a été réalisé à Roscanvel, probablement aux alentours de 1900, en face de la Chaumière de Divine qu’occupaient Saint-Pol-Roux et sa famille depuis la mi-juillet 1898 et où naquit sa fille le 28 septembre de cette même année. Le nom du photographe n’est pas précisé. Tirage photographique sépia contrecollé sur carton (12 x 16 cm). Provenance : don René Rougerie.

À cette date, le poète ne semble pas avoir possédé d’appareil photographique, mais certains de ses visiteurs en étaient équipés et réalisaient volontiers des clichés lors de leur séjour à Roscanvel. Qu’on pense notamment à Victor Segalen qui fit plusieurs photographies de Saint-Pol-Roux dans son environnement roscanvéliste en 1902 et les réunit dans un album aujourd’hui conservé à la BnF, consultable en ligne ici. Une lettre du poète à un destinataire non identifié, datant du 24 mai 1900 [coll. HRHC], témoigne que d’autres, avant Segalen, choisirent d’immortaliser la famille du Magnifique à l’occasion de leur passage en Presqu’île :

Vifs remercîments touchant vos dernières photographies selon vous admirablement réussies. À propos de cela, nous n’avons pas retrouvé la photographie de ma femme en bicycliste ? L’auriez-vous ? La châtelaine de Lanvernazal serait heureuse de la posséder. Elle vous adresse ses meilleurs compliments auxquels les trois petits diables joignent leurs caresses et moi toutes mes sympathies.

Sur le cliché reproduit ci-dessous, Amélie et les enfants sont en habits de dimanche, probablement pour assister à quelque cérémonie. Lorédan porte les cheveux longs – il doit avoir 6 ans – et un chapeau breton, signe de l’acclimatation rapide de la famille aux coutumes régionales.

Photographie : Amélie et les enfants à Roscanvel (ca 1900) – © Archives municipales de Camaret-sur-Mer [don René Rougerie]

De cette acculturation bretonne de la famille Saint-Pol-Roux, un poème comme “Le Mai”, peu ou prou contemporain de cette photographie puisque daté “Roscanvel, 1er mai 1900″, fournit un intéressant témoignage :

À l’aube, la jeune Soizic, fille de mon voisin Pacific le fossoyeur, est venue fixer à notre porte le mai coutumier : brin d’aubépine pris au manoir du hameau.

— Il portera bonheur à la maison, dit-elle.

J’ai répondu :

— Dieu fasse, Soizic, que le prochain veau de ta vache ne meure pas comme celui qu’elle eut l’autre semaine !

Puis mes enfants, Cœcilian, Lorédan, Divine, descendirent en flûte de Pan baiser le rameau tutélaire, ce qui ravit Soizic, ou plutôt Da, ainsi que Bébé la dénomme.

Cette Da ! C’est elle qui enseigne le breton à ma marmaille et nous initie aux traditions de la contrée. Depuis qu’elle aide ici la nourrice de Divine, nul de nous n’oserait par exemple mettre une poule à couver sans, se signant avec le premier œuf, réciter un Pater et un Ave. Entre autres encore en pratique au village, Da nous apprit la coutume du bouquet de la Saint-Pierre que l’on append à la cheminée et dont le tomber de la feuille altière annonce la mort prochaine de quelqu’un de la maison, et la coutume de cette tige d’automne que, dans une scène inoubliable pour le poète, chacun passe et repasse neuf fois dans les flammes de la Saint-Jean.

Aujourd’hui ce fut le tour du mai, ce “gui” du printemps.

(in La Rose et les épines du chemin, Mercure de France, 1901 & Rougerie, 1980, p. 127-128)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search