Chronologie VIII : 1921-1925

1921

Janvier : Saint-Pol-Roux, toujours empêtré dans ses difficultés financières, envisage de publier chez quelque éditeur d’art, Crès ou la Sirène, son poème “L’Inconnu”, par l’entremise de Jean Royère. Il espère profiter de la cérémonie de mise au tombeau du soldat inconnu le 28 janvier pour attirer l’attention sur sa prose et la plaquette. Il a envoyé une copie du manuscrit à Caroline Segond-Weber afin qu’elle dise le poème à une prochaine matinée de la Comédie-Française. Aucun des deux projets n’aboutissant, il se laisse convaincre par Royère de publier “L’Inconnu” dans L’Intransigeant où il ne paraîtra, tardivement, que le 12 mars. A la fin du mois, Divine quitte Camaret pour séjourner chez les Royère grâce à qui elle assiste à des concerts, à des représentations théâtrales et fréquente le salon d’Aurel.

février : Le poète a dû “constituer avoué à Quimper” pour soutenir son fils Lorédan dans la procédure de divorce que ce dernier a entamée à Narbonne. Aux affres pécuniaires s’ajoute une rechute d’Amélie dont l’état de santé s’est de nouveau aggravé : “asystolie avec œdèmes et congestion des bases”. Divine, que son père cherche à préserver des difficultés traversées, quitte les Royère le 13 pour se rendre à Lille chez les Pelleau. Paul-T. Pelleau, ancien répétiteur du lycée de Brest qui connut bien les deux garçons du poète, devenu un intime de la famille, est alors rédacteur en chef au Progrès du Nord. A la fin du mois, la santé d’Amélie semble s’être amélioré. Le Dr Ropers, qui la soigne, la pense hors de danger.

mars : Après une courte halte de trois ou quatre jours à Paris, Divine se rend à Verdun sur la tombe de son frère puis retourne dans la capitale, toujours chez les Royère, avant de se rendre à Narbonne chez son frère dont le divorce traîne en longueur. Le 12 mars, “L’Inconnu” paraît en quatrième page de L’Intransigeant.

avril : Jean Royère est parvenu à vendre une commode Louis XVI, invendue à Drouot le 20 décembre dernier ; elle rapporte 1700 francs au poète. Saint-Pol-Roux, qui envisage toujours de quitter Camaret pour Paris, manque l’opportunité d’une location d’appartement. Espérant vendre son manoir durant l’été, il a fait une demande d’emprunt au Crédit Foncier pour racheter les terrains qui le bornent et ainsi valoriser sa propriété camarétoise ; la banque, malheureusement, ne lui propose qu’un prêt de 7000 francs sur les 14 ou 15000 nécessaires.

mai : Après avoir passé un mois à Narbonne, Divine est de retour chez les Royère pour quelques jours parisiens.

juinLa revue de l’époque, dirigée par Marcello-Fabri, fait paraître “La fresque flamboyante”, poème en prose écrit en 1891, dans son n° 18. Saint-Pol-Roux compose une “Cantate du centenaire”, sur la musique de son vieux compère Vincent Fosse, célébrant le centenaire de la Lyre phocéenne, la chorale de Saint-Henri. Soucieux de ne pas être complètement oublié de ses contemporains, il a envoyé des textes à René-Louis Doyon et Gustave-Louis Tautain, respectivement directeur et rédacteur en chef des revues La Connaissance et Le Monde nouveau.

juillet : Amélie se porte beaucoup mieux et ne reste plus alitée que le matin. Le 19, le divorce de Lorédan est enfin prononcé à Narbonne. Le poète profite de ce premier mois d’été pour se documenter sur l’histoire de la Lyre phocéenne, doyenne des chorales de France à laquelle il sera rendu hommage le 15 août à Saint-Henri.

août : Le 4, Saint-Pol-Roux écrit au cabinet de Léon Bérard, alors ministre de l’Instruction publique, afin de demander les palmes académiques pour la Lyre phocéenne et la rosette d’officier de l’Instruction publique pour son directeur, Vincent Fosse. Son article, “1821-1921 : La Lyre phocéenne de Séon-Saint-Henri, doyenne des chorales de France, célèbre son centenaire”, paraît le 14 août dans Le Petit Marseillais.

novembre : Saint-Pol-Roux est sollicité par un jeune homme de 20 ans, sans grande expérience littéraire mais fréquentant avec assiduité depuis la fin de la guerre la librairie d’Adrienne Monnier, qui souhaite fonder une revue. Le poète, âgé de trois fois 20 ans, promet un texte et donne à Pierre André-May – tel est le nom du jeune homme – quelques conseils. Le premier numéro d’Intentions paraîtra le 2 janvier 1922 et Saint-Pol-Roux figurera au sommaire de la livraison de février.

décembre : Le mercredi 6, le laboratoire de théâtre “Art et Action” du couple Autant-Lara donne une lecture de l’Epilogue des saisons humaines.

1922

janvier : Le 23, Lorédan épouse en secondes noces, à Narbonne, Lucie Marie Montagné.

[en construction]