Chronologie IV : 1900-1905

1900

Janvier : Au début du mois, Saint-Pol-Roux est de retour à Roscanvel pour parachever son drame pour Antoine. Des lettres enthousiastes, concernant sa tragédie, continuent de lui parvenir. Le 28, c’est au tour de Georges Eekhoud de consacrer dans La Réforme (Bruxelles) un article enthousiaste à La Dame à la faulx.

Février : Dans le n° 2 de l’Ermitage, André Gide publie anonymement un bel article sur la pièce de Saint-Pol-Roux : « une des plus étonnantes productions poétiques de cette année et de plusieurs autres ». Gide, qui aida financièrement à plusieurs reprises le poète et dont l’admiration se fera rapidement plus distante, avait pensé, quelques mois auparavant, à Saint-Pol-Roux comme nouveau collaborateur à l’Ermitage (lettre à Ghéon du 17 octobre 1899). Le 2, le roman musical, Louise, de Gustave Charpentier dont le livret serait en grande partie de Saint-Pol-Roux, connaît, dès sa première représentation à l’Opéra-Comique, un immense succès.

MarsLa Vogue publie cinq nouvelles tablettes du poète : « Spontanéités », « Sabbat Candide », « Le désir », « Crânes de verre » et « La chasse de Saint-Hubert » ; seul ce dernier poème en prose ne sera pas repris dans les volumes à paraître des Reposoirs de la Procession, nouvelle série. Henry Degron donne, dans le numéro de la Plume du 15, un article élogieux sur la pièce symboliste : « C’est d’enthousiasme que j’écris cet article… Peut-être, un reflet de sentiment voisin de la colère, colère contre tout ce qui est injuste se mêle-t-il à cette joie – mais non !… Une œuvre est là devant moi, œuvre magnifique… »

Avril : Saint-Pol-Roux fait, dans les tout premiers jours du mois, « une chute terrible » (lettre à Randon du 5 avril 1900) de l’échelle qui mène au grenier de la chaumière. Le 5, il prie Vallette de demander à Van Bever de lui envoyer les livres qui attendent dans sa « case » du Mercure, Le Cloître de Verhaeren notamment ; il se plaint du silence fait sur sa pièce dans les pages de la revue.

Mai : Le 1er, il compose « Le Mai ». « Roscanvel », « Le pasteur des montagnes », « Le val des baisers », « Le fol », quatre poèmes à paraître dans La Rose et les épines du chemin sont publiés dans le Mercure. Louis Dumur donne une critique élogieuse de La Dame à la Faulx dans le même numéro : « M. Saint-Pol-Roux est le dernier des grands romantiques », écrit-il. Le 23, assiste à l’enterrement de tante Lise, à Roscanvel, et écrit dans la foulée « Les Vieilles du Hameau ».

Juin : Dans son n° du 15 juin, La Plume donne « Le Mai » (dédié au Dr Jules Quédec).

Août : Le 1er, Saint-Pol-Roux adresse « Les Vieilles du Hameau » à Karl Boès qui publiera le poème dans La Plume du 15. Henri de Régnier dans son étude « Poètes d’aujourd’hui et poésie de demain » du Mercure de France, qualifie l’auteur de L’épilogue des saisons humaines d’« étonnant métaphoriste ».  « Crucifiement », « Apocalypse », « Le mendiant philosophe » paraissent dans La Vogue (15 août) sous le titre commun : « Les petites philosophies ».

Septembre : Parution, dans La Revue blanche, de « Verlaine le Pâtre (souvenirs de Belgique) » qui sera très apprécié des milieux littéraires.

Octobre : Saint-Pol-Roux signe la protestation « contre le procès Georges Eekhoud » (mentionné dans le Mercure de France de ce mois). Un ancien sonnet daté du « Samedi, 7 novembre 1896 », « Sarah la Tragédienne », paraît dans La Plume du 15. Courant octobre, le poète a passé quelques jours à Paris « où [il] n’[a] d’ailleurs pu visiter personne » (lettre à Randon du 27 octobre), ayant été rappelé rapidement à Roscanvel alors que ses « visites amicales » avaient été « remises au dernier jour ».

