Chronologie VI : 1911-1914

1911

Janvier : Saint-Pol-Roux, toujours à Paris (26, rue de Constantinople), remanie le manuscrit de La Dame à la faulx pour le Théâtre des Arts de Jacques Rouché. Le poète souscrit pour 50 fr. au Monument de Paul Verlaine.

Février : Camille Mauclair consacre un long passage de son article « Trois prosateurs lyriques français », paru dans La semaine littéraire de Genève, à Saint-Pol-Roux. Le poète, qui a probablement déménagé au 130, rue de Rennes, prononce un « toast » au Banquet Paul Fort qui a lieu le 9 ou le 10. Le 19, il porte à Jacques Rouché son manuscrit. Les préparatifs semblent difficiles : difficultés à trouver un compositeur pour la musique de scène, Gabriel Dupont ne convenant pas au directeur, Paul Dukas et Claude Debussy n’étant pas disponibles ; difficultés à trouver un décorateur ; difficultés à trouver la comédienne qui incarnera Elle. Ce mois voit l’élection à l’Académie d’Henri de Régnier, qui y fait ainsi entrer le symbolisme. Saint-Pol-Roux ne manque pas de le féliciter.

Mars : Nouveau banquet, celui du « Figuier », autour de l’éditeur Eugène Figuière, présidé par Paul Fort ; Saint-Pol-Roux y prononce, de nouveau, un discours.

Avril : De retour à Camaret, le poète adresse aux typos de La Dépêche, qui fête ses vingt-cinq ans, 100 frs, puis, quelques jours plus tard, 50 frs, au président de la Société de secours mutuels des cantonniers de l’arrondissement de Châteaulin. Il souscrit, également, à hauteur de 30 fr., au mouvement de solidarité qu’a ouvert Le Figaro pour le poète parnassien, Xavier de Ricard.

Mai : Jacques Rouché renvoie à Saint-Pol-Roux son manuscrit annoté. Le dramaturge espère que La Dame pourra être programmée après la reprise des Karamasov. Le 23, au Salon des Artistes français, on dit, à l’occasion de la deuxième séance du Salon des Poètes, un ou des poèmes de Saint-Pol-Roux. Le 28, le voilà de retour à Paris pour assister à la Journée Paul Verlaine : il prononce, à la Closerie des Lilas, son « Gloire à Verlaine » que publiera Vers et Prose dans son tome XXV.

Juin : Nouveau geste de générosité locale : Saint-Pol-Roux fait don de 30 fr. à la veuve d’un marin, mère de six enfants.

Juillet : Le poète renvoie à Rouché les deux premiers actes remaniés dans « le sens de la Vie » : « Le public doit avoir l’impression qu’il part d’une atmosphère d’entière vitalité : flore, santé, lumière, joie… », écrit-il au directeur du Théâtre des Arts.

Août : Avec retard, Saint-Pol-Roux adresse au même son acte III. La presse annonce que le Théâtre des Arts jouera La Dame à la faulx au cours de la saison qui s’ouvrira le 1er octobre.

Septembre : Le 3, bénédiction à Camaret de la chapelle de Rocamadour rénovée : la chapelle, qui avait été incendiée le 25 février 1910, avait été restaurée grâce au comité présidé par Saint-Pol-Roux qui parvint assez rapidement à réunir les 10.000 fr. nécessaires. Le poète a de nouveau remanié son premier acte qu’il retourne à Rouché ; les deux derniers actes suivent de près. Il espère passer à la fin de l’année, novembre ou décembre, 1911 étant l’année de ses cinquante ans. Le musicien n’est toujours pas trouvé : le nom de Gabriel Dupont resurgit.

Octobre : La distribution de La Dame à la faulx n’est pas encore totalement trouvée. De Max devrait incarner Magnus. Plusieurs comédiennes sont envisagées pour créer le rôle de la Dame : Véra Sergine, Gilda Darthy ; celle qui jouera Divine reste à trouver. Maxime Dethomas est chargé de créer les décors ; la mise en scène est confiée à Arsène Durec. Les échanges épistolaires entre l’auteur et le directeur s’intensifient. Saint-Pol-Roux revient à Paris à la fin du mois, invité par Rouché. Il est prévu que La Dame soit donnée au Théâtre des Arts après Le Pain d’Henri Ghéon.

