“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (20. – Olivier-Hourcade)

OLIVIER-HOURCADE

Portrait d’Olivier-Hourcade (frontispice à Chansons du pays de Gascogne et de Béarn, Le Divan, 1924)

Olivier-Hourcade (1892-1914) eut sans doute occupé une place importante – moins, certes, comme poète que comme critique et animateur – dans la République des Lettres si, le 21 septembre 1914, un éclat d’obus ne l’avait frappé en plein cœur. Né Auguste Victor Marie Hourcade le 1er juin 1892 à Bordeaux, il développa un goût précoce pour la littérature et l’art de son temps. À 17 ans, il publie son premier recueil de poèmes, sous le pseudonyme d’Olivier Bag : Des ombres tremblantes (Bordeaux, Presses de G. Gounouilhou, 1909) que préface son ami André Lafon. Peu de temps après, il fait la connaissance de Carlos Larronde avec qui il fonde une revue, Les Marches du Sud-Ouest, et la Société des poètes girondins et du Sud-Ouest dont Francis Jammes, leur maître commun, accepte la présidence d’honneur. Œuvre de décentralisation, la Société organise des “festivals” qui sont moins l’occasion de faire entendre des vers des poètes du crû que d’introduire auprès du public bordelais les grandes œuvres dramatiques et poétiques contemporaines. Ainsi, donna-t-on, au cours de la première saison, des lectures jouées de Francis Jammes, du deuxième acte de L’Otage de Claudel, d’extraits de Lilith et du Vieux Roi de Remy de Gourmont, de Philippe II de Verhaeren ; et annonçait-on pour la saison suivante des “festivals Mallarmé, Vielé-Griffin, Saint-Pol-Roux, Éphraïm Mikhaël, André Gide et Paul Fort” (Christopher Todd, Carlos Larronde (1888-1940) poète des ondes, Paris, L’Harmattan, 2007).

Le talent d’Olivier-Hourcade, monté à Paris plusieurs mois avant son compère Larronde, fut rapidement remarqué, et il ne tarda pas à se faire un nom comme critique d’art, lançant dans L’Action une enquête sur le cubisme, tenant une chronique régulière dans Paris-Journal, collaborant à plusieurs revues et dirigeant avec Larronde La Revue de France et des pays français. C’est très certainement à la fin de l’année 1911 ou au début de l’année 1912 qu’il fit la connaissance de Saint-Pol-Roux. Une anecdote, relatée dans le n° 2-3 de La Revue de France et des pays français, témoigne de la complicité qu’avaient nouée Hourcade, Larronde et Saint-Pol-Roux :

Ils étaient trois poètes, deux jeunes Bordelais et un grand Marseillais de Camaret. Ils causaient dans la rue de Constantinople. Ils s’arrêtent devant un atelier de modistes. Ces demoiselles rient derrière la vitre. Alors l’aîné des trois poètes… magnifique, entre dans la boutique proche d’une marchande de fleurs et revenant aux jeunes filles leur donne le bouquet de violettes qu’il vient d’acheter.

— Elles se moquaient de nous. Je leur ai montré comment se vengent les poètes.

C’est Olivier-Hourcade qui introduira, par une conférence dont, malheureusement, le texte ne nous est pas parvenu, le festival que le Théâtre Idéaliste consacrera à Saint-Pol-Roux le 23 mars 1914.

Le recueil, Chansons du pays de Gascogne et de Béarn, d’où est extrait le « Cantique » dédié au Magnifique, aurait dû paraître aux éditions de La Revue de France à la fin 1912, mais certains vers ne furent pas du goût de l’imprimeur, qui refusa donc de tirer les exemplaires. Pris par ses obligations militaires durant toute l’année 1913, Olivier-Hourcade n’eut pas le temps d’en trouver un autre. Puis la mort le frappa au deuxième mois de la guerre. Le manuscrit, en 1919, fut confié, par sa famille, aux bons soins d’Eugène Figuière, mais l’éditeur livra des “épreuves informes et chaotiques” et “égar[a] le texte qu’on lui a[vait] confié” (Henri Duclos, “Olivier-Hourcade”, Mercure de France, 15 mai 1924, p. 246). Finalement, le volume parut au Divan en 1924, dix ans après la mort du poète qu’on avait presque déjà oublié.

“Cantique”

À Saint-Pol-Roux

Comme il y a le glas dans le son de cloche du baptême

et des pistils noirs au cœur de l’œillet bleu

et de la petitesse en la majesté de nos Pyrénées,

 

la larme de douleur est dans la larme de bonheur,

la solitude du parvenu est dans la solitude du miséreux ;

ton adieu de trahison, mon amie, est dans ton bonjour d’accueil.

 

Mais il y a de la Joie Future dans la fidélité terrestre à Dieu

Et les gestes d’amour de nos anges gardiens

sont dans le zèle des démons.

 

Le mot « renaître »

est dans le mot « finir » !

“Cantique”, in Chansons du pays de Gascogne et de Béarn, avec deux poèmes à Olivier-Hourcade par Francis Jammes et Paul Fort, un dessin de Tobeen et un portrait de l’auteur, Paris, Le Divan, 1924, p. 119.

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa

23/03/2024 : Charles Vildrac, “Si l’on gardait…

24/03/2024 : Benjamin Péret, “Portrait de Saint-Pol-Roux

25/03/2024 : Max Jacob, “La Petite servante

04/04/2024 : Carlos Larronde, “J’écoute

05/04/2024 : A. Yves Le Moyne, “Ballade

12/04/2024 : Paul-Napoléon Roinard, “Courage

21/04/2024 : Olivier-Hourcade, “Cantique



Citer ce billet
harcoland (2024, 21 avril). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (20. – Olivier-Hourcade). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w94o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search