Novembre : Le 8, écrit à Gustave Kahn pour le prier de découper ses poèmes parus dans le numéro de La Société Nouvelle de l’été 1894 ou de le lui faire parvenir à Roscanvel ; il en a besoin, comme « chair à typo », pour un volume de poèmes en prose qu’il prépare (La Rose et les épines du chemin). Il adresse ses encouragements, dans la même lettre, à sa filleule Lulu (Lucienne Kahn) qui a publié quelques poèmes, et demande à Gustave Kahn de « simplement citer [s]a Dame à la Faulx » dans l’une de ses chroniques de La Revue blanche. Sans doute, à la même période, écrit-il à Van Bever pour lui réclamer le n° de juin 1894 du Mercure de France, et le n° de [son] Aube où furent publiés « Aiguilles de cadran » et « Cigales ».

1901

Janvier : Parution dans les premières pages de La Plume du 1er janvier, de « Sa Majesté la Foi », poème en vers libres.

Mars : Le 8, le poète adresse à Alfred Vallette le manuscrit de La Rose et les épines du chemin dont il espère la parution en avril. Cinq jours plus tard, il renvoie au directeur et éditeur du Mercure de France le traité signé. Dans La Plume du 15 mars, Henri Degron dédie à Saint-Pol-Roux ses « Poèmes de Chevreuse ».

Mai : Le poète répond à l’ « enquête sur le mariage » menée dans La Plume (n° 289) : « Se marier c’est toujours, aux caresses près, un geste d’illiberté. La loi parque les époux dans l’alcôve comme dans un carré de surveillance, et il semble que tout un tas de gens de robe et de perruque soit penché sur la couche nuptiale, maire, curé, notaire – il ne manque que l’apothicaire, mais il viendra – et qu’à ces gens revienne le droit de diriger l’objet… » Fernand Gregh consacre un bel article à La Dame à la faulx dans la Revue d’art dramatique : « Voici, à mon avis, une des œuvres du Symbolisme… » Le 18, Saint-Pol-Roux écrit à Vallette pour lui donner quelques précisions sur le monogramme qu’il souhaite voir figurer sous la justification du tirage : « Puisqu’il s’agit de rose dans le titre du volume, sans doute serait-il juste de mettre le monogramme en rose tendretrès tendre. » Quelques jours plus tard, il ajoute à destination du même : « Mettre l’ancien en rose tendre ou, si le rose est trop pâle, en mauve ou vert… » C’est finalement cette dernière couleur qui sera retenue. Dans cette même lettre, jugeant qu’il « manque dans la Rose quelque chose sur le théâtre », il adresse à Vallette, pour insertion – s’il est encore temps – entre « Le Calvaire immémorial » et « Les Sabliers », d’un nouveau texte « Le faiseur de miracles ». Il est probable que le volume fût déjà imprimé : ce dernier poème ne figurera pas dans La Rose et les épines du chemin.

Juin : Saint-Pol-Roux donne dans la Revue d’art dramatique « Dramaturgie », important article développant sa conception du théâtre.

Juillet : Parution de La Rose et les épines du chemin au Mercure de France.

Août : Camille Mauclair, dans La Nouvelle Revue, et Gustave Kahn, dans La Revue blanche, rendent compte du recueil de poèmes en prose.

Septembre : Le fidèle Mauclair consacre une belle étude à Saint-Pol-Roux dans « Quelques beaux poètes français mal connus » (La Revue) et André Beaunier, après lecture de La Rose et les épines du chemin, estime dans La Revue bleue que le poète est symboliste « d’une façon prodigieuse, inouïe ».

Octobre : Le jeune étudiant en médecine, Victor Segalen, qui rédige sa thèse, rend une première visite à Saint-Pol-Roux dans sa chaumière de Roscanvel. Henri Ghéon, dans L’Ermitage, critique la manière trop « métaphorique » du nouveau volume. La réponse de Saint-Pol-Roux à l’enquête sur la Comédie-Française paraît dans le n° 33-34 de La Revue naturiste : « Pour la réception des pièces, si vraiment s’impose un comité, mieux vaudrait le constituer de n’importe qui, voire du chiffonniers ; de comédiens jamais. » Le 12, en première page d’El Liberal de Madrid, Enrique Gomez Carrillo publie « Una visita al poeta Saint-Pol-Roux ».

