Une pétition pour la légion d’honneur de Saint-Pol-Roux : lettre d’Edmond Pilon (8 décembre 1910)

Lettre autographe signée d’Edmond Pilon (1874-1945), datée « Paris, le 8 décembre 1910 » et adressée aux rédacteurs de la lettre circulaire envoyée aux gens de lettres réclamant la légion d’honneur pour le poète Saint-Pol-Roux. 2 pages (11,3 x 15,5 cm).

Edmond Pilon, pour peu qu’on s’en souvienne, s’illustra surtout, au début du XXe siècle, avec talent, dans le portrait littéraire, mêlant anecdotes biographiques et reconstruction imaginaire, avec un charme de styliste désuet comme l’étaient ses modèles, tirés pour l’occasion de leur boudoir XVIIe ou XVIIIe. Pour constater l’unité de l’œuvre, il n’est que de lire sa bibliographie : Portraits français (Sansot et Cie, 1904) & 2e série (Sansot et Cie, 1907), Le dernier jour de Watteau (Sansot et Cie, 1907), Muses et Bourgeoises de jadis (Mercure de France, 1908), Bonnes Fées d’antan (Sansot et Cie, 1908), Chardin (Plon Nourrit et Cie, 1909), Scènes galantes et libertines des artistes du XVIIIe siècle (Piazza et Cie, 1909), Portraits tendres et pathétiques (Mercure de France, 1910), Sites et personnages (Grasset, 1912), Portraits de sentiment (Mercure de France, 1913), Aspects et figures de femmes (La Renaissance du Livre, 1920), Figures françaises et littéraires (La Renaissance du Livre, 1921), etc. Et pourtant, ses deux premières publications furent des recueils de vers (Les Poèmes de mes Soirs, Vanier, 1896 ; La Maison d’Exil, Mercure de France, 1898), et de vers qui étaient d’un jeune poète admiratif et respectueux de ses aînés symbolistes. Car si son âge le poussait à adopter les leçons naturistes, il n’entra jamais dans la mêlée, sachant reconnaître le lien qui, par-delà les chapelles, unissait les générations qui se succédèrent depuis 1886. Il débuta dans l’Ermitage, collabora à La Vogue puis obtint une chronique régulière à La Plume, celle de Karl Boès, entre 1900 et 1902. Pilon aimait Saint-Pol-Roux et ne manquait pas une occasion de lui manifester son amitié, s’enthousiasmant pour ses « hauts symboles », pour La Dame à la FaulxLa Rose et les épines du chemin… Il lui avait notamment dédié un poème, « La génisse divine », de son premier recueil, Les poèmes de mes soirs (1896). La lettre reproduite ci-dessous est une autre manifestation, plus tardive, de cette admiration jamais démentie.

Lettre d’Edmond Pilon (8 décembre 1910) [r°] – Coll. Mikaël Lugan

Le 18 novembre 1910, Saint-Pol-Roux avait lu la version remaniée de La Dame à la faulx devant le comité de lecture de la Comédie-Française qui, finalement, ne la retint pas. Les nombreux soutiens du poète ne cachèrent pas leur déception, et quelques-uns d’entre eux, alors que le Théâtre des Arts de Jacques Rouché s’intéressait à son tour à la tragédie, firent circuler parmi les gendelettres une pétition réclamant que la légion d’honneur fût décernée à son auteur. A l’initiative de cette lettre-circulaire, quatre admirateurs et/ou amis du poète : Guillaume Apollinaire, Eugène Figuière, Paul Fort et Alexandre Mercereau. Le texte en était court et simple :

M.

Si, comme nous, vous êtes d’avis que le grand poète et dramaturge Saint-Pol-Roux mérite d’être admis dans l’Ordre de la Légion d’honneur, nous vous prions de vouloir nous retourner au plus tôt, signé de votre nom, ce billet.

Veuillez agréer, M.                                  , l’expression de nos sentiments distingués.

Guillaume Apollinaire, Eugène Figuière,

Paul Fort, Alexandre Mercereau.

A retourner, chez Eugène Figuière, éditeur

7, rue Corneille, Paris (VIe)

Parmi les signataires de cette pétition, le Figaro du 14 décembre citait les noms de Maurice Donnay, Marcel Prévost, Jules Lemaître, Paul Margueritte, J.-H. Rosny, Henry Bataille, Emile Verhaeren, comtesse Mathieu de Noailles, Henri de Régnier, Laurent Tailhade, « tous les jeunes littérateurs groupés par M. Figuière, les plus hardis, de Paul Fort à Alexandre Mercereau », et même… Jules Claretie, l’administrateur de la Comédie-Française. Il y avait là du beau monde, et de l’influent. Nous connaissions aussi, grâce à l’Atelier « André Breton » qui l’a reproduite sur son site, l’amusante réponse illustrée, truffant l’exemplaire de La Dame à la faulx du théoricien du surréalisme, que fit Charles Vildrac :

Je suis d’avis qu’il faut laisser le ruban rouge aux birbes de l’armée et des ministères, aux trafiquants de la politique et de la finance, aux cabots notoires, etc., et réserver le système des pétitions pour des questions d’un intérêt moins douteux…

[dessin de Vildrac dédié « A Saint Pol Roux » et signé « feu Henri Rousseau »]

… à part ça, vive Saint Pol Roux, – sans faveur rouge, et vive aussi Saint Paul Fort.

Charles Vildrac

La lettre d’Edmond Pilon, bien qu’adressée aux quatre rédacteurs de la lettre circulaire, fut sans doute envoyée à l’éditeur Figuière. Elle est l’occasion pour l’auteur, comme pour Vildrac, de critiquer le dévoiement de la Légion d’honneur, et nous permet aussi d’ajouter un nouveau nom à la liste des signataires déjà connus.

Lettre d’Edmond Pilon (8 décembre 1910) [v°] – Coll. Mikaël Lugan

Paris le 8 Décembre 1910

Messieurs,

Il ne s’agit pas de savoir si le grand poète et dramaturge Saint-Pol-Roux mérite d’être admis dans l’Ordre de la Légion d’honneur ; il s’agit de savoir si l’ordre de la Légion d’honneur mérite de recevoir le poète Saint-Pol-Roux. Cela est très différent.

Si vous reconnaissez – et c’est là le sens que je veux donner à votre circulaire – que l’admission de l’auteur de la Dame à la faulx est de nature à constituer – pour la Légion d’honneur – une réhabilitation, je suis d’accord avec vous pour signer cette demande.

Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Edmond Pilon

57 rue Monge

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search