Chronologie I : 1861-1885

Cette chronologie, retraçant l’enfance et la jeunesse du poète, reprend pour l’essentiel les travaux de Georges Reynaud et sa biographie chronologique du catalogue de l’exposition de 1986, Le poète Saint-Pol-Roux (1861-1940) enfant du pays de l’argile.

1861

15 janvier : A 7 heures du matin, naissance à Saint-Henri de Pierre Paul Roux, fils d’Alexis Roux, 30 ans, tuilier et de Marie Euphrosine Lieutaud, 22 ans, ménagère. L’acte de naissance est enregistré à 5 heures du soir, sur déclaration du père, accompagné des témoins, Louis Négrel, 55 ans, tuilier et Paul Cadenel, 80 ans, savetier, par l’officier de l’état civil, Hippolyte Gros.

17 janvier : Pierre Paul Roux est baptisé en l’église de Saint-Henri par le vicaire Guigou. Son parrain est son oncle Pierre Roux, sa marraine, l’épouse de celui-ci, Anne Fenouil.

1862

23 janvier : Naissance de Vincent-Joseph-Marie Roux, troisième fils d’Alexis. L’aîné, Joseph-Marie, est né le 15 février 1859.

1865

26 février : Naissance d’Antoine-Victor Roux, quatrième fils d’Alexis.

1867

17 octobre : Naissance de Joseph-Fernand Roux, cinquième et dernier fils d’Alexis Roux.

1869

25 juin : Mort de Joseph Roux, grand-père paternel du poète, à l’âge de 75 ans. Saint-Pol-Roux se souviendra de son aïeul dans « Grand-Père » (De la colombe au corbeau par le paon).

1870

29 août : Mort d’Etienne-Joseph Lieutaud, grand-père maternel du poète, à l’âge de 84 ans. Son nom apparaît, aux côtés d’autres anciens, dans « Au Bercail » (Les Féeries intérieures).

1872

Octobre : Pierre Paul Roux entre, en compagnie de son frère aîné Joseph-Marie, comme pensionnaire à l’Institution Notre-Dame des Minimes, située sur la colline de Fourvière, à Lyon. Admis en classe de 7ème. Il suit des cours de violon, de dessin et d’anglais, en plus des enseignements traditionnels.

1873

12 juin : Fait sa première communion dans la maison des Minimes. En octobre, son frère cadet et un cousin entrent à leur tour au collège. Ils seront rejoints, l’année suivante, par un autre frère et un autre cousin.

« Saint-Pol-Roux (debout, deuxième en partant de la gauche),ses frères et des cousins, en 1876 » (Cat. 1986)

1876

17 septembre : Inauguration dans l’immeuble dit « maison Fenouil » du Cercle Catholique d’ouvriers de Saint-Henri. Au rez-de-chaussée qui comporte un théâtre, est donnée la première représentation de Raphaëlo le Pèlerin, drame en trois actes de Pierre Paul Roux.

1877

14 septembre : Mort à l’âge de 91 ans d’Anne-Charlotte Mouren, grand-mère maternelle du poète. « Grand-mère Nanon » apparaît dans le poème « Au Bercail ».

1878

Octobre : Entre dans la classe de rhétorique dirigée par l’abbé Jean-Pierre Bauron (1845-1924), licencié de la Faculté de Lyon.

30 décembre : Tient le rôle de Roger, écuyer du comte d’Enguerrand, dans Le Roi des oubliettes, drame en trois actes précédé d’un prologue.

1879

Interruption de sa scolarité à Lyon (les notes et appréciations sont incomplètes ou arrêtées sur les registres). Théophile Briant rapporte une anecdote confiée par SPR selon laquelle l’abbé Bauron l’aurait injustement accusé de plagiat en lui rendant un devoir ; est-ce néanmoins un motif suffisant pour expliquer un départ ?

1880

4 avril : Fait jouer à Lyon, par les jeunes gens de la Société de Saint-Louis de Gonzague de Saint-Just, sa pièce Raphaëlo le Pèlerin, drame en cinq actes, qu’il signe Paul Saint-Henry. Il ne joue pas lui-même et aucun des acteurs ne semble être issu de l’institution des Minimes.

9 mai : Pierre Paul Roux est le parrain, à Saint-Henri, de Paul-Edmond Roux (1880-1950), fils de son cousin Joséphin et d’Angèle-Marie Saccoman.

15 août : Impression à Marseille, chez Pinet, et à Lyon, chez Josserand, de Raphaëlo le Pèlerin, préfacé par un certain F. R. L’ouvrage, à l’usage des collèges, cercles religieux, sociétés de persévérance, est accompagné d’une « musique nouvelle » de Dominique Trave, chef d’orchestre au Palais de Cristal (inauguré le 5 juin). Il est signé Saint-Paul de Roux.

26 octobre : Pierre Paul Roux obtient son baccalauréat.

