Chronologie VIII : 1921-1925

1921

Janvier : Saint-Pol-Roux, toujours empêtré dans ses difficultés financières, envisage de publier chez quelque éditeur d’art, Crès ou la Sirène, son poème « L’Inconnu », par l’entremise de Jean Royère. Il espère profiter de la cérémonie de mise au tombeau du soldat inconnu le 28 janvier pour attirer l’attention sur sa prose et la plaquette. Il a envoyé une copie du manuscrit à Caroline Segond-Weber afin qu’elle dise le poème à une prochaine matinée de la Comédie-Française. Aucun des deux projets n’aboutissant, il se laisse convaincre par Royère de publier « L’Inconnu » dans L’Intransigeant où il ne paraîtra, tardivement, que le 12 mars. A la fin du mois, Divine quitte Camaret pour séjourner chez les Royère grâce à qui elle assiste à des concerts, à des représentations théâtrales et fréquente le salon d’Aurel.

février : Le poète a dû « constituer avoué à Quimper » pour soutenir son fils Lorédan dans la procédure de divorce que ce dernier a entamée à Narbonne. Aux affres pécuniaires s’ajoute une rechute d’Amélie dont l’état de santé s’est de nouveau aggravé : « asystolie avec œdèmes et congestion des bases ». Divine, que son père cherche à préserver des difficultés traversées, quitte les Royère le 13 pour se rendre à Lille chez les Pelleau. Paul-T. Pelleau, ancien répétiteur du lycée de Brest qui connut bien les deux garçons du poète, devenu un intime de la famille, est alors rédacteur en chef au Progrès du Nord. A la fin du mois, la santé d’Amélie semble s’être améliorée. Le Dr Ropers, qui la soigne, la pense hors de danger.

mars : Après une courte halte de trois ou quatre jours à Paris, Divine se rend à Verdun sur la tombe de son frère puis retourne dans la capitale, toujours chez les Royère, avant de se rendre à Narbonne chez son frère dont le divorce traîne en longueur. Le 12 mars, « L’Inconnu » paraît en quatrième page de L’Intransigeant.

avril : Jean Royère est parvenu à vendre une commode Louis XVI, invendue à Drouot le 20 décembre dernier ; elle rapporte 1700 francs au poète. Saint-Pol-Roux, qui envisage toujours de quitter Camaret pour Paris, manque l’opportunité d’une location d’appartement. Espérant vendre son manoir durant l’été, il a fait une demande d’emprunt au Crédit Foncier pour racheter les terrains qui le bornent et ainsi valoriser sa propriété camarétoise ; la banque, malheureusement, ne lui propose qu’un prêt de 7000 francs sur les 14 ou 15000 nécessaires.

mai : Après avoir passé un mois à Narbonne, Divine est de retour chez les Royère pour quelques jours parisiens.

juinLa revue de l’époque, dirigée par Marcello-Fabri, fait paraître « La fresque flamboyante », poème en prose écrit en 1891, dans son n° 18. Saint-Pol-Roux compose une « Cantate du centenaire », sur la musique de son vieux compère Vincent Fosse, célébrant le centenaire de la Lyre phocéenne, la chorale de Saint-Henri. Soucieux de ne pas être complètement oublié de ses contemporains, il a envoyé des textes à René-Louis Doyon et Gustave-Louis Tautain, respectivement directeur et rédacteur en chef des revues La Connaissance et Le Monde nouveau.

juillet : Amélie se porte beaucoup mieux et ne reste plus alitée que le matin. Le 19, le divorce de Lorédan est enfin prononcé à Narbonne. Le poète profite de ce premier mois d’été pour se documenter sur l’histoire de la Lyre phocéenne, doyenne des chorales de France à laquelle il sera rendu hommage le 15 août à Saint-Henri.

août : Le 4, Saint-Pol-Roux écrit au cabinet de Léon Bérard, alors ministre de l’Instruction publique, afin de demander les palmes académiques pour la Lyre phocéenne et la rosette d’officier de l’Instruction publique pour son directeur, Vincent Fosse. Son article, « 1821-1921 : La Lyre phocéenne de Séon-Saint-Henri, doyenne des chorales de France, célèbre son centenaire », paraît le 14 août dans Le Petit Marseillais.

novembre : Saint-Pol-Roux est sollicité par un jeune homme de 20 ans, sans grande expérience littéraire mais fréquentant avec assiduité depuis la fin de la guerre la librairie d’Adrienne Monnier, qui souhaite fonder une revue. Le poète, âgé de trois fois 20 ans, promet un texte et donne à Pierre André-May – tel est le nom du jeune homme – quelques conseils. Le premier numéro d’Intentions paraîtra le 2 janvier 1922 et Saint-Pol-Roux figurera au sommaire de la livraison de février.

décembre : Le mercredi 6, le laboratoire de théâtre « Art et Action » du couple Autant-Lara donne une lecture de l’Epilogue des saisons humaines.

