Chronologie III : 1894-1899

1894

Janvier : Dans le premier numéro de l’année, le Mercure de France publie « Le cimetière qui a des ailes », dédié à Mme Sarah Bernhardt, extrait du tome II des Reposoirs dont le tome I va enfin paraître, et un compte-rendu de Mauclair sur les deux pièces du poète. Avec ce poème en prose, Saint-Pol-Roux signe son retour au sommaire du Mercure dont il avait été absent depuis plus d’un an. Sans doute, des rentrées d’argent, rentes familiales, prêts ou travaux de ghost-writer, lui auront permis d’éditer ses différents volumes et de racheter cinq parts du Mercure. Dans La Revue blanche, Romain Coolus lui dédie ses « Toupies ». Le 23, il écrit à Vallette pour lui réclamer quatre ou cinq exemplaires de son recueil.

Février : Il donne « Le sexe des âmes », poème en prose dédié à Mme Jeanne Jacquemin dont certains tableaux semblent avoir inspiré le poète, dans le numéro double de janvier-février de L’Art littéraire, nouvelle série. La lettre de Saint-Pol-Roux à Jacques des Gachons paraît dans « Le théâtre que nous voulons », article-enquête du n° 2 de l’Ermitage. Lucien Muhlfeld, dans La Revue blanche, s’enthousiasme pour la palette riche d’images que propose Les Reposoirs.

5 mars : Dans Le Gaulois, Georges Geils dénigre le Magnificisme du poète qui avait signé une protestation collective contre la condamnation de Jean Grave pour son livre sur La Société mourante et l’Anarchie.

Avril : Saint-Pol-Roux publie quatre poèmes en prose sous le titre de « Vieilles Tablettes » : « L’Armoire à glace », « Gammes », « Flammes » et « l’Echo de la caverne », dans le n° 19 des Essais d’art libre. Deux autres poèmes en prose, sous le titre, cette fois, de « Tablettes d’Aube », paraissent dans le n° 4 de L’Art littéraire ; il s’agit de « Neiges » et de « Lys ». Louis Lormel, y commentant le recueil récemment paru, conclut que son auteur est « notre Victor Hugo ». Au Mercure de France, Charles-Henry Hirsch donne la première étude conséquente sur l’œuvre du poète.

9 mai : Il écrit à Vallette son désir de rédiger « une note, d’une page ou deux, sur l’audition de Saint Julien l’Hospitalier de Camille Erlanger au Conservatoire » ; le directeur du Mercure ne donnera pas suite ; Saint-Pol-Roux lui a renvoyé ses épreuves pour le numéro de juin. Dans le n° 31 de la Revue blanche, paraît la première livraison d’un drame : Le Fumier, deuxième partie d’une trilogie intitulée « Les grands de la terre » et comprenant, outre celui déjà cité, Les Moutons et L’Ogresse.

15 mars : Il s’excuse auprès de Vallette et des amis du Mercure pour son absence à « la réunion du quai de la Tournelle » ; il assure n’avoir point reçu la lettre de convocation. Il connaît à cette date d’importants problèmes financiers, comme en témoigne le poème « Apocalypse » composé « par un matin d’huissier 1894 ».

1er juin : Naissance au 63 rue de la Goutte d’Or de Lorédan, son deuxième fils. Comme pour Cœcilian, l’acte civil ne mentionne que le nom de la mère. Les deux garçons ne seront baptisés que huit ans plus tard, le 6 avril 1902, à Roscanvel, avec pour parrains et marraines, pour l’aîné : Gustave Charpentier et Marie Chéret, et pour le cadet : M. et Mme Georges Rochegrosse, les compagnons de l’entreprise odéonienne. Suite du Fumier dans la Revue Blanche. « Alouettes », « Le Panier de fruits », « Chauves-Souris », appartenant au tome second des Reposoirs (sous presse), paraissent dans le numéro du Mercure. Marc Legrand, après quelques réserves sur l’obscurité théorique du liminaire, rend un écho enthousiaste, pour les lecteurs de L’Ermitage, du style de l’auteur des Reposoirs ; ses considérations sur les métaphores du poète annoncent le « masque » que lui consacrera Remy de Gourmont. Saint-Pol-Roux écrit à Léon Deschamps pour lui proposer un « extrait du Tome II de [s]es Reposoirs de la procession qui doit paraître en août » ; ça sera chose faite le mois suivant.

8 juin : Il demande à Alexandre Natanson, directeur de La Revue blanche, de bien vouloir reporter la suite du Fumier au numéro d’août afin de réviser la copie de son finale. Le 11, Edmond Girard fait paraître les Portraits du prochain siècle, réunis par Paul-Napoléon Roinard ; Camille Mauclair y fait le portrait élogieux du Magnifique : « Un berger ivre de soleil… le premier d’entre nous par le don, si la poésie n’est point une science cataloguée, mais un jaillissement de la sensibilité toute vive… le Monticelli des lettres. » Au cours du mois, Saint-Pol-Roux écrit à Gustave Kahn pour l’avertir que, ses tentatives d’emprunt ayant échoué, il ne peut rembourser sa dette de 240 frs ; il lui apprend également qu’il demeurera, après « autorisation arrachée au propriétaire », jusqu’à la fin du mois au 63 rue de la Goutte d’or.

