Chronologie V : 1906-1910

1906

Janvier : André Antoine a passé le jour de l’an au Manoir du Boultous. Il ambitionne de prendre la direction de l’Odéon ; Saint-Pol-Roux espère que son ami pensera alors à La Dame à la faulx.

Mars : Le 3, Fernand Roux, le frère cadet du poète se marie à Marseille. Il ne semble pas que Saint-Pol-Roux ait assisté aux célébrations.

Avril : Parution dans le n° 212 du Mercure de France de “La confession du carrefour” dédiée à Villiers de l’Isle-Adam. Le 29, il écrit à Segalen, qui a effectué un séjour à Paris, une lettre dans laquelle il commente la “scène capitale” des Immémoriaux, roman tahitien sur lequel le jeune médecin travaille, et lui donne quelques conseils pour la rendre “sublime”. Segalen lui répondra le même jour pour le remercier et lui préciser que la scène, étant telle qu’il l’a voulue, il n’y apportera pas les modifications soufflées par le poète.

Mai : “Sur un banc du parc Saint-Gilles” paraît dans le tome V de Vers et Prose. Antoine ayant été nommé à la direction de l’Odéon, Saint-Pol-Roux lui adresse un télégramme de félicitations le 20. Cinq jours plus tard, il lui propose “officiellement” d’accueillir La Dame à la faulx. Le 27, il écrit à Henri de Régnier afin de solliciter son suffrage pour la “Bourse de voyage littéraire” ; il retirera sa candidature au début du mois suivant, le prix étant plutôt réservé à une œuvre de jeune.

Septembre : Le 16, Saint-Pol-Roux relance Antoine qui n’a toujours pas répondu à sa proposition de créer La Dame à la faulx.

Octobre : Le 8, il écrit à Segalen n’avoir toujours aucune nouvelle d’Antoine. Le même jour, il remercie Jehan-Rictus de l’envoi de son Fil-de-fer (Paris, Louis Michaud, 1906) ; il a reçu de nombreux messages de poètes qui espèrent que La Dame à la faulx sera bientôt créée à l’Odéon. Le 12, Alfred Vallette précise à Saint-Pol-Roux les conditions du contrat d’édition pour Les Féeries intérieures : un “compte à demi” correspondant à un partage des frais et des ventes, comme pour les tomes précédents. Le poète souhaite que le volume paraisse dans la première quinzaine de décembre et adresse au directeur du Mercure les premières pages du troisième recueil des Reposoirs de la procession afin que l’imprimeur commence la composition. Le 30 : nouveau télégramme à Antoine qui n’a toujours pas donné signe de vie. La réponse viendra le mois suivant et sera négative.

Décembre :  Le 10, Alexis Roux, père du poète, meurt à l’âge de 76 ans. Saint-Pol-Roux assistera aux obsèques et restera à Marseille jusqu’au début de l’année suivante. Le 14, il adresse un télégramme à Paul Adam pour s’excuser de ne pouvoir assister au Banquet donné en son honneur.

1907

Janvier : Saint-Pol-Roux donne 15 frs aux parents bretons de triplés.

Mars : Saint-Pol-Roux s’inscrit pour 20 frs à la souscription lancée par le Figaro afin d’offrir un objet d’art à Sarah Bernhardt en l’honneur de sa nomination au Conservatoire. Le 15, il assiste aux funérailles de Pierre Duédal, secrétaire de la mairie de Camaret.

Avril : Le manuscrit des Féeries intérieures étant chez l’imprimeur, Saint-Pol-Roux ne peut envoyer à Paul Fort les pages qu’il lui a demandées pour le prochain numéro de Vers et Prose. Le 27, les épreuves n’ayant toujours pas été mises en page, le poète ajoute à l’ensemble “Le châtelain et le paysan” qui doit en constituer le morceau final. Il espère paraître en mai.