1922

janvier : Le 23, Lorédan épouse en secondes noces, à Narbonne, Lucie Marie Montagné. Le même jour paraît dans La Dépêche de Brest « Les Chevaliers de la Table Ronde devraient renaître en Bretagne pour le bien de sa beauté passée, présente & future », article signé Jean Royère, mais écrit par Saint-Pol-Roux.

février : « Soleil », poème en prose daté « Chaumière de Divine, 1903 », paraît dans le n° 2 d’Intentions ; dédié à Pierre Nicolas, qui traduisit « God bless you, my boys ! », le texte est annoncé à paraître dans Idéoréalités, quatrième tome des Reposoirs de la procession. Dans la revue, la contribution de Saint-Pol-Roux est suivie d’un article de René Néré, pseudonyme de Bertrand de Jouvenel, « Poète magnifique » qui lui rend hommage. Saint-Pol-Roux écrit, le 9, à Pierre André-May pour le féliciter de la bonne tenue d’Intentions et le prier de transmettre ses remerciements à Néré-Jouvenel. Le 18 février, René Rocher et Colonna Romano disent des poèmes de Saint-Pol-Roux lors de la 9e matinée poétique de la Comédie-Française.

avrilLe Figaro fait paraître dans son premier supplément littéraire du mois « Romance pour Colonna Romano de la Comédie-Française », poème en vers que Saint-Pol-Roux écrivit le 25 février en remerciement de la participation de la comédienne à la 9e matinée poétique. La situation financière du poète s’est encore aggravée : les 500 francs de rente qu’il reçoit mensuellement de sa famille fondent immédiatement pour rembourser les divers emprunts et crédits ; les tempêtes hivernales ont endommagé le Manoir qu’il n’est plus question de vendre en l’état. Ces difficultés et angoisses quotidiennes rendent difficile l’avancement d’une grande oeuvre dramatique à laquelle Saint-Pol-Roux travaille et qu’il destine à Jacques Copeau : La Splendeur Humaine, « une des plus belles et des plus grandes choses qu’on aura vues au théâtre, soit dit même avec orgueil ». Il espère placer deux textes dans des revues, « Entrée en matière » – premier titre de « Le Grand Kornoc » – au Monde nouveau de Gustave-Louis Tautain et « Ipséisme » dans Plume au vent de Jean Royère. Ni l’un ni l’autre ne paraîtront. Malgré la précarité dans laquelle vit le poète, il souscrit pour 5 francs au projet de monument à la mémoire des instituteurs finistériens morts à la guerre.

juin : Le mercredi 7, à la salle du foyer du soldat de Brest, a lieu la première soirée organisée par la société d’art « Les Chevaliers de la Table Ronde » fondée par Magda Tarquis ; de nombreux poèmes bretons y sont récités, notamment par le poète qui donne aussi une longue causerie : « L’Ancienne à la coiffe innombrable ». Saint-Pol-Roux assiste le surlendemain à la conférence du peintre Jean-Julien Lemordant, devenu aveugle suite à une blessure de guerre, et dit à cette occasion « La légende des yeux ».

juillet : Saint-Pol-Roux publie dans La Dépêche de Brest un article célébrant « Vincent d’Indy », invité par Domingo Sangra, l’un de ses anciens élèves, à diriger un concert au Théâtre municipal de Brest le 5 juillet. Quatre jours plus tôt, Saint-Pol-Roux et « Les Chevaliers de la Table Ronde » donnaient un récital poétique breton au théâtre de Morlaix. Le 15, le poète est à Quimper où un nouvel hommage est rendu à Lemordant.

octobre : Saint-Pol-Roux recopie pour Henri Corbière qui a lancé une enquête internationale sur les « maximes de vie des écrivains contemporains » les lignes suivantes : « Fuir les hommes pour mieux se rapprocher de l’humanité ; se rapprocher de la nature pour, à force d’usage, la fuir : puis, entre cette fuite et ce rapprochement, se fixer, se centraliser, comme à un point d’intersection, par une surcréation jaillie de soi-même – dans un oubli qui se souvient parfois. »

novembre : « La légende des yeux », poème en prose composé en hommage à Jean-Julien Lemordant, paraît le 11 dans La Dépêche de Brest.

décembre : La santé d’Amélie s’est encore aggravée. Saint-Pol-Roux se confie le 10 dans une lettre à Colonna Romano : « A deux reprises récentes, je faillis perdre ma chère femme menacée d’étouffement, le coeur sur le point de céder. Des ponctions opérées par le Dr ramenèrent une espérance relative, car les crises se répètent. La pauvre malade, alitée, de façon consécutive cette fois, ne peut, vu son intense faiblesse, lutter efficacement et réagir contre le mal envahissant. » Les soins coûteux n’améliorent pas la situation financière du poète, toujours plus tragique.

