“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” par Camille Mauclair (6 février 1909)

Manuscrit autographe signé de Camille Mauclair, intitulé “Toast au banquet Saint-Pol-Roux”, destiné à l’impression. Le document comporte quelques indications au crayon bleu et d’autres, allographes, au crayon gris et à l’encre à destination du typographe. Au verso du 8e feuillet, cette précision à l’encre : “Copie / Vers et Prose / avec instructions”. 8 pages (18 x 23 cm).

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 8, v°] – Coll. Mikaël Lugan

Ce “toast” fut prononcé lors du Banquet de La Dame à la faulx organisé par Alfred Vallette du Mercure de France, Paul Fort de Vers et Prose et Jean Royère de La Phalange. Il réunit le samedi 6 février 1909 plus de 150 convives à la Taverne Gruber. Ce n’est pas Camille Mauclair qui lut son discours, mais Gustave Kahn. L’auteur, en effet, alors qu’il se rendait à la manifestation, avait eu un accident de voiture qui l’empêcha de rendre lui-même l’hommage qu’il avait écrit. Le texte en fut publié quelques semaines plus tard dans le tome XVI de Vers et Prose (décembre 1908 – janvier-février-mars 1909, p. 98-101).

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 1] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 2] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 3] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 4] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 5] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 6] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 7] – Coll. Mikaël Lugan

“Toast au banquet Saint-Pol-Roux” [f. 8] – Coll. Mikaël Lugan

Toast au banquet Saint-Pol-Roux le 6 février 1909

Mon cher Saint-Pol-Roux,

On m’a demandé de saluer, au nom de ma génération, votre heureux retour parmi nous. Mais, en vérité, vous n’étiez pas absent. Douze années n’ont pu affaiblir, dans le cœur et l’esprit de vos amis, le sentiment de votre constante présence. Nous pensions simplement que vous attardiez un peu votre fantaisie de cueilleur d’images dans quelques reposoirs de votre procession à travers la vie : et si, parmi ces reposoirs, vous ne comptiez plus les rédactions de revues ou les réunions d’écrivains, c’est qu’on s’y repose infiniment moins bien qu’au soleil de Marseille ou dans le grand vent des côtes de Bretagne. Vous étiez toujours avec nous cependant, par d’admirables pages de prose lyrique qui nous racontaient, en la magnifiant, votre libre existence. Nous les recevions de Camaret ou de Saint-Henry comme si quelque mécène prestigieux et lointain s’était avisé de nous faire cadeau tour à tour, pour enrichir notre galerie littéraire, d’un Cottet sombre et grave ou d’un éblouissant Monticelli.

Je serais donc bien embarrassé pour vous féliciter d’un retour, n’ayant jamais eu la sensation que vous soyez parti. Vous reprenez contact avec des camarades, et vous voyez qu’ils sont tous venus. Mais un artiste de votre rang ne revient pas plus aux Lettres qu’il ne les eût pu quitter : il y garde son siège inamovible, sa place que nul autre ne pourrait tenir.

Il en est auxquels suffit, pour reposoir, un calme logis aux Batignolles, comme le noble rêveur et le grand poète qui préside notre union ce soir(*). Il en fut un dont vous n’entendrez plus la voix inoubliable, et au génie duquel suffisait l’humble maisonnette fleurie du pont de Valvins[1].

Il en est d’autres, par contre, qui sont allés chercher leur reposoir jusqu’en Extrême-Orient, comme notre cher, admirable et un peu farouche Paul Claudel. Mais toujours ceux dont l’œuvre compte vivent chez nous, en nous : et dans notre patrie d’artistes, il n’y a de distances et d’absences que celles de l’incompréhension.

Depuis l’époque déjà lointaine de la Pléiade, où vous conteniez, dans la forme classique de vos premiers poèmes, l’extraordinaire effervescence décorative de votre nature ; depuis l’époque du Bouc émissaire ou de Madeleine aux parfums, jusqu’à l’épanouissement somptueux du Pèlerinage de Sainte-Anne, de la Pêche des goémons, de ce chef-d’œuvre en gris et noir qui s’appelle Verlaine le Pâtre, jusqu’aux Saisons humaines[2] ou à la Dame à la Faulx, que d’années écoulées, mon cher Saint-Pol-Roux ! Votre faculté d’analogies antidate le symbolisme. J’étais presque un enfant lorsque vous étonniez si fort le public en répondant à l’enquête de notre ami Jules Huret par une déclaration dont la fantaisie ingénue, insolite et malicieuse instaurait le Paraclet des poètes, et prolongeait votre beau nom sonore d’une plus audacieuse sonorité.

