“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (22. – Charles Gillet)

Charles GILLET

Charles Gillet (photographie en frontispice de Poèmes, Jean Crès, 1936)

Charles Gillet (1872-1934) fut l’un des plus anciens amis du poète, et probablement le plus fidèle. Ils s’étaient rencontrés à Montmartre en 1890. Onze ans les séparaient, mais les deux hommes partageaient un même idéal poétique, fréquentant les cafés de la Butte où les rejoignaient les bons camarades Alexandre Kieffer, Jules Méry et Gabriel Randon, qui ne signait pas encore Jehan Rictus. “Soleils d’argile”, le premier poème qu’il publia dans le programme du Théâtre d’Art du 21 mai 1891 accompagnant la représentation donnée au bénéfice de Verlaine et Gauguin, Gillet le dédia naturellement à Saint-Pol-Roux. Ce dernier lui ouvrit, deux ans plus tard, les portes du Mercure de France qui reproduisit dans son numéro de septembre 1893 “Nuptiale”, un autre de ses poèmes. Charles Gillet, dédicataire de “La Mésaventure des yeux”, poème en prose des Reposoirs de la procession (1893), fut le complice de l’affaire Harcoland, servant de “secrétaire anglais” au Magnifique afin que Vallette ne reconnaisse pas son écriture, et signant à sa place, d’un pseudonyme transparent pour nous, Carolus Tigell, l’article présentant “Daniel Harcoland” dans le Mercure de France (n° 64, mars 1895). Ayant embrassé la carrière industrielle comme secrétaire d’une grande société minière, il abdiqua toute ambition littéraire sans pour autant abandonner la poésie et ses amis poètes. Il fut un indéfectible soutien pour Saint-Pol-Roux, lui apportant régulièrement son secours financier. Gillet, tout au long de sa vie, continua d’adresser à son ami ses vers ; et le Magnifique, qui avait dédié à Gillet un des sonnets, “La Gloire”, publiés dans Les Nouvelles littéraires du 25 février 1933, s’entremit auprès de Jean Royère pour que quelques-uns de ses vers parussent dans Le Manuscrit autographe, mais la revue était déjà moribonde, et Saint-Pol-Roux dut se tourner vers Alfred Vallette qui accueillit, quarante ans après “Nuptiale”, de nouveaux poèmes de Gillet dans le Mercure de France du 1er mars 1934. Ce fut probablement l’un des derniers bonheurs de Charles Gillet, déjà affaibli par la maladie qui devait l’emporter à 63 ans le 23 décembre de la même année. Quelques mois après sa mort, sa fille Geneviève et son gendre, l’avocat Jean Jacquinot, réunirent l’œuvre poétique de cet orphée modeste, qui composait des vers dans l’ombre de glorieux amis, en un recueil de Poèmes qu’édita Jean Crès en 1936. Saint-Pol-Roux en rédigea la préface, qui est un bel hommage à ce “frère idéal”.

“La Gloire et l’Ombre”

À Saint-Pol-Roux.

Tu la fuyais, la gloire, et tu l’as asservie…

… Comme un dernier rayon, au déclin d’un beau jour,

Elle t’enlacera d’un orgueilleux amour :

C’est encor prouver Dieu que survivre à sa vie.

 

Moi, ton frère minor, fier de tes vols célestes

(L’ombre suivait Orphée, entraînant la forêt)

Je vis comme un vieil arbre opinant en secret :

L’araignée a tissé sa toile entre mes gestes…

 

Quand je compte du doigt les rides de mon front,

Un bref remords m’en vient, qu’une Voix interrompt,

Disant : “Ne quête pas l’humaine apothéose.

 

La gloire est un éclair, eût-elle pour pavois

Les siècles. Va vers Dieu, l’Énamouré, mais sois

Celui qui sait marcher sans que le pied se pose.”

Mars 1933.

Nous aurions pu verser dans notre petite anthologie, le premier poème publié de Gillet, “Soleils d’argile”, déjà un sonnet et déjà dédié à son frère major en poésie, mais nous lui avons préféré un poème parmi les derniers que l’auteur composa. “La Gloire et l’Ombre”, recueilli dans le volume posthume, Poèmes (Préface de Saint-Pol-Roux, éditions Jean Crès, 1936, p. 83-84), présente l’intérêt de s’adresser véritablement au Magnifique.

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa

23/03/2024 : Charles Vildrac, “Si l’on gardait…

24/03/2024 : Benjamin Péret, “Portrait de Saint-Pol-Roux

25/03/2024 : Max Jacob, “La Petite servante

04/04/2024 : Carlos Larronde, “J’écoute

05/04/2024 : A. Yves Le Moyne, “Ballade

12/04/2024 : Paul-Napoléon Roinard, “Courage

21/04/2024 : Olivier-Hourcade, “Cantique

27/04/2024 : Jean Royère, “À la Muse

01/05/2024 : Charles Gillet, “La Gloire et l’Ombre



Citer ce billet
harcoland (2024, 1 mai). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (22. – Charles Gillet). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10skt

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search