Novembre : Saint-Pol-Roux signe la « protestation » contre la condamnation de Laurent Tailhade qui vient d’écoper de six mois de prison pour avoir écrit un violent article contre le Tsar Nicolas II alors en visite en France. Le 5, le poète se plaint à André Fontainas qu’aucun compte rendu de La Rose et les épines du chemin n’ait encore paru dans le Mercure de France et le prie de consacrer quelques lignes à son volume et d’y citer sa Dame à la faulx qu’il souhaite présenter à Jules Claretie. Le 12, il écrit une longue lettre à Victor Segalen afin de lui exposer, répondant à une demande de ce dernier, ses vues sur les synesthésies ; il est en train d’achever ses Pêcheurs de sardines pour Antoine. Le 30, il remercie Fontainas pour la belle étude « déjà remise à l’ami Vallette », étude qui paraîtra dans le premier numéro de l’année 1902.

Décembre : Saint-Pol-Roux adhère au nouveau « Comité Baudelaire » chargé d’offrir un tombeau, sculpté par José de Charmoy, au poète des Fleurs du Mal.

1902

Janvier : Parution dans le Mercure de France de la belle étude d’André Fontainas, sobrement intitulée « Saint-Pol-Roux ». Le 4, le poète remercie l’auteur : « Je ne m’attendais pas à des pages si glorieuses, si indulgentes, si amies. » Le 13, Saint-Pol-Roux propose à Victor Segalen de faciliter la publication de son article sur les « Synesthésies sensorielles » dans le Mercure par « une recommandation chaude à Alfred Vallette ». En ce début d’année, le poète a envoyé sa tragédie à Jules Claretie, mais son envoi restera sans réponse.

Février : « La première femme » paraît, dédié à Victor Hugo, dans le numéro du centenaire que consacre La Plume au poète des Contemplations.

Avril : Après la parution dans le Mercure de l’étude de Segalen, « Les synesthésies et l’école symboliste », Saint-Pol-Roux conseille au jeune médecin d’adresser ses futures publications à La Revue de Jean Finot, mais de ne pas négliger également La Revue blanche et le Mercure.

Mai : « Ambition », poème en prose, paraît dans le n° 313 de La Plume. A l’occasion de la publication du livre d’André Beaunier, La Poésie nouvelle, Gustave Kahn rappelle dans La Nouvelle Revue l’antériorité des proses rythmées de Saint-Pol-Roux sur les ballades françaises de Paul Fort. Le 11, le poète écrit à Fontainas qu’il ne désespère pas « de passer la saison prochaine avec [s]a pièce pour Antoine : Les Pêcheurs de Camaret« , nouveau titre de ses Pêcheurs de sardines.

Été : Il reçoit, à Roscanvel, la visite de Georges Maurevert, et peut-être celle de Laurent Tailhade.

Septembre : Saint-Pol-Roux, sollicité par le directeur de la revue, ne répondra pas à l’enquête sur Zola menée par La Plume.

Novembre : Le 5, il écrit à Karl Boès pour lui proposer d’éditer « dans le format charmant des Stances » quelques-uns de ses poèmes de jeunesse qu’il souhaite réunir « en une plaquette infime » intitulée Anciennetés.

Décembre : Pierre Decourcelle lui verse ses droits sur une pièce écrite en collaboration, Le chien du régiment. Boès qui a répondu à Saint-Pol-Roux au sujet d’Anciennetés semble avoir posé des conditions financières trop élevées pour le poète. L’unique recueil de vers de Saint-Pol-Roux paraîtra finalement l’année suivante au Mercure de France. Le 13, le compositeur Justin Clérice dédie, dans L’Illustration, une « Serenata pour piano » à son ami Saint-Pol-Roux.

1903

Janvier : Saint-Pol-Roux passe les premiers jours de l’année à Saint-Henry auprès de ses parents à qui il est probablement venu annoncer son mariage prochain avec Amélie. Le 18, il écrit à Vallette pour lui demander de rectifier le titre de sa pièce, Les pêcheurs de Camaret, qui apparaît dans les épreuves de « Coupe de goëmon en Roscanvel », en Les pêcheurs de sardines, « titre plus général ». A la fin du mois, de retour à Roscanvel, il écrit à Decourcelle pour réclamer ses droits sur Werther, que créera prochainement Sarah Bernhardt, et pour lui faire part de la misère des Bretons et de son espoir de voir bientôt représentée Les pêcheurs de sardinesLa Nouvelle revue moderne publie un médaillon consacré au poète nantais « Emile Boissier » par Saint-Pol-Roux.

