Chronologie II : 1886-1893

1886

29 janvier : Pierre Quillard, Ephraïm Mikhaël et Paul Roux décident la création d’une revue, « plaquette collective et périodique […] purement littéraire, c’est-à-dire où il n’y ait que de bons vers et des poèmes en prose. […] Le principe est une revue à très petit nombre d’exemplaires (200 ex.) et de rédacteurs (six ou sept) » (lettre d’Ephraïm Mikhaël à Rodolphe Darzens du samedi 30 janvier 1886). En plus de Paul Roux, Pierre Quillard, Ephraïm Mikhaël et Rodolphe Darzens, Jean Ajalbert est pressenti pour collaborer à la revue.

5 février : Paul Roux trouve un imprimeur « abordable » pour la revue ; il s’agit de Laigle. Il est décidé qu’elle sera composée de deux parties : une partie littéraire (vers et poèmes en prose) et une partie critique qui rendra essentiellement compte des productions des jeunes. La liste des collaborateurs s’agrandit : Saint-Meleux pour la musique, Tausserat pour la peinture, Camille Bloch pour la bibliographie, et pour la partie littéraire, Mikhaël, Darzens, Quillard, Ajalbert qui n’a alors pas encore répondu, et Roux. Ce dernier a écrit à Georges d’Esparbès pour lui demander de la copie, mais, désargenté, son nom ne sera pas retenu. D’autres noms sont envisagés : Victor-Emile Michelet, Jean Rameau, Madeleine, Moréas, Grégoire Le Roy (qui collaborera), Henri de Régnier et Vielé-Griffin rapidement écartés car désireux de fonder leur propre revue. Une réunion est prévue chez Mikhaël le dimanche 7 février, à 10 heures du matin. Un titre est provisoirement retenu : L’Arche d’Alliance. (cf. Lettre de Mikhaël à Darzens du 5 février 1886).

Mars : Parution, avec une préface de Théodore de Banville, du premier numéro de La Pléiade dans lequel paraissent trois poèmes en vers de Paul Roux : « Le palais d’Ithaque / Au retour d’Odysseus métamorphosé en mendiant », « Eclats d’Idylle » et « Brève surhumanité ». Les autres contributions sont signées Ephraïm Mikhaël, J. Vidal, Saint-Meleux, Henri Vinayde et Camille Bloch.

La Pléiade, n° 1 (mars 1886)

Avril : Deuxième numéro de La Pléiade avec les collaborations de Mikhaël, Quillard, Bloch, Grégoire Le Roy, Darzens, Saint-Meleux, Henri Vinayde et Paul Roux qui donne « La Rencontre des Beautés / Prose royale ».

3 avril : Auguste Marcade donne au supplément littéraire du Figaro un compte-rendu du premier numéro de la Pléiade et cite trois strophes de « Brève Surhumanité » qu’il commente de son incompréhension : « Oh ! M. Paul Roux ! Est-ce une gageure ? Déjà ? A votre âge si tendre ? »

27 avril : Paul Roux est, depuis quelques jours à Saint-Henri où il devient le parrain d’Eugène-Paul Roux, fils de son frère aîné Joseph et de Claire-Jeanne Bassand. Il est qualifié sur les registres d’homme de lettres. Il laisse à Paris sa maîtresse Elisabeth Dayre qui en profite pour devenir celle de Darzens et peut-être aussi de Mikhaël.

Mai : Troisième numéro de La Pléiade qui accueille les collaborations de Mooris Maeterlinck, Jean Ajalbert, Henri-Edmond Bailly, Quillard et Darzens.

Juin : Parution du quatrième numéro, composé uniquement de vers de Charles Van Lerberghe, Camille Bloch, Ephraïm Mikhaël, Jean Ajalbert, Pierre Quillard, d’une nouvelle d’Emile Michelet, et des chroniques de Saint-Meleux et Darzens. Paul Roux réapparaît au sommaire avec « Lazare », dédié à Villiers de l’Isle-Adam. Le poème fera l’objet d’un tirage à part sur les Presses d’Alcan-Lévy.

Juillet : Cinquième numéro de la revue, avec les contributions de René Ghil, Ephraïm Mikhaël, Van Lerberghe, Emile Michelet, Raphaël de Valero, Rodolphe Darzens.

Août : Parution du sixième numéro avec des collaborations de Darzens, Mikhaël, Ghil, Quillard et Roux qui donne « Pan », poème en vers.

14 août : Darzens envoie ses témoins, Mikhaël et Ghil, à Paul Roux suite à la brouille provoquée par l’infidélité d’Elisabeth Dayre. Le duel n’aura pas lieu, le premier acceptant les excuses du dernier.

21 août : La Ferme, pièce en un acte, sort des presses de F. Guy à Alençon, pour le compte de l’éditeur Auguste Ghio. Dans sa préface, achevée le 15 mai, l’auteur fait état de deux œuvres antérieures : Coecilian, drame philosophique et Gil et Ramon, comédie de caractères, « essais de sa vingtième année », non retrouvés. Il précise qu’il a dû remplacer les vers des cinq premières scènes par une « ancienne prose », le manuscrit lui étant revenu mutilé de chez les éditeurs. Il y rend également un vibrant hommage à l’abbé Laurent Chaillan qui lui a inspiré les traits de l’abbé Cornély, personnage-clé de la pièce. Pour La Vedette qui recommande l’ouvrage aux sociétés dramatiques, « le style est d’un bon disciple de V. Hugo », mais « quelques vers çà et là font deviner le futur révolutionnaire ».

Mi-septembre : Mikhaël retrouve Roux à Marseille et écrit à Camille Bloch : « Il a changé et fort heureusement. Il ne pontifie plus, il ne parle plus de relief et nous avons passé de bonnes heures ensemble à nous promener sur le port, sur la Cannebière, sur la Corniche et à regarder les jolies femmes ». La lettre de Mikhaël indique qu’à cette date, Paul Roux avait déjà élaboré sa théorie du relief, première mouture de ce que sera l’idéoréalisme. Les affaires de La Pléiade vont mal.

