Encore une lettre de Saint-Pol-Roux à Jean Royère !

Nous rappelions, dans notre billet du 18 mars dernier, combien la correspondance échangée entre Saint-Pol-Roux et le poète et directeur de revues, Jean Royère, dut être riche et nourrie. L’apparition – ou plutôt la réapparition (car le même libraire l’avait déjà cataloguée en décembre 2010) – d’une lettre, datée du 20 mai 1920, dans le récent catalogue de la librairie Pinault (famille Blaizot), vient en apporter une nouvelle confirmation. En effet, si l’expert ne semble pas avoir identifié le destinataire, que la notice ne nomme pas, aucun doute n’est possible : ce “Carissime” auquel s’adresse le Magnifique est bel et bien Jean Royère. L’indéfectible soutien que ce dernier ne cessa de lui manifester après guerre, alors que le poète connaissait une grave crise financière, et qui est le sujet essentiel de cette lettre, trahit l’identité du destinataire. L’Aixois partageait en outre, avec Saint-Pol-Roux, la Provence, origine commune qui explique l’usage de certains provençalismes. Voici la description qu’en donne le catalogue :

Ruiné par la guerre – ses placements s’étant effondrés – et par la publication coûteuse de La France immortelle, Saint-Pol-Roux s’était résigné, au début de l’année 1920, à se séparer de plusieurs tirages sur grand papier de ses livres et de quelques-uns de ses meubles. On se rappelle qu’en 1916 déjà, il avait dû se défaire des deux métopes de la Maison du Jouir de Gauguin que Segalen lui avait rapportés de Tahiti. La situation ne s’arrangeant pas au fil des mois, et la santé d’Amélie se dégradant, il sera contraint d’organiser la vente à Drouot d’une partie de son mobilier et envisagera même de vendre le Manoir qui, finalement, ne trouvera pas acquéreur malgré les efforts de Royère.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.