Chronologie IX : 1926-1930

1926

Janvier : Le Manoir continue de subir, en ce début d’année, des “tempêtes formidables”. Saint-Pol-Roux envisage toujours de donner un cycle de conférences “sur le Verbe symphonique avec audition par récitants”, en avril ou mai, à Lyon puis à Paris.

Feuille publicitaire [v°] : “Le poète Saint-Pol-Roux”, par François Caujan – Coll. Mikaël Lugan

Mars : Après Georges Violet, c’est au tour du sculpteur François Caujan de réaliser un buste du poète. Ce dernier le remercie dans une lettre datée du “dimanche des Rameaux” : “A François Caujan, avec mes grâces toutes et bien vives de m’avoir, de ses doigts généreux, soustrait au Temps-qui-passe, afin de me donner au Temps-qui-reste, trait pour trait, et si prodiguement que je semble mirer ma face transitoire en l’heure permanente où ta maîtrise à son essor, ô Statuaire exact, fixa le masque saisissant au point de s’animer vers la Postérité.”

Avril : Saint-Pol-Roux travaille depuis plusieurs semaines, et consacre tout son temps, à une “pentalogie”, la Synthèse légendaire des pêcheurs de Camaret, “sorte de symphonie parlée”, application poétique de sa conception du “Verbe total et vivant”. Son rêve, écrit-il à Jean Royère, est “de donner la chose l’hiver prochain, pour le Musée de la Parole, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, Brunot consentant – mais alors avec un “orchestre vivant” de cinq cents, voire de mille récitants”. Une première audition composée d’extraits est prévue à Brest le 26 mai. Malheureusement, les difficultés financières du poète ne lui permettent pas d’envisager sereinement les répétitions qui supposent des frais en raison de nombreux séjours à Brest. “Depuis les récents votes des Finances, la vie a surenchéri encore à Camaret. Divine et moi bouffons des galets la moitié du mois”, confie-t-il à Antoine.

Mai : Saint-Pol-Roux contribue à l’hommage que la revue Rythme et Synthèse consacre à René Ghil. S’ils s’étaient connus au temps de la première Pléiade, leurs relations s’étaient rapidement crispées, Ghil critiquant vertement le Magnificisme de son confrère. Sans doute les liens se distendirent-ils au point d’installer entre eux une indifférence réciproque. L’hommage de Saint-Pol-Roux peut donc surprendre, d’autant qu’il avoue en préambule ne point connaître l’œuvre suffisamment. Il n’est pas impossible toutefois d’y lire un témoignage de sa fidélité aux temps héroïques du Symbolisme, retrouvant dans le souvenir de René Ghil sa propre jeunesse : “Il fut amené chez moi, rue Turgot, par Rodolphe Darzens, Ephraïm Mikhaël et Pierre Quillard, en 1886, lors de notre première Pléiade où parut son initiale théorie. L’aspect comme sphinxique de ce beau jeune homme en qui vagissait une œuvre faisait “médaille” en quelque sorte, – la sienne déjà.” Comment ne pas voir aussi que Ghil, comme Saint-Pol-Roux, élabora une œuvre poétique à côté du Symbolisme et, à bien des égards, unique ; ce que le Magnifique ne pouvait qu’apprécier. Enfin, ses préoccupations et l’élaboration du projet répoéticain l’avaient naturellement conduit à s’intéresser aux récents progrès de la Science, domaine que Ghil associait étroitement à la Poésie : “On avait mal compris ces noces du Verbe et de la Science à qui René Ghil prétendait, de par sa propre opération, faire un enfant célèbre, car il avait l’ardente ténacité des hauts Voyants dont le regard porte loin et sûr comme un jet d’étalon. […] aussi pour plusieurs même encore René Ghil semble-t-il un Orphée jouant de la lyre avec une table des logarythmes. […] A notre avis, la Science est la poésie des trésors fonciers, comme la Poésie est la science des miracles sublimes. Science et poésie : un sablier qu’on tourne et qu’on retourne, et c’est le même temps qui coule, donc universelle devrait être la caresse.”

“Conférence et Récital Saint-Pol-Roux”, programme [p. 2-3] – Coll. Mikaël Lugan

Juin : Saint-Pol-Roux préside, au début du mois, le jury des Jeux floraux de Bretagne, fondés par Auguste Bergot : le premier prix de poésie est décerné à Marcel Chabot. Quelques jours plus tard, le poète s’inscrit pour 5 francs à la troisième liste de souscription pour le monument Théodore Botrel. La conférence de Saint-Pol-Roux, suivie de l’audition d’extraits de la Synthèse légendaire des pêcheurs de Camaret, initialement programmée le 26 mai et probablement retardée par la difficulté des répétitions, a lieu le 30 de ce mois dans la salle des Concerts Sangra de Brest (49, rue Emile Zola). Le poète y présente, en première partie, sous le titre “Le Verbe total et vivant”, les conceptions qui ont présidé à la réalisation de sa “symphonie verbale pour orchestre vivant”, la poésie devant s’émanciper du livre  pour “créer des œuvres qui, par leur plasticité verbale alimentée de rythmes, donneraient l’impression d’une solidité et par la bactériologie des mots, d’une solidité vivante”. Puis vient l’audition, composée de passages importants des cinq parties de la Synthèse légendaire : Les flots jasent, La Lame errante et le Vent d’est, Lame de fond, La Flottille passe, Les Litanies de la mer. C’est ce dernier titre qui sera retenu pour l’édition du manuscrit fac simile chez René Rougerie en 2010. “Cette sorte de symphonie parlée, écrira-t-il à André Antoine, a bien marché, et l’on a fort apprécié cette tentative neuve de Verbe massif.”

Juillet : Encouragé par le succès local de son récital, Saint-Pol-Roux envisage désormais une “tournée” à Paris, Lyon et Genève à l’hiver prochain. En attendant, les touristes commencent à affluer à Camaret ; les amis Sauvaige et Beghin ont repris leur quartier ; et le poète supervise les travaux de réparation de la villa d’Antoine, éprouvée par les tempêtes successives. Le 10, Alexis Tarquis, qui signe Alexis de Mezléan, fait un compte rendu élogieux de l’audition du 30 juin sous le titre : “Saint-Pol-Roux a trouvé un nouveau simultanéisme”.