9 octobre : publication dans La Vedette d’un poème intitulé « Ange d’Hôpital », présenté en ces termes : « Voici, pour les lecteurs de la Vedette un fruit exotique, comme ils n’ont certainement pas l’habitude d’en goûter. C’est une poésie d’un des meilleurs de la jeune école du Relief. Il est piquant de comparer ces vers très synthétiques et parfois même un peu obscurs aux vers très clairs et très romantiques de la Ferme dont nous disons un mot dans notre Monde et Ville. Les uns et les autres sont pourtant du même poète, M. Paul Roux, un de nos compatriotes ». S’il a cessé de pontifier, Paul Roux semble ne pas avoir abandonné sa théorie du Relief présentée ici comme une nouvelle école poétique (le manifeste de Moréas n’a pas encore paru). La Pléiade est en bout de course ; la revue connaît un problème de financement et ses rédacteurs sont géographiquement séparés. Mikhaël écrit à Darzens (13 octobre), parti pour Moscou, afin de hâter la parution du prochain numéro et d’éviter la colère des abonnés.

Novembre : Paul Roux écrit « Le Bouc Emissaire », dédié à Jean Richepin. Publication du septième et dernier numéro de La Pléiade avec les collaborations de Louis Dareste, Darzens, Mikhaël, Georges Payelle, Camille Bloch et Paul Roux qui y publie un conte, « Sagesse », dédié à Anatole France, et un poème en prose, « Sur le cadavre d’un petit Savoyard », ironiquement dédié à Mme Elisabeth Dayre.

Décembre : Dans son appartement du 19, rue Turgot, Paul Roux écrit une pièce de 17 strophes « Pour les inondés de la Provence », en hommage aux sinistrés des inondations du 23-30 octobre. Tout espoir de prolonger la vie de La Pléiade est abandonné.

1887

2 janvier : Le poète compose 19 nouvelles strophes pour les inondés, destinées à être lues lors de la fête du 9 janvier à Saint-Henri.

8 janvier : La Vedette en publie cinq, avec ce chapeau : « Demain, des fêtes qui promettent d’être brillantes, seront données à Saint-Henri, au profit des inondés. M. Paul Roux, qui est l’enfant du pays, a voulu contribuer à l’éclat de la Fête, par des vers qui seront lus dans un des cercles du village. Nous en produisons quelques-uns du même auteur, un peu décadents, c’est vrai, mais encore plein de cette flamme vigoureuse du Midi, que Paris ne pourra jamais étouffer ».

5 février : Paul Roux écrit un « Hommage à M. l’abbé Laurent Chaillan à l’occasion de ses Noces d’Or ». Les relations entre le poète et ses amis de La Pléiade se sont distendues : « Pas de nouvelles de Roux depuis longtemps. » écrit Mikhaël à Darzens (13 février 87).

Été : Durant son séjour habituel à Marseille, Paul Roux semble faire un voyage dans la Crau qui lui inspirera « Pompiers de Village » dédié à Abel Faivre, son condisciple à Lyon, et « Le petit village ».

8 octobre : Paul Roux assiste à la double exécution capitale, à Aix, de Francisco Esposito et de Michèle Togami, condamnés à mort comme voleurs et assassins.

17 octobre : Publication en première page du Petit Marseillais de « La Grosse Femme », signée Saint-Paul Roux, et qui initie, dans l’esprit de l’auteur, une série intitulée « Les Phénomènes de Séon. Contes à l’Ail ».

Décembre : Création, au Cercle catholique de Saint-Henri (salle Fenouil) de Sabalkazin ou La Punition du Sorcier, opéra-comique en 3 actes du compositeur Vincent Fosse (1855-1942) sur un livret de Saint-Paul Roux. Présenté comme un exemple de décentralisation artistique, l’ouvrage connaîtra dix représentations couronnées de succès. La mise en scène est du frère aîné du poète, Joseph Roux qui tient le premier rôle, aux côtés des membres de l’orphéon la Lyre Phocéenne, « presque tous employés dans les usines de Saint-Henri ». Il s’agit en fait d’une version facilitée pour pensionnat, sans rôle féminin, d’une œuvre intégrale dont le personnage principal s’appelle Lorédan.

1888

8 mars : Dans la salle du Cercle Artistique, rue Armény, la Lyre phocéenne donne une représentation de Sabalkazin. Trois heures durant, « l’auditoire est captivé par l’intrigue (un village se libérant de l’emprise d’un sorcier grâce à un enfant du pays autrefois enlevé) et par la partition « très supérieure à bien d’autres qui ont de la vogue sur les théâtres d’opérette ». L’exécution, la prestation de Joseph Roux et les 40 choristes (« qui en remontreraient à ceux du Grand-Théâtre ») sont particulièrement appréciés du public et des critiques musicaux.

25 avril : Saint-Paul-Roux remercie Darzens pour l’envoi de ses Strophes artificielles parues chez Lemerre ; les deux hommes sont, malgré leur différent sentimental, restés liés. Le second a, par ailleurs, fourni au premier, un certain nombre de billets pour le Théâtre-Libre dont il est un des collaborateurs aux côtés d’Antoine.

Eté : Productives vacances à Saint-Henri où Saint-Paul Roux compose de nombreux poèmes qui figureront dans Les Reposoirs de la procession.

1889

3 janvier : début de la correspondance et de l’amitié avec Gabriel Randon (futur Jehan Rictus), probablement rencontré durant les derniers mois de l’année précédente. Il s’est également lié, dans les mêmes cercles, à Edouard Dubus, Victor Melnotte et Jules Méry.

14 janvier : Il compose « L’Épouvantail », dédié à Lyse d’Arles, l’ancienne maîtresse Elisabeth Dayre qui se mariera en novembre avec Gustave Kahn.

Avril : En ce début d’année, il fait la connaissance, peut-être par l’entremise de Dubus ou Randon, de Louis Pilate de Brinn’Gaubast chez qui, au 17 rue Claude-Bernard, se réunissent tous les mardis quelques trente artistes, écrivains et poètes qui sont déjà ou seront ses amis (Aurier, Brandimbourg, Gustave Charpentier, Dubus, Dumur, Randon, Rachilde, Roinard, Vallette, d’Esparbès, Mikhaël, Quillard). Le 27, « L’Épouvantail » est publié dans Le Moderniste illustré de Georges-Albert Aurier. A la fin du mois, Saint-Pol-Roux, Jules Méry et Justin Clérice font recevoir aux Bouffes-Parisiens un opéra-comique en trois actes, La Fiancée de Salamanque, avec une partition de ce dernier, qui doit être représenté en septembre.