Mai : Le 26, il participe à l’inauguration du groupe scolaire de Camaret, au cours de laquelle il prononce une allocution. A cette occasion, le sous-préfet apprend aux invités la nomination de Saint-Pol-Roux comme délégué de l’Enseignement primaire pour le canton de Crozon.

JuinLes Féeries intérieures, troisième volume des Reposoirs de la procession, nouvelle série, paraît à la fin du mois. Au début du mois, le couple Saint-Pol-Roux offre deux fois 200 frs pour la fondation, à Camaret, d’une caisse des écoles pour les garçons et d’une caisse des écoles pour les filles. Pour fêter sa nomination en tant que délégué cantonal, le poète invite les instituteurs et institutrices du canton au Manoir et fait tirer un feu d’artifices.

Juillet : Le 14, a lieu, à Roscanvel, le mariage de Da (Françoise Le Gall) et de Joseph Raoult dont Saint-Pol-Roux, alors à Marseille au chevet de sa mère malade, a organisé les festivités. Victor Segalen est de la partie et prononce un hommage aux mariés. Le poète reçoit, dans son manoir, la visite des poètes sud-américains Ruben Dario et Ricardo Rojas, qui séjournent à “La Pagode”, pension sise à Quelern et dirigée par Austin de Croze.

Août : “Poesia”, extrait des Féeries intérieures, est publié dans le tome X de Vers et Prose. Saint-Pol-Roux reçoit une lettre de Gide qui le remercie de l’envoi du volume et lui reproche son trop long silence. Le poète lui répondra le 24.

Septembre : Constantin Lahovary-Soutzo et Francis de Miomandre donnent des comptes rendus élogieux des Féeries intérieures dans La Phalange et L’Art moderne. Ruben Dario publie deux récits de sa visite au Manoir dans El Figaro (La Havane) et La Nacion de Buenos Aires. Le dimanche 15, Saint-Pol-Roux assiste aux fêtes de la jeunesse sportive brestoise à Camaret ; Cœcilian qui participe à la course cycliste Camaret-Crozon remporte le premier prix, après avoir effectué le parcours en 43 mns et devancé ses concurrents.

Octobre : Le 3, il remercie Segalen pour l’envoi de l’exemplaire sur Hollande des Immémoriaux. Le 8, il adresse à Francis Jammes et Ginette Goedorp un “Épithalame” pour célébrer leur union à Bucy-le-Long.

Novembre : Jean de Gourmont rend compte des Féeries intérieures dans le Mercure de France. Le poète belge Grégoire Le Roy accuse réception du volume et se remémore le temps de La Pléiade.

Décembre : Pierre Nothomb publie une recension chaleureuse du recueil dans Durendal.

1908

Janvier : Saint-Pol-Roux encourage Segalen à concourir pour le prix Goncourt.

Février : Le 21, le poète intervient auprès de Jean Royère pour qu’il confie la rubrique théâtrale de La Phalange à Édouard Schneider.

Mars : Legrand-Chabrier, auteur à deux têtes et quatre mains, consacre un bel article à Saint-Pol-Roux et aux Féeries intérieures dans Les Entretiens idéalistes.

Avril : Le Mercure de France publie dans son numéro du 16 avril “Pour dire aux funérailles du poète” dédié à Édouard de Max.

Juin : Dans une lettre à Charles Gillet, Saint-Pol-Roux mentionne pour la première fois son projet de réunir, “parallèlement à la collection des Reposoirs de la procession“, son théâtre dans une collection en plusieurs volumes.

Juillet : Le poète donne l’autorisation à Victor-Émile Michelet de reproduire “La Magdeleine aux parfums” dans le texte de sa conférence sur “Les survivants”, recueillie, aux côtés de celles d’Apollinaire et de Paul-Napoléon Roinard, dans La Poésie symboliste : trois entretiens sur les temps héroïques, période symboliste (Paris, L’Édition, 1908).