Août : Dans un entrefilet du 21, l’Ouest-Eclair annonce “les projets de Saint-Pol-Roux” : deux livres, Idéoréalités et Surcréations, à paraître sous le titre général de “Glorifications” ; la mise au point de sa Synthèse légendaire des pêcheurs de Camaret et une “neuve symphonie : L’Homme aux yeux de pervenche, formule rythmique du Calvaire” ; un récital en octobre à la Sorbonne, précédé d’une conférence d’Antoine, avant une tournée à Lyon et Genève ; des tentations cinématographiques : “le Magnifique sollicité depuis une quinzaine d’années par maintes firmes cinématographiques françaises et étrangères se déciderait enfin à confier la grandiose et originale réalisation de sa fameuse Dame à la faulx ainsi qu’un scénario puissant à l’une des principales firmes américaines”. Et le journaliste anonyme de citer à l’appui Pierre Mac Orlan : “Avant peu, Saint-Pol-Roux sera l’homme du cinéma.”

Septembre : Saint-Pol-Roux rédige et signe une lettre circulaire appelant aux dons pour agrandir l’église paroissiale de Camaret : “les dons sont accueillis par M. l’Abbé Bossennec, recteur de Camaret-sur-Mer”.

Octobre : La maison d’Antoine a de nouveau été cambriolée ; Saint-Pol-Roux l’en avertit par courrier le 12 : à part quelques dégradations, rien n’a disparu. La tournée projetée est repoussée à février. Le 28, son frère cadet, Victor, meurt à Marseille à l’âge de 61 ans. Averti par télégramme, le poète se rend aussitôt en Provence.

Novembre : Saint-Pol-Roux hérite du quart de la fortune de son frère, mais l’usufruit ne lui sera acquis qu’au décès de sa veuve. De retour de Marseille, il séjourne quelques jours à Paris, où il en profite pour dîner chez Antoine et assister à la reprise de Triplepatte de Tristan Bernard au Théâtre des Variétés. Il a également rencontré Ferdinand Brunot en vue de l’audition qu’il entend donner à la Sorbonne ; mais ce dernier lui a appris qu’il aurait à payer “tous les frais du grand amphithéâtre (éclairage, chauffage, gardiennage, etc.) si le Recteur en dernier ressort consentait à [lui] accorder la salle” ; les entrées par ailleurs devront être gratuites. Le poète préfère réfléchir et ne pas s’engager encore, d’autant qu’il doit se remettre au travail, ayant lâché sa symphonie “depuis près de deux mois”. De retour dans le Finistère, Saint-Pol-Roux assiste le 24, à Brest, à une sélection de L’Alceste de Gluck donnée par les concerts Sangra. Dans un compte rendu de la soirée publié par La Dépêche de Brest, Alexis de Mezléan (Tarquis) rapportera quelques-unes des impressions du poète : “Alceste, de Gluck, se meut du panache Louis XIV au ruban Louis XVI par la révérence Louis XV, non loin des ondes d’un Styx qui jaillira plus tard en vue de suppléer aux grandes eaux de Versailles sous les regards de divinités ressemblant fort à Marat, Danton et Robespierre.”  Le 28, il s’entremet auprès d’Antoine en faveur du sémaphoriste Le Goff afin de lui faire décerner le prix Cognacq-Jay attribué chaque année par l’Académie Française à des familles nombreuses ; Le Goff vient d’avoir son neuvième enfant.

Décembre : A Jean Royère qui lui avait demandé sa collaboration pour son Manuscrit Autographe de janvier prochain, le poète que la grippe accable de nouveau avait promis son “Hymne à la Bretagne” ; mais il ne parvient pas à remettre la main sur les feuillets qu’il avait placés “dans un tas il y a quatre années”. Il se propose de lui adresser plutôt  “un ensemble sur la Forêt des Ardennes luxembourgeoises, poëmes de 1895-96”. La rémunération de sa collaboration lui servira à envoyer Divine chez sa nièce à Paris. Il adresse les manuscrits de ces inédits à Royère le 25 décembre. Ce dernier lui fait alors parvenir 500 francs. Toujours en mal de reconnaissance officielle, Saint-Pol-Roux ne désespère pas d’être nommé par Edouard Herriot, dans la promotion de janvier de l’ordre de la légion d’honneur, et demande à Royère de souffler son nom au ministre de l’Instruction publique ; ce sera là sa dernière tentative : “j’achève mes 65 ans le 15 janvier prochain. Passé cet âge, tout honneur me deviendra inutile.”

1927

Janvier : Le 26, lors d’une réunion dans les locaux du Mercure de France, Jean Royère fonde un comité pour l’érection de deux monuments Jean Moréas, l’un à Paris, l’autre à Athènes. Un bureau est élu. Saint-Pol-Roux adhère en tant que membre. Divine arrive à Paris, chez sa cousine, dans le XIe arrondissement.

Février : Le poète n’est pas cité dans la promotion hivernale de la légion d’honneur – “je dois être indécorable” -, mais il félicite Antoine, promu commandeur dans l’ordre. Ce dernier avait conseillé à son ami d’envisager son audition de la Synthèse légendaire chez Gémier, au palais du Trocadéro, plutôt qu’à la Sorbonne ; Saint-Pol-Roux, toutefois, préfère différer à la saison suivante, dans l’attente de l’héritage fraternel. Le 17, il remercie la danseuse et comédienne Ida Rubinstein, qui interprète à l’Opéra L’Impératrice aux rochers de Saint-Georges de Bouhélier, pour son don au projet d’agrandissement de l’église paroissiale de Camaret. Il a reçu le n° 7 du Manuscrit Autographe où a paru “Dans la forêt des Ardennes alors que j’écrivais La Dame à la faulx : Au seuil des Ardennes. Supplique à la forêt”. La chèvre Espérance, “qui depuis quinze ans était la gardienne du Manoir”, meurt le 23 ; “Espérance était une âme”, écrit Saint-Pol-Roux à Antoine. Le soir, le poète doit assister au XXXVe concert classique donné par la Société des concerts Sangra à Brest ; au programme : des œuvres de Wagner, Haendel, Gluck et Bach. Saint-Pol-Roux travaille à l’écriture d’une conférence sur Beethoven, dont on fête cette année le centenaire de la mort : “deux parties prose, deux parties poëmes”. Ce même 23 février, il demande à Jean Royère s’il possède “quelques relations ou bouquins sur Beethoven pouvant alimenter [s]a science du Dieu”. Le texte et les notes regroupés sous le titre “L’âme de Beethoven” dans Les traditions de l’avenir (Mortemart, Rougerie, 1974, p. 9-27) constituent probablement des états de ce projet.

