Chronologie VII : 1915-1920

1915

Janvier : Le huitième et dernier numéro de La France immortelle paraît à la date des 7 & 14 janvier, avec, en plus des textes du poète, des contributions de Paul Fort et de Carlos Larronde. La publication, qui ne parvint pas à toucher un lectorat suffisamment nombreux, aura grandement contribué à ruiner Saint-Pol-Roux. Le Théâtre Idéaliste organise au Palais de Glace, à Paris, des lectures pour les convalescents de La Nuit des âmes et de La Belle et la Bête du poète.

Mars : Le jeudi 4, Cœcilian meurt à l’hôpital temporaire n° 4 de Verdun à neuf heures du soir, des suites des blessures reçues sur la butte de Vauquois. Le jeune homme, qui devait fêter le mois suivant, ses 23 ans, écrivait régulièrement depuis la mobilisation à ses parents pour les rassurer. La veille, il leur avait écrit : “Quelques coups durs cette nuit, mais tout va bien pour moi : X… est pris après une lutte héroïque. Grande confiance dans la lutte finale…” Ce deuil accable le poète et sa famille : l’état de santé déjà précaire d’Amélie ne fera dès lors que s’aggraver.

Juin : Saint-Pol-Roux adresse ses condoléances à André Antoine, autre père récemment endeuillé par le décès de son fils, Henri, le 20 mai ; il lui apprend également la mort des deux fils de Georges Billotte, son notaire et ami. Les “morts pour la patrie”, à Camaret, se chiffrent désormais à une vingtaine. Jean Royère obtient un prêt salutaire pour le poète “en des heures hélas dures à confesser”.

Septembre : Sur la demande d’André Antoine, Saint-Pol-Roux accepte la présidence de la section finistérienne de l’Orphelinat des Armées. Il assiste le 25, à Paris, à l’assemblée générale de l’Association nationale qui lui confie officiellement cette charge.

Octobre : Le 18, La Dépêche de Brest publie un article du poète dans lequel il développe ses idées quant à l’organisation de cette section : “J’y veux mettre en vigueur le système de la bouche qui renseigne, de l’oreille qui enregistre, et du cœur qui résout.” L’entrée en guerre, aux côtés de l’Allemagne, de la Bulgarie, incite les Camarétois à restituer au roi Ferdinand Ier les 1.000 francs que, dit-on, ce dernier avait offerts pour la restauration de la chapelle de Rocamadour incendiée en 1910 ; Saint-Pol-Roux qui, empruntant l’identité royale, fut probablement à l’origine du don, suggère dans Le Figaro que la somme récoltée soit plutôt adressée à la Croix-Rouge de Serbie, récemment envahie par les troupes bulgares.

Novembre : Deux poèmes, l’un en vers, “Aux Mères”, l’autre en prose, “A l’île de Sein”, paraissent dans La Dépêche de Brest du 1er et du 17. Venu, le 20, à Paris pour rencontrer Dick May et Antoine au sujet de l’Orphelinat des Armées, il doit rentrer le jour même à Camaret, rappelé par une permission inattendue de Lorédan, et ne peut honorer ses rendez-vous. Il aura néanmoins eu le temps de confier à Félix Fénéon, directeur artistique de la Galerie Bernheim, les bois de la Maison du Jouir de Gauguin dans le but qu’il leur trouve acquéreurs au prix de 3.000 francs. Afin de récolter quelques fonds pour la section finistérienne, Saint-Pol-Roux envisage d’écrire et de faire jouer un “noël de guerre” ; il s’en ouvre à Michel-Maurice Lévy, dit Bétove, à qui il demande une musique de scène et le concours de sa compagne, la comédienne Louise Marion. Sans doute le compositeur ne put-il répondre favorablement à la sollicitation puisque le projet ne se concrétisa pas.

Décembre : Saint-Pol-Roux fait paraître dans l’avant-dernier numéro de l’année de La Dépêche de Brest les statuts de l’Orphelinat des Armées (Section du Finistère).

1916

Février : Le “Salut à la France immortelle” paraît dans le Bulletin des Armées. Il a été question aussi de publier La Nuit des âmes chez Larousse, mais le projet ne semble pas avoir abouti.

