Chronologie VIII : 1921-1925

1921

Janvier : Saint-Pol-Roux, toujours empêtré dans ses difficultés financières, envisage de publier chez quelque éditeur d’art, Crès ou la Sirène, son poème “L’Inconnu”, par l’entremise de Jean Royère. Il espère profiter de la cérémonie de mise au tombeau du soldat inconnu le 28 janvier pour attirer l’attention sur sa prose et la plaquette. Il a envoyé une copie du manuscrit à Caroline Segond-Weber afin qu’elle dise le poème à une prochaine matinée de la Comédie-Française. Aucun des deux projets n’aboutissant, il se laisse convaincre par Royère de publier “L’Inconnu” dans L’Intransigeant où il ne paraîtra, tardivement, que le 12 mars. A la fin du mois, Divine quitte Camaret pour séjourner chez les Royère grâce à qui elle assiste à des concerts, à des représentations théâtrales et fréquente le salon d’Aurel.

février : Le poète a dû “constituer avoué à Quimper” pour soutenir son fils Lorédan dans la procédure de divorce que ce dernier a entamée à Narbonne. Aux affres pécuniaires s’ajoute une rechute d’Amélie dont l’état de santé s’est de nouveau aggravé : “asystolie avec œdèmes et congestion des bases”. Divine, que son père cherche à préserver des difficultés traversées, quitte les Royère le 13 pour se rendre à Lille chez les Pelleau. Paul-T. Pelleau, ancien répétiteur du lycée de Brest qui connut bien les deux garçons du poète, devenu un intime de la famille, est alors rédacteur en chef au Progrès du Nord. A la fin du mois, la santé d’Amélie semble s’être améliorée. Le Dr Ropers, qui la soigne, la pense hors de danger.

mars : Après une courte halte de trois ou quatre jours à Paris, Divine se rend à Verdun sur la tombe de son frère puis retourne dans la capitale, toujours chez les Royère, avant de se rendre à Narbonne chez son frère dont le divorce traîne en longueur. Le 12 mars, “L’Inconnu” paraît en quatrième page de L’Intransigeant.

avril : Jean Royère est parvenu à vendre une commode Louis XVI, invendue à Drouot le 20 décembre dernier ; elle rapporte 1700 francs au poète. Saint-Pol-Roux, qui envisage toujours de quitter Camaret pour Paris, manque l’opportunité d’une location d’appartement. Espérant vendre son manoir durant l’été, il a fait une demande d’emprunt au Crédit Foncier pour racheter les terrains qui le bornent et ainsi valoriser sa propriété camarétoise ; la banque, malheureusement, ne lui propose qu’un prêt de 7000 francs sur les 14 ou 15000 nécessaires.

mai : Après avoir passé un mois à Narbonne, Divine est de retour chez les Royère pour quelques jours parisiens.

juinLa revue de l’époque, dirigée par Marcello-Fabri, fait paraître “La fresque flamboyante”, poème en prose écrit en 1891, dans son n° 18. Saint-Pol-Roux compose une “Cantate du centenaire”, sur la musique de son vieux compère Vincent Fosse, célébrant le centenaire de la Lyre phocéenne, la chorale de Saint-Henri. Soucieux de ne pas être complètement oublié de ses contemporains, il a envoyé des textes à René-Louis Doyon et Gustave-Louis Tautain, respectivement directeur et rédacteur en chef des revues La Connaissance et Le Monde nouveau.

juillet : Amélie se porte beaucoup mieux et ne reste plus alitée que le matin. Le 19, le divorce de Lorédan est enfin prononcé à Narbonne. Le poète profite de ce premier mois d’été pour se documenter sur l’histoire de la Lyre phocéenne, doyenne des chorales de France à laquelle il sera rendu hommage le 15 août à Saint-Henri.

août : Le 4, Saint-Pol-Roux écrit au cabinet de Léon Bérard, alors ministre de l’Instruction publique, afin de demander les palmes académiques pour la Lyre phocéenne et la rosette d’officier de l’Instruction publique pour son directeur, Vincent Fosse. Son article, “1821-1921 : La Lyre phocéenne de Séon-Saint-Henri, doyenne des chorales de France, célèbre son centenaire”, paraît le 14 août dans Le Petit Marseillais.

novembre : Saint-Pol-Roux est sollicité par un jeune homme de 20 ans, sans grande expérience littéraire mais fréquentant avec assiduité depuis la fin de la guerre la librairie d’Adrienne Monnier, qui souhaite fonder une revue. Le poète, âgé de trois fois 20 ans, promet un texte et donne à Pierre André-May – tel est le nom du jeune homme – quelques conseils. Le premier numéro d’Intentions paraîtra le 2 janvier 1922 et Saint-Pol-Roux figurera au sommaire de la livraison de février.

décembre : Le mercredi 6, le laboratoire de théâtre “Art et Action” du couple Autant-Lara donne une lecture de l’Epilogue des saisons humaines.