1er juillet : Il répond à Lugné-Poe, qui lui avait demandé l’une de ses pièces pour le programme de la prochaine saison du Théâtre de l’Œuvre, que son espoir est de livrer sa première grande bataille sur un théâtre officiel ; il lui indique néanmoins le troisième volet des « Grands de la Terre », L’Ogresse, qualifiée d’acceptable ; il propose un dîner au cours duquel il lui soumettra « un projet extraordinaire » (La Dame à la Faulx ?). Le lendemain, la famille Saint-Pol-Roux déménage au 28, rue Saint-Vincent. « L’araignée qui chante », « Gestes », « Lézards » paraissent dans L’Ermitage ; « Oiseaux » et « Chèvres parisiennes » dans La Plume ; ces cinq poèmes en prose appartiennent au tome II des Reposoirs (sous presse). Edmond Coutances, dans le n° 21 des Essais d’art libre rend compte du recueil, « livre étrange, où le poète jongle avec tant et de si capricieuses cascades de gemmes éblouissantes ». Dans ses « Notes sur les évolutions modernes en musique », qui paraissent dans le Mercure, Charles-Henry Hirsch voit en l’idéoréalisme de Saint-Pol-Roux une des voies riches d’avenir empruntées par la modernité musicale. Le 4, il propose, sans succès, à Thadée Natanson (Revue blanche), un manuscrit sur Sante Caserio qui vient, il y a quelques dix jours, d’assassiner le président Sadi Carnot. Gustave Kahn le relance à propos d’une collaboration prochaine à La Société nouvelle dont il est le rédacteur en chef ; mais les textes du poète qui se débat dans un marasme financier, sont encore dans ses cartons ; Saint-Pol-Roux demande à l’auteur des Palais Nomades de lui prêter 2 à 3000 frs.

Août : Fin de la publication du Fumier dans La Revue Blanche. Emmanuel Signoret, tout jeune poète, répond, dans un article intitulé « Les destinées de l’idée poétique » qui paraît dans le n° 127 de la Plume, à René Doumic, ardent ennemi du symbolisme, qui officie dans la Revue des Deux Mondes. Il salue en Saint-Pol-Roux, avec Moréas, l’aîné le plus marquant, « toutes les fougues et tout le ruissellement de sang et d’or des hommes de génie. Sa parole est évocatrice et s’épanche – tonnante et éblouie – comme un torrent qui tombe de haut. Ses vastes conceptions me passionnent. Sa prose a parfois le vertige d’accent des plus beaux vers » et conclut en conseillant à Doumic de lire Les Reposoirs de la procession, lecture qui lui permettra « d’assister à l’insensible transition qui va nous conduire à la génération de vingt ans ». Dans le même numéro, paraît de Signoret, extrait de son recueil Daphné sous-presse, « La maison des Rossignols », dédié à Saint-Pol-Roux.

Septembre : La Société Nouvelle publie dans son n° CXVII, « Le Chemin de ma vie », « Idéoplastie » et « La légende individuelle », trois poèmes en prose appartenant au tome II des Reposoirs. Dans L’Ermitage, Saint-Antoine développant ses idées sur « le théâtre symboliste », émet l’hypothèse que « peut-être nos neveux n’auront-ils pas besoin de verres fumés pour suivre les feux d’artifice métaphoriques de M. Saint-Pol-Roux ». Le poète publie ses premières « Tablettes » (aphorismes et métaphorismes qui seront au centre de son œuvre à partir de la fin des années 1920) dans La Revue Blanche. Le 8, dans la Revista de America de Buenos Aires, Gómez Carillo consacre une étude sur « los poetas jovenes de Francia » s’attachant plus particulièrement aux œuvres de Retté, de Régnier et Saint-Pol-Roux.

Octobre : Le Mercure et La Société Nouvelle donnent Le Fumier parmi les listes de pièces que le Théâtre de l’Œuvre de Lugné-Poe se propose de monter. Charles Maurras, dans la Revue Encyclopédique, avance que l’intérêt des « jeunes » pour Ibsen, tient à l’anarchisme de son théâtre et à sa philosophie qui se rapproche de l’idéoréalisme de MM. Mauclair et Saint-Pol-Roux-le-Magnifique. Lors du congrès des poètes qui élit Verlaine Prince des Poètes, l’auteur des Reposoirs obtient une mention, émanant de Signoret. La réponse amère de Saint-Pol-Roux, quant à elle, laisse percevoir les difficultés au milieu desquelles il se débat, et le découragement qui est le sien : « Mériterait votre prix de gloire et de respect celui capable d’obtenir aux poètes, ses frères : la soupe et le bœuf, le logis et le tabac, un théâtre et une maison d’édition ».

Novembre : « Régénérescence », article-réponse au livre de Max Nordau, Dégénérescence, occupe les premières pages du Mercure. Henry Maubel publie L’idéoréalisme de quelques écrivains aux éditions de La Société Nouvelle ; l’ouvrage s’appuie sur Le Voyage d’Urien de Gide, Eleusis de Mauclair, les contes de Maurice Beaubourg et le théâtre de Maeterlinck, mais ne cite pas l’inventeur de la formule. « Parasites », poème en prose dramatique et désabusé, paraît dans Le courrier social illustré du 1er-16 novembre.

Décembre : Sous le pseudonyme de Daniel Harcoland, paraît, aux éditions Sauvaitre, le monodrame Les personnages de l’individu.

1895

Janvier : Les ennuis financiers du poète se sont aggravés ; le 6, il écrit à Vallette, qui lui a demandé 250 frs pour éditer le deuxième tome des Reposoirs, son désespoir : « Impossible… je suis traqué par les créanciers et à la veille d’être derechef fichu à la porte par le proprio. Ô la bénédiction de Baudelaire !… Ne pas pouvoir tranquillement réaliser, et le peu qui est fait ne pas pouvoir l’éditer !… Laissez-moi jeter un MERDE formidable à la face du ciel !… » Il collabore, sous les espèces d’un poème ou d’un hommage, à l’album remis par Rodin à Puvis de Chavannes dont le Banquet, organisé par La Plume, a lieu le 16 janvier à l’hôtel Continental ; ce texte n’a pas été retrouvé. Adolphe Retté, dans le n° 138 de la revue de Deschamps, nie l’influence de Mallarmé sur l’œuvre des meilleurs de sa génération : Adam, Moréas, Vielé-Griffin, Kahn, Verhaeren, Gourmont et Saint-Pol-Roux.