Mai : Saint-Pol-Roux, confronté aux difficultés administratives et financières, a abandonné la présidence de la section du Finistère de l’Orphelinat des Armées. Il demande à André Antoine, qui envisage de venir tourner Les Travailleurs de la mer et La Roche aux mouettes à Camaret, de bien vouloir récupérer les bois de Gauguin à la Galerie Bernheim, Fénéon lui ayant écrit la difficulté de trouver “l’amateur ad hoc” par temps de guerre.

Juin : Publication, le 8, dans La Dépêche de Brest d’un article saluant l'”Arrivée des bleuets à Camaret”, contingent de la classe 47 placé sous les ordres du commandant de Bonnerive “qui, dans le monde des lettres, porte le nom admiré de Georges de Lys”.

Août : Sollicité par le poète, Antoine tente, grâce à ses relations, de faire entrer Lorédan dans l’aviation. Sans succès.

Octobre : Victor Segalen écrit le 15 à Saint-Pol-Roux ; il le prie, afin d’achever l’édition des lettres de Gauguin à Monfreid, de bien vouloir lui prêter “pour un temps indéfini” les quatre panneaux de bois qu’il lui avait offerts à son retour de Tahiti. L’auteur de Stèles avait certainement appris que le poète cherchait à les vendre et, connaissant la situation délicate dans laquelle il se trouvait, trouvait ainsi un habile moyen de forcer une confession difficile. Celle-ci parvient à Segalen trois jours plus tard qui confie le 20 à Monfreid : “[…] je vous transmets par grande confidence, celle-ci, de mon ami le poète Saint-Pol-Roux, afin que le geste soit entièrement expliqué, et lavé par la poignante contrition qu’il en a. Bien entendu j’ai répondu que vous ne seriez point à compter, ni moi, parmi les acquéreurs.”

Décembre : Mariage à Pont-l’Abbé, le 9, en l’église Notre-Dame des Carmes, de Lorédan avec Irma Stervinou. Victor Segalen, empêché, il sera remplacé comme second témoin par l’aspirant Edy, Paul Beghin faisant office de premier témoin. Le 18, les bois de Gauguin sont livrés chez Monfreid qui a accepté de les prendre en dépôt en attendant qu’un amateur les acquière.

1917

Janvier : A la fin du mois, Saint-Pol-Roux écrit à Alfred Vallette pour lui proposer un texte, probablement “La mobilisation de l’imagination” qui paraîtra dans le Mercure de France du 16 mars. Le poète, après une année où il lui fut difficile d’écrire, travaille désormais à mettre en forme ses réflexions sur la guerre. Carlos Larronde prie Saint-Pol-Roux de donner son adhésion à la nouvelle entreprise théâtrale qu’il s’apprête à lancer, associé à Louise Lara et Édouard Autant ; son nom : “Art et Liberté”.

Mars : Parution dans le n° 450 du Mercure de France de “La mobilisation de l’imagination”. Les bois de Gauguin sont enfin vendus pour 1.100 francs ; Victor Segalen a acheté “Soyez Amoureuses” et “la plus petite des femmes” et Claude Farrère les deux autres (lettre d’Yvonne Segalen à Monfreid, 29 mars 1917).

Avril : Le Monde illustré publie “La Victoire : poëme populaire” dans sa livraison du 7 avril. Au début du mois, Lorédan retrouve le Manoir et ses parents à l’occasion d’une permission.

Mai : Saint-Pol-Roux intervient auprès d’Antoine pour qu’il emploie Borély, ancien décorateur de l’Odéon, et la comédienne Louise Marion, dans l’équipe qu’il réunit pour réaliser prochainement à Camaret Les Travailleurs de la mer. Dans La Dépêche de Brest du 18, paraît “Les Mouscouls”, poème populaire dédié “à l’escadrille de Camaret” dont Saint-Pol-Roux est le parrain.

JuinLa Rose de France publie “De l’imitation“, l’un des chapitres de La Transfiguration de la guerre, œuvre à laquelle Saint-Pol-Roux travaille depuis le début de l’année. A cette date, le poète recherche une situation à Paris pour l’automne, “la santé de [s]a femme ne lui permettant pas de passer le prochain hiver” à Camaret. Saint-Pol-Roux rend un hommage à deux aviateurs “écrasés sur la falaise” dans La Dépêche de Brest du 18 juin.

Été : André Antoine a commencé le tournage des Travailleurs de la mer.