Mai : « Le Bouc Emissaire » paraît dans le deuxième numéro de La Pléiade, nouvelle série, ressuscitée, par Louis-Pilate de Brinn’Gaubast qui comptera cinq livraisons et dont sortira Le Mercure de France. Le choix du titre causa des démêlés entre le nouveau directeur et Rodolphe Darzens qui se battirent en duel le 24 avril. Saint-Paul Roux, qui devait voir là une belle occasion de se venger de son ancien rival, fut un des deux témoins de Brinn’Gaubast. Parmi ses collaborateurs, on retrouve des anciens de 1886, Mikhaël, Quillard, Ajalbert, Saint-Paul Roux, des nouveaux, Randon, Roinard, Brinn’Gaubast, Julien Leclercq, d’Esparbès, Edmond Barthélémy et quelques-uns des piliers du futur Mercure : Alfred Vallette, Edouard Dubus, Louis Dumur, Aurier. Beaucoup collaborent également au Moderniste illustré.

Juin : Edition à compte d’auteur, par l’imprimerie de la Vie Moderne, à 105 exemplaires, de Le Bouc Emissaire, signé Saint-Paul Roux. Il en sera rendu compte dans la cinquième et dernière livraison de La Pléiade, par Louis Pilate de Brinn’Gaubast, en ces termes : « Je signalerai d’autre part la publication par SAINT-PAUL-ROUX (en quelques exemplaires de luxe non destinés au commerce) du Bouc émissaire, ce magnifique morceau que nous avons eu la bonne fortune d’éditer dans notre second fascicule. Pourquoi Roux, dont l’originale formule est appelée à faire tant de bruit, ne se décide-t-il pas à laisser paraître l’un, au moins, des recueils inédits auxquels appartient le Bouc émissaire ? Sans doute il serait discuté, injurié, nié ! Mais attendre ne lui épargnera guère ces glorieuses avanies, et ne serions-nous point quelques-uns à le comprendre et à le soutenir (je ne dis pas à le défendre puisqu’il est assez fort pour s’imposer soi-même) ? »

Août : Les journaux annoncent la mise en répétition prochaine de La Fiancée de Salamanque aux Bouffes-Parisiens.

Septembre : Contrairement aux prévisions, l’opéra-comique des trois compères n’est pas donné ce mois-ci. Il semblerait que M. de Lagoanère, le directeur, lui ait finalement préféré une reprise.

1er octobre : Il écrit à Alfred Vallette, qui reprend sous sa direction la Pléiade pour la transformer en Mercure de France, afin de lui demander s’il veut bien inscrire dix strophes siennes au sommaire du premier numéro. Le directeur lui avait proposé d’inscrire le Bouc émissaire parmi les publications rattachées à la revue, ce que le poète accepte. Ce dernier lui signifie également le changement d’orthographe de son pseudonyme : « Afin de ne plus me heurter aux homonymes, je signe désormais Saint-Pol au lieu de Saint-Paul. » Le changement orthographique semble avoir été décidé quelques mois plus tôt, au moment de la présentation de La Fiancée de Salamanque au directeur des Bouffes-Parisiens. Celui-ci, justement, vient de dénoncer le traité qui le liait à Saint-Pol-Roux, Jules Méry et Justin Clérice, reléguant leur opéra-comique dans la liste des œuvres inédites parmi lesquelles il choisira son prochain spectacle. La Fiancée de Salamanque disparaît définitivement.

Dans le courant de l’année, il a quitté la rue Turgot, pour aménager, peut-être, au cinquième étage du 63, rue de la Goutte d’Or.

1890

Février : Il publie dans le deuxième numéro du tout jeune Mercure de France dont il sera l’un des souscripteurs, « Poissons Rouges », un poème en vers dédié à Pierre Quillard et signé Saint-Pol Roux.

Mars : Il commence à écrire La Femme à la Faulx qui deviendra, au fil des ans, La Dame à la Faulx. Dans le Mercure de ce mois est annoncée pour paraître en avril, « sous la direction de M. Saint-Pol Roux, La Poésie de Demain, périodique qui sera, selon la propre expression de son fondateur, une revue d’élixir, et s’adressera à toutes les originalités, mais à elles seules, leur demandant leur plus parfaite floraison. » Pour des raisons inconnues, peut-être financières ou dues à la difficulté de réunir des collaborateurs, la revue ne paraîtra pas.

5 mai : Mort d’Ephraïm Mikhaël. Le 31, Saint-Pol-Roux a l’idée d’un drame en cinq actes, dont il trouve le titre dans la nuit : La Femme à la faulx, première version de La Dame à la faulx dont il achèvera le manuscrit en 1895.

Juin-Juillet : Passe ses vacances à Saint-Henri d’où il ramènera « Sur un ruisselet qui passe dans la luzerne » qui sera probablement remanié en avril 1891, et « Coqs » (daté du « Domaine de Pierrefeu »).

Août : « Chasse à courre », poème en vers, paraît dans le huitième numéro du Mercure.

Septembre : Il passe le début du mois à Paris. Une lettre du 8 septembre à Randon dans laquelle il cite une réplique du futur Épilogue des saisons humaines nous apprend que le drame, à cette date, est déjà probablement écrit. Il séjourne une ou deux semaines en Provence avant de rentrer à Paris à la fin du mois. Le 27, dans une lettre à Pierre Decourcelle, Saint-Pol-Roux accuse réception de l’Acte I qu’il a écrit pour une prochaine pièce du dramaturge et romancier populaire. Il lui annonce sa venue prochaine en Bretagne (Concarneau) où Decourcelle l’a invité, afin de poursuivre et achever, sans doute, cette collaboration.

Octobre : Le 3, il arrive dans le Sud-Finistère, et loge à l’hôtel de Beg-Meil. Il décrit à Randon son voyage en train en des termes que reprendra le texte « L’œil goinfre (Dans le rapide Marseille-Paris) ». Il profite de son séjour pour visiter la région qui lui inspire de nombreux textes, en prose et en vers ; au début de son séjour, il a également écrit un sonnet « Voici la vierge aux seins émus comme la vague… » qui sera inséré par Georges Brandimbourg dans son article du 12 octobre sur « Les Littéraires » dans le n°41 du Courrier Français. Saint-Pol-Roux achève à Beg-Meil « La Magdeleine aux parfums » qu’il avait commencée en 1887.