19 novembre : S’engage, en compagnie de son cadet Vincent-Joseph, pour un an, au 141e Régiment de ligne (141e R.I.A.) qui le mène un temps en Afrique du Nord. L’acte donne une description du jeune homme : cheveux, sourcils et yeux châtains, visage ovale, front découvert, nez moyen, bouche petite, menton rond, mesure 1,67 mètre. Il participe à la campagne de Tunisie, expérience dont témoignera un paragraphe de « Gestes » (Ermitage, juillet 1894) supprimé lors de sa publication dans La Rose et les épines du chemin : « Devant la sotte guerre de Tunisie à laquelle je participai… » ; lors de cette campagne, il passera plusieurs jours au trou. De là date, probablement, son mépris pour l’armée qui s’atténuera pendant la première guerre mondiale.

1882

Octobre : Pierre Paul Roux monte à Paris faire son droit (cf. « Le Monstre et le Lutin »). Il reçoit, dès son arrivée, un billet de l’Abbé Chaillan : « Mon cher Paul, te voilà dans la Babylone moderne. Ouvre l’œil et le bon. Sentinelle, prends garde à toi ! Ton vieux curé. » Il s’installe au 4, Place Monge, dans la chambre occupée jusque-là par Henri Lavedan.

18 novembre : Soirée inaugurale, 35 rue de la Darse, des nouveaux locaux du Cercle Provençal, d’inspiration royaliste présidé par le marquis de Foresta et Jules Pascalet. A cette occasion, Mlle Marie Hamann, chanteuse légère de l’Opéra de Paris, membre de la troupe du Grand-Théâtre de Marseille, dit Maman !, « naïveté en vers », signée Paul Roux, qui recueille un vif succès.

1883

6 janvier : Fête des rois au Cercle Provençal dont Paul Roux est un des « commissaires » (organisateurs). Sa plaquette Maman ! vient de sortir des presses de Blanc et Bernard, 28-30 rue Sainte, pour l’éditeur Paul Ollendorff à Paris. D’après la liste des œuvres du même auteur, Ollendorff a déjà publié une « odyssée en vers » du poète, intitulée Garçon d’honneur et dédiée à l’acteur Homerville qui sera pensionnaire du Gymnase entre 1884 et 1891. La liste des œuvres éditées avant 1883 mentionne aussi, outre Raphaëlo le Pèlerin, un récit dramatique en vers, Le Vieux Chasseur qui n’a pas été retrouvé.

20 janvier : Avec plusieurs de ses amis du Cercle Provençal, Paul Roux assiste à une soirée donnée par les Touristes du Présent, autre société à accointances royalistes.

3 février : Au bal masqué des Touristes du Présent, Paul Roux paraît déguisé en mousquetaire de Louis XVI.

Février : Roux (Pierre, Paul) figure pour la première fois sur les listes électorales de Marseille, en qualité de « Militaire » domicilié à Saint-Henri. Il en sera ainsi jusqu’en 1900.

Mai : Premier séjour de Paul Roux en Bretagne, aux environs de Vannes (Elven, Suscinio, Gavrinis), qui lui inspire La Ferme, drame sentimental en un acte et en alexandrins dont l’action se situe à Carnac dans les premières années du XIXe siècle, et qui ne sera édité qu’en 1886. Ce séjour est suivi d’un voyage à Londres (cf. « Hyde Park », Les Féeries intérieures), en compagnie de son frère.

16 septembre : L’hebdomadaire mondain et conservateur marseillais, La Vedette, salue la parution, chez Auguste Ghio, à Paris, de Poète !, dédié à Victor Hugo, où l’on « retrouve à chaque page le charme et la grâce de l’auteur de Maman ! ». La sortie de couplets intitulés Je t’aime ! est annoncée (non retrouvés).

1884

Dans le courant de l’année, le poète quitte probablement le 4, place Monge, pour aménager au 19, rue Turgot, au pied de la butte Montmartre.

Premier trimestre : Publication chez Auguste Ghio, d’une ballade, Rêve de Duchesse, dont la revue Le Parnasse – Organe des concours littéraires, rend compte, courant avril, en ces termes : « L’éditeur A. Ghio vient de publier Rêve de Duchesse, une fort gracieuse ballade XIIe siècle de notre collaborateur et membre d’honneur, M. Paul Roux, dite par Mme Worms-Baretta, de la Comédie-Française. Un écrin de brochure qui contient un bijou de poésie. » Chez le même éditeur, paraît une « saynète bouffe », Un drôle de mort, dédiée à l’acteur bordelais Félix Galipeaux (1860-1931) spécialisé dans les monologues.

Pâques (?) : Paul Roux dédie à l’abbé Laurent Chaillan, curé de Saint-Henri depuis 1842 et dont il a servi plusieurs fois la messe, son poème « Golgotha » à paraître dans Les Reliefs antiques (recueil qui ne verra pas le jour, mais qui annonce le titre du recueil de 1903). Le poème fait forte impression sur Villiers de l’Isle-Adam qui le retient par cœur.

15 mai : Paul Roux publie « L’âge du berceau », poème en alexandrins, dans le n° 80 de la revue Le Parnasse ; il est dédié à Madame J. R. (Jeanne Roux ?).