Mars : Les pêcheurs de Camaret élisent le poète président du comité des régates. A Paris, Divine profite, grâce à la générosité d’Antoine et de Colonna Romano, des spectacles parisiens du théâtre des Variétés et de la Comédie-Française : “Pour elle c’est un enchantement dans l’instruction – dont Dame Solitude trop longtemps la priva”, confie Saint-Pol-Roux dans sa lettre de remerciement à la comédienne. Le 19, il écrit à Albert Ier, roi des Belges, pour solliciter sa générosité au profit de l’agrandissement de l’église de Camaret. Dans le courant du mois, il a adressé à Royère sa “Lettre sur Triste et Tendre” d’Armand Godoy pour qu’il la publie dans le prochain numéro du Manuscrit Autographe.

Avril : Divine doit passer ce mois encore à Paris. Sa santé, que la fin de l’année 1926 avait éprouvée, s’améliore. Saint-Pol-Roux s’en réjouit : “mon ravissement montera à la zénithique puissance le jour qui mettra le cœur de Divine sur la route de l’Elu, car tout le problème physique et moral de l’enfant est là”, diagnostique-t-il dans une lettre à Royère. Armand Godoy lui a adressé son Triptyque, avec cet envoi : “Au grand poète Saint-Pol-Roux, pour le remercier de son éblouissante et généreuse épître et en témoignage de mon admiration fervente”, épître qui vient de paraître dans le n° 8 du Manuscrit Autographe. De nouveau, Saint-Pol-Roux intervient auprès d’Antoine en faveur d’un Camarétois, le garde-champêtre Cabe qui espère la “médaille militaire” ; et, de nouveau, le généreux Antoine entreprendra les démarches nécessaires. En vue de l’inauguration fin juin, à la pointe Saint Mathieu, du Monument aux Marins morts pour la Patrie, il s’est remis à sa Synthèse légendaire. Il a refait les “Litanies de la mer”, et s’attèle à effectuer des copies de la “partition” pour les différents pupitres : l’œuvre doit être interprétée par 250 récitants, qu’il doit faire répéter à Brest à partir du 27. Il prie Divine d’abréger son séjour parisien, afin qu’elle puisse l’aider dans la tâche ingrate des copies. Elle sera de retour à Camaret le 24 avril. Le 30, Divine et son père assistent au mariage du peintre Jim-Eugène Sevellec et de Solange Guéguen à Brest ; pour l’occasion, le poète prononce une “Ronde camarétoise” que publiera La Dépêche de Brest le lundi suivant.

Mai : Entre deux répétitions de sa “symphonie verbale”, Saint-Pol-Roux écrit au Président du Conseil, Raymond Poincaré, pour lui demander de décerner à Charles Lindbergh, qui a posé son Spirit of Saint-Louis au Bourget le 21, le titre de “Citoyen de France” ; idée de poète, que la loi française ne permettra pas de concrétiser.

Juin : Le 12, Saint-Pol-Roux dirige, sur la pointe Saint Mathieu, les 250 récitants des Litanies de la mer, à l’occasion de l’inauguration par le Ministre de la Marine, Georges Leygues, du Monument aux Marins morts pour la France. Les interprètes principaux en sont : Mme Jeanne-Pierre Bodros (la Tempête), Mme Magda Tarquis (la Mer), Mlle Frichau (la Cadence), Mlle Plisson (la Caresse), Mlle Kuntz (le Sourire), M. Edouard Mocaër (le Patron), M. Edouard Tarquis (la Lame de fond), M. Alexis Tarquis (1er matelot), M. Hervouet (2e matelot), M. le docteur Bodros (3e matelot) ; les mères, femmes, promises, enfants, marins sont interprétés par des chœurs. Le même jour paraît dans La Dépêche de Brest, “Le Reliquaire”, poème en prose, inspiré par le monument élevé par le sculpteur Quillivic. Si la synthèse légendaire semble avoir impressionné le public présent et les quelques journalistes locaux, la presse parisienne, dans ses comptes rendus de la visite de Leygues, le lendemain, ne la mentionnera pas ou ne lui consacrera qu’une ou deux lignes. Le 14, Saint-Pol-Roux offre un “compliment fleuri” à son interprète Jeanne-Pierre Bodros à qui l’on remet, à l’école de musique de Brest, les palmes académiques. Quinze jours plus tard, il assiste aux obsèques d’Yves Morvan, le patron du Dixmude, qui a fait naufrage le 6 de ce mois. La Ligne de cœur, fondée et dirigée par le poète nantais Julien Lanoë, publie deux poèmes en prose inédits du Magnifique : “Dialogue marin” et “Chanson”.

Juillet : Au début du mois, la famille Tarquis donne pour Saint-Pol-Roux une cérémonie au cours de laquelle on dit quelques-uns de ses poèmes et on lui remet “un splendide missel contenant les Litanies de la mer, interprétées dernièrement par des artistes bénévoles” (Ouest-Eclair du 8 juillet).

Août : A la fin du mois précédent ou dans les premiers jours de celui-ci, le poète rend visite au peintre Paul Sérusier qui vit à Châteauneuf-du-Faou. Le 14, à l’occasion de la kermesse de Camaret-sur-Mer, Saint-Pol-Roux vend certains de ses poèmes manuscrits et imprimés au bénéfice de l’agrandissement de l’église paroissiale. Dans le courant du mois, Max Jacob et Georges Hugnet lui rendent visite à Camaret.

Septembre : Les régates camarétoises, dont Saint-Pol-Roux préside le comité, ont lieu le 11. Quelques jours plus tard, il est élu membre du Comité des matinées poétiques de la Comédie-Française. Financièrement “gêné”, il envoie, le 28, à Jean Royère sa “Prière à l’Océan”, composée durant l’été, pour qu’il l’insère dans son Manuscrit Autographe.

Octobre : Antoine écrit au poète ses regrets de ne pas avoir vu son nom dans la nouvelle promotion dans l’ordre de la légion d’honneur : “je m’y attendais un peu, car tu sais, les absents ont toujours tort dans ce milieu d’intrigants et de tripoteurs” ; et lui conseille d’adresser ses œuvres à Herriot “afin de lui rafraîchir la mémoire”. Dans sa réponse, le lendemain 18, Saint-Pol-Roux annonce à son ami la mort soudaine de Paul Sérusier. Quelques jours plus tard, c’est au tour du peintre Marcel Sauvaige, voisin estival du Magnifique, de mourir.