2 février : Jules Huret, dans le Figaro, annonce l’arrivée prochaine à Paris de l’écrivain américain Richard-Daniel Harcoland.

Mars : La famille Saint-Pol-Roux quitte Paris et s’exile en Belgique. Le 6, le poète est à Bruxelles (8, Montagne des Géants) d’où il écrit à Charles Gillet : « J’ai préféré la fugue au revolver ridicule… » Ses créanciers ont écrit aux siens qui l’ont menacé de lui couper les vivres ; mais l’aveu Harcoland le sauve. En effet, dans le Mercure de ce mois, Gillet sous le pseudonyme transparent de Carolus Tigell, vient de servir de prête-nom au Magnifique pour un long article enthousiaste sur l’œuvre – encore peu connue – du dramaturge américain qui apporte en France la formule nouvelle du monodrame. Le rétablissement de ses rentes ne suffisent cependant pas à régler sa situation financière. Le 10, toujours à Bruxelles (42, avenue des Villas), il écrit à Vallette pour lui demander de procéder à la vente des 5 actions souscrites quelques mois auparavant : « j’ai charge d’âmes qui dansent devant un buffet – d’ailleurs imaginaire… ». Il lui transmet pouvoir et signature ; Vallette lui fait parvenir le tome XIII (janvier-mars 1895). Samedi 17, il relance ce dernier à propos des « Tablettes » qu’il lui a envoyées ; il désire en insérer de nouvelles : elles paraîtront dans le Mercure de juin. Gustave Kahn, dans La Société Nouvelle, rend compte, dans la rubrique des « Romans exotiques (sic) », des Personnages de l’individu : un monodrame « fort curieux de simplicité ; c’est sec et même parfois rêche, mais de jolies choses sont éparses dans les dialogues » ; il note dans les titres des autres œuvres du dramaturge « une singulière affinité avec des projets brièvement annoncés » par Maeterlinck. Adolphe Retté, quant à lui, admire dans La Plume ce « monodrame curieux où s’exalte la vie intérieure » et où « tels dialogues sont éloquents ». Le 15, la Revue des Revues de Jean Finot salue « l’extraordinaire dramaturge que fut Daniel Harcoland », « personnage original » célébré par Carolus Tigell dans le Mercure.

Avril : Saint-Pol-Roux souscrit pour un exemplaire sur papier vergé à la forme (4 fr) de la réimpression de Gaspard de la Nuit d’Aloysius Bertrand au Mercure de France. Le 10, il écrit à Gillet, à propos de lettres adressées à Vallette, signées Tigell, peut-être pour proposer d’autres articles sur Harcoland ; il craint que le directeur du Mercure ne reconnaisse son écriture et décide de faire appel à un mystérieux « secrétaire anglais ». Dans ses « Invectives amicales » de La Plume (15 avril), André Ibels salue « Saint-Pol-Roux, dont la marche en avant répond si bien au programme intime, par lui tracé ». Le 22, il prie Gustave Kahn de lui accorder un nouveau prêt qui s’ajouterait aux 240 frs qu’il lui doit déjà : il traverse « une crise pas drôle ». Le lendemain, mort, à l’âge de 85 ans, de l’abbé Laurent Chaillan, curé de Saint-Henri qui fut le mentor du jeune Paul Roux. L’Œuvre Sociale rend compte des Personnages de l’individu.

Mai : Le jour du carnaval de Bruxelles, il écrit « La Kermesse des asperges ». Entre avril et mai, Camille Mauclair vient à Bruxelles pour donner une conférence sur l’Aristocratie Intellectuelle ; sa prestation est, écrit Saint-Pol-Roux à Gillet, « un pot-pourri de l’article [de Carolus Tigell] et des Personnages ».

Juin : Les « Tablettes (1885-1895) » de Saint-Pol-Roux paraissent dans le Mercure de France. Le 3, à Bruges, il écrit « Sous le carillon de Bruges / Prière à la Sainte Ursule de Memling ». Il s’apprête à vivre au cœur de la forêt des Ardennes, au Val de Poix (Luxembourg) où il compte reprendre La Dame à la faulx. Une période plus sereine, loin des tumultes parisiens, et poétiquement productive, s’ouvre dès lors pour le poète, renaissance dont témoigne le poème « Primitivité », composé à son arrivée dans la « forêt féconde » : « Je me sens pur comme l’enfant qui vient de naître. / Une brise a passé qui m’ôta le péché. / Géranium du simple au coin de sa fenêtre, / Un sourire fleurit sur ma lèvre perché. » Il s’attelle rapidement à la réécriture de son chef-d’œuvre : « Je m’apprends dans l’oubli de la machine humaine / Afin d’édifier mon naïf monument. » (« Primitivité »). S’il ne reste aucune trace de la première version de 1891, il est légitime de penser que Saint-Pol-Roux retravaille La Dame à la faulx dans le sens de la simplicité et de l’humanisation, délestant son drame des obscurités philosophiques et de la lourde atmosphère de mystère qui pesait sur l’Épilogue des saisons humaines, par exemple. Le 20, de retour à Bruxelles pour un banquet entre poètes, il écrit « La chanson de Bruxelles », pamphlet poétique contre la ville et ses habitants, qu’il regrettera quelques années plus tard dans « Godfordom » (De la colombe au corbeau par le paon, 1904)