24 octobre : De retour à Paris. Il écrit à Alfred Vallette pour lui faire part du charme éprouvé en Bretagne ; on y apprend également qu’il a souscrit 2 parts de la Société du Mercure.

Décembre : Le Mercure de France publie dans son douzième numéro le poème « Gratitude ».

22 décembre : Il complimente Rachilde pour Madame la Mort et son succès devant le comité du Théâtre d’Art fondé et dirigé par Paul Fort dont il est un des membres. Il mentionne un départ imminent pour la Provence.

1891

Janvier : Le poème en prose « Nocturne » parait dans le Mercure de France. Dédié à Joris-Karl Huysmans, il est surtitré : « Les Reliefs » et daté « Tome I. – 16-17 août 87 » ; preuve que dès cette date, Saint-Pol-Roux a prévu de donner une série de recueils sous un titre général, « Les Reliefs », qui deviendra Les Reposoirs de la procession. Le 16, il assiste à la représentation, au Théâtre Montparnasse, des Cenci de Shelley par le Théâtre d’Art.

2 février : Banquet du Pèlerin passionné présidé par Mallarmé, auquel n’assiste pas Saint-Pol-Roux.

5 février : Il écrit à Vallette pour lui demander de supprimer le Bouc émissaire de la couverture du Mercure (« Il a suffisamment exhibé ses cornes, le pauvre ! ») ; il lui envoie sa cotisation et copie du « Pèlerinage de Sainte Anne » qui paraîtra le mois suivant. Le poète donne au Mercure un compte-rendu critique de La Gloire du Verbe de Pierre Quillard, daté du 5 et 6 décembre 1890, prétexte à un exposé de ses propres théories ; il revient notamment sur sa théorie des Reliefs et des cinq sens, et s’attaque à « la secte des Nombrilistes » : les idéalistes symbolistes. Cet article annonce ainsi par bien des points qu’il développe la lettre à Huret qui sera compris comme le manifeste du Magnificisme. Il y exprime aussi son désir de confier cette année, « au Théâtre Français », « la Symphonie humaine – dont je tais le titre » (La Dame/Femme à la Faulx) dans laquelle, dit-il, « toute mon Esthétique est mise en pratique ». Il y loue également La Fille aux mains coupées de son ami qui, dit-il, « tel que ces peintres, (…) exécute sur fond d’or à dessins. » Peut-être aura-t-il été entendu par Sérusier qui, pour la représentation de la pièce au Théâtre Moderne sous l’égide du Théâtre d’Art, le 19 mars, tendra comme seul décor, au fond, « une toile d’or encadrée de draperies rouges et semée d’anges multicolores » (Robichez).

Mars : Un nouveau poème des « Reliefs » paraît dans le Mercure ; il s’agit de « Le pèlerinage de Sainte-Anne », dédié à « Lulu, dont la chevelure est un essaim d’abeilles » et daté de « novembre 89 », alors que dans Les Féeries intérieures il sera dédié à Sarah Bernhardt et daté de « Quimper, 1890 ». Dans le même numéro, son ami Jules Méry lui dédié « Vainement », poème en vers. Entre le 9 et le 14 mars, Louis Pilate de Brinn’Gaubast, oubliant son enthousiasme de 1889, note, à propos de Saint-Pol-Roux, dans son journal : « On a bien tort de lui reprocher seulement l’incohérence des métaphores et sa matérialité de l’image. Il n’y a qu’à lire la Bible pour comprendre que, s’il était vraiment fort, il donnerait par ce procédé des sensations de grandiose et d’au-delà. Mais il fabrique de la tabletterie, des mosaïques, des incrustations, et il appelle cela des poèmes. »

18 mars : Tente de négocier avec Decourcelle les bénéfices de sa collaboration à l’écriture, probablement, de Fanfan, pour laquelle il mit aussi à contribution Jules Méry : « Songez donc mon vieux, n’ayant que 1% – 0,25 étant lâché à Méry, il me reste 0,75 – un os de fourmi anémique – pour une idée originale et un travail considérable en somme… Je suis inflexible comme le menhir de Beg-Meil… ».

19 et 20 mars : Représentation du Théâtre d’Art. On joue La Fille aux mains coupées, Le Guignon de Mallarmé, Madame la Mort de Rachilde dont le décor du second acte figure le cerveau du personnage principal mourant (c’est dans un décor similaire que se déroulera l’action de l’Épilogue des saisons humaines de Saint-Pol-Roux), Les Veilleuses de Paul Gabillard et Prostituée de Chirac, pièce naturaliste qui sera probablement l’une des causes de la brouille de Paul Fort avec son comité qui l’avait refusée à l’unanimité.

23 mars : Il assiste au banquet littéraire donné en l’honneur de Gauguin et siège à la droite de Stéphane Mallarmé qui, à cette occasion, l’aurait appelé « mon fils ».

Avril : Le Mercure de France publie deux poèmes en vers, « La Grappe volée » et « Le cygne d’illusions ». Il séjourne à Saint-Henri, peut-être depuis la fin du mois précédent. Il a mis en place, avec la complicité de Jules Méry, un stratagème visant à se faire interroger par Jules Huret dans le cadre de l’Enquête sur l’évolution littéraire, nouvellement initiée dans L’Echo de Paris. Une lettre du 8 avril à Randon le confirme. Saint-Pol-Roux et ses deux compères sont les seuls à être au courant.

Mai : Le 6, il compatit (lettre à Randon) au congé signifié à Remy de Gourmont après la publication du « Joujou patriotisme » et compose « Sous le Glas », poème mixte dédié à Alfred Vallette (MF, juillet). Le 14, il reçoit enfin la lettre d’Huret qui compte Saint-Pol-Roux parmi les « indépendants », à laquelle il répond, sous la forme de sa lettre-manifeste prête depuis quelques jours, le 17 et la poste le mardi 19 ; dans la lettre de présentation qu’il joint à son manifeste, Saint-Pol-Roux précise à Huret que « le Magnificisme existe dans [s]on esprit depuis 1886, époque à laquelle [il] entrepri[t] la préface des Magnifiques : préface dont [s]a lettre n’est que l’ombre ». Les 20 et 21, en matinée, se tient la représentation symboliste au Théâtre d’Art. La lecture de poèmes romantiques et parnassiens, est suivie de Chérubin, pièce très attendue et proportionnellement décevante, de Charles Morice qui est présenté comme l’un des maîtres de la nouvelle génération poétique, puis de L’Intruse de Maeterlinck qui rencontre un accueil autrement plus favorable. L’organe du Théâtre d’Art publie (n°3) « La Rencontre des Beautés » et « Queue de Paon » dédié à Paul Verlaine. Saint-Pol-Roux prévoit de rentrer à Paris le 31. Le Mercure de France donne trois poèmes en vers, deux hétérométriques et un sonnet : « Heures grises », « Chanson des funérailles amoureuses », « La pluie purificatrice ».