Septembre : Nouvelle permission de Lorédan. Saint-Pol-Roux multiplie les démarches pour trouver une situation et un logement à Paris. Il envisage d’y donner une série de conférences sur la guerre.

Décembre : Le poète écrit à Madeleine Ancey, épouse du dramaturge Georges Ancey mort le 18 novembre, ses condoléances. Il envoie également à l’inventeur américain, Thomas Edison, une longue lettre synthétisant ses réflexions de poète sur la guerre, réaction probable à un écho sur “la déviation des torpilles” publié dans le Mercure de France du 1er novembre.

1918

Février : Amélie et Divine sont à Paris. Saint-Pol-Roux les rejoint à la fin du mois et espère y passer deux ou trois mois. Il assiste le 26, avec sa famille réunie – Lorédan ayant obtenu une permission – à la projection pour la presse des Travailleurs de la mer. Le surlendemain, il écrit à Antoine : “Tu as réalisé une incomparable icôno-symphonie où tout s’exprime, les vents transitoires, les pierres éternelles, les oiseaux, les poissons même, enfin la grande frissonneuse – la Mer – que dominent l’anglicane joliesse de Brabant et la beauté nazaréenne de Joubé.”

Mars : A l’occasion d’une conférence de Carlos Larronde dans la salle de l’œuvre du soldat dans la Tranchée, Louise Marion et Maurice Escande jouent une scène de La Dame à la faulx.

Avril : Saint-Pol-Roux est de retour à Camaret.

Juin : Le jeune compositeur Arthur Honegger adresse à Saint-Pol-Roux une lettre dans laquelle il lui demande “l’autorisation de tirer des Saisons humaines un sujet de drame lyrique”. Le poète semble avoir répondu favorablement, mais Honegger abandonnera le projet.

Novembre : Le 11, c’est l’armistice. Si Saint-Pol-Roux peut se réjouir de la fin de la guerre qui l’éprouva durement, sa situation financière ne s’est pas améliorée. La “Lettre à Thomas-Alva Edison” paraît dans le n° 3 des Lettres parisiennes.

Décembre : Saint-Pol-Roux figure parmi les membres du “Comité d’initiative artistique de l’Odéon” chargé d’organiser tous les vendredis à l’Odéon mis à disposition par son directeur, M. Gavault, des manifestations littéraires et artistiques.

1919

Avril : Le 18, le comité d’initiative artistique de l’Odéon donne une matinée consacrée aux symbolistes, au cours de laquelle sont lus des poèmes de Saint-Pol-Roux ; la séance est précédée d’une conférence de Gaston Picard.

Juin : Parution de God bless you my boys ! (homage to the warriors of the United States of America), plaquette reproduisant un poème de Saint-Pol-Roux et sa traduction en anglais par P. Nicolas. Comptant sur un succès, le poète en a imprimé plusieurs milliers d’exemplaires. Un an plus tard, il en restera 7 à 8000 et une dette de 1.500 francs envers l’imprimerie de La Dépêche.

Juillet : Il écrit à André Gide, le 21, proposant aux éditions de la nrf “un ouvrage dramatique sur la guerre” de 200 pages environ à livrer à l’impression entre le 15 et le 31 décembre. Nous ne connaissons pas la réponse de Gide, mais aucun volume de Saint-Pol-Roux ne paraîtra aux éditions dirigées par Gaston Gallimard. Le 23, le sloop langoustier “Saint-Pol-Roux” fait naufrage au nord de l’île de Béniguet.

Août : Un nouvel hommage poétique aux G.I. américains paraît, sous le titre “Le retour”, dans La Dépêche de Brest du 31 août.

Octobre : La compagnie “Art et Action” – qui a succédé à “Art et Liberté” – inscrit à son programme pour l’année suivante Les Trois Visages de Saint-Pol-Roux, pièce qui semble n’avoir pas été écrite ou dont le manuscrit s’est perdu. Le poète a, de toute évidence, de nombreux projets ; le 15, il écrit à de Max : “[…] si mes moyens le permettent, sans doute irai-je à Paris cet hiver produire une œuvre virginale, d’avant-garde : Les Yeux” et le prie de lui restituer la copie dactylographiée en sa possession de La Dame à la faulx qu’il espère “remettre en lumière”.