Novembre : Saint-Pol-Roux continue de proposer des noms de comédiennes à Jacques Rouché pour les rôles de Divine et d’Elle. La création de La Dame à la faulx est remise à la deuxième quinzaine de janvier ou au début février 1912. Un nouveau contretemps : d’un commun accord, Arsène Durec, le metteur en scène, et Jacques Rouché ont résilié leur contrat.

Décembre : Le 14, Saint-Pol-Roux écrit de Paris à Gilda Darthy pour la prier d’accepter le rôle d’Elle, malgré ses engagements auprès d’Antoine. Les rôles féminins semblent décidément bien difficiles à trouver. Par ailleurs, Gabriel Dupont a renoncé à terminer la musique de scène ; Florent Schmitt est pressenti pour le remplacer. Saint-Pol-Roux, dans le courant du mois, a adhéré à la création du musée Rodin.

1912

Janvier : La création de La Dame à la faulx est une nouvelle fois reportée. Jacques Rouché a donné à de Max, sans pour autant lui faire signer d’engagement, la date du 1er mars. Le 10, Saint-Pol-Roux est couronné « empereur » à l’occasion de la galette des rois offerte par les amis de Vers et Prose à la Closerie des Lilas. Quatre jours plus tard, il participe à la Journée Verlaine. Les relations entre le poète et Rouché se sont tendues : ce dernier ayant sans cesse différé la représentation de la tragédie de Saint-Pol-Roux. Le 18, le poète le prie de lui rendre sa pièce. La Dame à la faulx ne sera pas jouée. Le 25, Saint-Pol-Roux participe et prend la parole au banquet offert au poète russe Constantin Balmont.

Février : Le 4, le poète Pierre Quillard, l’un des fondateurs de La Pléiade, meurt. Saint-Pol-Roux assiste à ses obsèques et lui rendra hommage dans un article que publiera Vers et Prose dans son tome XXVIII. Quelques jours plus tard, il assiste à la soirée théâtrale, musicale et poétique, donnée chez elle par la poétesse Valentine de Saint-Point. Le 20, à l’occasion de mardi-gras, Saint-Pol-Roux apparaît déguisé en général excentrique à la Closerie des Lilas, et Cœcilian en… dame à la faulx. Le 26, il écrit une dernière fois à Jacques Rouché pour le prier de remettre les différents manuscrits de sa pièce à son fils.

Mars : On annonce dans la presse la parution prochaine d’une nouvelle collection d’œuvres de Saint-Pol-Roux : Le Tragique dans l’homme, cinq volumes qui réuniront les différents drames écrits par le poète. Devant les réticences ou les silences de Jacques Rouché, le dramaturge a fait appel à la Société des compositeurs et auteurs dramatiques pour obliger le directeur du Théâtre des Arts à lui remettre ses manuscrits.

Avril : Retour de Saint-Pol-Roux à Camaret après cinq mois passés à Paris. Il offre trente francs à la « Brestoise » pour sa fête de l’aviation maritime. Avant son départ de la capitale, Saint-Pol-Roux a conçu, sur la demande d’Eugène Figuière, le plan du cortège qui doit avoir lieu le dimanche 28 à l’occasion de la fête des fleurs du « Jardin de Jenny ».

Mai : Nouveau séjour du poète à Paris, sans doute pour mettre fin au contentieux ouvert avec Rouché concernant la restitution des manuscrits. Il en profite pour assister, le 4, à la première d’Hélène de Sparte de Verhaeren. Le 20, Marcel Ballot, agent-directeur de la SACD, lui apprend qu’il a obtenu gain de cause dans le litige qui l’opposait à Rouché ; les manuscrits vont lui être rendus.

Juin : Paradoxalement, alors que la pièce ne sera pas jouée, plusieurs journaux et revues ont consacré ou consacrent de longs articles au poète et à La Dame à la faulx : Jean Héritier dans Les Rubriques nouvelles, Dorsennus dans La Phalange et La Revue de France et des pays français, Georges Audibert et Carlos Larronde dans Paris-Journal. Le 11, Léon Dierx, l’un des premiers maîtres de Saint-Pol-Roux, meurt et laisse vacante la place de Prince des Poètes. Un référendum s’ouvre pour le remplacer. Saint-Pol-Roux, qui n’obtient qu’une poignée de voix, vote pour Paul Fort qui sera élu.