Février : Parution de « La coupe de goëmon en Roscanvel » au Mercure de France. Le 5, Saint-Pol-Roux épouse Amélie à la mairie du onzième arrondissement de Paris. Les témoins de la mariée sont Charles Chéret, industriel, et André Antoine, le metteur en scène bien connu ; ceux du marié sont Octave Mirbeau et Catulle Mendès. Le mariage est suivi d’une courte bénédiction à l’église Sainte Marguerite.  Parmi les invités à l’événement que la presse ne relaya pas : Léon Dierx, Alfred Vallette, Rachilde, Edmond Pilon, Henri Degron, Jean Moréas, et quelques autres poètes. Le 17, il écrit à Decourcelle pour lui annoncer qu’il a reçu ses droits mensuels pour Louise et souhaiter un triomphe pour Werher.

Mars :  Les pourparlers concernant les droits à percevoir sur ses collaborations avec Decourcelle se poursuivent. Saint-Pol-Roux souhaite passer par l’intermédiaire de la Société des auteurs pour inscrire sa participation à Werther, pièce « susceptible de devenir classique ». La pièce est alors donnée par Sarah Bernhardt au bénéfice des « malheureux du Morbihan ». La première, à Paris, est un four.

Avril : Parution dans La Plume, de « Cœcilian le Sauveteur », récit du sauvetage, l’année passée, par le fils aîné du poète d’une jeune Roscanvéliste qui manqua se noyer. Le 20, Saint-Pol-Roux assiste au mariage d’Alain Le Balc’h à Roscanvel et compose pour l’occasion un « épithalame ». Le 23, la famille marseillaise du poète assiste à la première communion de Cœcilian et au baptême de Divine, dont André Antoine et Cora Laparcerie sont les parrain et marraine.

Mai : Les festivités religieuses et les frais occasionnés par le séjour de sa famille à Roscanvel conduisent Saint-Pol-Roux à réclamer ses droits mensuels sur Werther à Decourcelle.

Septembre : Parution dans La Plume, du poème en prose, « Colombe » dédié à Segalen. Saint-Pol-Roux écrit à Karl Boès pour lui demander d’adresser un exemplaire du numéro au dédicataire : « M. le Docteur Victor Segalen / à bord de la Durance / à Tahiti (Polynésie) ».

Octobre : Saint-Pol-Roux écrit, le 15, à Segalen pour l’inciter à rédiger pour le Mercure de France un article sur les derniers moments de Gauguin, et lui demander de lui acheter, si les prix ne sont pas trop élevés, quelques toiles du peintre. Il aimerait également que Segalen lui rapporte quelques objets de Tahiti pour décorer la « salle cosmopolite » du Manoir, en voie d’achèvement, qu’il se fait construire sur les hauteurs du Toulinguet : « Ça s’appellera Le Manoir du Boultous, d’après la scène principale de mes Pêcheurs de sardines. »

Décembre : « Litanies de la mer », extrait des Pêcheurs de sardines, dédié « à Antoine, citoyen de Camaret », paraît dans le dernier numéro de l’année du Mercure de France. La maison d’édition d’Alfred Vallette publie le recueil Anciennetés. Saint-Pol-Roux, probablement accompagné de son épouse et de ses enfants, va passer les fêtes de fin d’année à Marseille.

1904

Janvier : De retour à Roscanvel, il reçoit une lettre de Segalen qui a bien pensé à lui pour des œuvres de Gauguin et qui lui a adressé, en attendant le retour en France, une gravure sur bois du peintre, Maururu.

Avril : Pierre Quillard, dans le Mercure de France, Henri Ghéon, dans L’Ermitage, rendent compte, le premier favorablement, le second défavorablement, d’Anciennetés.

Juin : Saint-Pol-Roux écrit à Victor Segalen, dont le retour est annoncé pour novembre ; il le félicite pour son article « Gauguin dans son dernier décor » paru dans le Mercure de ce mois. Les travaux d’aménagement intérieur du Manoir se poursuivent ; le poète espère s’y installer à l’automne. Vallette a repoussé la publication de De la colombe au corbeau par le paon, pourtant prêt depuis plusieurs semaines, au mois d’octobre.

Août : Le 6, Segalen envoie sa dernière lettre de Tahiti au poète, lettre dans laquelle il lui donne des nouvelles de l’avancée de son livre, Les Immémoriaux.

Novembre : Les retards s’accumulent tant pour le Manoir, en raison de difficultés causées par la municipalité de Camaret, que pour le tome II des Reposoirs de la procession qui ne paraîtra finalement qu’à la fin du mois.