Juin : Le 10, il signale à Vallette, l’éreintement par Nestor dans l’Echo de Paris, de Remy de Gourmont : suite de l’affaire du « Joujou Patriotisme ». Le 12, il rencontre Jules Huret avec lequel il passe la soirée ; ils parlent probablement de l’enquête et du manifeste. Le lendemain, il lui envoie des corrections et lui précise qu’il peut, s’il le désire, annoncer la représentation, dans quelques mois, de La Femme à la Faulx à la Comédie Française. La réponse du poète paraît, dans L’Echo de Paris, le 17 juin. Elle est accueillie sévèrement par la plupart et fait moins de bruit que son auteur l’espérait. Le Mercure de France publie, à nouveau, trois poèmes en vers écrits lors de son précédent séjour en Bretagne : « La tartane », « Sur une diligence de Bretagne », « Sous un firmament d’Angélus ».

Juillet : Dans la même revue, paraissent, sous le titre général « Tablettes de Provence », quatre poèmes, deux en prose (« Le Trépas du puits » dédié à Remy de Gourmont et daté du 18 avril, « Soir de Brebis ») et deux mixtes (« Matin dominical » et « Sous le Glas »). Dans La Conque du premier juillet, Camille Mauclair dédie « Décor romanesque » à Saint-Pol-Roux ; les deux hommes ont sympathisé, Mauclair admirant sincèrement l’art du Magnifique, et commencent une longue amitié. C’est ce même mois qu’il fait la rencontre d’une jeune veuve, Amélie-Henriette Bélorgey, la future mère de ses enfants. Commence une union libre de douze ans dont le poète conservera longtemps le secret auprès de ses parents.

Fin août – début septembre : Il signe, avec les autres membres de l’ancien comité du Théâtre d’Art (Remacle, Méry, Rachilde, Renard, Castelin jeune, Vallette), une lettre collective à La Revue Indépendante pour contredire un article d’Abel Pelletier selon qui on aurait joué Prostituée, une pièce naturaliste de M. de Chirac, « pour la siffler ».

Septembre : Le Mercure de France publie « Le Calvaire immémorial », dédié à José-Maria de Hérédia et « Sur un ruisselet qui passe dans la luzerne » dédié à Francis Vielé-Griffin ; le premier est sous-titré « Les Magnificences », le second, « Tablettes », probables sections du recueil en chantier. Depuis qu’il est rentré à Paris, ses problèmes financiers et la réception houleuse de son manifeste lui rendent la vie difficile ; le 6, il écrit à Randon : « C’est la misère, mais la misère bête et j’en ai assez ! Assez de Paris ! Assez de cet excellent milieu littéraire ! ». Le 16, Anatole France lui consacre une notice de sa chronique du Temps sur « Les jeunes poètes » ; il le qualifie de « néo-parnassien chez qui le sentiment du beau s’allie d’une façon singulière au goût du joli ». Dans un précédent article (28 octobre 1888), l’éminent romancier avait écrit : « M. Roux (…) est décadent et très décadent, je n’en veux pour preuve que certaine pièce signée de lui, où il est question du « logos négligeable des dieux ». » La notice est suivie de « Chasse à courre ».

Octobre : Le 2, il écrit à Vallette pour lui proposer un « véritable article de tête » et lui annoncer l’envoi, dans deux jours, des 44 francs de cotisation. « La gent irritable – La Trêve », plaidant pour une réconciliation des gendelettres, paraît dans Le Mercure de France. L’article est, dans l’ensemble, bien accueilli par ses confrères, même s’il ne sera pas réellement suivi d’effet.

Novembre : Le poème, « L’autopsie de la vieille fille », est publié dans le Mercure de France ; daté de février [18]90, alors qu’il sera daté de « Saint-Henri, 1891 » lors de sa parution en volume, il appartient à la série « Les magnificences » et est dédié à Emile Bergerat. Le 9, salle Duprez, Eugénie Nau, créatrice au Théâtre Libre de La Fille Elisa, interprète, avec succès, « Le Pèlerinage de Sainte-Anne ». Le 14, le poète demande à Vallette de lui réserver « cinq pages de tête du prochain Mercure, celui de Janvier » dans le but de « carrément [s’]expliquer sur quelques points magnifiques ». Le directeur lui confiera les huit premières du numéro de février. Dans la même lettre, il exprime pour la première fois ses difficultés à payer sa cotisation (« ma bourse est analogue au cerveau de M. Sarcey ») mais promet 24 frs pour le 5 décembre. A la fin du mois, en compagnie de Gabriel Randon, il assiste à l’audition de Napoli de son ami Gustave Charpentier, dont il donne un compte-rendu enthousiaste dans l’En-dehors du 26 novembre, après en avoir proposé l’écho au Mercure. L’article s’intitule : « Un Magnifique ».

Décembre : « Tablettes : Le colloque silencieux », dédié à Adolphe Retté, paraît au Mercure. Le 11, il est à la représentation des Aveugles de Maeterlinck, du Théodat de Gourmont, du Concile féerique de Laforgue et du Cantique des Cantiques adapté par Paul-Napoléon Roinard ; ce dernier spectacle, pour lequel l’auteur avait appliqué les théories symbolistes issues de Wagner selon lesquelles les cinq sens devaient être dramatiquement stimulés, fut accueilli par un sarcasme quasi-général contre lequel Saint-Pol-Roux s’insurgea violemment, menaçant de choir sur la tête de Sarcey qui pouffait, puis prit à parti le peintre Ibels qui avait sifflé la représentation et tenté de prendre la parole pendant l’entracte. Le poète visite l’exposition des Peintres Symbolistes rue Le Pelletier. Le 28, il fait paraître, un poème en prose dédié à Oscar Wilde, « Joujoux de Bethléem », dans L’Echo de Paris.

