Lettre de Robert Desnos à Lucien Gérard (7 septembre 1942)

Lettre dactylographiée, avec signature autographe de Robert Desnos (1900-1945), sur papier à en-tête d’Aujourd’hui “grand quotidien d’information / 49, avenue de l’Opéra” adressée à Lucien Gérard, datée “Paris, lundi 7 septembre 1942”. 1 page (21 x 26,9 cm).

Un an à peine après la mort du poète, L’Amitié par le Livre, club fondé en 1930 par Camille Belliard, un instituteur pacifiste, prit l’initiative de faire paraître une anthologie des poèmes de Saint-Pol-Roux afin d’honorer sa mémoire et de venir en aide à Divine alors hospitalisée à Paris dans la clinique d’Henri Mondor. L’établissement du recueil fut confié à Anne-Marie et Jacques Gérard ; Lucien Gérard, sans doute un parent des deux premiers, fut quant à lui chargé de recueillir souscriptions et soutiens dès le mois de novembre 1941, et d’alerter la presse afin qu’elle annonçât le projet de publication.

C’est à l’une de ces sollicitations que la lettre de Robert Desnos, entré en septembre 1940 comme chef des informations et critique littéraire à la rédaction du quotidien Aujourd’hui fondé par Henri Jeanson après la défaite, répond.

Lettre de Robert Desnos à Lucien Gérard (7 septembre 1942) – © Coll. Mikaël Lugan

Paris, le lundi 7 septembre 1942

Cher Monsieur,

Dès réception de votre lettre, j’ai donné un entrefilet pour notre courrier. Il paraîtra ces jours-ci[1].

Je vous enverrai également, dans quelques jours, ma souscription pour le Florilège.

Vous savez sans doute la grande amitié que j’avais pour Saint-Paul Saint-Pol-Roux et l’admiration que j’ai pour son œuvre[2]. Cette publication ne sera pas seulement utile à sa fille Divine Sai, elle servira encore la gloire du grand poète. Un article paru le mois dernier signalait déjà l’urgence qu’il y aurait à republier ses œuvres et notamment le premier volume de poèmes aujourd’hui introuvable[3]. Dans quelques semaines je ferai un second article pour attirer de nouveau l’attention et d’une manière plus pressante sur l’événement que représente la publication du Florilège[4].

Veuillez agréer, cher Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.

Desnos

Robert DESNOS

Critique littéraire

Le Florilège Saint-Pol-Roux (72 pp.) sortira des presses de l’imprimerie Barbaroux le 6 février 1943, richement illustré par Mathurin Méheut. A l’occasion de cette édition se constitua, de manière informelle, la première Société des Amis de Saint-Pol-Roux. C’est pour elle, ainsi que pour les membres de “L’Amitié par le livre”, que furent tirés à part les 190 exemplaires sur grand papier, avec suite des illustrations : 60 sur Japon ; 130 sur vélin bouffant Edita.

[1] Cet entrefilet paraîtra dans le “Courrier des sept” d’Aujourd’hui le 14 septembre 1942 (p. 2) : “L’Amitié par le livre va publier un florilège des plus beaux poèmes de Saint-Pol-Roux mort tragiquement il y a deux ans, pour venir en aide à sa fille, Divine Saint-Pol-Roux. Tous les admirateurs du grand poète, tous ceux qui aiment la poésie pour elle-même auront à cœur de s’associer à cette belle œuvre en envoyant leur souscription à Mlle Devouassoud, 2, rue de Bonneau, à Champigny-sur-Marne (Seine). Le prix de l’ouvrage est de 15 francs, avec des exemplaires sur bouffant à 45 francs et sur japon à 150 francs.

[2] Robert Desnos avait participé à l’hommage collectif des surréalistes publié en cinquième page des Nouvelles littéraires du 9 mai 1925. Intitulée “Le rescapé de la méduse”, sa contribution célébrait les pouvoirs de l’imagination qu’incarnait, selon lui, Saint-Pol-Roux, dans sa solitude bretonne : “Et lui, Poète chevelu comme les vieux bateaux que les courants du large trimbalent avec des colliers d’huîtres perlières et des crinières d’algues précieuses, je le salue comme une figure déjà rencontrée. / Ceux-là qui lui doivent le respect, qu’ils se taisent. Hypocrites, modestes patelins qui lui distilleriez le mets des “cher maître”, taisez-vous aussi, vos flatteries dissimuleraient mal l’exorbitante prétention de votre vanité. / Mais nous, du moins, sciemment orgueilleux, de par les droits à nous impartis par la poésie, en dépit des rires narquois et sceptiques, simplement, recevons-le sur notre plan, comme il convient à des naufragés se rencontrant après des semaines et des semaines de navigation solitaire sur le sol magique d’une île déserte, la poésie, / Magnifiquement. / Et que, sur ce mot évocateur des splendeurs, que soit close à jamais l’histoire des nouveaux continents. / D’autres que vous, ô futurs Christophe Colomb, d’autres avant vous, dont Saint-Pol-Roux, les ont reconnus et défrichés.” Desnos assista très certainement à la conférence sur “Le Trésor de l’homme” que Saint-Pol-Roux donna à la Maison des Etudiants le 19 juin 1925, dernier grand moment du compagnonnage du Magnifique avec les surréalistes avant le banquet du 2 juillet suivant à la Closerie des Lilas qui mit violemment fin aux relations prometteuses de Saint-Pol-Roux et des amis d’André Breton, sans pour autant altérer l’admiration de ces derniers. Ainsi, Robert Desnos, sans le signer, publia dans le quotidien un nouvel hommage à la mort du Magnifique : “L’œuvre de Saint-Pol-Roux, peu accessible au public, souffrira sans doute des changements de la mode et de l’outrance avec laquelle y est marquée celle de sa jeunesse. Mais il sera difficile à l’historien littéraire de passer sous silence les Reposoirs de la Procession, ou cette Dame à la faulx, par laquelle il tenta de rénover le théâtre et de l’idéaliser. / Jusqu’à ces derniers jours le destin lui fut contraire. Des événements intimes bouleversèrent le manoir de Camaret au cours desquels ceux de ses manuscrits auxquels il tenait le plus furent dispersés. / Qu’il nous soit permis du moins de reproduire ici cette dédicace à Louis Gautier, du premier volume des Reposoirs de la Procession, dédicace que l’on pourrait inscrire sur la pierre de son tombeau, là-bas, où l’Océan sans cesse se rue contre les récifs de la côte : / En partance enthousiaste / Pour le geste humain et le verbe éternel / Ce salut de poète ! / Afin qu’il nous revienne / Au front la couronne / – Couronne de roses / Dont mes vœux ici retirent les épines.” (“Saint-Pol-Roux le Magnifique n’est plus”, Aujourd’hui, 20 octobre 1940, p. 2)

[3] Dans son article “L’idéoréalisme de Saint-Pol-Roux” publié dans La Nouvelle Revue française (n° 342) du 1er août 1942, André Rolland de Renéville avait émis le souhait “qu’un éditeur prenne l’initiative de rééditer le recueil des Anciennetés, depuis longtemps épuisé, et qui contient les plus beaux poèmes de Saint-Pol-Roux.

[4] Desnos ne semble pas avoir publié de nouvel article sur le Florilège dans le quotidien.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search