Juillet : « La torche de ténèbre », dédié à Georges Eekhoud, paraît dans le Coq rouge, revue littéraire bruxelloise, dirigée par ce dernier. La prose appartient au tome III des Reposoirs. Un autre poème, en vers libres celui-ci, « Chasseur des Ardennes », dédié à Maurice Maeterlinck, témoigne de l’importance que le poète accorde à sa « tragédie intérieure » et de son optimisme retrouvé. Dans LErmitage, Edmond Pilon compte Saint-Pol-Roux parmi ceux qui, avec Paul Adam et Jules Laforgue, composent « la triade brillante des prosateurs élus de cette génération nouvelle ».

Août : « L’arracheur d’heures » et « La fonte de l’albâtre », deux poèmes en prose appartenant au tome III des Reposoirs, dédiés respectivement à Edmond Pilon et Georges Périer, paraissent dans L’Ermitage. Le 21, il est depuis une dizaine de jours à Saint-Henri pour fêter les noces d’or de son oncle et de sa tante, Pierre et Anne Roux ; il y écrit à Georges Eekhoud ne pouvoir faire le compte-rendu du roman féerique de Mauclair, Couronne de clarté, qu’il lui avait demandé pour le Coq rouge ; en effet, il a laissé « [s]on cerveau dans les Ardennes » pour profiter pleinement du « pays de la Superficialité ». Il écrit « Août », poème en vers hétérométriques, qui mêle plusieurs des thèmes des poèmes de cette période et de sa tragédie.

Septembre : Au cours de sa « revue littéraire » de la Revue encyclopédique, Charles Maurras, dans les paragraphes qu’il consacre à Mauclair, estime que l’auteur de Couronne de clarté est l’inventeur de « l’idéo-réalisme, c’est-à-dire la théorie littéraire en vertu de laquelle il importe de faire conspirer les faits bruts à l’expression des spirituelles idées ». De retour dans la forêt des Ardennes, Saint-Pol-Roux compose « En attendant notre pain quotidien devant le four du garde-forestier », dans lequel apparaît une nouvelle fois le thème de la (re)naissance. Dans La Société Nouvelle, Robert de Souza donne un article sur « la poésie populaire » ; il présente Saint-Pol-Roux comme un des « écrivains magnifiques – pour qui la transfiguration est, plus que l’émotion, le but de toute poésie » et dont « Le Pèlerinage de Sainte Anne » offre « un exemple merveilleux » de lyrisme rustique. Saint-Pol-Roux réagit positivement à l’article en adressant à son auteur une « lettre de la forêt » dans laquelle il explicite sa conception d’une alliance entre instinct général (populaire) et conscience individuelle du poète. A la fin du mois, il met la dernière main à La Dame à la faulx.

Octobre : Il rédige la première préface de son drame, long texte théorique qui rend compte du chemin parcouru depuis les premières années symbolistes. Il présente la pièce comme une œuvre révolutionnaire, radicalement nouvelle, œuvre de synthèse, vaste comme un drame hugolien, qui doit marquer l’avènement d’une ère poétique nouvelle : « nous assistons à une naissance ».

Novembre : « Chapelle de hameau », « La kermesse des asperges » et « Vision », trois poèmes du tome III des Reposoirs, paraissent dans le Coq rouge. Le 15, il adresse ses vœux de réussite à Gabriel Randon qui projette d’écrire ses Soliloques du Pauvre. Dans les premiers jours du mois, il écrit la première partie de « Verlaine le Pâtre », consacré à un cousin du poète, habitant Arville ; c’est l’occasion, pour Saint-Pol-Roux, d’exprimer son admiration pour l’auteur de Sagesse. Le 18, il demande à Vallette de la documentation sur la famille Verlaine, afin de « démontrer Paul Verlaine, par généalogie, ataviquement ! ». Il a également demandé des renseignements à Edmond Pilon et lui a exposé brièvement quelques-uns de ces postulats poétiques : « Certes, il faut réaliser viergement, comme la rivière coule, avec des libellules dessus et des poissons bariolés dedans. Ainsi, nous deviendrons populaires, autrement dit, éternels. Ô les mots-brebis ! ô les phrases-troupeaux ! avec de la brise sur le tout !… », postulats qui se rapprochant des théories naturistes seront cités par Pilon dans L’Ermitage de décembre, pour les résumer. Le 27, Eugénie Nau interprète un poème de Saint-Pol-Roux au Théâtre Mondain, parmi d’autres œuvres symbolistes. Dans le premier numéro des Documents sur le Naturisme, – le nom de l’école nouvelle, après une hésitation avec l’idéoréalisme lancé par Saint-Pol-Roux, est désormais trouvé –, Maurice Le Blond définit la poésie naturiste comme « la passion du mouvement au geste infini, de la Vie même, joyeuse ou triste, belle de toute la multiplicité de ses métamorphoses » et dresse la liste des aînés dont l’œuvre manifeste un intérêt pour le Vie ; parmi eux, Saint-Pol-Roux qui « se baigne dans sa lumière ».