Novembre : Jean Royère consent au poète une avance bienvenue de 350 fr pour son manuscrit, “Lettre à Armand Godoy”, pas encore écrit, à paraître dans le premier numéro de 1928 de sa revue. Saint-Pol-Roux n’a toujours pas perçu l’héritage de son frère Victor, disparu un an plus tôt. Il travaille à une nouvelle synthèse verbale : L’Homme aux yeux de pervenche (Jésus) qu’il espère donner “quelque jour à la Comédie-Française, [lui] dirigeant l’œuvre à l’orchestre et tous [s]es récitants la jouant (verbalement et physiquement) sur la scène”. A la fin du mois, paraît Le Florilège, revue des Jeux floraux de Bretagne dirigée par Auguste Bergot, qui contient le poème “Je sais que je mourrai de la main d’une femme”.

Décembre : “Prière à l’Océan” paraît dans le n° 12 du Manuscrit Autographe. Le 10, il achève sa “Lettre à Armand Godoy” qui sera publiée dans la livraison suivante. Faute de posséder les fonds nécessaires pour se rendre et séjourner à Paris, Saint-Pol-Roux doit décliner l’invitation d’André Dumas à assister au gala de la Société des Poètes français le jeudi 22.

1928

Janvier : Deux ans et demi après la brutale rupture avec les surréalistes, c’est au tour des poètes du Grand Jeu de reconnaître en Saint-Pol-Roux un maître. André Rolland de Renéville, au nom de ses camarades – qui tous, faut-il le noter, ne partagent toutefois pas son enthousiasme – adresse, le 13, une lettre de reconnaissance au Magnifique : “Je vous écris au nom d’un groupe de jeunes gens qui m’ont prié de mettre à vos pieds leurs sentiments de vénération et de respectueux amour. […] Nous connaissons tous la lettre admirable que vous avez écrite le 17 mai 1891 à Jules Huret qui vous questionnait sur l’évolution littéraire du moment. Nous nous répétons des phrases comme celle-ci : “La Beauté étant la forme de Dieu, il appert que la chercher induit à chercher Dieu, que la montrer, c’est le montrer”. Notre espoir est de réaliser ce Magnificisme que vous avez prédit.” Saint-Pol-Roux répond à l’hommage, probablement le 23, de retour de Brest où il soignait une bronchite tenace ; il développe dans sa lettre ses conceptions nouvelles du “Verbe total et vivant”, qui ont présidé à l’écriture des Litanies de la mer : “Aux poëtes d’écrire les poëmes, aux hommes de se grouper pour les dire. Vox populi, vox Dei. La poésie est collective, non le privilège d’un seul. Elle n’est pas uniquement le rossignol ou le loup de la forêt, elle est toute la forêt. […] Le chef-d’œuvre n’est pas une petite chose sur du papier, c’est un être, une masse de vie, une énergie charmante ou tragique de la nature, c’est la Beauté insaisissable qui s’exprime par les instruments humains et se manifeste par cet “orchestre vivant” que forment diverses familles, nations, peuples, races…” Il joint à son courrier, un “modeste poëme en prose”, composé à l’époque de l’inauguration à la pointe Saint Mathieu du Monument aux Marins morts pour la France, “Au bout du monde”. Il se propose néanmoins, si la parution du premier numéro du Grand Jeu, n’est pas si pressée, de lui envoyer “deux ou trois pages succinctes sur le Verbe”. Saint-Pol-Roux envisage un voyage  à la fin du mois pour Marseille où l’appelle sa mère, mais rien n’indique que le projet se concrétisât. La succession de son frère Victor n’est toujours pas réglée.

Février : André Rolland de Renéville accueille avec enthousiasme “Au bout du monde” qui paraîtra, avec sa lettre et la réponse de Saint-Pol-Roux, dans le n° 1 du Grand Jeu, annoncé pour la fin du mois. Concernant les notes sur le Verbe, il ajoute : “Si nous recevons à temps ces pages, elles y seront insérées naturellement en première place, avec le poème “Au bout du Monde”, sinon nous les publierons dans le numéro suivant”. De Renéville mentionne également “un N° spécial consacré à St-Pol-Roux” auquel il songe avec ses amis. Le 7, le poète lui adresse le texte “A l’usage des poètes nouveaux”, en le priant de ne pas s’arrêter à sa “missive de l’Enquête Huret” : “car comme tous les mortels il me fallut bien évoluer”. Tout porte à croire que, comme les surréalistes quelques années plus tôt, les jeunes poètes du Grand Jeu ne connaissent de Saint-Pol-Roux que l’œuvre publiée au temps du Symbolisme et ignorent les orientations nouvelles de sa poétique, créant de nouveau un malentendu que seul André Rolland de Renéville tentera de dissiper par amour du Magnifique. En attendant, il accuse réception du texte “A l’usage des poètes nouveaux” le 9 : “J’ai bien reçu vos admirables notes sur le Verbe […]. Je les envoie aujourd’hui même à Paris.”

Saint-Pol-Roux (dessin de Georges Jauneau)

Mars : Le 1er, Saint-Pol-Roux reçoit le n° 13 du Manuscrit Autographe qui publie sa “Lettre à Armand Godoy”. Le lendemain, il en remercie Jean Royère et lui apprend qu’il a abandonné son projet de diriger les Litanies de la mer à la Comédie-Française : “Je n’ai plus de voix, comment dresser des récitants. Dame ! Je viens d’avoir soixante-sept ans. Et puis il y a eu tant et tant de privations !!!” Sans nouvelle du Grand Jeu, il écrit le 20 à André Rolland de Renéville pour lui en demander et le prier de changer le titre initial en “Le Verbe total et vivant”. Le même jour, dans une lettre à un destinataire qui est peut-être Paul-T. Pelleau, habitué du Manoir, Saint-Pol-Roux rend hommage au dessinateur Georges Jauneau, décédé une dizaine de jours plus tôt : “Ce fut, en somme, un merveilleux damné de la Beauté. Et je comprends l’intarissable admiration qu’avait pour Jauneau son grand frère Merlet. Ne pensons plus qu’à la grand’peine de ne plus le voir, de ne plus ouïr ses surprenantes randonnées verbales.” Dans le courant du mois, sollicité par Marcel Abraham, qui dirige la revue Le Mail et prépare un numéro en hommage à Max Jacob, le poète lui a envoyé sa “Complainte de Morven le Gaélique”. Il a également reçu le second tome des Mémoires d’Antoine : Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et sur l’Odéon (première direction).