1892

Janvier : Publication de « L’Ame saisissable » dédié à Henri de Régnier dans le Mercure de France ; le poème est daté de « Saint-Henry – 91 » alors qu’il portera la date de 1888 lors de sa publication dans Les Féeries intérieures (1907). Fin janvier : il écrit à Vallette que « la question-cotisation va le contraindre à quitter prochainement le Mercure ».

Février : La revue de Vallette, comme promis, s’ouvre sur « De l’Art Magnifique », article dédié à Anatole France, dans lequel le poète tente d’éclaircir certains des points obscurs de son manifeste de 1891. Il est plutôt accueilli favorablement par ses pairs et notamment Mauclair qui qualifie l’article d’un « des plus précieux joyaux du Mercure de France depuis son origine », à l’exception de René Ghil qui le critiquera violemment dans sa chronique de La Revue Indépendante. Saint-Pol-Roux participe à la composition d’un Comité d’amis d’Ephraïm Mikhaël chargé d’élever un monument à sa mémoire. Le 5, il assiste à la représentation que le Théâtre d’Art donne à la Gaîté Montparnasse. On y joue La tragique histoire du Docteur Faust de Marlowe, Les Flaireurs de Van Lerberghe et Le Bateau Ivre de Rimbaud. Pendant le long entracte de la première, Sarcey est quelque peu malmené par la jeunesse. Saint-Pol-Roux utilisera cet « évènement » pour exposer ses vues sur les rapports de la critique traditionnelle et de la jeunesse (celle-ci se devant de combattre sur le seul plan des idées), dans « Autour de la barbe blanche de Francisque Sarcey », article qui paraîtra le 13 mars dans l’En-dehors. Le 16 février, paraît, dans L’Echo de France, périodique nouvellement créé dont Gourmont voulait faire un organe symboliste, « Une âme à quatre pattes ». Sa cotisation au Mercure reste impayée depuis plusieurs mois, il propose à Vallette de revendre ses deux parts.

Mars : Après avoir, l’année précédente, donné essentiellement des poèmes en prose ou mixtes, le Magnifique publie deux poèmes en vers, « Autre temps, autre Ophélie » et « A la fleur des fleurs », dans le Mercure ; et « Mandoline pour les cils de la fille aux yeux », poème en vers libre, dans les Essais d’Art Libre. Le 9, il refait part à Vallette de ses tracas financiers ; il demande au directeur du Mercure d’intervenir auprès de Jules Renard pour lui obtenir un prêt : son compte à la revue est débiteur. Il obtient de bons articles sur « De l’Art Magnifique » dans Art et Idée et L’Estafette (article de C. Janin). Le 14, apprenant la démission de Porel, Saint-Pol-Roux se porte candidat à la direction de l’Odéon, « avec, pour assesseurs, le musicien Gustave Charpentier, prix de Rome, et le peintre Georges Rochegrosse, chevalier de la Légion d’honneur », avec l’objectif d’en faire le théâtre des jeunes. Il s’appuiera sur un jury-conseil « composé d’esprits diversement nouveaux » (Rodin, Tailhade, Rosny, Gourmont, Mirbeau, Bauër, Monet, Jullien, Mallarmé, Puvis de Chavannes, Sainte-Croix, Hervieu, Caraguel, Bergerat, Hennique, Huysmans, Porto-Riche, etc.). Mauclair, toujours dévoué, impliqué, écrit le lendemain à Mallarmé pour obtenir son soutien : « Nous l’avons fait par désir de soulever un mouvement d’opinion, d’affirmer les droits des jeunes que l’on maltraite par trop en comptant sur leur réserve. […] Jouer Florise, Tête d’Or, Maeterlinck, Ibsen et les jeunes, voilà les premières pièces. […] Vous savez si Rochegrosse vous aime : je puis vous dire que Saint-Pol-Roux, que je connais profondément pour un haut esprit, Charpentier et moi nous ne le cédons en rien. » Le même jour, Saint-Pol-Roux écrit à Mirbeau qui répond positivement et encourage l’entreprise. Mallarmé confie son enthousiasme à Mauclair : « Ah ! si j’avais vingt ans de moins ! De mon temps on a eu peur, hélas ! On n’a pas osé ! Osez, vous, les jeunes d’aujourd’hui ! Que Saint-Pol ne songe pas à l’impossible et croie la chose déjà faite. Courage ! Marchez, marchez donc ! » ; en plus de Mallarmé et Mirbeau, la croisade reçoit le soutien de Séverine, Sainte-Croix, Huret, Montorgueil, Hervieu, Lorrain, Maeterlinck. Mais le 21, l’annonce précipitée de la nomination de Marck et Desbeaux met fin aux nobles ambitions du Magnifique. La veille, il applaudissait Les Impressions d’Italie de Gustave Charpentier, chez Colonne. Le 30, le Théâtre d’Art donne sa dernière représentation, avec entre autres spectacles, Le Premier chant de l’Iliade, adapté par Victor Melnotte et Jules Méry, disciple de Saint-Pol-Roux. L’accueil est désastreux et Jean Court, dans son compte-rendu du Mercure (mai), conseille aux deux auteurs de laisser l’Antiquité à l’Ecole Romane et de suivre plutôt la voie tracée par le Maître : « Noyons-nous plutôt dans le Magnificisme et la Théorie des Cinq Sens, cela vaudra mieux que de vivre des dépouilles d’autrui. Ce sera plus noble, sans compter plus intéressant. »

Avril : Naissance, le 9, au 63 rue de la Goutte d’Or, de son premier fils, Cœcilian ; l’acte civil mentionne le seul nom de la mère. Publication de « Silentia », poème en vers, au Mercure, et de « Gustave Charpentier », article rendant compte des Impressions d’Italie ; il se peut que Saint-Pol-Roux ait été alors pressenti pour tenir la chronique musicale de la revue. Dans une lettre à Mirbeau, du 23, il loue les mérites de deux toiles de Henri de Groux, Le Christ aux outrages et La Procession, exposées aux Arts Libéraux. Le 30, il figure parmi les auditeurs de la conférence que Mauclair prononce, dans le cadre du Théâtre des Arts, au Select-Théâtre, rue Rochechouart, sur l’œuvre dramatique de Maurice Maeterlinck.