Vous étiez notre aîné : et cependant, vous apparaissez encore comme le plus pénétré de fraîcheur, le plus investi du charme et de la vivacité de la jeunesse de l’âme, la seule qui compte, dans votre œuvre dorée de soleil et baignée du vent salubre de la mer. Pourquoi auriez-vous assisté personnellement à une évolution qui déguisait tour à tour l’insaisissable idéal sous les noms de symbolisme, de naturisme, ou d’humanisme[3] ? Toutes ces nuances, dont l’inquiétude faisait des programmes d’écoles, étaient dans votre œuvre depuis que la force de l’originalité vous avait fait écrire. Vos allégories métaphysiques étaient évoquées en pleine nature et toujours profondément humaines. Nous classions les pétales desséchés dans l’herbier de la critique, mais vous cueilliez les fleurs vivantes sous la forme du genêt d’Armorique ou du thym provençal. Vous étiez comme l’enfant que nous montre Novalis dans Les Disciples à Saïs, « assis sur le sable, jouant avec les forces et les apparences ». Dans le champ des concordances subtiles et des métaphores éclatantes, votre imagination hallucinée et radieuse se promenait comme une autre Dame à la faulx, la bonne et belle moissonneuse celle-là : vous rentriez enivré du rythme de la mer et du parfum des prairies, et tandis que nous discutions, vous nous envoyiez des proses qui embaumaient comme des bouquets. Vous voyez bien que vous étiez libre de choisir votre heure, et que nous n’avons rien de nouveau à vous apprendre. C’est de vous que nous aurions appris, au contraire, si nous avions pu l’oublier, que les écoles ne sont rien, que seuls importent l’entière sincérité de l’émotion, l’état jeune de l’esprit devant la vie, et la résolution de ne rien admettre contre son devoir d’écrivain. C’est pour avoir donné ces règles à votre vie, très-fièrement, que vous pouvez, vous l’ouvrier de la première heure, écarter d’un geste ces douze années pour nous apparaître aussi l’ouvrier de la dernière heure, « riche de ses seuls yeux tranquilles », aussi actuel que le plus jeune de ceux qui sont à cette table.

En cette dernière heure, quel travail a été achevé ? Vos projets sont personnels, et on ne m’a prié que de vous dire la bienvenue. Mais je sens bien que cette question est sur les lèvres de tous et que votre vieille amitié me pardonnera de la poser. Quoi qu’il en soit, Saint-Pol-Roux, de la Dame à la faulx qui suffirait à la gloire d’un poète, ou de quelque autre drame imbu de clarté latine ou de mélancolie bretonne, laissez-moi vous dire avec quelle sincérité, avec quelle affection enthousiaste tous, ici, souhaitent pour votre œuvre tragique une révélation éclatante dont tous vous seront reconnaissants, parce qu’elle marquera une date et une revanche dans la renaissance du drame idéologique. C’est à cette belle soirée, à cette belle bataille, à cette haute et joyeuse espérance, autant qu’à toute votre œuvre, que je songe en levant mon verre.

Camille Mauclair

(*) Le banquet en l’honneur de Saint-Pol-Roux était présidé par Léon Dierx.

[1] Il s’agit bien évidemment de Mallarmé.

[2] Le Bouc émissaire parut d’abord dans le deuxième numéro de La Pléiade, nelle série, de mai-juin 1889, puis, signé Saint-Paul Roux, en plaquette (Imprimerie de la vie moderne, 1889) ; le poème « La Magdeleine aux parfums », commencé à Paris en 1887 et achevé à Beg-Meil (Bretagne) en 1890, semble avoir paru pour la première fois dans le deuxième supplément poétique de L’Ermitage (juillet-décembre 1899) ; « Le pèlerinage de Sainte-Anne », poème en prose rythmé et assonancé tant admiré par Gourmont, qui connut une pré-publication dans le Mercure de France de mars 1891, figure dans les Reposoirs de la procession de 1893 ; la Pêche des goémons désigne probablement la « Coupe de goëmon en Roscanvel » (Mercure de France, février 1903, puis De la colombe au corbeau par le paon, 1904) ; « Verlaine le pâtre », paru dans la Revue blanche du 1er septembre 1900, fut recueilli dans La Rose et les épines du chemin (1901) ; des Saisons humaines, il ne fut donné que l’épilogue, dans cinq livraisons des Entretiens politiques et littéraires (du 25 avril au 25 juin 1893) d’abord, puis en volume au Mercure de France, la même année.

[3] Le « manifeste » du naturisme, rédigé par Saint-Georges de Bouhélier, fut publié dans Le Figaro du 10 janvier 1897. L’humanisme est une invention de Fernand Gregh.

Autres documents en relation :

A consulter :