Septembre : Toujours soucieux de rendre service à la population de la presqu’île, Saint-Pol-Roux écrit à Segalen pour qu’il rende visite à Catherine Floch, roscanvéliste et ancienne femme de chambre de Manoir, qui est gravement malade. Malheureusement, la jeune fille mourra quelques jours plus tard. Le 10, le compositeur Justin Clérice, ami de jeunesse de Saint-Pol-Roux, meurt à Toulouse.

Décembre : Saint-Pol-Roux intègre la nouvelle édition de l’anthologie des Poètes d’aujourd’hui, composée par Van Bever et Léautaud. Le poète quitte Camaret pour Paris où il s’installe au 13, rue de Bagneux. La bataille pour que La Dame à la faulx soit représentée à la Comédie-Française se prépare.

1909

Janvier : Encouragé par des amis écrivains et poètes, Saint-Pol-Roux a décidé de présenter sa tragédie à la Comédie Française. L’idée d’organiser un banquet est lancée. Alfred Vallette, Paul Fort et Jean Royère, directeurs respectifs du Mercure de France, de Vers et Prose et de La Phalange, sont à la manœuvre. Le 19, la réunion hebdomadaire de Vers et Prose est spécialement organisée en l’honneur du poète. La date du banquet est fixée au 6 février.

Février : Le banquet a lieu le 6, à la taverne Gruber. Il réunit près de 150 convives. Léon Dierx, qui le préside, Catulle Mendès, Victor Segalen sont inscrits parmi les orateurs ; Gustave Kahn lit le discours de Camille Mauclair, qu’un accident de voiture a empêché de venir. A l’issue du dîner, une pétition destinée à Jules Claretie, administrateur de la Comédie Française, pour qu’il accueille La Dame à la faulx, circule parmi les invités. Les signatures sont nombreuses. Plusieurs dizaines d’autres viendront s’y ajouter dans les jours qui suivent. Le 8, Saint-Pol-Roux apprend la mort de Catulle Mendès, l’un des maîtres de sa jeunesse, qui avait l’avant-veille assisté au banquet. Il participera à la veillée funèbre et tiendra les cordons du poêle lors des funérailles le 10.

Le 11, Saint-Pol-Roux participe au banquet de La Phalange où il recueille 40 nouvelles signatures. Peut-être apeuré par un tel mouvement en faveur de la fresque tragique du poète, Claretie envisage de reformer le Comité de lecture supprimé huit ans plus tôt. Le 24, Saint-Pol-Roux accompagné d’une délégation de poètes (Gustave Kahn, Léon Frapié, Georges Lecomte, André Fontainas et Paul Fort) remet sa requête, contresignée de plus de 300 noms, à Jules Claretie. L’administrateur l’accepte et demande au poète de lui soumettre une version “jouable en 4 heures”.

Mars : Saint-Pol-Roux, toujours à Paris, mais fatigué par les précédentes démarches, travaille péniblement au remaniement de son drame. Il espère pouvoir remettre à Claretie une version conforme à ses attentes d’ici les vacances de Pâques. A la fin du mois, il regagne le Manoir.

Avril : Le 24, Victor Roux, frère puîné du poète, épouse Julia Crouzet à Marseille. Saint-Pol-Roux, toujours au travail, n’assistera pas à la cérémonie. Il écrit à Claretie pour s’excuser du retard pris et lui annoncer une remise du manuscrit d’ici la fin du mois.

Juin : Saint-Pol-Roux est à Paris, peut-être depuis la fin mai. Il fait partie du comité organisateur du banquet offert à Paul-Napoléon Roinard le 14. De retour en Bretagne, pour la première communion de Divine. “Sarah la tragédienne” paraît le 21 dans La Dépêche de Brest. La veille, Saint-Pol-Roux a prononcé un long discours à l’occasion de la fête de la Presse à Morgat.

Juillet : Le 5, il écrit une nouvelle lettre à Claretie pour différer la remise de son manuscrit à la deuxième quinzaine du mois. La présentation de La Dame à la faulx n’aura lieu que l’année suivante.