1922

janvier : Le 23, Lorédan épouse en secondes noces, à Narbonne, Lucie Marie Montagné. Le même jour paraît dans La Dépêche de Brest “Les Chevaliers de la Table Ronde devraient renaître en Bretagne pour le bien de sa beauté passée, présente & future”, article signé Jean Royère, mais écrit par Saint-Pol-Roux.

février : “Soleil”, poème en prose daté “Chaumière de Divine, 1903”, paraît dans le n° 2 d’Intentions ; dédié à Pierre Nicolas, qui traduisit “God bless you, my boys !”, le texte est annoncé à paraître dans Idéoréalités, quatrième tome des Reposoirs de la procession. Dans la revue, la contribution de Saint-Pol-Roux est suivie d’un article de René Néré, pseudonyme de Bertrand de Jouvenel, “Poète magnifique” qui lui rend hommage. Saint-Pol-Roux écrit, le 9, à Pierre André-May pour le féliciter de la bonne tenue d’Intentions et le prier de transmettre ses remerciements à Néré-Jouvenel. Le 18 février, René Rocher et Colonna Romano disent des poèmes de Saint-Pol-Roux lors de la 9e matinée poétique de la Comédie-Française.

avrilLe Figaro fait paraître dans son premier supplément littéraire du mois “Romance pour Colonna Romano de la Comédie-Française”, poème en vers que Saint-Pol-Roux écrivit le 25 février en remerciement de la participation de la comédienne à la 9e matinée poétique. La situation financière du poète s’est encore aggravée : les 500 francs de rente qu’il reçoit mensuellement de sa famille fondent immédiatement pour rembourser les divers emprunts et crédits ; les tempêtes hivernales ont endommagé le Manoir qu’il n’est plus question de vendre en l’état. Ces difficultés et angoisses quotidiennes rendent difficile l’avancement d’une grande oeuvre dramatique à laquelle Saint-Pol-Roux travaille et qu’il destine à Jacques Copeau : La Splendeur Humaine, “une des plus belles et des plus grandes choses qu’on aura vues au théâtre, soit dit même avec orgueil”. Il espère placer deux textes dans des revues, “Entrée en matière” – premier titre de “Le Grand Kornoc” – au Monde nouveau de Gustave-Louis Tautain et “Ipséisme” dans Plume au vent de Jean Royère. Ni l’un ni l’autre ne paraîtront. Malgré la précarité dans laquelle vit le poète, il souscrit pour 5 francs au projet de monument à la mémoire des instituteurs finistériens morts à la guerre.

juin : Le mercredi 7, à la salle du foyer du soldat de Brest, a lieu la première soirée organisée par la société d’art “Les Chevaliers de la Table Ronde” fondée par Magda Tarquis ; de nombreux poèmes bretons y sont récités, notamment par le poète qui donne aussi une longue causerie : “L’Ancienne à la coiffe innombrable”. Saint-Pol-Roux assiste le surlendemain à la conférence du peintre Jean-Julien Lemordant, devenu aveugle suite à une blessure de guerre, et dit à cette occasion “La légende des yeux”.

juillet : Saint-Pol-Roux publie dans La Dépêche de Brest un article célébrant “Vincent d’Indy”, invité par Domingo Sangra, l’un de ses anciens élèves, à diriger un concert au Théâtre municipal de Brest le 5 juillet. Quatre jours plus tôt, Saint-Pol-Roux et “Les Chevaliers de la Table Ronde” donnaient un récital poétique breton au théâtre de Morlaix. Le 15, le poète est à Quimper où un nouvel hommage est rendu à Lemordant.

octobre : Saint-Pol-Roux recopie pour Henri Corbière qui a lancé une enquête internationale sur les “maximes de vie des écrivains contemporains” les lignes suivantes : “Fuir les hommes pour mieux se rapprocher de l’humanité ; se rapprocher de la nature pour, à force d’usage, la fuir : puis, entre cette fuite et ce rapprochement, se fixer, se centraliser, comme à un point d’intersection, par une surcréation jaillie de soi-même – dans un oubli qui se souvient parfois.”