Mai : « L’Enfer Familial » qui paraît dans le Mercure de France est dédié à Georges Rochegrosse. Saint-Pol-Roux souscrit pour un exemplaire sur papier fort teinté à 20 fr. de l’ouvrage de son ami Remy de Gourmont, Le Latin Mystique. Il s’excuse auprès de Vallette, dans une lettre qui sera publiée dans le numéro de juin, de n’avoir pu produire l’analyse de La Vie du Poète, de Gustave Charpentier, « le Gluck des Magnifiques », en raison d’un séjour militaire en caserne : il effectue à Marseille, depuis le 16, ses treize jours ; dans sa lettre, il expose brièvement ses idées sur la musique, promise, selon lui, à un avenir idéoréaliste. « Le Paon », poème en prose, ouvre le premier numéro du Livre d’Art, de Paul Fort, suite aux Programmes-Revues du Théâtre d’Art.

Juin : Il donne au Mercure son compte-rendu critique de la conférence de Mauclair « sur Maurice Maeterlinck » ; tout en affirmant son admiration pour le poète de Gand, il regrette que son art soit tout en suggestion : « Maeterlinck est un musical ». Dans le même numéro, il mentionne la parution de L’Orgue, par Gabriel Fabre qui mit en musique le poème de Charles Cros, avec des illustrations de Paul Signac. Ses retards de paiement de sa cotisation au Mercure, le mettent dans une position délicate auprès de son directeur et des collaborateurs influents comme Gourmont. Il décide alors de ne plus proposer aucun texte à la revue. Dans la livraison du 1er juin de La Plume, l’énigmatique Michel Féline dédie une « Princesse Magnifique » à Saint-Pol-Roux.

Juillet (Été) : Il se rend pour la première fois à Camaret où il passera l’été en famille. Comme lors du séjour en octobre 1890, la Bretagne semble inspirer Saint-Pol-Roux qui y compose de nombreux poèmes.

Octobre : De retour à Paris, certains des textes écrits en Bretagne paraissent dans le n°12 de La Revue blanche : « Moulins », « Peupliers », « Message au poète adolescent », « Sur une roche… », sous le titre générique de « Tablettes de Voyage » ; y paraissent également, sous cette même appellation, « Coqs » et « Lever de soleil », ce dernier daté simplement de 1892 ; dans la revue, l’ensemble est daté de « Bretagne, été 1892 ». Dans le numéro du Mercure de France, François Coulon publie un « Essai de rénovation théâtrale » qui s’appuie sur l’idéoréalisme du Magnifique. Le 15, dans sa réponse à l’enquête sur ce « que devrait être l’Odéon » lancée par La Plume, Remy de Gourmont propose le nom de Saint-Pol-Roux pour sa rénovation esthétique : « On pourrait encore confier cet immeuble à M. St-Pol-Roux qui s’empresserait d’y déployer les draperies de son magnificisme devant les foules surprises ».

Novembre : Le même lui envoie son Latin mystique auquel il a souscrit. Le 2 novembre, Saint-Pol-Roux donne à Vallette sa démission de rédacteur au Mercure de France. Il apprend avec tristesse la mort de Georges-Albert Aurier. Il assiste, chez Lamoureux, aux Impressions d’Italie, sifflées par le mathématicien Tannery auquel répondent les protestations « des anarchistes mélomanes de l’En-Dehors, Jules Braut, Alexandre Mercier, Jules Méry et Saint-Pol-Roux, compagnons chevelus, massés autour du chevelu Charpentier » ; le 2, il était déjà au Châtelet où l’on jouait l’œuvre de Charpentier (Henry Gauthier-Villars, L’ouvreuse du Cirque d’été – Rythmes et Rires, Bibliothèque de la Plume, Paris, 1894, p. 27-28). Le 13, Vallette lui consacre un entrefilet dans son article consacré aux « Jeunes Revues / Littérature et Art : La Revue blanche d’octobre 1892 ».

Décembre : Il écrit le 2 à Vallette afin qu’il le compte parmi les souscripteurs des Œuvres Posthumes de l’ami Aurier. Invité par le directeur à s’« asseoir quand même aux tablettes du Mercure », il propose à ce dernier des pages de théâtre (probablement l’Épilogue des saisons humaines) à faire paraître en deux numéros (janvier et février) sur une douzaine de pages : « cette année [1893] sera dramatique pour moi », annonce-t-il. Le 10, il part pour la Provence où il passera l’hiver.

1893

Janvier : Dans la Revue Encyclopédique, Léon Deschamps rend compte de « la tapageuse école de M. Saint-Pol-Roux-le-Magnifique » qui « ne comporte que deux membres : le maître, M. Saint-Pol-Roux, et son disciple, M. Jules Méry. » Ce dernier vient de faire paraître un recueil de vers à la Librairie de l’Art Indépendant, La Voie sacrée, à propos duquel la plupart des commentateurs soulignent l’influence ostensible du « maître ». Le Mercure insère dans son premier numéro de l’année, une lettre d’Abel Pelletier demandant à la revue de bien vouloir rétablir un article (sur Remy de Gourmont) « censuré » par la Revue Indépendante de George Bonnamour ; tout un passage de son article, concernant le Magnifique, y avait été supprimé ; il y précisait que « M. Saint-Pol-Roux, (…) semble, parmi les spécialement psychiques, avoir, à certains égards, la compréhension exacte de l’époque où il vit et de ce que cette époque est en droit de demander à l’artiste qui la traverse. Et si nous ne partageons pas toutes ses idées, nous admirons pleinement le souci de modernité qui le préoccupe de plus en plus et l’idéo-réalisme qu’il a parfaitement compris comme pouvant être le seul mode de l’art auquel nous obligent nos complexes intellectualités. »

Février : Saint-Pol-Roux est toujours à Saint-Henri ; il assiste aux funérailles d’Alice Joséphine Roux, fille de son frère aîné Joseph et de Claire Jeanne Bassand, née le 11 juillet 1884 et décédée le 18 février 1893, à qui il dédie le 20, le poème inédit « Alice la Vierge ».

Mars : François Coulon publie chez Vanier, Euryalthès, drame idéoréaliste en trois actes. Dumur qui signe l’écho dans le Mercure ne signale pas Saint-Pol-Roux comme l’inventeur de la formule : premier signe que l’idée, appelée à une belle postérité, finira par se détacher, involontairement, de son inventeur.

21 avril : Chez Colonne, il assiste à l’audition de La Damnation de Faust de Berlioz.