16 juillet : Jean Ajalbert, rencontré sur les bancs de la Faculté de Droit, dédie dans le n° 82 de la revue Le Parnasse, sa « Chanson d’Ille-et-Vilaine », signée Jehan Ajalbert, à son « ami Paul Roux ». Ajalbert, dans ses Mémoires en vrac, se rappellera de son condisciple : « A quelques cours, je voisinais avec un magnifique garçon, à la barbe, aux cheveux noirs et drus, aux yeux larges, et doux, qui sortait de sa serviette des plaquettes, signait des dédicaces, des monologues (« Rêve de Duchesse », dit par Mlle Bartet.) Tout-à-fait province ! ne rêvant qu’Odéon et Comédie Française. Il devait succomber vite à la contagion du Symbolisme. Étudiant bien renté, à qui sa famille envoyait de saines victuailles, il ouvrait largement sa porte et nous révélait la cuisine méridionale. »

8 novembre : « Pan », poème en vers qui sera publié dans La Pléiade d’août 1886.

22 novembre : Il remanie « Golgotha ».

27 décembre : Mort de Marie Chaillan, sœur et gouvernante du curé, à l’âge de 76 ans. Le poète l’évoquera (« Meise Mario ») dans la préface de La Ferme ; elle est peut-être le modèle de « L’autopsie de la vieille fille ».

Paul Roux a publié également au cours de l’année une autre plaquette chez Auguste Ghio : Rêve de bébé que Gaston d’Hailly signale en ces termes dans Les Livres en 1884 – études critiques et analytiques : « Rêve de bébé, un petit bijou ciselé par M. Paul Roux, utopie en vers dite par Mlle Reichemberg. »

1885

Mars : Il écrit « Seul et la Flamme ».

Juin : compose « Lazare » dédié à Villiers de l’Isle-Adam. Au cours de l’année il écrit également « Midas » et fréquente le groupe de Fontanes (Quillard, Darzens, Mikhaël, Ghil et Fontainas), lycée où officie, comme professeur d’anglais, Stéphane Mallarmé. Fontainas, se souviendra de ce Paul Roux débutant, comme eux, en littérature : « D’esprit ardent, ferme en ses propos d’allure volontiers paradoxale, il les développait d’un ton courtois, en des phrases imagées ou pittoresques, qui lui étaient propres et naturelles. Ses beaux yeux songeurs s’animaient d’une sorte de palpitation soudaine, ses narines frémissaient, son visage régulier et expressif s’encadrait du débordement d’une ample et noire chevelure soyeuse ; il faisait penser à quelque prince fastueux de vieille souche cinghalaise par sa prestance aisée, sa taille moyenne noblement proportionnée, la grâce mêlée à l’énergie souple du moindre de ses mouvements, du simple geste de ses mains ou de ses doigts, et tous les traits de sa figure nous émerveillaient par leur finesse exquise. » Paul Roux aurait d’abord connu Mikhaël qui lui présenta Quillard puis Fontainas. A l’époque de leur rencontre, il travaille à un drame, non retrouvé, qui reprend le titre et la thématique du poème dédié à Villiers : Lazare.

2 septembre : Il compose « Poissons rouges », poème en vers, et premier texte du poète qui paraîtra dans le Mercure de France.

Octobre : Il publie « Arrivée », poème en vers, dans le n° 87 de La jeune France.

8 octobre : « La chanson d’Angélique », poème en vers qui ne sera publié que bien plus tard, en juin 1903, dans le Mercure de France.

Novembre : Écrit de nombreux poèmes sur un cahier et établit plusieurs plans d’un recueil : Les Nazaréennes.

Hiver (?) : Une visite à Avignon lui inspire « Sur le cadavre d’un petit Savoyard », dédié à sa maîtresse, Mme Elisabeth Dayre (future Mme Kahn), poème en prose qui sera remanié et repris en 1904 sous le titre « La mort du petit Savoyard » et dédié à Mlle Irma Perrot.

25 décembre : Le poète écrit « Mon rêve saisissable / à un nazaréen de mes amis » qui appartient au projet des Nazaréennes.

C’est à la fin de cette année, ou, au plus tard, au début de l’année suivante, qu’introduit par Pierre Quillard, il fréquente l’appartement de Leconte de Lisle, boulevard Saint-Michel ; il y retrouve(ra) Mikhaël, Lazare, Tristan Bernard puis Gabriel Randon. « Ce clan-là, se souviendra Jehan Rictus dans son Journal à la date du 9 février 1912, faisait profession de haïr et de décrier les formes de la vie moderne pour mentalement leur préférer la vie hellénique. Il y avait beaucoup de littérature, de science et de racines grecques dans leur attitude. Ce pessimisme les mena peu à peu, surtout Quillard, à inventer un anarchisme docte et savant dont les affirmations s’appuyaient sur des citations plus ou moins bonnes d’auteurs anciens, prises surtout aux stoïciens et aux cyniques. »