Décembre : L’Almanach des Poètes pour l’année 1896 paraît au Mercure de France ; Saint-Pol-Roux y signe « Août ». « L’éternel inceste » et « Les accouchées de la vallée », deux poèmes en prose du tome III des Reposoirs, paraissent dans le deuxième numéro de la revue internationale franco-portugaise, Arte (Coïmbre), dirigée par Eugenio de Castro pour le Portugal et par Louis-Pilate de Brinn’Gaubast pour la France. Le 25, le poète répond à Gabriel Randon, malgré son désir de ne plus correspondre désormais ; il le remercie de sa « proposition métallique », mais il « arrive à joindre les deux bouts sans trop de mal ». La situation de la famille Saint-Pol-Roux semble en effet s’être améliorée pendant son séjour rustique à Arville, loin de toute actualité parisienne, le poète n’étant plus abonné aux « coupures du Courrier de la Presse ». Il annonce à Randon qu’il fait « le mort pour quelques mois encore. Après ce sera la Bataille !!… » Il s’agit, bien évidemment, de la bataille d’Hernani symboliste qu’il espère déclencher avec la représentation de La Dame à la faulx.

1896

Janvier : Le 8, mort de Paul Verlaine. Saint-Pol-Roux donne une suite à « Verlaine le Pâtre » qu’il achève le 12 : « Paul Verlaine, sa mort vêt de deuil la beauté. » Le Mercure de France publie, parmi 81 reçues, la réponse de Saint-Pol-Roux à l’enquête « Alexandre Dumas [qui vient de mourir] et les écrivains nouveaux » : « A la veille de moi-même combattre pour le Drame, je désire m’abstenir (par prudence ? par hypocrisie ? entendez-le comme il vous plaira) touchant un prédécesseur (ne me faites pas dire précurseur) en qui, somme toute, il sied voir le lion de cette extraordinaire génération d’ânes que nous vîmes crever au Théâtre Libre, – et sans remords je passe le crachoir aux meilleurs de nos jeunes ratés pour qui l’aubaine est exceptionnelle et facile. » Le 24, le poète écrit à Léon Deschamps, « une lettre exceptionnelle » comportant un inédit « touchant la race des Verlaine » qu’il désire voir publier, en son entier, dans La Plume.

Février : Saint-Pol-Roux participe à hauteur de 5 frs à la souscription lancée par un comité composé de Vielé-Griffin, Hérold et Vallette, chargé de transférer les restes de Jules Laforgue en terre perpétuelle. Dans La Plume, il fait part de son vote pour élire le successeur de Verlaine sur le trône de Prince des Poètes, après avoir rendu hommage au Pauvre Lelian par quelques lignes empruntées à « Verlaine le Pâtre » : « La succession de Verlaine ? A répartir entre ces quatre prestigieux frères siamois en la Beauté : Henri de Régnier, Vielé-Griffin, Gustave Kahn, Verhaeren. » Dans le même numéro, paraît « Origine de la famille Verlaine », l’important inédit adressé quelques jours plus tôt à Deschamps.

Mars : Le 8, il adresse à Gustave Kahn ses félicitations pour le banquet qui lui fut offert, le 14 février, à l’occasion de la publication de son recueil La Pluie et le beau Temps. Il lui exprime son bonheur de vivre dans la Forêt : « c’est un paradis que j’espère prolonger » et de joindre « enfin les deux bouts ». Il achève sa lettre en priant Kahn de lui envoyer, si possible, un exemplaire de son recueil, et en saluant sa filleule Lucette (Lucienne, la fille que Mme Kahn, anciennement Elisabeth Dayre, maîtresse de Saint-Pol-Roux au temps de La Pléiade, eut d’un premier mariage).

Juillet : Le poète souhaite vouloir renouer avec la vie parisienne. Le 11, il félicite Randon pour le succès de quelques-uns des « soliloques » parus çà et là dans les revues ; il s’enquiert de ses amours et de ses accouplements de « pervers satanique » ; il compte revenir sur Paris dans « trois mois environ » ; en attendant il réclame des nouvelles des cénacles : « Ecrivez-moi quelques nouvelles, des colonnes entières, pour nous abréger le Soleil, sur la Jeune Littérature et Cabarets, n’importe quoi enfin, cela nous rappellera Paris et les milieux amis. » Randon paraît avoir répondu aux sollicitations de Saint-Pol-Roux puisque ce dernier rompt une nouvelle fois son silence, le 24, pour l’en remercier ; il conseille au futur Jehan Rictus qui doit se rendre au Conquet d’aller dîner chez la mère Dorso, à Camaret, où il a habité trois mois durant et le prie de saluer Antoine qui y passe l’été. Le 29, il écrit son admiration à Vielé-Griffin, promu récemment chevalier de la Légion d’Honneur : « La Beauté vous doit beaucoup. Pour tout cela je vous aime et vous admire infiniment. »

Septembre : Le 15, Remy de Gourmont fait paraître le « masque » de Saint-Pol-Roux dans La Revue des Revues ; l’article va durablement orienter la critique de l’œuvre du Magnifique. Au cours du mois, la famille Saint-Pol-Roux rentre à Paris, 4 place Monge.

Saint-Pol-Roux, par Félix Vallotton (illustration pour l’article de Remy de Gourmont)

Novembre : Le lundi 2, Jules Huret annonce, dans son « Courrier des Théâtres » du Figaro, le retour de Saint-Pol-Roux qui, « après deux années passées en pleine solitude », revient dans la capitale avec « un drame en cinq actes, la Dame à la Faux (sic) » pour la Comédie-Française ; il signale une « grande liesse au camp des Magnifiques où l’on se prépare à batailler pour le Shakespeare du symbolisme. Le lendemain, paraît, dans le même quotidien, une lettre de rectification du poète : sa tragédie, trop téméraire, n’a pas été présentée à la Maison de Molière, mais par l’intermédiaire d’un écrivain d’avant-garde, ami de Sarah Bernhardt, pressentie pour créer le rôle titre, à la Renaissance. Le samedi 7, il dédie à « Sarah la tragédienne » un sonnet ; le poème est en quelque sorte une offrande à l’actrice dont il espère qu’en retour elle acceptera sa pièce, rapportée des Ardennes.

