Lettre de Charles Vildrac à Lucien Gérard (20 novembre 1941)

Lettre autographe signée de Charles Vildrac (1882-1971) sur carte, comportant dans le coin supérieur gauche l’adresse et le numéro de téléphone imprimés de l’écrivain (“96, rue de Grenelle / Littré 33-07”), à Lucien Gérard, datée du 20 novembre 1941. 2 pages (14 x 10,5 cm).

Lettre autographe signée de Charles Vildrac à Lucien Gérard (20 novembre 1941) [r°] – © Coll. Mikaël Lugan

Nous avons déjà eu l’occasion de rappeler l’admiration de Charles Vildrac pour Saint-Pol-Roux (voir ici). Tous deux participèrent à l’aventure de l’Académie Mallarmé, et se retrouvaient à l’occasion des derniers séjours parisiens du Magnifique venu participer aux élections des nouveaux membres ou aux délibérations visant à attribuer le prix annuel. Il était donc naturel que le cofondateur de l’Abbaye de Créteil soutînt l’édition du Florilège Saint-Pol-Roux dont L’Amitié par le Livre avait confié la réalisation à Anne-Marie et Jacques Gérard et que Mathurin Méheut devait illustrer de bois. Plus d’un an sera nécessaire à la concrétisation du projet, le temps sans doute de recueillir les souscriptions suffisantes pour couvrir les frais d’édition. Le Florilège, dont les bénéfices serviront à améliorer le quotidien précaire de Divine, sortira des presses de l’imprimerie Barbaroux le 6 février 1943.

Lettre autographe signée de Charles Vildrac à Lucien Gérard (20 novembre 1941) [v°] – © Coll. Mikaël Lugan

96, RUE DE GRENELLE

LITTRÉ 33-07

20 nov. 41

Cher Monsieur,

C’est de tout cœur que j’accepte de faire partie du Comité des Amis de Saint-Pol-Roux.

Je connais tout des circonstances de sa mort et j’étais avant-hier auprès de Divine que mon ami le Professeur Mondor soigne à l’Hôtel Dieu, où il l’a fait hospitaliser dans les meilleures conditions dès son arrivée à Paris[1].

L’état de Divine est aussi satisfaisant que possible. On lui applique un traitement de rééducation musculaire et de massages et sans doute Mondor pratiquera-t-il une greffe dans quelque temps.

Je me réjouis de la généreuse initiative de l’Amitié par le Livre[2] et suis tout à votre disposition pour aider à son succès. Je pourrai fournir en temps utile des listes de confrères et d’amis de la poésie, susceptibles de souscrire à l’ouvrage.

Connaissez-vous le bel article d’Aragon, paru dans Poésie 41 (en zone libre), et consacré à la mémoire et à la mort de Saint-Pol-Roux[3] ?

Croyez-moi, cher Monsieur, bien cordialement votre,

Charles Vildrac.

L’adresse actuelle de Divine : Salle Saint Jean, Hôtel-Dieu, Paris.

[1] Après la mort de Saint-Pol-Roux, Divine, dont le tibia avait été brisé par une balle lors du drame survenu dans la nuit du 22 au 23 juin 1940, fut transportée à Paris et hospitalisée à l’Hôtel-Dieu dans le service dirigé par Henri Mondor (1885-1962), chirurgien de renom et historien de la littérature, grand collectionneur et spécialiste notamment de Mallarmé.

[2] Le club de L’Amitié par le Livre avait été fondé en 1930 par un instituteur pacifiste, Camille Belliard.

[3] Louis Aragon avait publié dans le n° 2 de Poésie 41 (décembre 1940-janvier 1941) un hommage au poète : « Saint-Pol-Roux ou l’Espoir » dans lequel plusieurs citations du Magnifique avaient été censurées par les autorités. L’article, dans sa version intégrale, sera de nouveau publié dans Poésie 44, n° 20 (juillet-octobre 1944) avant de paraître en plaquette chez Seghers.

Document lié : Lettre de Robert Desnos à Lucien Gérard (7 septembre 1942)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search