novembre : “La légende des yeux”, poème en prose composé en hommage à Jean-Julien Lemordant, paraît le 11 dans La Dépêche de Brest.

décembre : La santé d’Amélie s’est encore aggravée. Saint-Pol-Roux se confie le 10 dans une lettre à Colonna Romano : “A deux reprises récentes, je faillis perdre ma chère femme menacée d’étouffement, le coeur sur le point de céder. Des ponctions opérées par le Dr ramenèrent une espérance relative, car les crises se répètent. La pauvre malade, alitée, de façon consécutive cette fois, ne peut, vu son intense faiblesse, lutter efficacement et réagir contre le mal envahissant.” Les soins coûteux n’améliorent pas la situation financière du poète, toujours plus tragique.

1923

janvier : Jean Royère et Paul Fort ont pris l’initiative, avec l’accord du poète, de lancer, sous forme de lettre-circulaire, auprès de quelques camarades des Lettres un appel à solidarité pour lui venir en aide. Royère parviendra à recueillir près de 1400 francs.

avril : Saint-Pol-Roux répond favorablement à Edouard Dujardin qui le sollicite pour faire partie de la Société Mallarmé qu’il a l’ambition de fonder. Le 5, il lui souffle quelques noms à contacter : Jean Royère, “ce haut fervent de Mallarmé”, P.-N. Roinard, Edmond Pilon, Edouard Ducoté, Francis Jammes, Tristan Klingsor, Camille Bloch, le fils de Verlaine, Rodolphe Darzens, “qui fut un fidèle du Maître”, Maurice Denis, Henri Mazel, Maurice Ravel.

mai : Le 23, Saint-Pol-Roux accuse réception du recueil de Royère, Quiétude (Paris, Emile-Paul, 1923), que l’auteur lui a adressé au début du mois. Il fait l’éloge de la poésie de son ami : “Tu apparais à la fois ancien et moderne, c’est-à-dire : éternel. Ne cultives-tu pas la souveraine Beauté ? Révolutionnaire pour certains, pour moi tu es classique puisque tu habites la tradition, – je parle de la tradition millénaire, non de la séculaire, si tu me comprends bien. Divine est ta poésie, en ce sens qu’elle se donne sans brutalité verbale, elle éclôt : encore qu’elle s’offre, faut-il cependant savoir la cueillir. Tu es un Rare, et je suis fier de t’admirer.”

juin : Saint-Pol-Roux s’excuse auprès de Vallette de ne pouvoir assister à la réunion des fondateurs de la Société Mallarmé qui doit se tenir le 6 dans les bureaux du Mercure de France. Il doit en effet participer, aux côtés de Jean-Julien Lemordant, à la grande semaine touristique du Finistère qui se déroulera du 7 au 14 juin à Quimper. C’est au cours du dîner qui suivit une nouvelle journée d’hommage au peintre que le poète fut abordé par le journaliste hollandais Léo Faust qui lui confia être prêt, si la science permettait un jour cette greffe, à donner l’un de ses yeux au peintre aveugle.

juillet : Le 3, paraît en première page de La Dépêche de Brest “L’offrande”, récit dans lequel Saint-Pol-Roux rapporte l’admirable geste du journaliste. Le 8 juillet, la cloche de l’église de Camaret se détache et s’écrase au sol sans faire de victimes. L’événement inspire au poète une complainte, “La cloche de Camaret” qui paraît onze jours plus tard dans La Dépêche.

août : Saint-Pol-Roux accompagne Lemordant aux fêtes de Penmarc’h.