1923

janvier : Jean Royère et Paul Fort ont pris l’initiative, avec l’accord du poète, de lancer, sous forme de lettre-circulaire, auprès de quelques camarades des Lettres un appel à solidarité pour lui venir en aide. Royère parviendra à recueillir près de 1400 francs.

avril : Saint-Pol-Roux répond favorablement à Edouard Dujardin qui le sollicite pour faire partie de la Société Mallarmé qu’il a l’ambition de fonder. Le 5, il lui souffle quelques noms à contacter : Jean Royère, « ce haut fervent de Mallarmé », P.-N. Roinard, Edmond Pilon, Edouard Ducoté, Francis Jammes, Tristan Klingsor, Camille Bloch, le fils de Verlaine, Rodolphe Darzens, « qui fut un fidèle du Maître », Maurice Denis, Henri Mazel, Maurice Ravel.

mai : Le 23, Saint-Pol-Roux accuse réception du recueil de Royère, Quiétude (Paris, Emile-Paul, 1923), que l’auteur lui a adressé au début du mois. Il fait l’éloge de la poésie de son ami : « Tu apparais à la fois ancien et moderne, c’est-à-dire : éternel. Ne cultives-tu pas la souveraine Beauté ? Révolutionnaire pour certains, pour moi tu es classique puisque tu habites la tradition, – je parle de la tradition millénaire, non de la séculaire, si tu me comprends bien. Divine est ta poésie, en ce sens qu’elle se donne sans brutalité verbale, elle éclôt : encore qu’elle s’offre, faut-il cependant savoir la cueillir. Tu es un Rare, et je suis fier de t’admirer. »

juin : Saint-Pol-Roux s’excuse auprès de Vallette de ne pouvoir assister à la réunion des fondateurs de la Société Mallarmé qui doit se tenir le 6 dans les bureaux du Mercure de France. Il doit en effet participer, aux côtés de Jean-Julien Lemordant, à la grande semaine touristique du Finistère qui se déroulera du 7 au 14 juin à Quimper. C’est au cours du dîner qui suivit une nouvelle journée d’hommage au peintre que le poète fut abordé par le journaliste hollandais Léo Faust qui lui confia être prêt, si la science permettait un jour cette greffe, à donner l’un de ses yeux au peintre aveugle.

juillet : Le 3, paraît en première page de La Dépêche de Brest « L’offrande », récit dans lequel Saint-Pol-Roux rapporte l’admirable geste du journaliste. Le 8 juillet, la cloche de l’église de Camaret se détache et s’écrase au sol sans faire de victimes. L’événement inspire au poète une complainte, « La cloche de Camaret » qui paraît onze jours plus tard dans La Dépêche.

août : Saint-Pol-Roux accompagne Lemordant aux fêtes de Penmarc’h.

septembre : Alfred Vallette apprend au poète le 6 septembre que le premier tirage des Féeries intérieures est enfin épuisé (« 500 exemplaires vendus en 17 ans !!! »), mais qu’en raison des prix il est impossible de procéder à une réimpression : « il faudrait faire un tirage minimum de 3000. Mais de tels tirages impliquent une vente assez rapide. Or, malheureusement vos livres sortent très lentement. » Stock, qui prépare une anthologie de poèmes à dire à l’occasion d’un mariage, demande l’autorisation de reproduire « Caresses » extrait de De la colombe au corbeau par le paon. André Breton, en vacances à Lorient, avait écrit cinq jours plus tôt à Saint-Pol-Roux son admiration et son souhait de le rencontrer : « J’ai la plus profonde admiration pour votre attitude littéraire et si, comme je le crois, vous êtes capable d’entendre ce compliment sans amertume, je vous tiens, ainsi que mes amis, pour l’homme envers qui votre temps a été le plus injuste. Comme tel vous êtes celui à qui nous portons le plus de respect et d’affection. Si l’idée n’en était pas non plus pour vous déplaire, je vous avouerais que mon intention est d’écrire sur vous le premier article de réparation, lequel trouverait place dans le second volume de mon livre : Les Pas perdus, qui va paraître à la Nouvelle Revue française. Mais que ceci ne vous dissuade pas de me faire accueil. J’aimerais parler longuement avec vous, et avec le plus d’abandon possible… » Saint-Pol-Roux reçoit André et Simone Breton le 7 dans son Manoir de Camaret. A cette occasion, le poète dédicace au jeune directeur de Littérature un exemplaire d’Anciennetés : « à André Breton / Le Verbe doit parler autrement / et dire autre chose. / – en souvenir de sa visite / et de celle d’enchantement / de sa jeune Dame ». Sans doute, cette brève rencontre ne suscita pas l’abandon espéré par Breton qui s’en explique dans une lettre du 18 septembre : « Le malheur est que j’ai trop conscience de certaines barrières et que, désireux de préserver nos premiers rapports, cette heure pour moi sans prix, et ce qui pouvait s’y introduire de factice, je ne me livrais pas assez. Sachez pourtant, cher Monsieur, que j’ai été profondément remué par tout ce que vous m’avez dit, révolté aussi par ce que vous m’avez tu : cette fatalité sur vous, la lâcheté de vos amis. » André Breton propose dès lors au poète de se mettre à son service et de l’aider à « réparer dans la mesure du possible les torts qu’une absence pleine de grandeur [lui] a causés ». Il compte déjà lui dédier son recueil, Clair de terre, à paraître, en ces termes : « Au grand poète / SAINT-POL-ROUX / A ceux qui comme lui / s’offrent / LE MAGNIFIQUE / plaisir de se faire oublier ». Saint-Pol-Roux fait, à partir de cette date, son entrée dans l’histoire du Surréalisme.