Décembre : Une courte lettre à Jarry dont Ubu Roi va être représenté par le Théâtre de l’Œuvre, et dans laquelle « [son] revenant » Saint-Pol-Roux se plaint d’être oublié par le créateur du maître des phynances, prouve que des liens respectueux s’étaient tissés entre les deux hommes quelques années auparavant.

 

1897

Janvier : Le 4, il écrit à Gustave Kahn ne pouvoir lui envoyer que 50 frs, produit de la vente de ses deux dernières actions du Mercure à Gaston Danville, sur les 240 qu’il lui doit. Il s’occupe alors d’un emprunt sérieux. Il le remercie, ainsi que Mme Kahn, pour les jouets qu’ils ont bien voulu apporter à ses bébés. Le 8, il invite à dîner Gabriel Randon pour le lendemain. Il compose le « Tombeau d’Ephraïm Mikhaël » en vue du numéro d’hommage collectif que lui prépare le Mercure de France, ainsi qu’un autre sonnet d’hommage au musicien Chabrier, à l’occasion du festival qui lui est consacré ; Le Figaro du mardi 26 annonce que les poèmes écrits à cette occasion (la liste des auteurs, à laquelle il faut ajouter le nom de Catulle Mendès, est identique à celle du « Tombeau de Mikhaël ») paraîtront au côté d’un fragment de partition, probablement Briséis qui sera jouée le 31.

Février : Le « Tombeau d’Ephraïm Mikhaël » paraît dans la revue parmi d’autres poèmes signés Marcel Collière, Rodolphe Darzens, André Fontainas, André-Ferdinand Hérold, Gustave Kahn, Charles Van Lerberghe, Stuart Merrill, Pierre Quillard, Henri de Régnier, Francis Vielé-Griffin. Le poète se rend plusieurs fois aux Noctambules dans l’espoir, chaque fois déçu, de voir Randon.

Mars : Le 3, Magnus, le troisième fils du poète meurt quelques jours après sa naissance. Il antidatera le poème « Lys » paru en 1894 en datant sa composition du 3 mars 1897, afin de commémorer le tragique événement. Saint-Pol-Roux se mue en « Saint-Pol-Blond » dans une ballade satirique de Laurent Tailhade que publie le Mercure de France.

Avril : Le 6, à Gustave Kahn qui lui a demandé des vers pour les samedis populaires de l’Odéon, il répond ne rien trouver, « ou alors c’est trop long ou trop première manière » ; il lui propose plutôt quelques textes des Reposoirs à dire « en qualité de poèmes en prose » : « Le Pèlerinage de Sainte-Anne » que « Segond-Weber dirait admirablement » et son pendant le « Cimetière qui a des ailes ». Le 15 avril, dans La Tribune, Christian Beck consacre un article sur les « naturistes » dont, écrit-il, « MM. Signoret, Paul Gérardy, et surtout MM. St-Pol-Roux, Francis Vielé-Griffin et André Gide expriment les idées » ; il ajoute que « toutes les tendances qu’affecte M. de Bouhélier vers l’épopée et la magnification objective de la Nature naissent de la lecture des Épilogues des saisons humaines de M. Saint-Pol-Roux ». Le poète a confié son manuscrit de La Dame à la faulx à Jules Lemaître, critique dramatique à la Revue des Deux Mondes ; ce dernier confie à Jules Renard que la pièce « l’amuse » mais qu’elle est « injouable » et que « tout est déjà dans Hugo ».

Mai : Saint-Pol-Roux a souscrit, pour une somme de 5 frs, au Monument Paul Verlaine.

Juin : Saint-Pol-Roux publie « La populaire et symbolique histoire de la Vache enragée », poème en prose où il exprime les difficultés du poète, dans la revue montmartroise La Vache Enragée. De cette époque date probablement « Air de trombone à coulisse », violent poème-pamphlet adressé à la critique. Le poète se heurte, en effet, depuis plusieurs mois, aux refus des théâtres de représenter son drame, et au silence ou à l’incompréhension des critiques. A la mi-juin, Lugné-Poe fait parvenir à ses abonnés une circulaire qui indique la nouvelle direction de L’Œuvre : le théâtre s’éloigne, pour les saisons prochaines, du symbolisme, et ne désire plus jouer que des étrangers. Pierre Quillard adresse une réponse au Figaro, contre-signée par Henri Bataille, Romain Coolus, Louis Dumur, Paul Fort, Hérold, Jarry, Kahn, Rachilde, Henri de Régnier, Villeroy et Saint-Pol-Roux ; la rupture est consommée. Le 25, Lugné-Poe, renchérit dans Le Figaro et attaque personnellement Saint-Pol-Roux : « le douzième offre des pièces réclamant 100 personnages, 150 musiciens, 300 figurants et des morts qui parlent. M. d’Ennery employa une plus juste mesure. » Le lendemain, le quotidien publie la réponse du poète : « cette pièce, je dois dire que le directeur de l’Œuvre ne la connaît en aucune façon : il ne saurait donc lui trouver du cousinage avec le répertoire de notre d’Ennery. […] La vie est un devenir. Antoine a passé, Lugné passe… Accordez une larme pieuse à ces glorieux débris, ô poètes qui pour vous avez l’éternité, puis souriez ! / Dans toute cette affaire, voyez-vous, il y a bien un mort qui parle – je crains fort que ce soit M. Lugné-Poe. »

Juillet : Saint-Pol-Roux s’inscrit parmi les premiers participants aux « Représentations privées des Miroirs », l’œuvre de Paul-Napoléon Roinard.