Août : Sedir consacre un article à Saint-Pol-Roux dans Le Voile d’Isis.

Septembre : Le 4, le poète assiste aux funérailles de Rosalie Dorso, figure camarétoise, et prononce à cette occasion une “Oraison” que publiera La Dépêche dans son édition du 22 septembre.

Décembre : Le 25, Saint-Pol-Roux, déguisé en père Noël, dans un costume prêté par Antoine, vient offrir aux enfants de Camaret qui l’attendent sur le quai des jouets nombreux. Cet événement marquera longtemps les Camarétois.

1910

Janvier : Le 9, Régis Gignoux rend compte le venue du père Noël – Saint-Pol-Roux à Camaret dans Le Figaro. Saint-Pol-Roux refuse à Lugné-Poe La Dame à la faulx croyant à ses chances d’être reçu à la Comédie Française. A la fin du mois et durant les premières semaines de février, le poète ouvre des souscriptions sur la Presqu’île pour venir en aide aux Parisiens sinistrés par les récentes inondations.

Février : Le 19, Le Figaro annonce que le manuscrit de La Dame à la faulx est désormais remanié et que Saint-Pol-Roux présentera la version nouvelle à Jules Claretie dans les premiers jours de mars. Le 25 février, la chapelle de Camaret, Notre-Dame de Rocamadour, est en grande partie détruite par un incendie. Le jour même, le poète écrit à Louis Coudurier, directeur de La Dépêche, pour lui faire part de sa tristesse et annoncer l’ouverture de souscriptions prochaines.

Mars : Édouard de Max envoie, le 31, un télégramme à Saint-Pol-Roux le 31 pour s’excuser de ne pouvoir réciter “Pour dire aux funérailles des poètes” à celles de Jean Moréas qu’il n’a pas connu.

Mai : Le 1er, Cœcilian, élève au lycée de Quimper, participe à un match de football contre les stadistes de Châteaulin ; il est goal.

Juillet : Le 10, Saint-Pol-Roux écrit à Gaston Calmette, directeur du Figaro, pour protester contre “le rejet sec, par le Conseil supérieur de l’Instruction publique, de l’adjonction des délégués cantonaux à la commission départementale”. La lettre est publiée dans le quotidien le lendemain. Le poète est alors à Paris où il rencontre Jules Claretie pour lui remettre le manuscrit de La Dame à la faulx, grosse désormais de six actes ! Dans une lettre adressée à un confrère, il envisage, après la réception de sa pièce qui doit passer devant le comité de lecture en octobre, de faire paraître le quatrième tome de ses Reposoirs de la procession et deux volumes de théâtre sous le titre : Le Tragique dans l’homme.

Novembre : Le 18, Saint-Pol-Roux, de retour à Paris, lit enfin la nouvelle version de sa tragédie devant le comité de lecture de la Comédie Française. La lecture dure plus de cinq heures ; la pièce est refusée. C’est la déception parmi les amis et amateurs du poète, mais ce dernier prend cet échec avec philosophie d’autant qu’il est question de la réception de La Dame à la faulx au Théâtre des Arts de Jacques Rouché.

Décembre : Apollinaire, Eugène Figuière, Paul Fort et Alexandre Mercereau font circuler une pétition pour que la légion d’honneur soit attribuée à Saint-Pol-Roux. Le 17, le poète envoie une première lettre à Jacques Rouché pour lui indiquer qu’il ne lui apportera le manuscrit de sa tragédie qu’après Noël ou vers le jour de l’An, souhaitant procéder à de nouvelles coupures. Le 20, Victor Segalen lui écrit, de Pékin, une lettre enthousiaste : “si ton drame se joue incessamment en toi, nous autres, tes fidèles, tes frères, réclamons plus que jamais le voir resplendir devant nous ! On nous doit La Dame à la faulx !”