Avril : Saint-Pol-Roux renvoie les épreuves corrigées de la “Complainte de Morven le Gaélique” à Marcel Abraham. Le texte est signé “Le Solitaire à barbe blanche” ; la maladie, contractée l’hiver précédent, a physiquement vieilli le poète qui confiera à Charles Gillet : “Je dus garder le lit près de quatre mois, j’en suis sorti avec une longue barbe blanche que je garde en hommage à la Vie qui faillit m’abandonner.” Le n° 5 du Mail, d’hommage à Max Jacob, paraît quelques jours plus tard. Le 19, il remercie son vieil ami Antoine pour son volume, qu’il a lu “un peu tous les soirs […] revivant des soirées ardentes” : “Le triomphe de tes efforts à l’époque dont tu parles fut incontestablement Ibsen – j’assistai à la toute dernière des Revenants – c’est pourquoi ton abstention aux fêtes d’Oslo me peina, me scandalisa même. Tu eusses savouré là-haut la plus noble consécration de ta geste passionnée.” D’après cette même lettre, il semblerait qu’Antoine lui ait demandé La Dame à la faulx, mais le tirage en est épuisé et il ne reste plus au poète qu’un exemplaire annoté. Il le prie donc d’attendre “l’édition nouvelle après la parution d’autres œuvres dans deux ans environ”. Le dimanche 22 avril, Saint-Pol-Roux vote pour le premier tour des élections législatives, peut-être pour son ami, le député sortant, Charles Daniélou.

Mai : Antoine est pressenti pour prendre la direction du nouveau Théâtre Pigalle, construit par les Rothschild ; il insiste auprès du poète pour qu’il y lise la nouvelle version de sa Dame à la faulx. Mais ce dernier préfère attendre son édition ; il envisage, dans les mois qui viennent, “la publication de quelques volumes qui se suivent”, probablement les volumes déjà annoncés en 1925, Idéoréalités et Glorifications. Saint-Pol-Roux doit hériter d’environ un million et demi, mais il ne bénéficie pour l’instant que de la nue-propriété jusqu’à la mort de la veuve de son frère Victor. Le 26, Max Jacob le remercie pour sa contribution au Mail : “Dans votre style impérissable, musclé d’or et veiné de blancheurs, vous avez suscité un héros où je n’ose reconnaître un frère”. C’est le début d’une amitié, tardive, mais durable entre les deux hommes.

L’alignement des menhirs de Lagatjar et le Manoir de Saint-Pol-Roux (cliché Jos Le Doaré) – Coll. Mikaël Lugan

Juin : On relève, à Lagatjar, les 143 menhirs. Saint-Pol-Roux, dont le manoir est voisin du site préhistorique, assiste avec intérêt à l’opération menée par le commandant Bénard-Le Pontois. Les jeux floraux de Bretagne, présidés par le poète, laurent M. Michel, professeur à Nevers.

Juillet : A l’occasion de la réception au Tréguier des cendres d’Anatole Le Braz, La Dépêche de Brest publie, dans son édition du 7, un hommage en vers de Saint-Pol-Roux au grand écrivain breton. Toujours dans une situation difficile, le poète sollicite une nouvelle fois Jean Royère pour qu’il lui découvre un emprunt de 2000 francs. Le premier numéro du Grand Jeu paraît, avec la lettre et le poème de Saint-Pol-Roux, mais sans ses notes sur le Verbe.

Août : Les dimanche 19 et lundi 20 ont lieu les grandes régates de Camaret présidées par le poète qui, à l’occasion du banquet, dit son “Toast à Camaret (en l’hostellerie de Dame Céleste Le Bienheureux)”. Le 26, ce dernier assiste, en compagnie de Jean Royère qui passe quelques jours chez lui, à l’inauguration des menhirs de Lagatjar, et prononce un long discours dans lequel il livre son interprétation des pierres levées : “ces alignements feraient penser à de grandes orgues de la vie, à la merci variable du vent allant du nordait au suroît, du suête au noroît, à de grandes orgues qui enregistraient pour nos aïeux l’entrée et la sortie du Dieu-Soleil et qui conseillaient tour à tour au primitif le geste des semailles comme aussi le geste de la faulx de silex, aiguisé sur le polissoir sacré qui désignait le Nord.” Le même jour, ou quelques jours plus tôt, Saint-Pol-Roux reçoit l’hommage de la danseuse tchèque, Tonia Stulcova, qui lui dédie ses “Impressions du Toulinguet” et deux autres danses à Divine.

Septembre : Saint-Pol-Roux donne son avis sur le premier numéro du Grand Jeu à André Rolland de Renéville, dont il a trouvé le poème en prose “intéressant” : “Comme au sujet de toute publication en lancement, on peut dire, sans blesser personne, qu’il y a du bon et du moins bon. Tout effort sincère est respectable. D’ailleurs mon vieil âge ne saurait émettre un jugement véritable touchant certaines nouveautés.” Le jugement est pour le moins distant ; Saint-Pol-Roux semble ne pas se sentir à l’aise en compagnie des membres du Grand Jeu, et, estime que ces notes sur le Verbe lui paraissent “bien en dehors de [leur] juvénile revue”, il demande à Renéville de les lui renvoyer, promettant toutefois pour un prochain numéro “quelque chose de plus cadrant”. Dans une lettre à Charles Gillet, du 29 octobre, il décrira Le Grand Jeu comme une “revue de jeunes, un peu fous, […], mais qu’y faire ?… Tout ça n’a pas grande importance”.

Octobre : André Rolland de Renéville fait parvenir à Saint-Pol-Roux deux exemplaires de la revue, le poète ayant prêté le sien au début de l’été, et lui renvoie une copie de ses “belles pages sur le Verbe” – “qui peut-être ne cadrent pas avec les préoccupations actuelles de [s]es amis”, mais qu’il a “personnellement appréciées” – désirant en conserver le manuscrit. Renéville fera paraître, après la mort du poète, “A l’usage des poètes nouveaux” dans son livre Univers de la parole (Paris, Gallimard, 1944). Il en profite pour l’interroger “sur le mouvement occultiste qui existait parallèlement au symbolisme” et sur l’influence “que ce mouvement a pu avoir sur la poésie”. Saint-Pol-Roux travaille à une pièce pour Antoine et le Théâtre Pigalle : Un soleil sur des épaules.

Novembre : Le 19, il recommande à la bienveillance d’Antoine le sort du guetteur au sémaphore de Lesconil, Jean Le Goff, 42 ans, et père de dix enfants, qui “se trouve lésé au sujet du tableau d’avancement pour le grade de chef-guetteur“.