septembre : Alfred Vallette apprend au poète le 6 septembre que le premier tirage des Féeries intérieures est enfin épuisé (“500 exemplaires vendus en 17 ans !!!”), mais qu’en raison des prix il est impossible de procéder à une réimpression : “il faudrait faire un tirage minimum de 3000. Mais de tels tirages impliquent une vente assez rapide. Or, malheureusement vos livres sortent très lentement.” Stock, qui prépare une anthologie de poèmes à dire à l’occasion d’un mariage, demande l’autorisation de reproduire “Caresses” extrait de De la colombe au corbeau par le paon. André Breton, en vacances à Lorient, avait écrit cinq jours plus tôt à Saint-Pol-Roux son admiration et son souhait de le rencontrer : “J’ai la plus profonde admiration pour votre attitude littéraire et si, comme je le crois, vous êtes capable d’entendre ce compliment sans amertume, je vous tiens, ainsi que mes amis, pour l’homme envers qui votre temps a été le plus injuste. Comme tel vous êtes celui à qui nous portons le plus de respect et d’affection. Si l’idée n’en était pas non plus pour vous déplaire, je vous avouerais que mon intention est d’écrire sur vous le premier article de réparation, lequel trouverait place dans le second volume de mon livre : Les Pas perdus, qui va paraître à la Nouvelle Revue française. Mais que ceci ne vous dissuade pas de me faire accueil. J’aimerais parler longuement avec vous, et avec le plus d’abandon possible…” Saint-Pol-Roux reçoit André et Simone Breton le 7 dans son Manoir de Camaret. A cette occasion, le poète dédicace au jeune directeur de Littérature un exemplaire d’Anciennetés : “à André Breton / Le Verbe doit parler autrement / et dire autre chose. / – en souvenir de sa visite / et de celle d’enchantement / de sa jeune Dame”. Sans doute, cette brève rencontre ne suscita pas l’abandon espéré par Breton qui s’en explique dans une lettre du 18 septembre : “Le malheur est que j’ai trop conscience de certaines barrières et que, désireux de préserver nos premiers rapports, cette heure pour moi sans prix, et ce qui pouvait s’y introduire de factice, je ne me livrais pas assez. Sachez pourtant, cher Monsieur, que j’ai été profondément remué par tout ce que vous m’avez dit, révolté aussi par ce que vous m’avez tu : cette fatalité sur vous, la lâcheté de vos amis.” André Breton propose dès lors au poète de se mettre à son service et de l’aider à “réparer dans la mesure du possible les torts qu’une absence pleine de grandeur [lui] a causés”. Il compte déjà lui dédier son recueil, Clair de terre, à paraître, en ces termes : “Au grand poète / SAINT-POL-ROUX / A ceux qui comme lui / s’offrent / LE MAGNIFIQUE / plaisir de se faire oublier”. Saint-Pol-Roux fait, à partir de cette date, son entrée dans l’histoire du Surréalisme.

octobre : Le nom de Saint-Pol-Roux apparaît, parmi ceux d’autres écrivains admirés par les futurs surréalistes, dans la double page intitulée “ERUTARETIL” du n° 11-12 de Littérature.

novembre : Le 4, Amélie meurt au Manoir de Coecilian à l’âge de 54 ans. Dans une lettre qu’il adresse à André Antoine le 14, Saint-Pol-Roux rend un bel hommage à sa fidèle compagne : “Mon vieil Ami, mon adorable Amélie dort à jamais, tout près de ta chère Pauline dont la tombe reçut, par Divine, le jour des funérailles, une des gerbes du cercueil maternel, comme un bonjour entre nos deux compagnes réunies. Après, ce sera nous, nous qu’elles ont servis, consolés, aimés. […] Elles n’auront jamais su combien nous les adorions à travers nos caprices et nos égoïsmes. La mienne m’avait suivi pour servir de son sourire merveilleux mon destin de poëte, mais au fond, va, c’est moi qui marchais dans son miraculeux sillage…”

décembre : Saint-Pol-Roux intervient auprès d’Antoine, dont la villa a été cambriolée, en faveur des deux jeunes “délinquants” repentants et lui demande de retirer sa plainte : “Vas-tu briser l’avenir de ces deux enfants manifestement égarés par le Septième Art ? Je me suis permis de te conseiller la clémence, assurément écouteras-tu le petit grillon d’amour qui te tient lieu de coeur.” Le directeur de théâtre se laissera émouvoir et ne donnera pas suite à l’affaire. Alors qu’il s’entremet à Châteaulin en faveur des deux garçons, Saint-Pol-Roux reçoit Clair de terre avec la dédicace imprimée que Breton a enrichi d’un envoi manuscrit enthousiaste : “A Saint-Pol-Roux / dont l’oeuvre géniale / et la fière attitude / commandent le nouvel âge poétique, / gloire et respect !” Il accuse réception du recueil le 29 : “On découvre une énergie neuve dans tous ces reliefs qui semblent, pour les « occupés au dictionnaire » ne pas s’accorder, mais qui, à notre recul attentif, s’épousent aux fins magiques d’engendrer le joyau un. Votre désordre ancien est un ordre nouveau. […] Ignorons tout de règles que pratiquent ces autres qui ne savaient pas ce que vous leur apprenez. Ils savent en arrière, sachons en avant. Il y a une science sans traditions, mais qui en créera.”

1924

janvier :

[en construction]