« Saint-Pol-Roux » par Camille Mauclair (Portraits du Prochain Siècle, 1894)

Manuscrit autographe signé par Camille Mauclair (1872-1945) et intitulé « Saint-Pol-Roux » probablement destiné à l’impression : la mention « 9 Saint-Pol-Roux », d’une autre main que celle de l’auteur, a été inscrite au crayon bleu au verso du document. 1 page (15,2 x 20 cm). Tampon des « archives et collections de J. L. Debauve ».

Ce texte enthousiaste de Mauclair a paru dans les Portraits du Prochain Siècle – tome premier : Poètes et Prosateurs (Paris, Edmond Girard, 1894), réunis par Paul-Napoléon Roinard. Seul volume paru, il faisait suite à l’Exposition des Portraits du Prochain Siècle, organisée par les mêmes Roinard et Girard chez Le Barc de Boutteville, de juillet à septembre 1893. L’idée en était originale puisqu’il s’agissait de présenter au public les portraits des maîtres de la jeune génération, des écrivains et artistes nouveaux. On put ainsi y voir des autoportraits de Cézanne, Émile Bernard, Alexandre Séon et Van Gogh, le buste de Verlaine par Niederhausen, un projet de vitrail représentant Laurent Tailhade par Charles Toché, « Rodin » par Legros, « Rachilde » par Guiguet, Georges Rodenbach par Raffaëlli, Lugné-Poe par Vuillard, etc.

Le volume, divisé en trois parties (Les Précurseurs, Les Militants, Les Morts) reprend le principe adopté pour l’exposition : les 173 notices sont rédigées par la jeunesse littéraire et artistique, majoritairement symboliste. Deux autres tomes avaient été prévus : l’un consacré aux « Peintres, sculpteurs, musiciens, comédiens, architectes et graveurs », l’autre aux « Philosophes, sociologues et savants », mais le projet ne fut pas mené à bien.

Saint-Pol-Roux, par Camille Mauclair (ms autographe, 1894) – Coll. Mikaël Lugan

SAINT-POL-ROUX

Un berger ivre de soleil et de thym, mais dont les moutons auraient égaré leurs bêlements sur le chemin de la lumineuse Damas, c’est peut-être tout Saint-Pol-Roux, poète simple à la ferveur gaie, en qui se recèle un adoreur farouche de la Pourpre. Satyre devenu chrétien, aimant les orgues pieuses et l’auréole des vitraux, mais peut-être bondissant d’une joie secrètement plus intense quand, dans la poussière de la dune, il verserait son âme en des pipeaux, jeune chevrier dansant nu devant la mer, jusqu’à s’en faire sauter le cœur ! Tel je me plais à l’imaginer sous le vêtement et la courtoisie modernes, et pourquoi ne serait-il point ce primitif et ce naïf, un peu prophète, un peu fou, très-ingénu ? Car nous ne sommes que les formes réciproques de nos songes, et il n’y a point d’aspects réels. En Saint-Pol-Roux je veux chérir le premier d’entre nous par le don, si la poésie n’est point une science cataloguée, mais un jaillissement de la sensibilité toute vive, une respiration aisée de la joie et du Rythme, le geste premier du bel instinct, et la magnificence conférée à l’homme par le Signe au-dessus de la vie inattentive : voici un homme au cœur vrai pour qui le monde visible existe, tumultueux traîneur d’images de pierreries dans la sèche politesse de nos logiques latines, – j’ai dit ailleurs : le Monticelli des lettres.

Camille Mauclair

Camille Mauclair fut l’ami fidèle de l’époque symboliste, l’un des rares disciples du Magnificisme (1891). L’influence de Saint-Pol-Roux sur ses premiers écrits théoriques, particulièrement ceux concernant le théâtre, est évidente : Eleusis (1894) est un développement de l’idéoréalisme, imaginé par l’auteur des Reposoirs. Mauclair ne ménagea pas ses efforts pour défendre et illustrer l’œuvre de son maître et ami. Il participa activement à la croisade odéonienne (1892), y ralliant Mallarmé ; il rédigea, comme on l’a vu, la notice dédiée au Magnifique dans les Portraits du Prochain Siècle ; il fut membre du comité organisateur du banquet de La Dame à la faulx, et consacra une bonne dizaine d’articles au poète. Par un étrange coup du sort littéraire, nombre de critiques contemporains le considérèrent comme l’inventeur de l’idéoréalisme, ce que, paradoxalement, Mauclair laissa écrire sans jamais vraiment démentir.

Pour en savoir plus sur les Portraits du Prochain Siècle, on consultera avec profit les liens suivants :