Décembre : La mort frappe une nouvelle fois la famille Roux. Joseph, le frère aîné du poète, meurt des suites d’une opération, aux alentours du 7 décembre. Saint-Pol-Roux se rend à Marseille pour assister aux obsèques. Au retour, il séjourne quelques jours à Paris, puis rentre, grippé, à Camaret. Georges Normandy sollicite pour un numéro de la revue Mediterranea, “la plus luxueuse des revues de Nice et de la Riviera française”, consacré à Armand Godoy et devant paraître en mars 1929, la contribution du poète.

1929

Janvier : Le 14, Saint-Pol-Roux reçoit d’un prêtre missionnaire, Boyer, une lettre lui demandant un poème “au profit d’une œuvre non-confessionnelle hindoue”. “Il m’a semblé, écrit-il, qu’il serait intéressant de mettre en contact deux âmes : celle de l’Occident, exprimée par le verbe poétique, celle de l’Orient, traduite par le dessin et la couleur (Foujita, Rabindranath…). L’idée a paru séduisante. MM. Valéry, Fort, Claudel, Suarès… ont bien voulu me donner leur concours sous la forme d’un poème inédit, d’allure symboliste, où se reflète le mieux la tendance spiritualiste de chacun.” Saint-Pol-Roux répondit-il favorablement à la demande ? Nous n’avons pas retrouvé trace de ce projet, qui n’aboutit peut-être pas. Divine séjourne de nouveau à Paris, chez les amis Beghin, dans le IXe arrondissement. Elle y rend visite au couple Colonna Romano et Pierre Alcover ; ce dernier lui offre des places pour L’Aiglon où il incarne Flambeau au Théâtre Sarah-Bernhardt.

Mars : Le n° 27 de Mediterranea, “Hommage à Armand Godoy”, paraît avec un texte de Saint-Pol-Roux, “Lecture vivante dans ma solitude”.

Avril : Après Paris, Divine séjourne au début de ce mois à Lille, chez les Pelleau. De retour en région parisienne (Argenteuil), elle assiste probablement à une représentation de L’ennemie, comédie d’André-Paul Antoine, jouée au Théâtre Antoine. L’ouverture du Théâtre Pigalle, que doit diriger Antoine, est différée au mois d’octobre. Le poète travaille toujours à la pièce qu’il lui destine. Le 22, Saint-Pol-Roux, qui a envoyé “Le Grand Kornoc” au Mercure de France, demande à Alfred Vallette d’adresser la rémunération de sa collaboration à sa fille “qui rassemble ses modestes fonds en vue de son retour prochain”.

Mai : “Le Grand Kornoc” paraît dans le Mercure de France de la première quinzaine. A Camaret, les élections municipales ont désigné Alain Le Balc’h, “ancien brigadier des douanes”, maire : “intelligente nature que je connus tout jeune à Roscanvel”. Saint-Pol-Roux fut notamment le témoin de son mariage le 19 avril 1903. Le Journal des débats politiques et littéraires, dans son édition du 6 mai, annonce que le poète parlera chez Aurel, avec quelques autres camarades, de Jean Dolent. Nous n’avons cependant aucune trace d’un séjour de Saint-Pol-Roux à Paris à cette date.

Juin : Le 1er, il assiste à l’ouverture du salon annuel des “Amis des Arts” à Brest, présidés par Louis Chareteur. Au cours de la première semaine du mois, Saint-Pol-Roux, président des Jeux floraux de Bretagne, décerne à Jean Le Guével, étudiant ès lettres de Quiberon, le premier prix.

Juillet : La situation financière du poète ne s’est pas améliorée. Il s’en ouvre à son vieil ami Charles Gillet, lui rappelant notamment sa collaboration avec Charpentier : “cet ingénu grand air [de Louise] écrit sur notre piano une nuit de 1896 au 4 de la place Monge : “Depuis le jour…”. Et dire que Gustave ne le voulait pas, dans la crainte de paraître rococo, vieux style… Il a pourtant maintenu le succès de l’œuvre.”

Août : Le 4, Saint-Pol-Roux prononce un poème, “Taï de Camaret”, à l’occasion du baptême du nouveau canot de sauvetage. Le mois est occupé par les nombreuses visites des parents et camarades au Manoir qui l’empêchent de travailler efficacement. Le 28, il répond à Jean Cassou, alors directeur littéraire des éditions J.-O. Fourcade, qui lui avait proposé d’éditer un livre de lui : “il me semble que ferait bien un volume réalisé par une sélection de mes trois tomes épuisés des reposoirs de la procession […]. Si vos conditions m’agréaient, je pourrais mettre la chose en ordre en septembre ou octobre.” Les conditions ne convinrent-elles pas au poète ou Cassou aurait-il préféré un recueil d’inédits ? Le projet n’aboutit pas. Le 30, il dit à l’hôtel continental de Brest un nouveau poème, “Rondeau de l’adieu”, lors de la réception donnée en l’honneur du sous-préfet Noël Pontana qui doit prochainement quitter la Bretagne. La veille, il avait écrit à Charles Gillet, revenant sur ces allocutions lyriques et locales : “Que veux-tu, c’est mon unique manière à moi maintenant de donner – donner son âme !!!… Poèmes de circonstance ? non pas, en somme. Mais cris du moment, caresses sonores sur le temps qui passe… Nous devons servir les hommes selon nos moyens.”

Septembre : Certains poèmes ou discours que Saint-Pol-Roux offre à quelques-unes de ces manifestations dépassent en effet la seule circonstance qui les provoque. C’est le cas du discours qu’il prononce au déjeuner-conférence annuel de l’institut finistérien d’études préhistoriques, le 8, à l’hôtel continental de Brest, qui lui donne l’occasion d’une belle et intéressante variation autour des “traditions de l’avenir” et de la dualité “savants/poètes” : “Ils cherchent d’azur comme vous dans le sol. Un même rythme vous éloigne du centre familier. Vous descendez, ils montent. Vous allez aux racines, ils vont aux rayons, une fraternité guidant le pic de votre pioche et la plume de leurs ailes. Poètes et savants, vous forlancer l’Idée blottie dans la cendre ou bien sous le nuage, ancienne ici, future là.” Saint-Pol-Roux préside les régates de Camaret, qui se déroulent les 21, 22 et 23 septembre.