Décembre : Le jour de Noël, Francis Jammes remercie Saint-Pol-Roux pour l’envoi de De la colombe au corbeau par le paon : « Votre livre est tellement beau que je vais le placer dans ma toute petite bibliothèque, et sur un étroit rayon de miel réservé à très peu, sur le même rayon où voisinent La Fontaine, Rousseau, Cervantès, et quelques très rares modernes dont : Maeterlinck, Rimbaud, Gide et Claudel. » L’emménagement au Manoir est remis à l’année suivante.

1905

Janvier : La Dépêche de Brest souhaite, dans son édition du 16 janvier, la bienvenue à Saint-Pol-Roux dans son Manoir de Camaret. En réalité, le poète ne s’y installera que quelques mois plus tard. Francis de Miomandre publie, dans L’Occident, un beau compte rendu de De la colombe au corbeau par le paon.

Février : Le 1er, il écrit à Antoine pour lui exprimer son souhait de le voir remporter la direction de l’Odéon. Ayant décidé de faire « entoureller » son manoir, il  Saint-Pol-Roux répond à l’enquête sur le latin, « langue internationale », ouverte dans La Revue littéraire de Paris et de Champagne. « Sa Majesté la Vie », que le poète a conçu comme devant ouvrir Les Féeries intérieures, tome III des Reposoirs de la procession, qu’il espère faire paraître cette année, est publié dans La Plume. Le 19, Segalen annonce dans une lettre à Saint-Pol-Roux qu’il lui apportera bientôt les bois de la Maison du Jouir de Gauguin.

Avril : Le poète a passé quelques jours à Paris où se meurt de tuberculose la sœur d’Amélie. Le 28, Saint-Pol-Roux écrit à Marinetti son enthousiasme de savoir qu’il ouvre, dès son premier numéro à paraître en été, sa revue Poesia aux poètes français. Le lendemain, il félicite Segalen pour ses fiançailles avec Yvonne ; malheureusement, il ne pourra pas assister à leur mariage prévu en juin, en raison de la présence de sa famille marseillaise qu’il doit recevoir pour la communion de Lorédan.

Mai : Saint-Pol-Roux publie un « Appel » dans Marseille-Républicain, écrit à l’occasion de la constitution d’un comité chargé d’élever un monument au peintre Monticelli. Le 29, il demande à Gustave Geffroy d’adhérer audit comité.

Juin : Mariage de Victor Segalen à Brest. Saint-Pol-Roux ne peut y assister.

Juillet : « Le poète au vitrail », poème en prose, dédié à Marinetti, paraît dans le premier numéro de Poesia (Milan). Jean de Gourmont rend compte de De la colombe au corbeau par le paon dans le Mercure de France. Au début de ce mois, Saint-Pol-Roux a enfin emménage avec sa famille dans le Manoir du Boultous à Camaret. C’est Borély, le décorateur d’Antoine, qui est chargé de l’aménagement intérieur de la nouvelle demeure du poète.

Août : Parution de « La suprême hôtesse » dans le tome II de Vers et Prose, revue fondée et dirigée par l’ami Paul Fort, et de « La roue de la vie » dans le Mercure de France. Poèmes écrits récemment qui figureront, avec « Le poète au vitrail », dans Les Féeries intérieures.

Septembre : Le 13, Saint-Pol-Roux emprunte, pour la deuxième fois en six mois, à Éloi Champetier, publiciste marseillais, la somme de 20.000 francs, probablement pour régler les factures du Manoir [source : Georges Reynaud]. Le poète répond à l’enquête sur « la beauté inspiratrice de la femme italienne » menée par Marinetti dans sa revue Poesia.

Octobre : Le 20, Saint-Pol-Roux remercie le poète nicaraguayen, Ruben Dario, pour l’envoi de ses poèmes que lui a traduits Austin de Croze. Dario, profitant d’un séjour à La Pagode de Quélern, rendra visite au poète durant l’été 1907.

Novembre : Saint-Pol-Roux reçoit Karl Boès et sa femme au Manoir. Le directeur de La Plume lui annonce l’arrêt de la revue. Le 29, il écrit à Segalen pour lui conseiller quelques revues où placer ses articles.

Décembre : Dans son numéro du 2 décembre, La Vedette (Marseille), enregistre une souscription de 25 frs pour la réalisation du Monument Monticelli au nom de Saint-Pol-Roux.

[Chronologie V : 1906-1910]