25 avril-25 juin : L’Épilogue des saisons humaines, ultime partie d’un drame en trois parties précédé d’un prologue et suivi d’un épilogue, paraît dans 5 livraisons successives des Entretiens politiques et littéraires. Il s’agit d’un premier essai de dramaturgie idéoréaliste ou idéoplastique dans lequel le décor représente « l’intérieur d’un immense crâne ». Cette dramatisation de l’intériorité psychique, fantasmatique du personnage principal, n’est pas sans rappeler Madame la Mort de Rachilde ; il est difficile cependant de connaître la pièce qui fut pensée ou écrite en premier. Dans La Revue blanche de mai, Romain Coolus accueille ce début de publication avec enthousiasme.

Juin : Le 9, il écrit à Vallette pour lui demander d’accepter des bulletins de souscription pour sa « naïve légende », L’âme noire du prieur blanc, à paraître dans quelques jours. Il a déjà fait tirer mille bulletins pour les Entretiens. Il lui parle également de l’Épilogue qui constituera « une plaquette de 80 pages en attendant le bouquin des SAISONS HUMAINES ».

Été : A Paris, il travaille à l’édition de L’âme noire du prieur blanc et de l’Épilogue des saisons humaines que Vallette tient à voir figurer parmi les titres des éditions du Mercure ; publiées pour l’essentiel à compte d’auteur, le directeur se contentera d’acheter le Japon et de prévoir les frais du tirage-brochage-papier ordinaire-japon du second drame. En même temps, il prépare l’impression de son premier recueil dont il a arrêté le titre : Les Reposoirs de la procession.

Août : Dans le n° 8 de l’Ermitage et le n° 9 de L’Art littéraire, paraissent « Le Mystère du Vent » dédié à Henri Mazel (directeur de la première) et extrait du premier tome des Reposoirs de la procession sous presse, « Où il est vaguement question du parfait poète », première version de « Midas » qui sera repris dans Les Féeries intérieures (1907) et « Nos banales annales / Pour l’éventail de l’âme de Laurent Tailhade », poème en vers, qui servira d’épigraphe au « Cimetière des tombes délaissées », une des tablettes du volume à paraître. Il rencontre, probablement à cette époque, Alfred Jarry qui collabore aussi à L’Art littéraire.

Septembre : Saint-Pol-Roux donne trois poèmes en vers, « La nonne intermittente », « La fille des perles tristes », « Éolienne », présentés comme « extraits inédits » d’un recueil intitulé Le Livre de Psyché. Camille Mauclair lui dédie, dans le n°23 de La Revue Blanche, ses « Historiettes au crépuscule ». L’âme noire du prieur blanc et l’Épilogue des saisons humaines paraissent ce mois.

Octobre : Dans un article qu’il consacre à Maurice Beaubourg dans le Mercure de France, Mauclair fait l’éloge commun de Saint-Pol-Roux, Claudel et Beaubourg, qui sont « de précieux et forts exemples d’hommes libres, tournés vers eux-mêmes, et si passionnés de la seule nature qu’ils en savent le chant intense et avec elle dialoguent, l’un berger au soleil naïf, l’autre rutilant guerrier barbare, et celui-ci, poète adoreur et subtil » ; pendant que dans La Revue blanche, Lucien Muhlfeld, et dans L’Art littéraire, Louis Lormel, accueillent avec enthousiasme la parution de l’Épilogue. A L’Ermitage, Jacques des Gachons compte les deux œuvres dramatiques du poète parmi celles qui composeraient le programme du « Théâtre que nous voulons ».

Novembre : « Remords », nouvel extrait inédit du Livre de Psyché à paraître, est publié dans L’Art littéraire. Le 14, Saint-Pol-Roux écrit à François de Curel pour lui demander une avance de cinq cents francs afin de pallier aux frais d’impression des Reposoirs de la Procession, pourtant entièrement composés depuis trois mois, mais mis en attente en raison de la frilosité des éditeurs : « ma littérature les épouvante, d’ailleurs ils se récusent devant un volume qu’eux-mêmes n’ont pas confié à l’Imprimerie » ; par ailleurs, il n’a aucune nouvelle de sa famille « depuis certaines pages rebelles des Saisons humaines » et ne peut donc compter sur ses parents pour en régler les frais. François de Curel répondit-il positivement au poète ? Toujours est-il qu’il dut trouver l’argent nécessaire puisque le recueil parut finalement en janvier 1894. Le 25, il donne aux Entretiens politiques et littéraires, « La lavandière de mes premiers chagrins », dédié à Albert Samain, qui devait peut-être faire partie du second volume des Reposoirs, mais qui ne sera repris qu’en 1907 dans les Féeries intérieures.

Décembre : Le 8, Saint-Pol-Roux demande à Vallette s’il désire prendre le recueil en dépôt au Mercure de France, aux mêmes conditions que celui de L’âme noire du prieur blanc. Vallette accepte. Le 10, il envoie une lettre d’encouragement et de défense d’un nouveau « Théâtre de la Pensée », qui paraîtra dans le numéro de février 1894 de L’Ermitage, à Jacques des Gachons. Ce dernier rend brièvement compte des deux pièces du poète dans le douzième numéro de la revue. Saint-Pol-Roux appose sa signature sous la « protestation » collective contre l’interdiction de la répétition et de la représentation des Âmes solitaires de Gerhart Hauptmann, qui paraît dans Le Journal du 14 ; son nom côtoie ceux de Henry Baüer, Rodolphe Darzens, Léon-Paul Fargue, André Ibels, Alfred Jarry, Stuart Merrill, Paul-Napoléon, Sérusier, Vanor, etc. « La Statue maligne » et « Les couronnes », dédiés respectivement à Paul Adam et Romain Coolus, paraissent dans La Revue blanche, ainsi que « Arc-en-ciel », dédié à Maurice Beaubourg, dans la livraison du 25 décembre des Entretiens politiques et littéraires ; ces trois nouveaux poèmes en prose appartiennent au second volume des Reposoirs en préparation, comme le confirme une lettre à Gabriel Randon, dans laquelle il précise : « j’attaque à peine le second volume, et rien n’est possible avant de connaître absolument tout ». Preuve nouvelle que les Reposoirs de la procession furent conçus comme un ensemble cohérent de recueils qui ne pouvaient prendre entièrement sens que dans les relations qu’ils entretenaient l’un avec l’autre.

[Chronologie III : 1894-1899]