1920

Janvier : Jean Balde prononce, le 24, à l’Hôtel de ville de Bordeaux, une conférence sur le théâtre contemporain, citant particulièrement Henri Becque, François de Curel, Maeterlinck, Claudel, Saint-Georges de Bouhélier, Saint-Pol-Roux, Jules Romains, Henri Martin Barzun, Fernand Divoire, Apollinaire, Marinetti et Albert-Birot.

Mars : Saint-Pol-Roux s’ouvre à plusieurs correspondants d’un projet qui le tient depuis toujours, celui de la fondation de La Beauté Nouvelle, “foyer d’art dramatique dont le théâtre, animé par des esprits d’avant-garde – écrivains, artistes, divers, comédiens – représenterait les œuvres essentiellement novatrices, se posant ainsi résolument en centre de création pure” (Figaro, 25 mars 1920). Face aux difficultés de réaliser une telle entreprise à Paris, il imagine un temps la concrétiser dans les baraquements de Lagatjar, militairement abandonnés, tout proches du Manoir. Accablé financièrement, Saint-Pol-Roux envisage d’ailleurs de vendre ce dernier pour qui il tente de trouver acquéreur ; le fruit de la vente lui permettrait de sortir de la misère et de concrétiser son projet artistique.

Mai : Toujours en quête d’une solution pour apaiser ses créanciers, Saint-Pol-Roux demande à Jean Royère de négocier quelques exemplaires de luxe de ses livres chez les libraires, et de “placer” quelques-uns de ses meubles Louis XVI. L’ancien directeur de La Phalange sera désormais le représentant officieux des intérêts du poète à Paris. Quelques jours après la réception des caisses de livres, Royère adresse un premier mandat de 150 francs à Saint-Pol-Roux.

Juin : Début de la procédure de divorce de Lorédan. Saint-Pol-Roux espère que la vente du Manoir sera réalisée avant l’automne.

Juillet : Il reçoit du poète et émigré russe, Michel Zetlin, 275 francs, produit d’une vente de ses livres réalisée par André Fontainas, qui seconde Jean Royère. Saint-Pol-Roux a décidé de mettre en vente une partie de son mobilier à Drouot ; il entre en relation avec Me Victor Hubert qui doit se charger de la vente.

Août : Saint-Pol-Roux prend l’initiative d’un hommage collectif à Charles Cottet à l’occasion de la présentation le 5 septembre, du tableau, Les femmes de Camaret se lamentant autour de la chapelle incendiée, offert par le peintre. Il écrit à André Antoine à ce sujet.

Septembre : Parution de l’hommage à Charles Cottet dans La Dépêche de Brest du 4. Le poète envoie un nouveau colis à Royère, contenant cette fois “diverses choses des peuplades pfeufs, etc… de l’ouest et centre de l’Afrique”, pour Fénéon “qui a raison d’admirer la sculpture nègre”. Ce dernier achètera le tout pour 200 francs. Le 13, il reçoit la visite de Me Hubert venu estimer les meubles et négocier auprès des sociétés brestoises le transport du mobilier jusqu’à Paris. Saint-Pol-Roux souhaite briguer le poste de conservateur du Musée de Pau, qu’il croit vacant, espérant y trouver un climat “où [s]a femme ressusciterait en quelque sorte”. Il s’en ouvre à plusieurs de ses amis, Royère et Antoine notamment, leur demandant de faire jouer leurs relations pour appuyer sa candidature.

Octobre : Le Maire de Pau informe Saint-Pol-Roux que le poste brigué n’est, en réalité, pas vacant. Malgré les intérêts manifestés par des acheteurs potentiels, le Manoir ne trouve pas d’acquéreur. Après la déception paloise, Saint-Pol-Roux envisage un retour à Paris.

Novembre : Le 3, les meubles du poète partent en wagon capitonné pour Paris. Le 11, Saint-Pol-Roux écrit “L’Inconnu”, poème dédié au soldat inconnu.

DécembreLa Revue de l’époque publie “Sur le sable de Camaret”. Plusieurs articles signalant la vente prochaine et signés Royère, mais dont certains ont été écrits par le poète lui-même, paraissent dans des journaux ou revues. Le 22 décembre, la vente est finalement décevante ne rapportant au poète que quelques milliers de francs ne lui permettant pas d’effacer les dettes nombreuses. Saint-Pol-Roux ne quittera jamais Camaret. “L’Inconnu” paraît le jour de noël dans La Dépêche de Brest.

[Chronologie VIII : 1921-1925]