Novembre : Il ajoute quelques lignes à sa préface d’octobre 1895, insistant sur son désir de faire, avec La Dame à la faulx, œuvre de vie. Le manuscrit est entre les mains d’Henri Bauër, critique dramatique à l’Echo de Paris ; il espère que Sarah, à qui il veut une nouvelle fois proposer le manuscrit, l’acceptera. Il demande à Decourcelle de l’aider « d’un coup d’épaule à la Renaissance si jamais s’en présente l’occasion ».

Décembre : Le 6, il suggère à Decourcelle de sortir Werther, une adaptation dramatique du roman de Goethe à laquelle Saint-Pol-Roux a collaboré, de ses tiroirs pour le proposer à l’Odéon qui manque de pièces. Il s’enquiert de l’avancée des Clefs de la citadelle, autre œuvre de collaboration, destinée aux Folies ou à la Gaîté. Il désire toucher rapidement quelques ors et se dit disponible, l’heure n’étant pas mûre pour La Dame à la faulx, pour de nouvelles collaborations.

1898

Janvier : Dans le tome XIII de La Revue félibréenne, fascicule pour l’année 1897, Saint-Pol-Roux répond à l’enquête lancée par Austin de Croze sur « Les poètes, Mistral et le vers libre » ; la réponse date du séjour au Val de Poix (1896) et reprend en partie la préface de La Dame à la faulx. Dans le chapeau qu’il lui consacre, de Croze le présente comme « avant tout un dramaturge – le Shakespeare français, n’hésitent pas à déclarer ses amis ».

Mars : Le 26, aux samedis populaires de poésie de l’Odéon, Mme Segond-Weber lit un poème de Saint-Pol-Roux. Le 29, il écrit à son frère Joseph-Vincent, pour confirmer sa présence à son mariage qui coïncide avec la communion de son filleul Eugène.

Avril : D’après une lettre à Gustave Kahn, datée du 4, Cora Laparcerie est censée lire des proses du poète qu’elle a elle-même choisies, le samedi 9, à l’Odéon ; mais les courts comptes-rendus retrouvés ne font mention d’aucun poème de Saint-Pol-Roux lors de cette séance. Ce dernier qui choisira Cora Laparcerie comme marraine de sa fille, la dit « pas très emballée pour [s]a littérature ».

Mai : Nouveaux soucis d’argent. Saint-Pol-Roux envoie une lettre à Mallarmé pour lui demander son aide. Les huissiers sont à la porte… Le 7, Rostand montre à Jules Renard le manuscrit de La Dame à la faulx, dans laquelle « la plus douce folie est parsemée de talent ».

Juin : Le 21, comme promis, il assiste au mariage de son frère à Marseille. Pour l’occasion, il déclame un épithalame en alexandrins à sa belle-sœur, suivi d’un autre dédié à ses parents qui fêtent leurs quarante ans de mariage. Il passe quelques semaines en Provence, au cours desquelles il écrit : « La Beauté c’est l’exaltation de la Vérité », « La suprême hôtesse », « Résipiscence », « Au bercail » ainsi que, peut-être, « Grand-Père », « Devant du linge étendu par ma mère au village ». Le 26, il écrit à Stuart Merrill qu’il tutoie (preuve d’une amitié ancienne) ; le poète des Petits poèmes d’automne ne peut malheureusement, en raison de sa propre situation, lui accorder de prêt ; Saint-Pol-Roux tente d’arranger sa situation financière avec son père et promet à Merrill sa générosité en cas d’héritage ou de « succès métallique ».

Juillet : De retour à Paris, la situation semble ne pas s’être améliorée. La légende veut que, le 14, à Montmartre, une musulmane lui ait conseillé de se rendre à Camaret, conseil qu’il aurait suivi dès le lendemain. La famille Saint-Pol-Roux s’installe, quelques jours plus tard, dans une chaumière à Roscanvel. Amélie, la femme du poète, est enceinte de 7 mois.

Septembre : Dans les premiers jours du mois, il demande à Antoine, en villégiature à Camaret, de lui prêter 50 frs à ajouter à l’emprunt identique réalisé auprès de sa femme ; il achève le drame qu’il lui destine et dont il change le nom de Borde noire en Les pêcheurs de sardines, pièce en quatre actes précédée d’un prologue et suivie d’un épilogue ; « L’œuvre en pleine réalité contient néanmoins une large part de rêve » ; il y « politique aussi légèrement », espérant ainsi se « concilier [les] difficiles suffrages » du directeur de l’Odéon. Le 9, Mallarmé meurt ; Saint-Pol-Roux compose un « tombeau de Stéphane Mallarmé ». Le 28, Divine naît à Roscanvel. Il écrit à cette occasion « Roscanvel », poème en prose qui célèbre l’avènement et le village de pêcheurs.

Octobre : Le 1er, Divine est ondoyée – précaution religieuse dictée probablement par la mort prématurée de Magnus – en l’église de Roscanvel ; elle ne sera baptisée que cinq ans plus tard, le 23 avril 1903, avec pour parrain, André Antoine, et pour marraine, Cora Laparcerie. Le 3 et le 4, il écrit son bonheur de père à Gustave Kahn dont il lit et loue les Contes d’or et du silence, et à Gabriel Randon. Le Temps publie la réponse de Saint-Pol-Roux à l’élection du nouveau Prince des Poètes qui doit succéder à Mallarmé ; le Magnifique rend un hommage appuyé au poète de la rue de Rome et donne ses suffrages à José-Maria de Heredia et Léon Dierx, ce dernier étant le maître des années de formation ; l’hommage est plus tempéré et les mêmes suffrages réexprimés quatre jours plus tard dans La Presse. Le 26, il signale à Randon son prochain départ de Roscanvel, départ qui nécessite une somme qu’il ne possède pas et qu’il espère obtenir grâce aux tuyaux que Randon « en qualité d’anarcho-cambrioleur » pourrait lui procurer. Tout porte à croire, effectivement, que le poète regagne Paris les jours suivants et s’installe 4, place Monge (son premier domicile parisien), où il travaille notamment au livret de Louise en collaboration avec son ami Charpentier.