Octobre : “Message à la Forêt” paraît dans le n° 5 de La Grive. Le 19, Saint-Pol-Roux écrit à Max Jacob, ayant appris par l’article que François Ménez publia sur ce dernier dans La Dépêche de Brest du 15 que le suites de son accident d’automobile en août dernier le maintiennent toujours alité ; il prie pour lui et savoure certaines des lettres du Cabinet noir que Jacob lui a fait parvenir quelques mois plus tôt avec ce bel envoi : “au grand St Pol-Roux, / ciseleur infatigable de prose superbe et rare / Sublime poète et créateur au monde”. Il a écrit sur la dernière page de garde du livre une “Prière sur les plaies de Max Jacob” qu’il joint à sa lettre.

Novembre : Le 4, Saint-Pol-Roux fait une demande officielle pour changer son patronyme “Paul Roux” en Saint-Pol-Roux à l’état civil. La vente des deux villas de ses frères décédés laisse espérer 150.000 francs à joindre à la part future du poète. Jean Royère a accepté de reproduire dans sa revue une des photographies, réalisées par G.-L. Arlaud, du tableau du belge Rodolphe Strebelle : “Le Solitaire à barbe blanche”, peint probablement pendant l’été. Saint-Pol-Roux propose de faire précéder la publication de quelques lignes présentant le peintre et d’un texte de Max Jacob sur le “Solitaire à barbe blanche”. Le 28, il écrit à ce dernier pour lui en faire la demande et joint à sa lettre un des clichés d’Arlaud, avec cette dédicace : “A Morven le Gaélique / Son vieux frère / SPR” (conservé aujourd’hui au Musée de Quimper). Cinq jours plus tôt, le poète présidait à Brest la fête annuelle de l’Amicale des Anciens du 19e R. I. au cours de laquelle Pierre Massé, secrétaire de l’association, donna une conférence sur “la poésie de l’amitié et de l’héroïsme franco-belge”.

Décembre : L’état de Max Jacob ne lui permettant pas de répondre favorablement à la demande de son ami, c’est Saint-Pol-Roux lui-même qui se chargera du texte accompagnant la reproduction du tableau de Strebelle. Les tempêtes incessantes mettent le Manoir à rude épreuve : “Onques ne vis pareils cataclysmes, cependant me voilà sur notre dune depuis un quart de siècle. En ce moment, les lames par-dessus le Lion… mon plancher remue comme un pont de navire désemparé… Débâcles et dégâts partout. Nous passons nuits et jours à étayer portes et fenêtres, à clouter çà et là, et c’est alors que le toit fout le camp…”, écrit-il à Antoine, alité à cause d’une bronchite tenace, le 8. Jean Royère consent au poète une avance de 800 francs sur ses contributions à venir au Manuscrit Autographe et à l’Esprit français, journal qu’il vient de fonder avec Georges Normandy. Saint-Pol-Roux envisage d’envoyer prochainement Divine à Paris, chez une amie, avant son départ pour Toulon à la fin du mois. Royère lui adresse également son dernier livre : Le Musicisme (Boileau – La Fontaine – Baudelaire). Saint-Pol-Roux a également reçu le recueil, Pour Elle, d’Auguste Bergot, sur le fronton duquel figure, imprimée, cette appréciation du Magnifique : “Combien de vos pages d’amour eussent fait les délices de Massenet, vu telles pièces qui vous posent en très parfait poète de l’Intimité. Et ceci est une certitude pour votre bel avenir.”

1930

Janvier : Le 2, Divine quitte Camaret pour séjourner à Paris, puis à Toulon. Le Manoir a été sérieusement endommagé par les tempêtes de décembre dernier.

Février : Saint-Pol-Roux se rend à Marseille au chevet de sa mère “dont l’état de santé alarmait la famille”. Âgée de 92 ans, elle semble toutefois se remettre. “Au sujet de mon portrait par le peintre belge Rodolphe Strebelle” paraît, accompagné du cliché du tableau, dans le n° 25 du Manuscrit Autographe.

Mars : De retour en Finistère, après avoir peut-être passé quelques jours à Paris, Saint-Pol-Roux se rend le 12 à Brest pour assister, dans la salle des concerts Sangra, à l’audition du Messie de Haendel. En préambule, ou à la fin, du concert, le poète lance un appel au public en faveur des sinistrés du Midi, victimes des inondations qui ont ravagé le bassin du Tarn du 1er au 4 mars : “Vous le savez, toutes les larmes encore errantes de la Guerre se sont, ces jours derniers, déchaînées sur les plus souriantes vallées de la Paix fleurie. Les inoubliables douleurs du Nord se sont répandues dans le Midi, pour que, semble-t-il, toute la France eût enfin son égale part de la Souffrance nationale. A nous tous, de tendrement aider nos frères, éperdus naufragés d’un Océan soudainement tombé d’un ciel bouleversé. De par les rythmes pieux de Haendel, Mesdames et Messieurs, écoutons le Messie de fraternité qui s’annonce en notre âme au moindre appel de la Désespérance. Soyons à nous tous, un peu chacun ici, ce soir, l’Enfant sauveur.” Le même article de l’Ouest-Eclair (19 mars 1930), qui reproduit ces paroles, annonce que Saint-Pol-Roux devrait incarner Manfred dans l’opéra-comique de Schumann que Domingo Sangra a projeté de jouer pour le centenaire du Romantisme, le 9 avril prochain.

Avril : Euphrosine Lieutaud, la mère du poète, meurt le 3. Le lendemain, Saint-Pol-Roux, contraint par la circonstance de renoncer au rôle de Manfred, prend l’express à destination de Marseille. Le 13, il assiste à l’inauguration du Monument Edmond Rostand, réalisé par le sculpteur Paul Gondard. Il y rencontre Maurice Rostand, le fils de l’auteur de Cyrano, qui écrira le lendemain sur ces retrouvailles un bel article : “Au bord d’une chère statue, sous un ciel de Provence qui avait comme caché son soleil, je vous retrouve Saint-Pol-Roux… Les années ont passé, et Edmond Rostand est mort, qui a tant aimé votre art profond et subtil, à mon tour, je dis à ceux qui veulent redonner son prestige au théâtre et nettoyer un peu les portants poussiéreux : Voici une grande œuvre à monter, un grand incompris à sortir de l’ombre, un poète enfin, à une époque qui meurt de ne plus en avoir. Il est temps de payer notre dette à Saint-Pol-Roux, qui nous a donné tant de beauté et à qui nous n’avons donné que de l’oubli !”