octobre : Le nom de Saint-Pol-Roux apparaît, parmi ceux d’autres écrivains admirés par les futurs surréalistes, dans la double page intitulée « ERUTARETIL » du n° 11-12 de Littérature.

novembre : Le 4, Amélie meurt au Manoir de Coecilian à l’âge de 54 ans. Dans une lettre qu’il adresse à André Antoine le 14, Saint-Pol-Roux rend un bel hommage à sa fidèle compagne : « Mon vieil Ami, mon adorable Amélie dort à jamais, tout près de ta chère Pauline dont la tombe reçut, par Divine, le jour des funérailles, une des gerbes du cercueil maternel, comme un bonjour entre nos deux compagnes réunies. Après, ce sera nous, nous qu’elles ont servis, consolés, aimés. […] Elles n’auront jamais su combien nous les adorions à travers nos caprices et nos égoïsmes. La mienne m’avait suivi pour servir de son sourire merveilleux mon destin de poëte, mais au fond, va, c’est moi qui marchais dans son miraculeux sillage… »

décembre : Saint-Pol-Roux intervient auprès d’Antoine, dont la villa a été cambriolée, en faveur des deux jeunes « délinquants » repentants et lui demande de retirer sa plainte : « Vas-tu briser l’avenir de ces deux enfants manifestement égarés par le Septième Art ? Je me suis permis de te conseiller la clémence, assurément écouteras-tu le petit grillon d’amour qui te tient lieu de coeur. » Le directeur de théâtre se laissera émouvoir et ne donnera pas suite à l’affaire. Alors qu’il s’entremet à Châteaulin en faveur des deux garçons, Saint-Pol-Roux reçoit Clair de terre avec la dédicace imprimée que Breton a enrichi d’un envoi manuscrit enthousiaste : « A Saint-Pol-Roux / dont l’oeuvre géniale / et la fière attitude / commandent le nouvel âge poétique, / gloire et respect ! » Il accuse réception du recueil le 29 : « On découvre une énergie neuve dans tous ces reliefs qui semblent, pour les « occupés au dictionnaire » ne pas s’accorder, mais qui, à notre recul attentif, s’épousent aux fins magiques d’engendrer le joyau un. Votre désordre ancien est un ordre nouveau. […] Ignorons tout de règles que pratiquent ces autres qui ne savaient pas ce que vous leur apprenez. Ils savent en arrière, sachons en avant. Il y a une science sans traditions, mais qui en créera. » Dans son édition du 23 décembre, le journal Excelsior, dans un article qui rappelait le matin du 25 décembre 1909 où Saint-Pol-Roux avait offert aux enfants de Camaret, grimé en père Noël, des jouets, annonce la mort du poète : « Depuis l’auteur de La Dame à la faulx a pris passage sur la nacelle du fatal nautonier… Saint-Pol-Roux le-Magnifique est Mort ! »

1924

janvier : Bien vivant, mais terrassé par la grippe, le poète doit rester alité à Brest, chez Magda Tarquis, les deux premières semaines de la nouvelle année. Il demeure inquiet pour les deux jeunes cambrioleurs de la villa d’Antoine, toujours maintenus en détention préventive dans l’attente de leur procès, l’action civile ne s’étant pas arrêtée après le retrait du dépôt de plainte par le metteur en scène. Finalement, ils écoperont d’une peine avec sursis.

juin : Divine, après un assez long voyage de plusieurs mois dans le sud puis à Paris, est de retour à Camaret. Probablement hébergée, lors de son séjour parisien, chez Jean Royère, qui avait accueilli également quelques semaines plus tôt Alexis Tarquis, elle en a rapporté l’exemplaire des Poésies de Royère que l’éditeur Edgar Malfère vient de faire paraître. Saint-Pol-Roux remerciera son ami pour ce recueil où deux poèmes lui sont dédiés le 21. André Breton publie, dans le n° 13 de Littérature, pour remplacer la critique qui « est trop bête », des « extraits des livres et de la conversation de nos contemporains les plus remarquables », parmi lesquels l’extrait d’une lettre du poète : « C’est la crainte et l’amour de la Beauté, les deux servantes qui firent mes malles, voilà 30 ans. Ayant élu le long silence, je ne saurais être un envieux, et j’accepte ma modeste destinée… Laissez-moi regagner cette solitude où je vins creuser jusqu’à l’os, bien avant le silex et l’ambre. Voyez-vous, nous sommes les prisonniers de la Raison. La Belle à délivrer, c’est l’Imagination : grande reine du Monde. Elle est la géniale Aventure, dont la Raison demeure le corps-mort. » Dans cette solitude et ce silence, Saint-Pol-Roux se remet de la mort d’Amélie ; il a repris le travail et réunit des textes pour un recueil, Glorifications, qu’il envisage de publier dans la collection « La Phalange » que Royère dirige chez Albert Messein.