1899

31 Janvier : Alexis Roux et sa femme font donation de leurs biens à leurs cinq fils. Les frères du poète reçoivent en don l’ensemble des biens immobiliers et autres en échange d’un versement d’une somme de 160 000 francs, payable en 10 ans et productrice d’intérêts (5%), au poète.

Entre février et mars : Il passe probablement quelques jours en Provence pour régler les formalités de la donation.

Avril : Il assiste à Sainte-Marguerite à la première communion d’une nièce et filleule d’Amélie. Le 25, il écrit à Randon pour s’excuser de ne pas avoir pu honorer une invitation en raison de la brûlure récente au bras et au ventre de Cœcilian. Il émet l’espoir de pouvoir représenter la Dame à la faulx en Angleterre grâce au shakespearien Henry Irving, et à d’autres comédiens à qui il compte envoyer sa pièce, une fois le livre édité. Trois jours plus tard, il adresse, avec quelques mois de retard, une lettre élogieuse à Francis Jammes qui lui a offert son recueil De l’angélus de l’aube à l’angélus du soir, paru l’année précédente : « Il y a de la pervenche dans votre style. »

Mai : Randon-Rictus lui dédicace Les soliloques du pauvre : « Pour Saint-Pol-Roux / Le Poète, l’Homme, l’Ami, / avec mes vœux de bien bon cœur pour / l’avènement de La Dame à la Faulx / Jehan Rictus (Gabriel Randon) », envoi suivi d’un poème composé en l’honneur de l’héroïne du drame.

Juillet : Saint-Pol-Roux et sa famille sont de retour à Roscanvel. La Dame à la faulx sort de l’imprimerie. Le poète, absent de Paris, confie à Vallette le soin du service. Il écrit, le 31, à Randon, pour lui demander de bien vouloir remettre à « De Bercy » et « au frère du tragédien anglais » les deux exemplaires que Gillet doit lui avoir confiés. Randon doit avoir également reçu son exemplaire par l’intermédiaire de Vallette.

Septembre : Le 4, il reçoit à déjeuner Mme Antoine qui s’enthousiasme pour les « soliloques » de Rictus. Le soir même, Saint-Pol-Roux envoie une lettre à son ami pour lui demander d’adresser un exemplaire à l’épouse du fondateur du Théâtre-Libre. Le lendemain, c’est à Vallette qu’il écrit : l’éditeur n’a toujours pas fait le service de La Dame ; il le prie de lui renvoyer sa liste des destinataires ; il craint de perdre, à trop différer, le bénéfice dudit service. Le 13, il demande à Van Bever, secrétaire du Mercure, de faire enfin le service d’après la nouvelle liste qu’il lui envoie, et de « ne pas oublier les revues françaises et étrangères ». Georges Ancey, venu à Camaret pour les vacances, lui parle « avec un gros emballement » de sa pièce. Le service est fait le jour même ou a été fait les jours précédents puisque le 14, Saint-Pol-Roux confie à Randon avoir déjà reçu quelques lettres enthousiastes. Il reçoit une nouvelle fois Mme Antoine et son fils à déjeuner. Randon lui sert d’intermédiaire auprès d’un comédien anglais, Robertson, qui « serait évidemment admirable dans le rôle de Magnus ». Il pense également à la Duse pour jouer La Dame, mais à Berlin pour sa tournée européenne, il n’espère pas de réponse avant un mois, si réponse il y a. L’étranger, en particulier l’Angleterre et l’Allemagne, semblent au poète des pays plus à même d’accueillir et de représenter la pièce.

Octobre : Saint-Pol-Roux est de retour sur Paris. Le 5, Victor Margueritte lui écrit une lettre élogieuse sur La Dame à la faulx qu’il achève de lire : « les huit jours que je viens de passer avec Elle restent tout éblouis, de tant d’abondance, de vigueur et de grâce lyriques ». Le 10, la pièce paraît en librairie.

Novembre : Dans son article sur « La jeunesse littéraire méridionale et les idées en marche », qui paraît le dimanche 12, dans La Dépêche de Toulouse, Octave Uzanne loue « cette Dame à la faulx que Saint-Pol-Roux vient de publier et où il y a des pages de génie ». Le 15, dans La Revue blanche, Gustave Kahn juge à son tour le drame de son ami : une « œuvre forte, touffue, capricieuse, où alternent des scènes tragiques, des strophes lyriques, des scènes comiques, un peu bizarrement, où passent des reflets d’influences, mais où aussi se démontre une forte personnalité dramatique. »

Novembre-Décembre : Edmond Pilon, dans La Vogue, rend un éloge enthousiaste de la pièce : « La Dame à la faulx fait époque. Peu louangée actuellement, elle défrayera les propos de la critique future. Nul, depuis Villiers de l’Isle-Adam, n’a donné plus complètement que dans cette œuvre l’impression du génie ». » Dans le deuxième supplément poétique de L’Ermitage, paraît « La Magdeleine aux Parfums ».