Conférence et Récital Saint-Pol-Roux (Programme – 30 juin 1926)

Programme cartonné, sous la forme d’un dépliant de 4 pages (15,5 x 20 cm) imprimé sous les presses de La Dépêche de Brest, de la conférence et du récital Saint-Pol-Roux donnés à la salle d’audition de la Société des Concerts Sangra, le 30 juin 1926, à Brest. Le programme proprement dit figure sur les pages intérieures. La quatrième page offre un portrait photographique du poète.

“Conférence et Récital Saint-Pol-Roux”, programme [p. 1] – Coll. Mikaël Lugan

Précédé d’une conférence du poète, “Le Verbe total et vivant”, dont le texte fut publié pour la première fois dans La besace du Solitaire (Mortemart, Rougerie, 2000, p. 67-76), le clou du récital fut l’audition d’extraits de la Synthèse légendaire des pêcheurs de Camaret, symphonie verbale à laquelle le poète travailla de longs mois et qui sera créée – Saint-Pol-Roux dirigeant 250 récitants – à la pointe Saint-Mathieu le 12 juin 1927 lors de l’inauguration du monument aux marins morts pour la France. René Rougerie publiera le fac-similé du manuscrit de cette œuvre étonnante en 2010 (Litanies de la Mer, précédées de “Pour une cathédrale du Verbe” par René Rougerie, Mortemart, Rougerie, 2010).

“Conférence et Récital Saint-Pol-Roux”, programme [p. 2-3] – Coll. Mikaël Lugan

Voici le compte rendu que fit La Dépêche de Brest de la soirée dans son édition du vendredi 2 juillet 1926 (p. 3) sous la signature d’un mystérieux L. D. :

C’est devant un auditoire très nombreux et choisi, réuni mercredi soir dans la salle des concerts Sangra, que Saint-Pol-Roux, l’un des plus grands novateurs de la période symboliste, magnifia avec son lyrisme et son grand talent oratoire, la puissance du Verbe, “le Verbe qui perpétue la flamme de vie, qui est ce qu’il y a de Dieu dans l’homme”.

Pour le maître, “le Verbe est orchestration”. C’est pourquoi, confiant dans la virtuosité de la parole, il a conçu, puis écrit sa Synthèse légendaire des pêcheurs de Camaret, œuvre orchestrale, mais essentielle “polyverbale”, sans chœurs ni musique.

Cette “Symphonie”, d’un mode si nouveau, est imprégnée de l’atmosphère marine : des pêcheurs, des promises, des épouses, des anciennes… auxquels viennent s’adjoindre les éléments eux-mêmes : le noroît, le suroît, le vent du large, la lame errante, la lame de fond, la pluie, les éclairs, la tempête et quelques allégories : le sourire, la caresse, la cadence, etc.

“Par cette œuvre, la poésie, selon les termes mêmes du maître, n’est plus la solitaire expression d’un poète, mais la collective expression de tous les êtres.”

Des protagonistes et des récitants groupés en “orchestre vivant”, firent entendre, sous la conduite du génial auteur, quelques extraits de sa “Synthèse légendaire” :

Les flots jasent (la conteuse merveilleuse, Mme H. Bernard ; La mer, Mme Tarquis).

La lame errante et le vent d’Est (Mme J.-P. Bodros et M. L. Gautier).

La lame de fond (M. E. Tarquis).

Les litanies de la mer :

“Mer jolie, souris-nous.

“Mer du sel éternel, aime-nous.

“Mer des courants et des dérives, épargne-nous.”

dites par M. E. Mocaër, auxquelles répondaient tous les récitants.

Cette première édition d’une œuvre aussi originale reçut le plus flatteur accueil et a démontré le puissant effet qu’elle pourrait rendre avec un “orchestre” de centaines d’exécutants.

En fin de soirée, quelques magnifiques poèmes en prose du maître, tirés des Reposoirs de la procession, furent interprétés, avec un art exquis et un charme captivant par Mme Jeanne-Pierre Bodros (Le pèlerinage de Sainte-Anne), Mme Magda Tarquis (Les vieilles du hameau et Pour dire aux funérailles des poètes), M. E. Mocaër (Le Paon).

M. Pierre Massé récita l’Ave Massilia (Salut, Marseille) avec un brio tel que le poème fut bissé.

Saint-Pol-Roux et tous ceux qui lui avaient apporté le concours de leur remarquable talent, furent longuement acclamés par un auditoire qui se retira ravi d’avoir été convié à un si délicieux régal littéraire.

“Conférence et Récital Saint-Pol-Roux”, programme [p. 4] – Coll. Mikaël Lugan