Juillet : Le poète travaille aux préparatifs de la grande fête historique qu’il a organisée et scénographiée avec le concours d’Antoine pour célébrer la victoire que Vauban remporta à Camaret sur la flotte anglo-hollandaise en 1694.

Août : Le 11, grande fête de la Victoire à Camaret. Pour l’occasion, Saint-Pol-Roux a écrit un « Hymne à la Victoire » que publie La Dépêche le lendemain.

Septembre : Nouvelles élections, celui du Prince des conteurs. Han Ryner est élu, avec notamment la voix de Saint-Pol-Roux. Le poète annonce, à la fin du mois, sa participation au Festival Corbière qui aura lieu à Morlaix au début du mois suivant.

Octobre : Le 2, Saint-Pol-Roux est à Morlaix. Il dit un poème. C’est sans doute cette célébration du poète des Amours jaunes qui lui donnera l’idée d’écrire Tristan la Vie.

Décembre : Carlos Larronde donne à L’Astrée une conférence sur Saint-Pol-Roux, affirmant que La Dame à la faulx est l’œuvre  capitale du symbolisme. Le 8, dans les colonnes de La Dépêche, le poète présente son projet d’un « Palais de la Bretagne à Toulon ». Un chroniqueur de Paris-Journal accuse Saint-Pol-Roux d’avoir plagié, pour écrire ses pièces, le monodramaturge américain Daniel Harcoland. Le poète n’ a alors d’autre issue que d’avouer la supercherie littéraire de sa jeunesse : Daniel Harcoland, c’est lui !

1913

Janvier : Carlos Larronde, qui vient de donner une lecture de L’Otage de Claudel, écrit une lettre enthousiaste à Saint-Pol-Roux. Le poète, quant à lui, propose de nouveau à Antoine, plusieurs pièces d’avant-garde ayant été représentées çà et là, d’accueillir La Dame à la faulx. Le 23, il publie dans La Dépêche un article sur le poète breton Jos. Leconte, auteur d’un drame, L’Intersigne, dédié « au Poète Saint-Pol-Roux », et créé au Théâtre municipal de Brest le même jour.

Avril : Saint-Pol-Roux écrit, à l’occasion du lancement du « Bretagne », un « Hymne à la Bretagne » qui paraît dans La Dépêche le 22.

Mai : « Exposition de l’Ouest de la France : une grande apothéose », article dans lequel le poète développe sa conception d’une vaste manifestation en honneur de la Bretagne, paraît dans La Dépêche le 19. Il s’inquiète de sa réception auprès d’Auguste Bergot, jeune poète brestois, qui vient de lui adresser quelques poèmes : « J’ai voulu servir à ma façon – en poète – les intérêts brestois. Y ai-je réussi ? »

Juin : Le Mercure de France publie dans son premier numéro du mois la « réponse périe en mer » du poète, qui aurait dû paraître dans Les tendances présentes de la littérature française mais qui ne parvint jamais aux auteurs de l’enquête, Jean Muller et Gaston Picard. Le 11, lors du « festival Vielé-Griffin » donné par le Théâtre Idéaliste de Carlos Larronde, des extraits de drames de Saint-Pol-Roux sont dits. Devançant l’appel, Cœcilian s’est engagé au 141e régiment de ligne, l’ancien régiment de son père, alors que Lorédan est dragon à Nantes depuis six mois.

Août : Le 3, ont lieu les désormais traditionnelles fêtes et régates de Camaret. Saint-Pol-Roux, pour l’occasion, survole à bord du monoplan « La Victoire » de l’aviateur Poirée la rade de Brest. Il écrit « Sur les ailes de la Victoire : impressions d’en haut » qui paraît d’abord dans La Dépêche le 17, puis au début de l’année suivante dans La Vie des Lettres dirigée par Nicolas Beauduin.