juillet : Le quotidien Paris-Midi publie le 29 une longue lettre de Saint-Pol-Roux dans laquelle il expose ses projets. Il y confirme la parution prochaine de Glorifications  et annonce pour l’été suivant la réalisation d’une légende, Le Triomphe de l’Océan, « dont le sujet à la fois mystérieux et populaire, d’une durée de trois jours environ, se passe éparsement sur divers points du Finistère qui s’en trouve tout alerté, […] lequel sujet finalement s’achève en immense apothéose à Brest. Un département comme scène, avec ses décors naturels et ses figurations respectives… » Saint-Pol-Roux reprend ici une ancienne idée développée dix ans plus tôt dans La Dépêche de Brest (19 mai 1913) à l’occasion de l’exposition de l’Ouest de la France. Dans la même lettre, il envisage également d’écrire, « cet hiver, une symphonie à la gloire de nos merveilleux « Artisans de France » pour leur prochaine exposition des arts décoratifs » dont la réalisation nécessiterait le concours de « quelques centaines de récitants » car il s’agirait « d’une symphonie, non pas musicale, mais verbale, qu’exécuteraient maints groupes d’hommes, de femmes et d’enfants, massés en orchestre vivant dirigé par l’auteur, tel un officiant au centre d’une cathédrale du Verbe ». C’est, à notre connaissance, la première évocation d’une mise en pratique des idées exprimées le 5 juillet 1922 dans son article sur « Vincent d’Indy », idées qui inauguraient la réflexion du poète sur la Répoétique. Dans le n° 61  de Belles-Lettres, Auguste Bergot rend un bel hommage à Saint-Pol-Roux, « artiste inlassablement imaginatif et singulièrement doué quant au verbe et aux images, mais surtout […] celui qui fut en Occident notre véritable conseiller, notre bienfaisant éducateur ».

septembre : Saint-Pol-Roux envisage de passer l’hiver à Paris, mais il craint de ne pouvoir concrétiser financièrement son projet : « Que j’aimerais montparnasser, malheureusement les moyens du poëte sont restreints depuis la guerre, et les chambres sont hors de prix. […] En vérité moi je me préférerais libre, estudiantesque, aux fins de rotondifier un peu le soir. En somme, je n’ai que trois fois vingt ans. D’autre part, les milieux littéraires semblent réclamer leur préhistorique camarade. » (Lettre à Renée Hamon, 9 septembre 1924). Le même mois, il écrit à André Antoine pour lui demander de le parrainer auprès du Ministre afin que ce dernier pense à lui comme « un des plus authentiques continuateurs du Maître » au moment de nommer les futurs chevaliers de la légion d’honneur de la « promotion Ronsard ».

octobre : Comœdia publie dans sa livraison du mardi 21 « Une rencontre avec la providence : Renaissance de Bretagne« , article dans lequel Saint-Pol-Roux rend hommage à Magda Tarquis et à l’association des « Chevaliers de la Table Ronde ». Son espoir de séjourner à Paris les mois qui viennent s’éloignent. La composition de Glorifications dont le poète espérait rendre le manuscrit ce mois-ci a pris du retard. A la fin du mois paraît le Manifeste du surréalisme : Breton inscrit l’idéoréalisme de Saint-Pol-Roux dans la généalogie du nouveau mouvement et mentionne le Magnifique parmi ses précurseurs : « Saint-Pol-Roux est surréaliste dans le symbole ».

décembreLe Figaro annonce, le 5, l’arrivée imminente de Saint-Pol-Roux à Paris : « On le fêtera prochainement à la Closerie des Lilas. » Il faudra pourtant attendre cinq mois avant que le Magnifique ne prenne ses brefs quartiers dans la capitale. Bouisson publie le 30, dans Comœdia, « Saint-Pol-Roux et la paternité du surréalisme ». C’est là, sans doute, le premier d’une longue série d’hommages que recevra le Magnifique tout au long du premier semestre de l’année qui va s’ouvrir.

1925

janvier : Camille Mauclair publie « Un visionnaire provençal » dans L’Eclaireur de Nice du 9 janvier.

février : Jean des Cognets rend un bel hommage au poète de La Rose et les épines du chemin dans l’Ouest-Eclair du 2 février : « En présence du monde innombrable et vivant, Saint-Pol-Roux se tient dans l’attitude véritable et spécifique du Poète : il le recrée sans cesse à son image… » Douze jours plus tard, c’est de nouveau au tour du fidèle Camille Mauclair de célébrer le poète dans ses « Marginalia » de La Semaine littéraire de Genève : « Il paraît que les surréalistes reconnaissent ce poète pour patron et s’apprêtent à lui donner tardivement la gloire dont il fut frustré. Je leur marque un bon point. Les symbolistes parmi lesquels il débuta vers 1889 ont été injustes pour Saint-Pol-Roux ; ils l’ont oublié dans l’ascension de leur génération… » La Dépêche de Brest publie le 15 février « Le Tisserand » dédié « au père Lambert », poème qui s’inscrit dans cette renaissance des métiers et de l’artisanat de Bretagne, conduite par Magda Tarquis. Le 17, Saint-Pol-Roux écrit à Royère son regret de n’avoir pu se rendre encore à Paris pour recueillir « au Mercure et à la Bibliothèque […] d’anciens poèmes utiles à l’ensemble du livre » en préparation « et qui s’en trouvera retardé jusqu’à l’été ou (meilleure époque) l’automne » ; il le félicite pour sa croix de la Promotion Ronsard – Saint-Pol-Roux, lui, ne l’a pas obtenue – et lui annonce qu’il se rendra très probablement dans sa Provence natale à Pâques, espérant s’arrêter au retour, en avril, à Paris pour y donner une conférence chez les Etudiants.

