“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (21. – Jean Royère)

Jean ROYÈRE

Photographie de Jean Royère (9 décembre 1931) – © Coll. Mikaël Lugan

Jean Royère (1871-1956) débutait en poésie l’année où Mallarmé mourut et, avec lui, une certaine idée du symbolisme. Doit-on y voir un signe pour celui qui déclara, au seuil de son troisième livre, Sœur de Narcisse nue (Éditions de La Phalange, 1907) : “Ma poésie est obscure comme un lis” ? La formule marqua suffisamment les esprits contemporains pour qu’elle le suivît jusqu’à sa mort et qu’André Breton la répétât dans ses Entretiens, parlant à André Parinaud de Royère, qui fut l’une de ses premières rencontres littéraires décisives.

Si aujourd’hui les vers de Jean Royère sont oubliés – bien à tort, pensons-nous –, l’histoire littéraire se souvient néanmoins du brillant animateur de revues. Il créa La Phalange, petite revue de grande importance, qu’il dirigea entre 1906 et 1914 et qui ressuscita, moins inspirée, entre 1936 et 1939. Mais les phalanges, pour pointer un doigt complet, vont par trois, et ce fut également une collection d’ouvrages, également dirigée par Royère, chez Albert Messein, de 1924 à 1939.

Critique lucide, ouvert aux tendances nouvelles, il resta fidèle au mouvement qui, jeune lecteur, l’avait ébloui, et devint, à l’aube du XXe siècle, chef de file du néo-symbolisme. Il consacra de beaux ouvrages à deux de ses maîtres : Mallarmé & Baudelaire. Avant de créer La Phalange, il avait, avec la bénédiction de René Ghil, relancé les Écrits pour l’art (1905-1906). C’est sans doute là qu’il s’éprit de la poésie de John Antoine Nau, premier prix Goncourt pour Force ennemie (1903), qui y donna les magnifiques poèmes de Vers la Fée Viviane. Fidèle en amitié, Royère ne cessera de promouvoir le génie de Nau, comme celui d’Armand Godoy, découvert bien plus tard, à la fin des années 1920. La Phalange fut une famille, avait coutume de dire l’auteur ; et quelle famille ! Royère y devint l’ami d’Apollinaire, y lança Valery Larbaud, et y publia les premiers poèmes, encore empreints de symbolisme, du très jeune André Breton.

Le Magnifique et le poète d’Eurythmies furent amis, mieux encore, frères, d’une fraternité toute poétique. Originaires de Provence, la passion de la lumière avait sans doute rapproché ces deux exilés du septentrion. Si, étonnamment, Saint-Pol-Roux ne collabora pas à la première Phalange, la revue de Royère manifesta à plusieurs reprises son enthousiasme pour la poésie et le théâtre idéoréalistes, et participa activement à la campagne pour que La Dame à la faulx fût représentée à la Comédie-Française. Jean Royère fut surtout le soutien indéfectible et dévoué des années noires de l’après-guerre, s’entremettant inlassablement pour obtenir quelques ors salvateurs à son aîné. En 1925, Saint-Pol-Roux avait prévu de faire paraître dans la collection « La Phalange » dirigée par Royère, deux tomes supplémentaires à ses “Reposoirs de la Procession” : Idéoréalités et Glorifications ; mais le désastreux banquet du 2 juillet, détournant au profit des surréalistes l’attention du public que son retour à Paris avait, un temps, mobilisée, ces projets éditoriaux ne virent pas le jour. Royère, néanmoins, accueillit Saint-Pol-Roux dans sa nouvelle revue, Le Manuscrit autographe (1926-1933), revue luxueuse composée de reproductions autographiques éditée par le libraire Auguste Blaizot. Puis vint la seconde Phalange, dont le directeur, assisté d’Armand Godoy, voulut faire l’organe d’une alliance latine (France, Italie, Espagne) capable de résister culturellement au nazisme germain et au bolchevisme russe, quitte à défendre le fascisme de Mussolini et la poussée franquiste. Les six contributions poétiques ou critiques qu’y donna Saint-Pol-Roux demeurèrent, dans ce contexte éminemment politique, au-dessus de la mêlée.

À la mort de Saint-Pol-Roux, Jean Royère écrivit une belle lettre à Divine (Fonds Saint-Pol-Roux, Médiathèque des Capucins, Brest) dont nous extrayons ces lignes, qui témoignent de son ininterrompue admiration pour le poète de La Dame à la faulx :

Le grand poète des Reposoirs de la procession et de La Dame à la faulx est immortel, tu le sais, ma belle Divine, comme nous le savons tous, nous qui l’aimions, le comprenions et l’admirions de tout notre cœur et de tout notre cerveau et nos voix se mêleront à la sienne pour la célébrer et la chanter et cela jusqu’à notre dernier souffle : tu sais que je n’ai cessé de le faire depuis bientôt 40 ans ! Je continuerai.

“À la Muse”

À Saint-Pol-Roux.

Par l’astre au feu mental qui ne luit pour personne,

Jadis il vous seyait, d’aube et de soir parée,

Et par le tendre azur qui dans la chair frissonne

D’être dévotement nommée et figurée !

 

L’azur, votre ferveur d’ombre spirituelle !

L’astre, le clair lever en une robe feue

De votre idéité parmi la ribambelle

Des célestes amours dans votre Chambre Bleue.

 

Aube ! que votre ciel s’ennuage de gaze ;

Vêpre ! Que votre chair astrale se dénude,

Afin qu’en la prairie où ne vient pas Pégase,

Notre félicité soit ardente et soit prude !

 

Mais, ô l’Astrée, ô Voix, je ne pourrais t’entendre,

Même dans cet émoi d’ombres pour une flamme,

Si les divinités du Royaume de Tendre

En devenant clartés ne te donnaient une âme.

“À la Muse” figura d’abord, sans dédicace, dans Quiétude (Paris, Émile-Paul frères, 1923) avant d’être recueilli, dédié à Saint-Pol-Roux, dans le volume Poésies (Amiens, Librairie Edgar Malfère, “Bibliothèque du Hérisson”, 1924, p. 173-174).

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa

23/03/2024 : Charles Vildrac, “Si l’on gardait…

24/03/2024 : Benjamin Péret, “Portrait de Saint-Pol-Roux

25/03/2024 : Max Jacob, “La Petite servante

04/04/2024 : Carlos Larronde, “J’écoute

05/04/2024 : A. Yves Le Moyne, “Ballade

12/04/2024 : Paul-Napoléon Roinard, “Courage

21/04/2024 : Olivier-Hourcade, “Cantique

27/04/2024 : Jean Royère, “À la Muse



Citer ce billet
harcoland (2024, 27 avril). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (21. – Jean Royère). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/wbn8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search