Mai : Saint-Pol-Roux et Divine contribuent pour 100 francs chacun à la souscription lancée par l’aéro-club du Finistère pour l’acquisition d’un avion de tourisme. Cette généreuse participation est le signe que le poète a, lors de son récent séjour marseillais, reçu sa part de l’héritage maternel. Le 31, il assiste au vernissage du salon des Amis des Arts. “Prière sur les plaies de Max Jacob” paraît dans le n° 15 du Mail.

Juin : Des travaux de restauration du Manoir sont entrepris, preuve du rétablissement financier du poète, qui offre au Maire, Alain Le Balc’h, d’acheter le terrain communal qui entoure sa maison pour 12.000 francs. A l’occasion du prix des Jeux floraux de Bretagne, Saint-Pol-Roux remet 250 francs à Paul Gripon ; le deuxième prix revient à un poète, que retiendra davantage la postérité : Arsène Yergath. En relation épistolaire depuis quelques semaines avec Raymond Datheil, qui a sollicité sa collaboration à la revue Le Rouge et le Noir, il lui adresse “quelques passages du Liminaire en quelque sorte d’un Livre absolument inédit : la Répoétique (je dis Répoétique (res poetica) comme on dit République (res publica). Je souhaite que reste le mot.” C’est ici la première mention explicite du grand œuvre auquel travaille le poète depuis le milieu des années 1920. Il faudra malheureusement attendre 1932 pour que paraisse le seul “Liminaire”, et les années 1970 pour que René Rougerie révèle au public cet ensemble, fragmentaire, majeur.

Ciels et sourires de France, n° 3, juillet 1930

Juillet : Le 7, Saint-Pol-Roux participe au Congrès de l’Association des journalistes de la Presse de l’Ouest. Au cours du déjeuner, il prononce un discours au cours duquel il revient sur son installation à Camaret et sur les similitudes entre Provence et Bretagne : “J’ai donc retrouvé mon village provençal en Camaret, a point de m’y croire encore tout en n’y étant plus. Provence et Bretagne me paraissent sœurs jumelles, quasi siamoises, si on veut bien les souder par un extensible plateau central. Deux sœurs communicantes aussi par Gibraltar et par le P.L.M. Leurs globules aller-retour étant plus souvent ce qu’on appelle des cols-bleus.” Le photographe G.-L. Arlaud consacre une partie du troisième numéro de sa revue, Ciels et sourires de France, au “grand et modeste Saint-Pol-Roux, l’auteur ignoré du livret de Louise” ; il y publie en fac simile le manuscrit du poème “Hosanna” et un portrait photographique du poète.

Août : Saint-Pol-Roux envoie au Recteur de Camaret, le chanoine Bossennec, un “premier versement” de 2000 francs pour les travaux d’agrandissement en cours de l’église paroissiale.

Septembre : Le sculpteur Georges Violet, qui avait réalisé un buste du Magnifique, lui rend visite quelques jours au Manoir. Saint-Pol-Roux et Divine contribuent pour 200 francs à la souscription “pour les pêcheurs bretons sinistrés et leurs familles” lancée par La Dépêche de Brest le 25 ; quelques jours plus tôt, plusieurs thoniers avaient fait naufrage au large de Concarneau. Suite au drame, Saint-Pol-Roux imagine dans le quotidien ce que pourrait être “le grand port de Camaret” : “Dès ma première venue, en 1892, j’eus comme la prescience d’un Camaret grand port et grande ville, du Styvel à Lambézen. Qu’a-t-on fait depuis ? Rien ou presque. On traite trop le pêcheur comme l’artiste : par l’admiration. C’est beaucoup et pas assez, surtout quand les familles sont nombreuses et si “cornoc-braz” souffle avec rage comme la semaine dernière.”

Octobre : Le président Gaston Doumergue inaugure à Brest, le 8, le pont Albert-Louppe, alors plus grand pont du monde en ciment armé. Saint-Pol-Roux assiste à la cérémonie et publie, le lendemain, dans La Dépêche de Brest, “L’imagier du pont”, en hommage au sculpteur Quillivic qui réalisa les deux couples de Cornouailles et de Léon accueillant sur chacune des berges les usagers du pont. Le 10, il siège à la tribune officielle devant laquelle défilent les participants à la fête bretonne de Brest.

Novembre : Les travaux de restauration du Manoir se poursuivent et se poursuivront au moins jusqu’à la mi-décembre ; “puis viendra le tour des peintres”. A Jean Royère, qui a besoin d’argent pour envoyer sa fille, convalescente, au soleil, Saint-Pol-Roux envoie un mandat de 2000 francs. Le poète a retrouvé, grâce aux héritages perçus, une aisance certaine, mais la crise est là et ses “actions dégringolent avec un ensemble parfait” de sorte que “[s]on compte dépasse déjà cent mille francs de perte”. Le 20, à la préfecture maritime de Brest, il assiste à la remise de la légion d’honneur à la Comtesse de Rodellec du Porzic par le Ministre de la Marine, et prononce à cette occasion un “Hommage”. Deux jours plus tard, il dit son “Toast à la Belgique” lors du dîner réunissant les membres de la délégation des anciens combattants belges et de l’Amicale du 19e R. I. Le 30, La Dépêche de Brest publie une complainte populaire, “Les pêcheurs de thons”, composée pour la journée nationale des péris en mer et datée de “septembre 1930”.

Décembre : Saint-Pol-Roux a remboursé à Charles Gillet une partie des dettes qu’il avait contractées envers lui ; ce dernier lui écrit le 19 : “J’ai encaissé les deux mille francs. Mais pourquoi cette hâte à me rembourser et cette priorité que tu me donnes ? […] Sais-tu bien – tu m’excuseras de me tresser ce laurier tardif – qu’en te faisant ces avances je ne comptais pas le moins du monde en voir jamais le retour ?” ; puis il lui donne quelques conseils financiers : “Il faut absolument que tu te dispenses de vendre tes actions à cette heure intempestive… Tu me dis que tu perds cent mille francs : je pense que c’est virtuel, et seulement par comparaison sur le papier des cours d’aujourd’hui avec les cours réels – mais que tu n’as pas réalisé une telle perte. Attends pour vendre, je t’en prie. La fin de la crise n’est pas encore en vue, tu t’y ruinerais sans raison…” Le jour de Noël, à Camaret, Charles Daniélou, ministre de la Marine marchande, inaugure le navire-école qui porte son nom” ; Saint-Pol-Roux porte un toast au ministre, que publiera La Dépêche de Brest. A la cérémonie est également présent le jeune sous-préfet de Châteaulin : Jean Moulin.

[Chronologie X : 1931-1935]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search