mars : Saint-Pol-Roux assiste, le 20, aux obsèques de Louis Coudurier, rédacteur en chef de La Dépêche de Brest ; il lui dédie, trois jours plus tard, un sonnet que publie le quotidien finistérien. C’est quelque jour de ce premier trimestre 1925 que Saint-Pol-Roux, accompagné d’Alexis Tarquis, rend visite au peintre Filiger, à Plougastel. L’artiste, à cette occasion, lui remet les lettres reçues de Remy de Gourmont. Le poète les confiera à Jean de Gourmont lors de son séjour parisien.

avril : Un nouvel hommage, intitulé « Le grand Poète Saint-Pol-Roux », paraît dans La Bretagne à Paris le 11 avril, signé Al. de Gouésléan, pseudonyme d’Alexis Tarquis. Le même jour, Guillot de Saix signe dans Le journal littéraire « La légende dorée de Saint-Pol-Roux le Magnifique ». Huit et dix jours plus tard, c’est Jean-François Louis Merlet qui célèbre à deux reprises Saint-Pol-Roux dans L’Ere nouvelle, d ‘abord, puis dans Le Petit Provençal. Le poète, quant à lui, est, après une longue absence, à Marseille auprès de sa mère, Euphrosine, âgée de 87 ans. De Provence, il envoie à André Breton, qui prépare l’hommage collectif des surréalistes à paraître dans Les Nouvelles littéraires, « un poëme modeste et tout chaud » : « rapides impressions jetées, sous forme litaniale, devant le mas biblique de Baroncelli » ; il espère que cet « Impromptu de la Camargue » suffira, mais un télégramme de Breton lui fait prendre conscience de l’importance de l’hommage qui se prépare ; aussi, regrettant de « n’avoir pu offrir qu’une modeste impression de route », joint-il à une nouvelle lettre du 28 avril, « l’ancienne maxime de [s]a vie », celle-là même adressée à Henri Corbière trois ans plus tôt. Il annonce à André Breton qu’il espère se trouver en mai à Paris où il fera « une conférence chez les Etudiants : Le Trésor de l’Homme » et l’enjoint à se rendre à la prochaine conférence que « l’adorable Magda Tarquis » lui consacrera au Caméléon.

mai : Le 9, paraît en cinquième page des Nouvelles littéraires et l’occupant intégralement, l’Hommage à Saint-Pol-Roux, hommage collectif signé par la plupart des surréalistes : Louis Aragon, Jacques Baron, André Breton, Robert Desnos, Paul Eluard, Michel Leiris, André Masson, Max Morise, Benjamin Péret, Evan Shipman, Roger Vitrac. Saint-Pol-Roux y est présent avec trois textes : « Impromptu de Camargue », « Maxime » et « La première femme », poème emprunté au recueil Anciennetés. C’est évidemment l’article d’André Breton, « Le Maître de l’Image », qui théorise le mieux l’apport du poète au Surréalisme : « La crise que subit aujourd’hui l’esprit poétique, crise essentiellement morale, on oublie trop que Saint-Pol-Roux en a été l’un des principaux annonciateurs. De par son incessante clairvoyance et l’extrême pureté de son attitude il demeure, de tous ceux de sa génération, le plus hautement ou, pour mieux dire, le seul qualifié pour intervenir dans le débat qui nous passionne… » Sept jours plus tard, Georges Pioch, dans L’Ere nouvelle, réagit avec enthousiasme à l’hommage collectif : « J’aime que ces jeunes écrivains, d’une audace sans mesure et d’un talent certain, soient allés chercher dans sa noble et, même, farouche solitude le plus prodigieux imagier des Lettres françaises. Je vois qu’ils font de lui leur parrain. Voilà qui nous change honorablement des mœurs ordinaires aux « jeunes » de notre France victorieuse… » Tout semble prêt pour un retour triomphal de Saint-Pol-Roux. Le 31, il est à Paris.

