Bulletin des amis de Saint-Pol-Roux n° 5-6

Après cinq années d’absence, le Bulletin des amis de Saint-Pol-Roux est de retour. Le silence n’avait que trop duré, et l’association, pour obtenir l’absolution de ses adhérents, ne pouvait, enfin sortie de sa trop longue hibernation, que leur offrir un document exceptionnel. Voici donc Sabalkazin ou la punition du sorcier ! De tous les inédits encore nombreux du poète, ce livret d’opéra-comique composé en 1887, est, par sa longueur, par son achèvement et par sa singularité générique, le plus surprenant.

C’est à Georges Reynaud[1], spécialiste de la jeunesse marseillaise de Saint-Pol-Roux, qu’il revient d’avoir découvert et signalé le premier l’existence de Sabalkazin. Alors qu’il préparait l’exposition Le poète Saint-Pol-Roux (1861-1940) – Enfant du pays de l’argile[2] qui devait se tenir au C.A.Q. de Saint-Henri du 15 au 31 janvier 1986, il entra en relation avec Cécile Galli, petite-fille du compositeur de Sabalkazin, Vincent Fosse, qui lui prêta la version du livret que nous reproduisons dans ce Bulletin d’après la copie qu’en fit Georges Reynaud. Malheureusement, Cécile Galli est décédée en 2013 et la trace de l’original s’est perdue.

Surprenant Sabalkazin, écrivions-nous ! Le texte ne manquera pas, en effet, d’étonner les lecteurs de l’œuvre idéoréaliste. Rédigé quelques mois à peine après l’avènement du Symbolisme dont Moréas, le 18 septembre 1886, avait tracé les grandes lignes dans le supplément littéraire du Figaro, et quelques mois à peine après l’aventure de la Pléiade où le jeune Paul Roux a donné des vers aux images si audacieuses qu’ils lui ont attiré les foudres moqueuses des chroniqueurs, le livret de Sabalkazin semble prendre son époque à contre-pied. Oubliés Paris et le mouvement littéraire, Saint-Paul Roux – c’est ainsi qu’il signe désormais – renoue avec la simplicité et sa ville natale. Sabalkazin est incontestablement une œuvre marseillaise. Les provençalismes dont le texte est truffé l’attestent. Pour en faciliter la lecture, nous avons reproduit en notes les traductions et gloses de Georges Reynaud, sans les différencier formellement des nôtres, plus rares, qui se contentent de signaler des liens entre l’opéra-comique et l’œuvre ultérieure du poète.

Le texte, appartenant à ce genre hybride de l’opéra-comique, mêle parties chantées et parties parlées. Nous avons choisi, conformément à la copie que nous confia Georges Reynaud, de les distinguer : les passages parlés sont ainsi alignés à gauche quand les passages chantés sont centrés sur la page.

Comme Sabalkazin est une œuvre musicale, nous ne pouvions pas omettre de rendre hommage au compositeur, Vincent Fosse, et laisser de côté sa partition. Hélas, la partition pour orchestre correspondant à la version que nous publions n’a pu être localisée. Seule, celle d’une version facilitée pour piano, à destination des pensionnats, nous est parvenue, communiquée par Georges Reynaud. Les personnages féminins ont disparu et les noms des personnages masculins, en dehors de celui de Sabalkazin, sont différents. Même abrégée, reproduire intégralement cette partition était toutefois impossible : notre numéro double en aurait été plus épais de 122 pages. Aussi avons-nous décidé de n’en donner que quelques extraits significatifs en illustration du livret.

Patrick Besnier a bien voulu, dans un article qui suit cet avant-propos, situer Sabalkazin dans la tradition de l’opéra-comique et préciser quelques influences subies par Saint-Pol-Roux.

Plutôt que d’allonger considérablement cette introduction et de retarder le plaisir de la découverte du texte, nous avons choisi de donner des précisions sur l’établissement du livret, l’histoire de Sabalkazin et sa place dans l’œuvre du poète, dans une postface elle-même suivie d’annexes.

Nous tenons à remercier particulièrement Georges Reynaud sans qui ce Bulletin n° 5-6 n’aurait pu voir le jour, Patrick Besnier qui nous fait l’amitié de nous offrir un peu de son érudition, Xavier Legrand-Ferronnière qui a mis en page cette livraison, tous les membres de la Société des Amis de Saint-Pol-Roux pour leur patience et leur fidélité.

Nous dédions cette publication à Alexandra Charbonnier et Jean-Pierre Guillon, tous deux membres de la première heure de notre association, et tous deux fauchés par la sinistre Dame en 2012.

[1] Georges Reynaud, qui nous fait l’honneur d’être membre de la S.A.S.P.R., a consacré de nombreux articles aux premières années du poète. Ils apportent un éclairage essentiel sur sa vie et sur son œuvre. Citons : « Saint-Pol-Roux ou les mutations du nom » (Provence Généalogie, tome II, 1977, p. 104-105) ; « Saint-Pol-Roux : les années de formation. Marseille-Lyon (1861-1882) » (Mer Arts Culture, n° 2, été 1987, p. 22-28) ; « De Saint-Henri à Pierrefeu-lez-Marseille : études et vacances du jeune Saint-Pol-Roux » (Nautisme Arts Culture, n° 5, été 1990, p. 3-7) ; « Saint-Pol-Roux, côté midi » (Marseille, n° 213, juin 2006, p. 52-57) ; « Les années de formation de Saint-Pol-Roux (1861-1882). Expériences vécues et magnifiées », Saint-Pol-Roux passeur entre deux mondes (Actes du colloque de Brest – 27-28 février 2009), sous la direction de Marie-Josette Le Han, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 23-35.

[2] Un catalogue fut édité à l’occasion de l’exposition ; il contient notamment une chronologie détaillée et fort utile, réalisée par Georges Reynaud.

Bon de commande


Buy Now Button

Bulletin des amis de Saint-Pol-Roux, n° 5-6 – Sabalkazin ou la punition du sorcier (opéra comique en trois actes et six tableaux inédit), octobre 2015. Tirage à 110 exemplaires. 214 pages. 20 €. ISBN : 979-10-95498-00-1. Renseignements et commande auprès de l’association (harcoland@gmail.com).