Septembre : Le 21, fêtes franco-russes à Brest dans le cadre de l’Exposition de l’Ouest ; Saint-Pol-Roux a composé pour l’occasion une cantate sur une musique du compositeur Édouard Ben. Il a reçu, au cours de ce mois, au Manoir, le couple Larronde.

Octobre : Le 6, visite officielle à Camaret du ministre de la marine Anatole de Monzie ; Saint-Pol-Roux prononce un discours. Il attend les dernières épreuves du premier tome du Tragique dans l’homme qui doit paraître chez Figuière. Larronde donne un grand article sur le poète dans La Vie : « Un grand créateur moderne : Saint-Pol-Roux ».

Novembre : A la fin du mois, meurt Mme André Antoine.

Décembre : Saint-Pol-Roux rend hommage dans La Dépêche à la femme de son voisin et ami. Dans La Bretagne mondaine, Auguste Bergot dédie son poème « Plastique » : « au maître Saint-Pol-Roux ». Le 16, se constitue le « Conseil central pour la défense des littérateurs libres » dont le but est de signaler à l’opinion les œuvres des auteurs peu favorisés par la chance ; à l’initiative : Paul-Napoléon Roinard, Han Ryner, Saint-Pol-Roux, Henri Strentz, Georges Polti, Alexandre Mercereau et Sébastien Voirol. Le poète a confié à Carlos Larronde trois pièces que le Théâtre Idéaliste se propose de jouer cet hiver.

1914

Janvier : « Sur les ailes de la Victoire : impressions d’en haut » paraît dans La Vie des Lettres.

Février : Amélie souffre depuis plusieurs semaines de rhumatismes. Carlos Larronde écrit à Saint-Pol-Roux pour lui confirmer que son « festival » aura lieu entre le 20 et le 30 mars prochains. « Chorélogie », important article sur la danse, paraît dans Montjoie dirigée par Ricciotto Canudo.

MarsVers et Prose publie dans son tome XXXVI une étude importante du fidèle Larronde : « Le Tragique dans l’homme par Saint-Pol-Roux ». Le 23, dans les salons de l’hôtel particulier de Mme Œdenkoven, le Théâtre Idéalise joue deux des trois drames prévus : Les personnages de l’individu et L’âme noire du prieur blanc dans des décors de Tobeen.

Avril : Saint-Pol-Roux assiste en tant que parrain au baptême d’un langoustier camarétois portant son nom.

Juillet : Le 26, ont lieu les traditionnelles régates de Camaret, toujours présidées par le poète qui, cette année, a souhaité en faire une « fête de l’initiative et de l’endurance et du travail » en hommage aux pêcheurs langoustiers. Il a, pour l’occasion, sollicité Alfred Vallette et Eugène Figuière pour qu’ils lui adressent des ballots de livres afin de réaliser un Arc des Artistes en l’honneur des pêcheurs. Adrien Mithouard, président du Conseil municipal de Paris, a envoyé pour les fêtes afin qu’elle soit remise aux marins-pêcheurs une médaille de vermeil (prix de la ville de Paris). Saint-Pol-Roux s’inquiète auprès de Figuière du retard pris par l’édition du Tragique dans l’homme.

Août : Le 3, l’Allemagne déclare la guerre à la France. Cœcilian et Lorédan partent sur le front. Le poète, âgé de 53 ans, a demandé à s’engager, mais sa demande est rejetée.

Octobre : Saint-Pol-Roux crée une page hebdomadaire, censée paraître toute la durée de la guerre, La France immortelle. Les quatre premières livraisons paraissent les 8, 15, 22 et 29 de ce mois. Le poète, qui la rédige seul, y donne : « Salut à la France immortelle », des « Prophéties sur la guerre », « La Belle et la Bête », « Voici les gâs » et « Hymne à la Bretagne ».

NovembreLa Nuit des âmes est publiée dans le n° 5 de La France immortelle, numéro double et unique de ce mois.

Décembre : Parution de deux livraisons de la page hebdomadaire ; elles contiennent un drame satirique, « Le cœur », et des « présages et hypothèses sur la guerre ». Les frais de publication ruinent progressivement Saint-Pol-Roux.

[Chronologie VII : 1915-1920]