juin : L’artiste bretonne, Mary Piriou, expose à la galerie Georges Petit ses œuvres parmi lesquelles un portrait de Saint-Pol-Roux, aujourd’hui conservé au Musée des Beaux-Arts de Brest ; le texte du poète, « Impressions de modèle », sert de préface au catalogue. Le 11, Magda Tarquis donne au Caméléon d’Alexandre Mercereau une conférence sur « Saint-Pol-Roux, semeur d’idées » en présence du poète et d’une assistance nombreuse. On y reconnut Rachilde, André Rousseaux, Marinetti, Jean Royère, Henri Strentz, Henri Mazel, Louis Mandin, Jean de Gourmont, Jean Cassou, André Mora, Constant Bourquin, Maurice Verne, des représentants du mouvement surréaliste, etc. Saint-Pol-Roux participe au banquet donné en l’honneur d’Henri-René Lenormand à l’hôtel Lutetia le 16. Trois jours plus tard, à la Maison des Etudiants, Saint-Pol-Roux fait, devant un parterre de surréalistes enthousiastes, une conférence sur l’Imagination, « Trésor de l’Homme ». Le lendemain, Simone Breton écrit à Denise Lévy : « Hier St Pol Roux c’était très beau. Nous avons applaudi. Il était d’une noblesse et d’une élévation incomparables. J’espère qu’on fera paraître sa conférence et tu la verras. Une totale communion d’idées avec nous. Il a 65 ans et il ne pense qu’à la poésie, au génie, à l’avenir. Pas la moindre trahison même de faiblesse. » Nombreux sont les articles qui rendent compte des deux conférences du 11 et du 19 juin. Retenons, dans La Presse du 24 juin, les mots de Jane Catulle-Mendès : « Dans la traditionnelle et émouvante salle de leur Maison, les Etudiants viennent de fêter le noble poète Saint-Pol-Roux, le plus grand créateur d’images de notre époque et peut-être de tous les temps. Avec ses yeux qui font penser à des reflets d’étoiles dans la mer, sa bouffante chevelure à peine blanche et gonflée comme la vague, son ardent visage de triton rêveur et combattif, bruni, forgé par l’embrun, son langage de fresque, colorié, composé comme un Titien, Saint-Pol-Roux est demeuré le Magnifique qu’il fut naguère, débordant de générosité somptueuse, ignorant tout ce qui n’est pas art et beauté. Et ce nous fut une joie de saluer une telle figure. Sa vigueur persistante éclaire les heures actuelles d’hésitation, demeure en exemple à ceux que fait fléchir le doute, qui font fi de la foi poétique. Cette belle tête de médaille aux yeux vivants comme la mer semblait le symbole même de l’éternelle poésie. » Tout semble enfin sourire au poète dont la presse annonce la parution prochaine de deux œuvres nouvelles : Idéoréalités et Glorifications. Le 20 juin, Paris-Soir publie « On n’est vraiment seul que dans la foule » qui s’achève sur ces mots : « A parler cru, je ne m’em… jamais seul. Dieu non plus. Nous sommes au moins deux. » Sans doute n’imaginait-il pas en écrivant cette célébration de la solitude qu’il allait la retrouver plus tôt que prévu. Le 25, son nom apparaît, dans Comœdia, parmi les participants à la souscription lancée pour venir en aide à son ami Paul-Napoléon Roinard. Dans le courant du mois, il a posé pour Man Ray qui réalise au moins deux portraits photographiques.

juillet : Le jeudi 2, à 20 h, a lieu, à la Closerie des Lilas, le banquet Saint-Pol-Roux qui réunit ses amis et ses admirateurs, vieille garde symboliste et avant-garde surréaliste. Ce sera l’un des plus houleux scandales de l’histoire littéraire. Le jour même, Paris-Soir a publié la réponse de Rachilde à son enquête « Un Français peut-il aujourd’hui épouser une Allemande ? » Péremptoire, elle a déclaré à la journaliste : « Mais on n’épouse pas une Allemande ! Je n’admets pas que l’on épouse ces gens-là ! La dernière expérience ne peut donc servir aux jeunes générations ? Je crois entendre, la nuit, le ronflement des avions allemands au-dessus de Paris. […] Ces gens-là, il faut les tailler à coups de botte, entends-vous, à coups de botte !! Si un Allemand entrait dans cette pièce, dans le salon du Mercure de France, je m’en irais. Je les hais, comprenez-vous ? je les hais… » Une telle déclaration ne pouvait qu’indigner les surréalistes, dont la plupart avaient fait la guerre avec le sentiment de son absurdité, et qui comptaient dans leur groupe Max Ernst justement invité au banquet. Arrivés avant le début du repas, ils avaient placé sous les assiettes leur « lettre ouverte à M. Paul Claudel » imprimée sur papier sang de bœuf, protestant contre les propos de l’ambassadeur-poète donnés à Il Secolo et reproduits le 17 juin dans Comœdia : « Quant aux mouvements actuels, pas un seul ne peut conduire à une véritable rénovation ou création. Ni le dadaïsme, ni le surréalisme qui ont un seul sens : pédérastique. » Les surréalistes sont par ailleurs, en pleine guerre du Rif qui accapare la vie politique française à ce moment-là, proches des communistes et des intellectuels anticolonialistes. Tout est réuni pour que ce dîner donné en l’honneur de Saint-Pol-Roux échappe au héros du soir. Les convives à peine installées, les premières échauffourées commencent. Les surréalistes réclament le départ de Rachilde et de Lugné-Poe à qui l’on reproche ses activités de « mouchard » au 2e bureau pendant la guerre ; le ton monte ; des cris fusent de part et d’autre. Saint-Pol-Roux parvient momentanément à ramener le calme, mais la paix n’est que de courte durée. On crie : « Vive l’Allemagne ! », « Vive Abdelkrim ! » ; de l’autre côté, on répond : « Vive la France ! » L’agitation gagne, les tables sont renversées, le colin sauce blanche vole à travers la salle. On s’empoigne. On veut expulser les agitateurs surréalistes, qui ne se laissent pas faire. Philippe Soupault se pend au lustre. Michel Leiris provoque la foule qui s’est amassée, à l’extérieur, devant le restaurant. Il manque d’être lynché. La police intervient et procède à quelques arrestations. Le calme, enfin, revient. Mais le cœur n’y est plus. Le scandale de la Closerie des Lilas a mis fin aux relations entre le Magnifique et les surréalistes qui ont jugé son attitude décevante. On n’imaginait pourtant difficilement Saint-Pol-Roux prendre le parti de ces jeunes hommes qui lui avaient témoigné leur admiration et renier, dans le même temps, sa propre jeunesse et, dans son esprit, la mémoire de son fils Cœcilian, mort à Vauquois. Dès le lendemain et pendant plusieurs jours, la presse revient sur les événements, oubliant rapidement le nom du poète – devenu essentiellement celui d’un banquet – pour ne plus s’intéresser qu’aux protagonistes : Rachilde et les surréalistes, ces derniers quasi unanimement condamnés. Saint-Pol-Roux prend alors l’initiative d’un second banquet « en hommage à la Beauté française » qui aura lieu le dimanche 12 juillet au Palais des Sociétés savantes. Bien que plusieurs journaux en aient publié l’annonce, aucun compte rendu n’en sera fait, et Saint-Pol-Roux rentrera quelques jours plus tard à Camaret. Sa solitude retrouvée, il compose une « Allégorie » qui revient sur le scandale du 2 juillet ; dans une première version manuscrite conservée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, et dédiée à Paul Eluard, absent du banquet, le poète écrit : « Après que j’eus épreint ta suave rosée aux fins de baptiser le troupeau du futur, ces louveteaux croisés par le lys et l’obscur éblouirent mon front d’un bêlement si pur ! / Comme d’anciens béliers au semblable adultère ignoraient sous les herbes leur postérité, je fus élu pour les ressusciter de terre, en vue d’un los commun à la paternité ! / Lorsqu’un geste des dieux divisa mon pauvre être à croire que ma force en deux lois se cassait, j’étais cette senestre et j’étais cette dextre entre quoi, dévorant, pourtant je caressais. / Eperdu, j’ai laissé ma détresse en la ville en rayant d’avenir ses prunelles de morte, mais tandis que j’offrais la palme de la vie, la gloire se mourut entre mes cornes d’or. » C’était joliment et justement considérer la place intenable qui était la sienne entre louveteaux surréalistes et béliers symbolistes.

août : Georges Pioch rend visite à Saint-Pol-Roux à Camaret, visite qu’il relate dans L’Ere nouvelle. Le 7, il écrit à Jean Royère dont il espère la venue prochaine : « Les écluses du Banquet (décidément historique) demeurent ouvertes, chaque jour encore elles déversent d’innombrables coupures… les povres ! », ces « povres » désignant probablement les surréalistes.

septembre : Les discours de Paul-Napoléon Roinard et de Jean Royère écrits pour le banquet du 2 juillet sont publiés respectivement dans le n° 93 de La Mouette et dans le n° 18 de La Vie.

octobreLa Bretagne touristique publie « Mary Piriou, peintre » (autre titre de « Impressions de modèle »), dans son n° du 15 octobre. Le 26, Saint-Pol-Roux adresse ses voeux de bonheur à Francis Gourvil, dit Taldir, qui vient de se marier.

novembre : « Allégorie » paraît en tête du premier numéro de La Tour de Babel (revue mensuelle de tous les continents), dirigée par Constant Zarian. Le poème, dans sa version définitive, est dédié cette fois à Magda Tarquis.

décembre : Le 13, Saint-Pol-Roux écrit au sculpteur Georges Violet, qui a réalisé le buste du poète accueillant les visiteurs dans le hall du Manoir, pour l’inciter à ne pas céder au découragement : « L’oeuvre qui te hante exige du temps, car elle vient évidemment de loin, de fond, elle n’en est qu’aux racines. Or, prendre racine est l’instant pénible. On ne souffre que par la racine, à la racine. Crois-moi, ton oeuvre se prépare seule en toi, se réservant de te faire signe au moment de la paterniser… » Le poète envisage de faire un cycle de conférences au printemps prochain à Brest, Paris et Lyon, probablement sur sa conception du « Verbe total et vivant ». La tempête fait rage sur la Presqu’île et la situation financière de Saint-Pol-Roux s’est de nouveau détériorée. Le 29, il écrit une lettre à André Messager pour solliciter une aide de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, ignorant que celui-ci a été remplacé à la présidence de l’association par André Rivoire. L’aventure parisienne et surréaliste n’aura finalement rien changé au quotidien du Magnifique.

[Chronologie IX : 1926-1930]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search